Pennisetum alopecuroides - Herbe aux écouvillons
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Herbe aux écouvillons, nommée par les anglophones 'Fountain grass'.
    Nom latin : Pennisetum alopecuroides  (L.) Spreng., synonyme Pennisetum compressum  R.Br.
    famille : Poaceae.
    catégorie : graminée vivace.
    port : touffe évasée ou arrondie.
    feuillage : caduc. Etroites feuilles linéaires vertes, rêches et un peu coupantes, apparaissant tardivement au printemps.
    floraison : fin d'été ou automne, décorative une partie de l'hiver.
    couleur : épis en goupillons cylindriques rosés ou beige argenté, ornés d'un petit toupet blanc. (photo grand format -60 ko)
    croissance : moyenne
    hauteur : de 0.50 à 0.80
    plantation : printemps.
    multiplication : division des touffes âgées ou semis au printemps.
    sol : sec ou frais, drainé, neutre, riche ou pauvre.
    emplacement : soleil, supporte le vent et les embruns.
    zone : 7 - 10
    origine : Asie orientale, Australie.
    entretien : rabattre les touffes de feuilles sèches au printemps.
    NB : Les épis soyeux des Pennisetum  sont très utilisés en composition florale.
    . Autres espèces :
    Pennisetum alopecuroides  'Hameln' : espèce florifère garnie de goupillons beige rosé dès août. H: 0.50/0.70m (photo du milieu)
    Pennisetum alopecuroides  'Japonicum' : forme une touffe aussi large que haute, épis brun roux. H: 0.80/1.20m.
    Pennisetum alopecuroides  'Little Bunny' : le plus petit des Pennisetum. Epis blanc nacré. H: 0.25 m (photo du bas)
    Pennisetum incomptum  : Espèce vigoureuse, rhizomateuse, qui peut coloniser des talus. Très longs épis beiges ou bruns dès juillet. H: 0.80/1.20m.
    Pennisetum orientale , belle espèce aux goupillons légers teintés de rose. Préfère un sol riche et frais. H: 0.50/0.80m.
    Pennisetum setaceum , espèce de zone 9 souvent utilisée en annuelle. Port arqué, très longs épis cuivre rose. H: 0.70/1m.
    Pennisetum villosum  : Cultivé en annuelle pour ses inflorescences cotonneuses, zone 8. H: 0.60m.
    Pennisetum clandestinum  : Ce Pennisetum est une espèce rhizomateuse très envahissante utilisée dans les régions méditerranéennes pour former un gazon résistant à la chaleur et au piétinement.
    Communément appelé Kikuyu il ne faut pas le confondre avec le Stenotaphrum secundatum voir sa fiche.

    Annotations :
    *L., abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), avant d'être anobli en 1757 Carl Linnæus, également médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède.
    Auteur de 'Systema naturae, Genera plantarum' et 'Species plantarum'.
    *C.K.Spreng., abréviation botanique pour le théologien, pasteur luthérien, professeur de botanique allemand Christian Konrad Sprengel (1750-1816), dès 1787, il se consacre entièrement à l'étude de la morphologie et la sexualité des fleurs (plus de 500 espèces), sur le rôle des insectes et celui du vent sur la pollinisation. Il publie le résultat de ses observations dans 'Das Geheimnis der Natur entdeckte im Bau und in der Befruchtung der Blumen - 1793 (Le Mystère de la nature nouvellement révélée dans la structure et la fécondation des fleurs), un ouvrage révolutionnaire négligé par ses congénères botanistes, déçu par ce manque d'intérêt, il ne publiera pas la suite de ses travaux. Enfin, en 1841, le naturaliste Charles Darwin reconnait l'importance de ses travaux qui lui serviront de base.
    Lire 'La sexualité des plantes' par Alec Bristow (ed.1978), ed en français, Robert Laffont, 1980. 'Les plantes: amours et civilisations végétales par Jean-Marie Pelt, (nouvelle éd. 1980) Arthème Fayard.
    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
Jardin! L'Encyclopédie
un compteur pour votre site