Aedes albopictus  - Moustique tigre
Portail de Jardin ! L'Encyclopédie


    Nom commun : Moustique tigre, nommé par les anglophones 'Asian tiger mosquito', originaire d'Asie du sud-est.
    Nom latin : Aedes albopictus  il est le vecteur de deux maladies le chikungunya et la dengue.

    La dengue est une maladie infectieuse due à un arbovirus : le virus de la dengue. Ce virus appartient à la famille des Flaviridae (genre flavivirus) et compte quatre sérotypes différents (DEN1 à DEN4). La transmission s’effectue de personne à personne par l’intermédiaire de moustiques du genre Aedes. Apparitions de cas autochtones de dengue en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, France courant août et septembre 2014.

    Le chikungunya est une maladie infectieuse due à un arbovirus : le virus du chikungunya. Ce virus de la famille des Togaviridae (genre alphavirus) a été isolé pour la première fois en Ouganda en 1953, lors d’une épidémie survenue en Afrique de l’Est. L’appellation "chikungunya" vient du makondé et signifie "l’homme qui marche courbé" , Le moustique vecteur pique la journée, essentiellement à l’extérieur des maisons, avec une activité plus importante en début de matinée et en fin de journée. Il n’existe actuellement pas de vaccin, ni de traitement préventif contre l’infection du chikungunya.

    Le virus du Nil occidental (West Nile) est transmis par des moustiques du genre Culex qu'ils transmettent à l'homme après avoir piqué des oiseaux infectés, ce dernier a causé un important foyer d’encéphalite humaine en Grèce l’été 2010, et plusieurs autres en Europe centrale et sur le poutour du bassin méditerranéen.
    Le moustique tigre apparaît dans les Alpes-Maritimes en 2004 par des voyageurs infectés près avoir été contaminé, les moustiques présents sur notre territoire vont pouvoir continuer à transmettre la maladie, une épidémie de chikungunya en 2007 en Italie ou encore un foyer de dengue en 2010 en Croatie.
    En France, il y a eu des personnes atteintes par le chikungunya en 2010 et par la dengue en 2010 et en 2013. En 2014, en France Métropolitaine 2 327 pour le chikungunya et 953 pour la dengue avec l'apparition en été 2014 de 3 cas dans le Var et les Alpes-Maritimes de transmission autochtone du virus de la dengue et 12 cas en octobre dans la région de Montpellier.
    Alpes-Maritimes (2004), Hautes-Alpes, Alpes de Haute-Provence, Var (2004), Vaucluse, Ardèche, Drôme, Rhône, Isère, Ain, Bouches-du-Rhône, Gard, Hérault (2010), Aude, Pyrénées-Orientales, Haute-Garonne, Gironde, Lot-et-Garonne, Corse du Sud et Haute-Corse.
    Arrêté du 31 janvier 2013 modifiant l'arrêté du 26 août 2008 fixant la liste des départements où les moustiques constituent une menace pour la santé de la population, publié au JORF n°0063 du 15 mars 2013 page 4511.
    L'article 1er de l'arrêté du 26 août 2008 fixe la liste des départements où les moustiques constituent une menace pour la santé de la population est ainsi modifié : Après les termes : "Lot-et-Garonne", il est ajouté les termes : "Pyrénées-Orientales", "Aude", "Haute-Garonne", "Rhône", "Ardèche", "Drôme", "Isère".
    La protection, éliminer les eaux stagnantes (dessous de pots, bassines, gouttières) où les moustiques pondent leurs oeufs.
    Porter des vêtements amples et longs pour se protéger des piqures et utiliser des produits anti-moustiques à base d'huiles essentielles. Il faut entre 4 et 7 jours pour qu'apparaissent les symptômes de la dengue et du chickungunya, la personne contaminé peut propager la maladie durant 1 semaine après contamination. Il faut savoir que la dengue est une maladie à déclaration obligatoire.

    Carte : les départements et les années d'implantation du moustique vecteur Aedes albopictus en France métropolitaine, 2014. Source carte IGN-Géofia - 1999, Institut de Veille sanitaire 2015.
    Le dépliant "Ce qu’il faut savoir sur le moustique" du Ministère chargé de la santé, mai 2011, est disponible sur sante.gouv.fr (format pdf).

    Institut de veille sanitaire, le point sur les connaissances sur la dengue, diffusion, symptômes et prévention.
    Consulté le Bulletin épidémiologique hébdomadaire diffusé par l'Institutut de veille sanitaire le BEH , bulletin épidémiologique hebdomadaire.

    Les causes, symptômes, rémission et séquelles, épidémiologie, traitement et prévention, consulter le site de l'Institut Pasteur.

    Le virus Zika :
    Apparition du virus Zika en avril 2007 dans les îles Yap de Micronésie puis d'octobre 2013 à avril 2014 en Polynésie française en mai 2015 au Brésil, il s'est propagé dans 21 pays sur 55 du continent américain et menace aujourd'hui l'Europe, aujourd'hui stade endémique à la Martinique et à la Guyane, 1 cas en la Guadeloupe et 1 cas à Saint-Martin, il est recommandé aux femmes enceintes de ne pas se rendre dans ces zones à risque.
    La maladie est proche de la dengue ou de la fièvre jaune. Elle se transmettre entre lees hommes par l'intermédiaire d'une piqûre de certains moustiques, notamment le moustique-tigre Aedes albopictus et l'Aedes aegypti un moustique diurne de 5 mm qui de mai à novembre est très actif au lever du jour et au crépuscule.
    Généralement, le virus Zika n'est pas dangereux, les symptômes s'apparentent à ceux de la grippe et le patient guérit spontanément; mais il peut y avoir des complications congénitales et neurologiques notamment le syndrome de Guillain-Barré (SGB), qui provoque une microcéphalie chez le bébé, une anomalie qui se caractérise par un crâne de taille inférieure à la normale qui est accompagnée d'un retard mental.

    Lorsqu'une personne est contaminée par le virus Zika, les symptômes sont faibles et ils n'apparaissent pas obligatoirement ou sont peu visibles selon le ministère de la Santé, dans un proportion de 70 à 80 %, selon le Haut conseil de la santé publique*. Ces symptômes apparaissent entre 3 à 12 jours après la piqûre par le moustique. Ils s'apparentent la plupart du temps à ceux d'un état grippal se signalant par une fièvre légère, des maux de tête, des courbatures accompagnés d'éruptions cutanées, il a été relevé des atteintes oculaires et auditives, une conjonctivite, une douleur derrière les yeux et parfois un œdème aux mains et/ou aux pieds. Personne n'en est mort jusqu'à présent, mais elle peut provoquer de graves anomalies et complications chez le fœtus, c'est à dire que les femmes enceintes infectées par ce virus lors des 6 premiers mois de la grossesse peuvent donner naissance à un enfant souffrant de cette microcéphalie. Ilfaut savoir que la recommandation concerne toutes les femmes enceintes puisque, dans 80 % des infections, il n'y a pas de symptôme.
    Le virus Zika peut aussi causer des complications neurologiques comme le syndrome de Guillain-Barré (SGB) qui est une maladie auto-immune qui se caractérise par une inflammation des nerfs périphériques pouvant entraîner une paralysie partielle ou totale. Il a été constaté que dans 85 % des cas, le patient récupère totalement ses capacités après six à douze mois.
    En 2015, il a été constaté une augmentation anormale du nombre de cas de microcéphalie au Brésil et en Polynésie française. Début janvier 2016, 3174 cas suspects ont été rescensés au Brésil alors qu'entre 2010 et 2014 il y avait été recensés que 150 cas.
    2016, confirmation qu'il existe un lien entre l'infection de la mère par le virus Zika et la malformation du cerveau du bébé. En Europe le 25 juin, un premier cas en Espagne d'un nouveau-né atteint de microcéphalie.

    A ce jour juillet 2016, il n'existe aucun vaccin ou traitement de la maladie causée par le virus Zika. On sait que ce moustique vecteur du virus Zika préfère les températures tropicales, toutefois, des personnes infectées lors d'un voyage en outre-mer ou à l'étranger peuvent revenir en Europe et se faire piquer par un moustique qui assurera la diffusion de ce virus.
    L'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) précise que la maladie peut être diagnostiquée grâce à un prélèvement sanguin ainsi qu'un prélèvement d'urine pour y rechercher le génome du virus. Ce dianostic est confirmé par un autre examen effectué uniquement à Marseille au Centre national de référence des arboviroses, c'est le seul laboratoire capable de détecter les anticorps du virus Zika selon les précisions de l'Inpes.
    Pour les personnes demeurant en zone infectée, il est recommandé de supprimer les environnements propices à leur développement en enlevant par exemples les réserves d'eau stagnante comme les soucoupes de pots de plante, les bassins de plantes aquatiques sur 200 m autour des habitations. Il y est également recommandé de se protéger des piqures de moustiques en portant des vêtements amples et longs, d'utiliser des produits répulsifs adaptés et pour les femmes enceintes de consulter un médecin pour qu'il y assure le suivi de leur grossesse.
    3 fevrier 2016, des médecins texans, pensent que le virus Zika est sexuellement transmissible, constat sur 3 cas avec du sang présent dans le sperme.
    Un scandale Didier Musso, docteur biologiste, directeur du pôle de recherche des maladies émergentes de l'Institut Louis Malardé qui a géré l'épidémie de 2013-2014 en Polynésie française, qui a recensé des cas de microcéphalie et de syndrome de Guillain-Barré, est consulté par l'Oms mais pas les autorités sanitaires françaises. Le ministère de la santé polynésienne annonce le 4 février 2016 que la grande majorité de la population est en effet immunisée depuis l'épidémie 'rendant très peu probable la reprise d'une nouvelle épidémie pour le moment et il assure qu'il n'y a 'pas de risque connu de contamination par le virus Zika pour les voyageurs qui souhaitent se rendre en Polynésie française'.



un compteur pour votre site