Meconopsis betonicifolia - Pavot bleu de l'Himalaya
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Meconopsis 'Lingholm' RHS Chelsea Flower show 2013
    Meconopsis 'Lingholm' Ch. Reymond © RHS Chelsea Flower Show
    Nom commun : Pavot bleu, Méconopside bleue, Méconopsis à feuilles de bétoine, Pavot bleu de l'Himalaya, nommée par les anglophones ' Himalayan poppy, Himalayan Blue Poppy', en chinois 'huôxiang yè lürong hao (velours vert).
    Nom latin : Meconopsis betonicifolia Franch.*, synonyme Meconopsis baileyi Stapf.* et dans la flore de Chine, synonyme de Cathcartia betonicifolia (Franchet) Prain
    famille : Papaveraceae.
    catégorie : vivace.
    port : touffe à rosette basale, hampe florale érigée.
    feuillage : caduc, pubescent, très doux, vert moyen, nervure médiane fortement marquée. Feuilles alternes oblongues
    floraison : du printemps au début de l'été, courant avril-juin. Sur un long pédoncule poilu, racèmes de quelques fleurs de 5 à 8 cm, à 6 pétales froissés à marge irrégulière, pétales disposés sur deux plans par 3 en quinconce.
    Boutons floraux inclinés, hérissés de poils jaunes.
    couleur : bleu ciel à bleu azuréen satiné, base des pétales tirant sur le violet mauve, disque staminique blanc virant en fin de floraison au jaune.
    fruits : capsules oblongues à 4-7 valves à poils roussâtres, contenant de fines graines réniformes et striées de 1 mm.
    croissance : moyenne.
    hauteur : 0.60 à 1,50 m, Ø ± 0,45 - 0,60 m.
    plantation : au printemps ou à l'automne, dp 45 à 60 cm, lui laisser le temps de s'installer; en principe, ne fleuri pas la première année,
    multiplication : par division et par semis au printemps ou en place à la fin de l'été.
    sol : urtout riche en humus, humide, mais bien drainé, légèrement alcalin ou neutre, il n'aime pas le calcaire.
    emplacement : ombre ou mi-ombre fraîche, à l'abri des vents froids et desséchants.
    zone : dans les régions fraîches et humides 5-9, U-K hardiness H5, USDA zones 5-7, tolère aisément des températures inférieures à - 20°C.
    origine : dans l'extrémité oriental de l'Himalaya, au sud-ouest de la Chine, au nord-ouest de la province du Yunnan, en partie limitrophe, au nord du Myanmar (ex-Birmanie), ainsi qu'au sud-ouest de la région autonome du Tibet oriental (Nyingchi et au nord, dans la région du lac Cuona), au-dessus de 3 000 mètres d'altitude et jusqu'à 4000 m d'altitude, le pied au sec, la tête dans la brume et les brouillards.
    entretien : en été, prévoir un paillage et ne pas oublier de maintenir le sol humide, elle se comporte mieux dans les régions pourvues d'un climat frais et humide en été.
    maladies et ravageurs : sujet à mildiou (downy mildew), et convoité par les escargots (snails) et les limaces (slugs), mais ignoré par les lapins et les cervidés.
    NB : son nom Meconopsis vient du grec 'mekôn' qui désigne le pavot et de 'opsis' qui signifie aspect extérieur et son nom spécifique, betonicifolia, signifie à feuilles de bétoine.
    Ce genre comprend 45 cinq espèces d'annuelles, bisannuelles ou vivaces à vie assez brève, 40 d'entre elles, originaires du plateau Tibétain et de ses contreforts, dans les prairies alpines et les rochers. En 2004, la poste chinoise à émis une série de 4 timbres de Meconopsis à fleurs jaune, rose, rouge et bleu, la poste indienne en mai 1996, une série himalayenne de 4 timbres où figure le bleu Meconopsis horridula et le Canada en 1997, sur le bleu Meconopsis grandis, puis en 2005, celui du Meconopsis betonicifolia.
    Vous pouvez le découvrir avec d'autres simplesb au jardin de Berchigranges est situé dans les Vosges, en Lorraine à Granges-sur-Vologne (88640), réalisé à 700 m d'altitude sur une carrière de granit.
    Parmi les cultivars à floraison bleue, citons :
    - Meconopsis x sheldoniihauteur de 1.30 m, fleur bleu à la fin du printemps et ses cultivars comme 'Branklyn' environ 1.60 m de haut.
    - Meconopsis'Jimmy Baine', de grande taille avoisine 1.20 m, floraison estivale, courant juin-juillet, 3 à 4 fleurs pas tige florale, dans un bleu azuréen, les veinules sont d'un ton plus foncé, formant quasiment un anneau plus foncé à la base des étamines blanches aux anthères jaune d'or. Pétales irisés par endroit de bleu violacé à violine. Multiplication uniquement par division des rhizomes.
    - Meconopsis'Lingholm' (photo haut de page) donné par certain comme synonyme de 'Sheldonii', environ 1.50 m de haut, fleur d'un bleu azuréen, base maculée et irisée de mauve pourpré, floraison très courte, environ 2 semaines de la fin juin à fin juillet, multiplication par semis.
    Quelques autres espèces :
    - Meconopsis aculeata Royle, Méconopside épineuse, une vivace alpine présente jusqu'à 4 500 m d'altitude, dans les éboulis au Cachemire et à l'est de l'état de l'Utaranchal, dans la région montagneuse du Kumaon, hauteur 0.20 à 0.60 m, touffe compacte de fleurs solitaires bleu ciel à bleu de France et gros bouquet d'étamines jaune, gros boutons floraux globuleux d'un vert pourpré hérissé de longs poils, feuillage lobés et tiges hirsutes.

    - Meconopsis bella Prain, touffe de 20 cm de haut, bouquet de fleurs solitaires d'un bleu électrique, étamines pourpres aux anthères d'un jaune vif sur des tiges pourprées hérissées de poils blancs.
    - Meconopsis discigera originaire du Bhoutan, centre et est du Népal, nord-est de l'état du Sikkim, espèce monocarpique à rosette basale, 30 à 60 cm de haut, hampe florale de nombreuses fleurs (30) à 4 pétales ovales bleu ciel à bleu azuréen, lavé de mauve lilas sur le pourtour étamines et anthères presque noires.

    - Meconopsis grandis Prain, Méconopside géant, Pavot bleu géant, localement en chinois, c'est le pavot bleu de l'Himalaya, pavot marine, originaire de l'Himalaya, 1.20 m, fleur bleu à violet à la fin du printemps. C'est la fleur nationale du Bhoutan.
    - Meconopsis horridula Hook.f. & Thomson, Méconopside épineux, en anglais 'Prickly Blue Poppy, Tibetan Poppy', présent de l'Himalaya jusqu'au centre du Japon, sur les versants rocailleux, hauteur entre 50 cm et 1 m, des feuilles basales oblongues couvertes d'épines jaunâtres avec la marge de la couleur des fleurs de 10 cm, dans son milieu, floraison d'un bleu vif, au début de l'été.

    - Meconopsis impedita Prain, fleur solitaire d'un violet mauve, étamines pourpre, anthères jaune pâle.
    - Meconopsis lancifolia(Franchet) Franchet ex Prain, synonyme Meconopsis eximia Prain, hauteur 0.10 à 0.35 m, feuillage spatulé, elliptique à lancéolé, de juin à août selon climat, une dizaine de fleurs (3 à 5 cm) bleu à bleu mauve base pourpré.

    - Meconopsis latifoliaPrain, originaire du Cachemire, 0.40 à 1 m de haut, racème de fleurs d'un bleu azur à 4 pétales à l'arrière-saison de juillet à septembre.

    - Meconopsis napaulensis DC. (1824), Papaver napaulense (DC.) Christenh. & Byng, Stylophorum napaulense (DC.) Spreng., endémique aux forêts élevées de l'Himalaya central et oriental, au Népal, dans le district de Rasuwa, dans la région des lacs du Gossainkund (autrefois Gossain-Than), et en zone limitrophe au Sikkim (nord-est de l'Inde).
    A son sujet, Hooker fils, écrit :
    " Cette superbe plante, vue à quelque distance, ressemble à une petite Rose-trémière, à fleurs jaunes. Elle a été découverte dans le Népal par les collecteurs du docteur Wallich*, et je l'ai trouvé dans les vallées intérieures humides du Sikkim, croissant dans des prés gras et luxuriants, sur les bords des forêts de pins (Abies webbiana, syn. Abies spectabilis (D. Don) Spach), à 10 ou 41,000 pieds, au-dessus du niveau de le mer."
    Planche dans le volume 3 (1856) de l'Illustration horticole, consultable sur Flickr.

    - Meconopsis pinnatifoliaC. Y. Wu & H. Chuang ex L. H. Zhou, découverte en 1979, originaire du Népal et du sud du Tibet dans les réserves naturelles du Nyalam et Gyirong, espèce monocarpique d'environ 1m de haut à rosette basale de feuilles lobées, nombreuses fleurs d'un bleu mauve, anthères jaunes.

    - Meconopsis primulina Prain, originaire de l'ouest du Bnoutan, monocarpique d'environ 20 cm de haut, racème de 3 fleurs à 4/8 pétales d'un mauve lilas, gros bouquet d'étamines de la même couleur aux anthères globuleuses jaune d'or.
    - Meconopsis quintuplinerviaRegel., Méconopside à quintuple nervures, hauteur 40 cm, en été fleur bleu ou violet vers la base pourpré.

    - Meconopsis simplicifoliaG.Don, endémique au Népal, Bouthan, Sikkim et à la région autonome du Tibet, 0.40 à 0.60 m, se comporte en annuelle, juste une rosette basale de feuilles lancéolées, se caractérise par une fleur solitaire couleur améthyste, tige vert et rouge pourpré (poils) vers l'inflorescence.

    - Meconopsis sinuataPrain de de 10 à 50cm de haut avec une rosette basale, fleur solitaire d'un violet améthyste, gorge violette, floraison estivale de juin à août.

    - Meconopsis villosa (Hook.f.) G.Taylor, depuis 2017, après révision du genre, nommé Cathcartia villosa Hook.f., pour les anglophones "Himalayan woodland poppy", endémique aux versants rocheux et forêts de l'Himalaya oriental, à l'est du Népal, l'État indien du Bengale occidental, dans la région de Darjeling, au Sikkim, ainsi qu'au Bouthan et au sud de la région autonome du Tibet, de 40 à 80 cm, fleur solitaire de 5 à 7 cm d'un jaune plus chaud que le jaune bouton d'Or, des feuilles plalmées de 5 à 10 cm à 7 lobes, marge dentée, voir photo © Morten Ross.

    - Meconopsis violaceaKingdon -Ward ), environ 2 m de haut, floraison en racème d'un bleu lavé de violet, courant juin-juillet.
    - Meconopsis wallichiiHook., le Pavot bleu de Wallich, vie assez courte, H, 1.20 m à plus de 2 m, l'espèce type est d'un bleu très pâle, un bleu dragée on le rencontre, floraison à la fin de l'été.

    Dans l'abécédaire , consulter l'autre espèce de Meconopsis et les autres espèces de pavots présentes dans l'Encyclopédie.

    Annotations :
    Meconopsis betonicifolia
    timbre
    *Darwin, naturaliste britannique Charles Robert Darwin (1809-1882), en 1825, il étudie la médecine à l'Université d'Édimbourg, puis la théologie et les sciences naturelles. En 1831, il entame un tour du monde à bord du HMS Beagle, jusqu'en 1860.
    Avec Alfred Russel Wallace*, il est le premier à décrire le mécanisme par lequel de nouvelles espèces se développent, qu'il nomme 'la sélection naturelle' relatée dans son ouvrage : 'On the Origin of Species by Natural Selection', publié en 1859, lire à ce sujet l'article du journal du CNRS.
    Institut Charles Darwin International, a publié ses oeuvres complétes en 35 volumes sous la direction de Patrick Tort, Directeur de l’ICDI - Muséum national d’Histoire naturelle, consulter.
    Il publie de nombreux articles et livres sur ses observations et ses déductions, lire 'Darwinisme et idéologie : Aspects historiques' chez Persée, par Dominique Lecourt, publié en 2009 dans la revue théologique de Louvain, pp. 480-489, d'autres articles à propos de Darwin y sont consultables.
    consulter sa biographie Larousse.
    *Franch., abréviation botanique pour le botaniste et taxonomiste français Adrien René Franchet (1834-1900), nommé en 1881, Directeur du laboratoire de phanérogamie du Muséum d'Histoire Naturelle de Paris, qui rassemble plus de 3 797 nouvelles espèces en provenance de la Chine et du Japon adressées par les 4 missionnaires collecteurs, le Père Armand David, par le missionnaire jésuite Jean-Marie Delavay dans la province du Yunnan, par Guillaume Farges et J.A. Soulié, qui donnèrent ces publications 'Plantae Davidianae ex Sinarum imperio', G. Masson, Paris, (1884-1888), Plantae delavayanae (1890) et 'Plantas Yunnanenses' (Bourloton - 1886).
    En résumé, les contributions apportées par Franchet à nos connaissances sur la flore asiatique sont importantes. On en jugera par ce seul fait. Le nombre des espèces chinoises actuellement connues se rapproche de 7 000, si elles ne dépassent pas ce chiffre ; or, plus de 1 200 espèces nouvelles de la Chine ont été décrites par Franchet. On lui doit, la connaissance de près du cinquième de la flore de Chine. Il a décrit neuf nouveaux genres : Souliea (Ranunculacées), Dipoma, (Crucifères), Delavaya (Sapindacées), Dactylea (Ombellifères), Nouelia (Composées), Omphalogramma (Primulacées), Schistocaryum (Boraginacées), Nomocharis (Liliacées) et Fargesia (Graminées).
    *Kerner, Anton Joseph Kerner von Marilaun (1831-1898), professeur de botanique systémique à l'Université de Vienne et directeur du jardin botanique, le grand expert de la flore alpine, qui a analyser les effets des changements climatiques sur les plantes (forme, cycle de vie) et les changements héréditairement transmissibles. Des travaux qui ont été suivis par Charles Darwin* et le naturaliste, biologiste britannqiue Alfred Russel Wallace (1823-1913) qui a étudié, le mécanisme de l'évolution par la sélection naturelle, théorie présentée en aout 1858 devant la Société linnéenne ; lire sa biographie chez Larousse. Des travaux qui seront suivis d'une publication :The Natural History of Plants, Their Forms, Growth, Reproduction, and Distribution en 1895-96 en anglais.
    L'auteur de la flore du danube en 1863. Abréviation botanique officielle A.Kern.
    *Stapf, botaniste et taxonomiste autrichien Otto Stapf (1857-1933), l'assistant du botaniste autrichien, Anton Kerner*, en désaccord avec celui-ci. En 1890, il part en Angleterre, où il travaille comme assistant principal des jardins botaniques royaux de Kew, en charge de l'Herbier de 1909 jusqu'en 1920.
    *Wallace, naturaliste, géographe, explorateur, anthropologue et biologiste britannique Alfred Russel Wallace (1823-1913), il est l'autre découvreur de la sélection naturelle, moins connu du grand public, grand défenseur de la théorie darwinienne auprès des anglo-saxons.
    Depuis 2013, certaines de ses publications ont enfin été traduites en français aux Éditions de l'Évolution ainsi que la publication de sa biographie 'Alfred R. Wallace, l'explorateur de l'évolution' de Peter Raby et Charles H. Smith le conservateur de bibliothèque américain a publié un ouvrage sur son oeuvre 'Enquête sur un aventurier de l'esprit - Le véritable Alfred R. Wallace', et des documents sont accessibles sur wku.edu. Western Kentucky University.
    *Wallich, chirurgien danois Nathaniel Wallich (1786-1854) qui travaille au Bengale pour le compte de la Compagnie des Indes orientales, là-bas, il s'intéresse à la flore de l'Inde, sa santé fragile fait qu'il passe 3 ans à partir de 1811 sur l'île Maurice au climat plus tempéré.
    En 1814, il est nommé, surintendant du Muséum de Calcutta et 3 ans plus tard, nommé surintendant du Jardin botanique de la East India Company, puis en charge, de celui de Singapour.
    Tout au long de sa carrière, il offre des spécimens aux collecteurs et se charge de l'acheminement des collectes vers l'Angleterre, en innovant des techniques, pour les conserver durant les longs mois de transport, les graines sont stockées dans de la cassonade, qui les conservent parfaitement. En 1847, il rentre en Angleterre pour y passer sa retraite.
    Durant sa vie, il échange une longue correspondance avec Charles Darwin et Sir Joseph Banks. Un genre de palmier poussant en Inde et en Birmanie lui a été dédié, Wallichia et des centaines d'autres espèces dédiées, sous les formes wallichii, wallichiana, wallichianus.
    Ses découvertes et descriptions ont été intégrées à 'Flora Indica, or, Descriptions of Indian plants par William Roxburgh, éditée en 6 volumes par l'éditeur scientifique William Carey à la Mission Press entre 1820 et 1824, consultable en ligne à la BHL ou Google Books jardin de Calcutta et ses dessins.
    'Tentamen florae Napalensis illustratae : consisting of botanical descriptions and lithographic figures of select Nipal plants' édité à Serampore aux presses de la Mission de 1824 a 1826.
    'Plantae Asiaticae rariores; or, descriptions and figures of a select number of unpublished east indian plants, by Nathaniel Wallich, illustré par Vishnu Prasad.. à Londres par Treuttel et Würtz, en 1830.
    L'herbier de la Compagnie des Indes orientales, plus connu sous le nom de 'Wallich Herbarium', est le plus grand herbier séparé de Kew.
    'Descriptions of some rare and curious plants édité à Calcutta par Medical and Physical Society of Calcutta en 1834.
    'Notes on the drugs called Mishme Teeta and Pucha Pat ; Notes on Cassia lanceolata (Senna) édité à Madras en 1837.
    Abréviation botanique officielle Wall.
    nmauric©22.01.2000 ® Jardin ! L'Encyclopédie
    ® par la Société des Gens de Lettres Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.




compteur gratuit