Salix babylonica var. pekinensis  - Saule de Pékin tortueux
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Catherine Baral - Démons et Merveilles
    Nom commun : Saule de Pékin, Saule de Pékin tortueux, Saule tire-bouchon, Saule Hankéou, Saule tortueux, en chinois 'Han liu', nommé par les anglophones 'Corkscrew willow' ou 'Peking Willow, Corkscrew Willow, Contorted Willow'.
    Nom latin : Salix matsudana*  'Tortuosa', synonyme Salix babylonica* var. pekinensis  'Tortuosa'
    famille : Salicaceae.
    catégorie : arbre à l'enracinement traçant, aux ramilles jaunes sinueuses, enroulées, torsadées en spirales, d'une grande longévité pouvant être centenaire, nombreuses racines adventives.
    Ce n'est pas une espèce qui a un fut, le plus souvent son tronc se divise en deux ou trois dès les premiers mètres.
    port : colonne large, étalée, cime irrégulière arrondie.
    feuillage : caduc, glabre, vert franc brillant, revers glauque, marge denticulée, virant au jaune à l'automne. Feuilles longues oblongues-lancéolées (5 à 12 cm de long), ondulées en forme de S courtement pétiolées.
    floraison : au début de printemps, à l'aisselle des jeunes feuilles, châtons dressés.
    couleur : chatons mâles jaune-vert.
    fruits : sur les sujets femelles, en été petites capsules contenant des graines soyeuses.
    croissance : très rapide.
    fruits : en été, petites capsules sessiles à 2 valves déhiscentes contenant de nombreuses graines pourvus d'aigrettes soyeuses dispersées par le vent.
    hauteur : 10-15 à 18 m grand maximum.
    plantation : toute l'année lorsqu'il est en container, mais il est préférable de le planter à l'automne, de septembre à novembre pour lui permettre d'installer son système racinaire durant l'hiver.
    multiplication : par bouture à bois sec en hiver.
    sol : presque tous avec une préférence pour les sols légers, frais, humides.
    emplacement : soleil, mi-ombre à l'abri des vents dominants.
    zone : 4 - 10, déteste la sécheresse.
    origine : Salix matsudana  jusqu'à 1800 m d'altitude en Asie centrale au nord-ouest de la Chine dans la région autonome du Xinjiang (Turkestan oriental) Kazakhstan, Russie dans la chaîne de l'Altaï et en Mongolie, naturalisé en Europe et au nord-ouest de l'Amérique du Nord.
    entretien : après la plantation, selon la région et l'implantation, n'oubliez pas de l'arroser régulièrement les deux premières années, et prévoir un paillage pour conserver la fraîcheur du sol.
    Tous pratiquent une auto-taille, c'est à dire que certaines fines branches du bas noircissent et sèchent. Elles cassent ou on les casse très facilement. Ainsi l'arbre continue à grandir. Si vraiment nécessaire on peut effectuer une taille sévère en fin d'hiver après avoir profité des chatons.
    maladies et ravageurs : comme tous les autres du genre il peut subir les assauts des chenilles, des pucerons est sujet à des maladies cryptogamiques comme l'anthracnose du saule Marssonina salicicola  qui provoque des taches brunes sur le feuillage et des nécroses noires sur les tiges; sujet à la tavelure du saule Pollaccia saliciperda , sensible également au mildiou et à la rouille (pustules sur le feuillage), en leur présence il est conseillé de de supprimer les rameaux morts et de les brûler avec les feuilles tombées au sol.
    Il faut savoir que les crachats de coucou" en de nombreux endroits empèchent de se tenir sous ces arbres à certaines périodes tant ils pleurent.
    Consulter et télécharger, le Guide écologique sur les maladies et ravageurs des saules par Jérôme Jullien (expert national en surveillance biologique du territoire CAUE de Seine-et-Marne), 7 novembre 2013 format pdf.
    NB : son nom Salix  est le nom de l'espèce en latin dérivé du celte 'sal' qui signifie près, proche et de 'lis' qui désigne l'eau, son nom spécifique babylonica  désigne le saule pleureur.
    Selon les flores, ce genre comprend entre 400 à 520 espèces d'arbres, d'arbustes et d'arbrisseaux caducs, originaires des zones tempérées ou froides de l'hémisphère nord, 275 en Chine dont 189 y sont endémiques, 26 au Pakistan, plus de 70 espèces en Europe dont une trentaine en France (Corse incluse), une centaine en Amérique du Nord dont 62 d'entre elles sont présentes au Canada et de très nombreux hybridations spontanées qui rendent la détermination des saules vraiment difficile.
    Ils ont un pollen qui peut-êetre allergisant, consulter notre dossier : 'Nos arbres, leur pollen et les allergies'.
    Cet arbre d'ornement au grand développement, à la ramure gracieuse, fait qu'il a sa place dans les parcs et grands jardins en sujet isolé près d'une pièce d'eau, d'un cours d'eau. Ses graphiques rameaux tortueux le rendent très intéressant en hiver.
    Autrefois son feuillage était consommé par le bétail et au printemps ses ramilles s'utilisent dans la confection de bouquets.
    Parmi les cultivars, citons :
    - Salix matsudana  'Tortuosa Aurea' aux ramilles jaunes.
    - Salix matsudana  'Golden Curls', feuillage au revers argenté, rameaux spiralés jaune-orangé.
    - Salix matsudana  'Tortuosa Aureopendula', Saule tire-bouchon, Saule tortueux à bois rouge, ramification jaune, long et étroit feuillage bouclé vert assez pâle, sensible à la sécheresse.
    - Salix x erythroflexuosa , au port également pleureur est issu de croisement entre Salix matsudana  'Tortuosa' et Salix chrysocoma , comme son nom l'indique (erythro= rouge) ses rameaux spiralés sont de couleur rouge-orangé.

    Consulter la liste des autres espèces de saules présentes dans l'Encyclopédie, s'ouvrant dans un pop-up.

    Annotation :
    *Salix matsudana  L.*, en chinois 'Jiang Liu', Dragon's Claw Willow' il est dédié au botaniste japonais Sadahisa Matsudo (1857-1921), le spécialiste de la flore de Chine, l'espèce type atteint 10 à 20 m de haut. En Chine, c'est le saule des terres arides aux feuilles lancéolées ou ovales-lancéolées, à marge serratée, pétiole stipulé, fleurs femelles glanduleuses, capsules poilues. Dans la médecine traditionnelle chinoise, les graines chevelues sont réputées avoir des effets hémostatiques.
    *Salix babylonica  L.*, originaire d'Asie centrale, 8 à 10 m de haut, port pleureur, écorce crevassée d'un noir grisâtre; souvent obliques, de fins rameaux glabres brun jaune, à brun légèrement pourpré, portant de longues feuilles alternes étroites lancéolées (8 à 16 cm), acuminées à marge dentelée, glauque sur le revers. Chatons mâles (1,5 à 2cm) à bractées lancéolées, poilues. On le trouve fréquemment dans les parcs ainsi que ses hybrides femelles près des pièces d'eau où il s'y reflète, multiplication uniquement par voie végétative.
    Deux sous-espèces :
    - Salix babylonica var. babylonica , synonymes Salix babylonica var. szechuanica  Goerz, Salix babylonica f. villosa  C. F. Fang, Salix cantoniensis  Hance, Salix chinensis  N. L. Burman., largement distribué en Chine et en Europe, les capsules ne sont pas tomenteuses.
    - Salix babylonica var. glandulipilosa  P. Y. Mao & W. Z. Li, en chinois 'xian mao chui liu' découvert en 1986, vers 2400 m d'altitude au nord-ouest du Yunnan, les sujets femelles portent des bractées glanduleuses, les fructification sont pubescentes.
    - nmauric©09/05/2000 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site