Melianthus major - Grande Mélianthe
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Università di Catania ©
    Nom commun : Grande Mélianthe ( les avis sont partagés pour certain le genre est masculin), nommée par les anglophones 'Touch-me-not' ou 'Honey bush'.
    Nom latin : Melianthus major  L.*, synonyme Melianthus himalayanus  Wall.*
    famille : Melianthaceae.
    catégorie : sous-arbrisseau toxique au jeune feuillage d'un gris argenté.
    port : dressé, étalé.
    feuillage : persistant, vert bleuté, glauque à l'odeur particulière lorsqu'on le froisse (assez désagréable d'où son nom en anglais Touch me not).
    Grandes feuilles alternes, composées de folioles à marge dentée. Les jeunes pousses sont d'un vert jade.
    floraison : de la fin du printemps à l'été. En denses et longues grappes terminales composées de fleurs mellifères à quatre pétales.
    couleur : rouge bordeaux à brun rougeâtre.
    fruits : gousses tétragones d'un vert pâle contenant des graines noires brillantes.
    croissance : rapide.
    hauteur : 1.80 à 2m40 pour un étalement légèrement supérieur 3m environ.
    plantation : au printemps.
    multiplication : par semis au printemps ou par bouturages de tiges aoûtées.
    sol : indifférent surtout bien drainé.
    emplacement : soleil ou mi-ombre.
    zone : 9 - 11, ailleurs protéger la souche durant l'hiver, elle se comportera comme une herbacée redémarrant de la souche au printemps. Tolère assez bien les embruns et la sécheresse.
    origine : Afrique du Sud, au sud de la province du Cap.
    entretien : Si nécessaire la taille s'effectue au début du printemps.
    NB : Son nom Melianthus  vient du grec 'meli' qui désigne le miel et 'anthos' qui désigne la fleur.
    Ce genre ne comprend que 6 ou 7espèces d'arbrisseaux, tous originaires de l'Afrique du Sud, vous pouvez en admirer au moins 5 espèces du genre au Jardin exotique de Roscoff.
    Idéale pour trouver une place dans les jardins méridionaux, secs ou en bord de mer.
    Propriétés et utilisations :
    Dans la pharmacopée traditionnelle de l'Afrique du sud, elle est utilisée en usage externe pour soigner les plaies et traiter les contusions.
    Autres espèces :
    - Melianthus comosus  Vahl., originaire de la province du Cap, se rencontre aussi dans le reste de l'Afrique australe.
    - Melianthus dregeanus  Sond.
    - Melianthus elongatus  D.O. Wijnands, serait endémique à la région du Cap.
    - Melianthus gariepinus  Merxm. & Roessler synonyme de Melianthus pectinatus subsp. gariepinus  S. A. Tansley.
    - Melianthus insignis  Kuntze serait synonyme de Melianthus dregeanus subsp. insignis  (Kuntze) S. A. Tansley.
    - Melianthus minor  L, se rencontre au nord-est de l'Afrique australe en zone tropicale.
    - Melianthus pectinatus  Harv., synonyme Melianthus trimenianus  Hook. f., se rencontre aussi en Afrique australe.
    - Melianthus villosus  Bolus, au feuillage duveteux vert clair, zone 9.

    Annotations :
    *L., abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), avant d'être anobli en 1757 Carl Linnæus, également médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'.
    A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772. En 1738, il fonde l'Académie des Sciences de Suède.
    Son herbier, le plus riche de son époque ne contenant que 7000 plantes. Il est l'auteur de 'Systema naturae, Genera plantarum' et 'Species plantarum'.
    Ch.Lucien-Vauthier ©
    *Wall., abréviation botanique pour le chirurgien danois Nathaniel Wallich (1786-1854) qui travaille au Bengale pour le compte de la Compagnie des Indes orientales, là-bas il s'intéresse à la flore de l'Inde, sa santé fragile fait qu'il passe 3 années à partir de 1811 sur l'île Maurice au climat plus tempéré.
    En 1814, il est nommé surintendant du Muséum de Calcutta et 3 années plus tard nommé surintendant du Jardin botanique de la East India Company, puis en charge de celui de Singapour.
    Tout au long de sa carrière, il offre des spécimens aux collecteurs et se charge de l'acheminement des collectes vers l'Angleterre, en innovant des techniques pour les conserver durant les longs mois de transport, les graines sont stockées dans de la cassonade qui les conservent parfaitement. En 1847 il rentre en Angleterre pour y passer sa retraite.
    Durant sa vie, il échange une longue correspondance avec Charles Darwin et Sir Joseph Banks. Un genre de palmier poussant en Inde et en Birmanie lui a été dédié Wallichia et des centaines d'espèces lui ont été dédiées sous la forme wallichii wallichiana ou wallichianus.
    Ses découvertes et descriptions ont été intégrées à 'Flora Indica, or, Descriptions of Indian plants par William Roxburgh, éditée en 6 volumes par l'éditeur scientifique William Carey à la Mission Press entre 1820 et 1824, consultable en ligne à la BHL ou Googlebook jardin de Calcutta et ses dessins.
    'Tentamen florae Napalensis illustratae : consisting of botanical descriptions and lithographic figures of select Nipal plants' édité à Serampore aux presses de la Mission en 1824-1826.
    'Plantae Asiaticae rariores; or, descriptions and figures of a select number of unpublished east indian plants, by Nathaniel Wallich, illustré par Vishnu Prasad.. à Londres par Treuttel et Würtz en 1830.
    L'herbier de la Compagnie des Indes orientales, plus connu sous le nom de 'Wallich Herbarium' est le plus grand herbier séparé de Kew.
    'Descriptions of some rare and curious plants édité à Calcutta par Medical and Physical Society of Calcutta en 1834.
    'Notes on the drugs called Mishme Teeta and Pucha Pat ; Notes on Cassia lanceolata (Senna) édité à Madras en 1837.
    ® par la Société des Gens de LettresConformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.