Vaccinium corymbosum - Myrtillier américain, Bleuet
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Copyright © 5 may 2013 Neal Kramer
    Nom commun : Myrtillier à corymbe, Myrtillier en corymbe, Myrtillier américain, Myrtillier arbustif, Myrtyllier à corymbes, au Québec c'est le Bleuet, Bleuet en corymbe, Bleuet géant, nommé par les anglophones 'High-bush blueberry (Myrtille de brousse), American blueberry, Black highbush blueberry, Rabbiteye blueberries, Northern highbush blueberry, Southeastern highbush blueberry, Mayberry, Maryland highbush blueberry, New Jersey blueberry, Swamp blueberry, Tall huckleberry, Whortleberry ' en allemand 'Highbush Blaubeere', en espagnol 'Arándano azul', en néerlandais 'Ingeburgered.
    Nom latin : Vaccinium corymbosum L.*, synonymes retenus après révision en 2012 Cyanococcus corymbosus (L.) Rydb.*, Vaccinium corymbosum f. corymbosum, Vaccinium corymbosum var. corymbosum, les flores nord-américaine et canadienne lui donnent d'autres synonymes.
    famille : Ericaceae.
    catégorie : arbuste pouvant être drageonnant, d'une grande longévité aux jeunes rameaux verruqueux velus parfois anguleux, système racinaire très fin dépourvu de poils absorbants mais avec le développement d'un réseau mycorhizien fixateur d'azote.
    port : érigé.
    feuillage : caduc, coriace vert foncé aux somptueuses couleurs rouges en automne, légèrement cireux sur le dessus, pubescent sur le revers le long des nervures, marge lisse ou dentelée souvent repliée. Petites feuilles de 1.5 à 8 cm x 2.5 cm, alternes, ovales-elliptiques.
    floraison : du début du printemps au début de l' été dés la fin février jusqu'en juin selon région, nectarifère visitée et pollinisée par les abeilles.
    Corymbes axillaires de petites clochettes tubuleuses urcéolées hermaphrodites légèrement pendantes à bractéoles, calice globuleux à 4 ou 5 courtes dents.
    couleur : blanc pur ou blanc rosé.
    fruits : baies comestibles, globuleuses portant la cicatrice du calice de 4/5 à 12 mm d'un beau bleu à noir bleuté glauque, pruineux renfermant une chair blanche demeurant en place jusqu'au début de l'automne, contenant de 10 à 20 graines coriaces de 1 à 1.2mm dispersées par les oiseaux, le gibier à plume et les petits mammifères qui les convoitent. La maturation débute dés le mois de mai et traditionnellement la cueillette est faite à la main; selon le climat et la variété elle a lieu de la fin mai à la fin du mois d' août ou courant septembre-octobre.
    croissance : lente.
    hauteur : 1 à plus de 4 m dans son milieu d'origine. Taille maximale entre 12 et 15 ans durée de vie une quarantaine d'années.
    plantation : au printemps ou à l'automne selon climat pour une culture fruitière il est recommandé d'espacer les rangées de 5 à 6 m.
    multiplication : par prélèvement de rejets bien pourvus de racines, par semis spontané ou au début de l'hiver par boutures à talon de 15 à 30 cm, enterrer aux 2/3 dans un mélange de sable et de terreau maintenu constamment humide ou par stumping* et tubering* des techniques nord-américaines de multiplication pour conserver les qualités et la taille des baies d'une variété.
    Pour les semis, les graines ayant un tégument épais coriace il est nécessaire d'effectuer avant une stratification à froid.
    sol : léger, sablonneux ou humus fibreux, acide Ph 5/5.6, riche en matières organiques toujours humide mais drainé. Il peut se cultiver dans des potées dans un mélange de terreau acide et de sable, compter pour le développement racinaire entre 5 et 8 mois.
    Sur les jeunes pieds obtenus la fructification s'amorce dès la deuxième année, la vraie production commence à partir de la quatrième année mais il se dit que les baies sont plus douces sur les sujets plus âgés.
    Copyright © 11 march 2011 Neal Kramer
    emplacement : mi-ombre à ombre.
    zone : 2 - 9 avec des températures plus douces courant février période de la floraison, tolère aisément -30°C, son système racinaire tolère très mal la sécheresse.
    origine : dans les zones marécageuses, les tourbières, les berges sablonneuses des cours d'eau et des lacs, dans les landes, les bois et les prairies de bruyères et les versants des montagnes jusqu'à 1600m, dans 30 états de l'est de l'Amérique du Nord de la Floride jusqu'en Colombie-Britannique à l'ouest et à l'est jusqu'au Maine et jusqu'au l'est du Canada, présent au Québec, Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Écosse, Ontario et Colombie-Britannique jusqu'en Alaska, voir carte de distribution efloras.org.
    Dans le courant de 1765 introduit en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas où il s'est naturalisé avec l'amélanchier lamarckii qui tous deux sont devenus invasifs dans les landes y modifiant dangereusement l'écosystème, il en va de même en Nouvelle-Zélande où il a été introduite en culture horticole sous le nom de Northern highbush blueberry, également cultivé au Japon et à l'ouest de l'Australie.
    entretien : arroser très régulièrement avec de l'eau non calcaire les deux premières années après la plantation, et par la suite maintenir le sol toujours humide en été. Mis à part la suppression des rameaux mort, ce myrtillier ne se taille pas mais il se recèpe régulièrement dans les plantations.
    maladies et ravageurs : peut subir les assauts de la défoliatrice chenille verte, l'arpenteuse cheimatobie et comme toutes les autres éricacées peut-être sujet à la pourriture brune Phytophthora cinnamoni, un champignon qui se développe au niveau du collet.
    Lorsque l'humidité est excessive et selon la variété peut être sujet à l’anthracnose (Colletotrichum gloeosporioides et Colletotrichum acutatum qui se signale par l'apparition sur le feuillage de taches brunes ou noires. Peut être sujet à la chlorose.
    NB : son nom Vaccinium a une origine grecque incertaine relatée par Pline et par Virgile qui l'employé et qui a été repris par Linné , pour certains auteurs il désignerait en vieux latin le vaciet et l'airelle, fruit qui servait à confectionner une teinture, et son nom spécifique corymbosum signifie à corymbe.
    Ce myrtillier a un port gracieux, une jolie floraison printanière et de somptueuses couleurs en automne, au jardin il peut entrer dans la composition de massifs arbustifs et celle de haies libres.
    Propriétés et utilisations :
    Les bleuets sont consommés frais, cuits, bouillis, séchés, fumés ou surgelés, on confectionne avec des confitures, des gelées, des fruits au sirop léger, à l'aigre doux (vinaigre blanc), préparés en sorbet, glaces, crèmes et desserts, des tartes et des croustades , des sirops et du vinaigre aux bleuets.
    En Amérique du Nord ils sont présents dans de nombreuses recettes à chaque Thanksgiving et Noël notamment dans le traditionnel cobbler une sorte de crumble.
    Dans les Laurentides se distille le Geai Bleu, une eau de vie d'érable et des bleuets sauvages du Lac Saint Jean, le Sortilège Bleuets sauvages, une liqueur de bleuets sauvages avec du whisky canadien et du sirop d’érable , la liqueur de bleuets est réputée pour confectionner des cocktails comme l'Alaska Martini, le Blueberry Crush, Cop Car, Lolo Drink Mariachi et le Neato Bandito.
    Ces délicieuses baies sont réputés améliorer la vision nocturne et elles contiennent des anthocyanes (pigments) qui ont des propriétés antioxydantes.
    Ce genre comprenait 1 010 noms d'espèces référencés après révision en 2012 seulement 223 espèces ont été retenues et 216 autres sont considérées comme des synonymes et 571 autres noms demeurent non résolus. Toutes des espèces d'arbustes ou d'arbrisseaux persistants ou caducs originaires des 3 Amériques, de l'Afrique (5 espèces), de Madagascar (4 espèces*) et de l'Asie tropicale en région montagneuse, dont 25 espèces de l'Amérique du Nord et 92 espèces présentes en Chine dont 51 y sont endémiques, 19 espèces au Japon.
    Parmi les nombreux cultivars, citons :
    Pour une meilleure fécondation, il est préférable de planter deux variétés différentes, la plus part d'entre elles ont un besoin en froid important entre 700 et 1500 heures.
    - Vaccinium corymbosum 'Bluecrop', 1.80 à 2.30m, port buissonnant, une ancienne obtention autofertile de 1934 à grosses baies qui se conservent plusieurs semaines, bonne résistances aux maladies et ravageurs. Un défaut la maturation est lente et les récoltes s'effectuent en plusieurs fois bien souvent 4.
    - Vaccinium corymbosum 'Bluejay'.
    - Vaccinium corymbosum 'Collin', une obtention américaine issue d'un croisement entre 2 variétés Stanley x Weymouth, une variété précoce aux baies de taille moyenne un peu aplaties mais très parfumées, à besoin d'être régulièrement tailler, se distingue par des rameaux rouges en hiver, variété fort ornementale avec son feuillage rouge orangé à l'automne.
    Copyright © 5 May 2013 Neal Kramer
    - Vaccinium corymbosum 'Dixi', variété tardive autofertile, baies à maturité en juillet-août.
    - Vaccinium corymbosum 'Duke', 1.80m, port assez rigide obtention de 1987 variété hâtive parvient à maturité fin juin début juillet, baies craquantes .
    - Vaccinium corymbosum 'Patriot', 1.80 à 2m une variété américaine de 1976 issue de croisements entre 3 variétés issus de 2 espèces différentes, très rustique tolérant jusqu'à -40°C, bonne résistance aux maladies et ravageurs de grosses baies à base blanche en grappes très serrées qui peuvent être sujette à l'éclatement lors des années pluvieuses.
    - Vaccinium corymbosum 'Polaris', 1.80m une variété précoce.
    - Vaccinium corymbosum 'Ozarkblue', environ 1.80m une variété de fin de saison, baies à maturité de la fin août - début septembre de 1996 une obtention américaine de l'Arkansas issue de croisement entre une variété du sud et une du nord, une pollinisation croisée est recommandée.

    - Vaccinium corymbosum 'Sweetheart', 1.50 à 1.80, obtention canadienne une variété précoce et autofertile, deux récolts une au printemps et la deuxième en été environ 6 kilos (15 livres). Une pollinisation croisée assurera un meilleur rendement
    Dans l'abécédaire consulter la liste des autres espèces de myrtilliers présents dans l'Encyclopédie.

    Annotations :
    *L., abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), avant d'être anobli en 1757 Carl Linnæus, également médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'., son herbier, le plus riche de son époque contenait 7000 plantes.
    A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772. En 1738, il fonde l'Académie des Sciences de Suède.
    Il est l'auteur de 'Systema naturae, Genera plantarum' et 'Species plantarum', consultable en ligne à la bibliothèque universitaire de Kyoto.

    *Madagascar Vaccinium Andringitrense, emirnense, fasciculatum, littorale.

    *Rydb., abréviation botanique le botaniste-taxonomiste américain d’origine suédoise Per Axel Rydberg (1860-1931), spécialiste de la flore des états nord-américains et de celle des Montagnes Rocheuses. A partir de 1899, il travaille au Jardin botanique de New York et il y devient le premier conservateur de l’herbier.

    *stumping, il faut rabattre au ras du sol un pied adulte, que l'on recouvre d'un monticule de sable toujours maintenu très humide. Lorsque de nouvelles pousses traversent le sable et que la base se recouvre de racines détacher les jeunes pousses du pied mère en prenant soin aux jeunes racines et repiquer.

    *tubering, sur des pieds vigoureux à la fin de l'automne ou au début du printemps prélever des tiges de 8 à 10 cm de long x 2 à 3 cm. Entailler légèrement une des extrémités des tiges puis les positionner horizontalement dans une caissette, les recouvrir de 1 à 2 cm de sable maintenu constamment humide en utilisant une eau non calcaire; recouvrir la caissette d'un verre, d'un plexiglas, d'un film plastique pour y maintenir une température entre 14 à 18°C . En quelques semaines de jeunes pousses se développent lorsqu'elles atteignent 4 à 6 cm., l'extrémité va se mettre à flétrir et dépérir, mais des feuilles puis des racines se développent assez rapidement pour le favoriser il faut alors recouvrir la base des pousses, avec un mélange de sable et de terreau humide. Lorsque ces tiges atteignent 5 à 6 cm de long, séparer soigneusement les nouvelles pousses de la tige mère et les repiquer.
    natacha mauric © 04.03.2001 ® Jardin! L'Encyclopédie
    nmauric© 04.03.2001 Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.

compteur de visite