Lobelia siphilitica - Lobélie syphilitique, Cardinale bleue
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Lobélie syphilitique, Cardinale bleue, nommée par les anglophones 'Louisiana lobelia, Great Blue Lobelia' d'ou son nom parfois de Grande lobélie.
    Nom latin : Lobelia siphilitica  L.*
    famille : Campanulaceae.
    catégorie : vivace herbacée aux tiges cannelées légèrement poilues, d'une durée de vie avoisinant les 5 ans, guère plus.
    port : touffe dressée.
    feuillage : caduc, vert clair au printemps plus foncé ensuite. Feuilles alternes, sessiles, lancéolées vert clair à marge finement dentée.
    floraison : longue de l'été à l'automne (plusieurs semaines courant août à septembre-octobre selon climat), nectarifère visitée par les colibris et les papillons. Longs et denses épis de fleurs tubulaires (2 cm) à deux lèvres à lobes, supérieur 2, inférieur 3, 5 étamines, 1 style à stigmate bilobé, dans un calice à 5 lobes inégaux très effilés.
    couleur : bleu violacé en gorge macules plus foncées.
    fruits : capsule ovoïde à 2 ou trois loges contenant de nombreuses petites graines.
    croissance : très rapide.
    hauteur : 0.60 à 1 m, pour Ø 0.40, taille adulte entre 2 et 5ans.
    plantation : au printemps ou à l'automne, comptez 6 plants au m².
    multiplication : par division tous les deux ans, par semis spontané en place.
    sol : ordinaire, frais, riche, humide ou même marécageux, acide ou neutre.
    emplacement : soleil ou mi-ombre, évitez les expositions trop chaudes en été comme le couchant.
    zone : 5 - 9, bien qu'aiment les sols humides elle tolère des périodes de sécheresse et sur de courtes périodes la submersion de ses racines.
    origine : est des Etats-Unis.
    entretien : couper les tiges fanées pour favoriser la floraison et en fin de saison rabattre les touffes desséchées.
    ravageurs : dédaignée par les cervidés et les lapins.
    NB : Le genre Lobelia  est dédié par le père Charles Plumier* au médecin-botaniste flamand Mathias de L'Obel (1538-1616) qui vécut surtout en Angleterre où il fut le médecin de Jacques Ier, et son nom spécifique siphilitica  la croyance populaire la donnait apte à traiter la syphilis.
    Ce genre comprend environ 370 espèces d'annuelles, de vivaces herbacées ou d'arbustes, originaires des zones tempérées de l'Afrique et des Amériques.
    Elle est idéale dans les sous-bois humides, les jardins de curé, les jardins d'eau, dans les massifs en bords de bassin ou d'une pièce d'eau (là, elle s'y étend rapidement) ou simplement dans des potées que l'on n'oublie pas d'arroser. Elle est recherchée pour sa floraison d'arrière-saison, elle est cependant assez éphémère, il est donc prudent de diviser souvent les touffes au moins tous les deux ans. Elle s'utilise en fleurs coupées.
    Parmi les cultivars, citons :
    - Lobelia siphilitica  'Alba', Lobélie blanche, 0.60 à 0.90 m en fleurs, Ø 0.40, touffe dense à floraison en longs et étroits épis d'un blanc pur d'août à octobre, fin calice vert acide, semis spontané, fleurs fanées virant au fauve puis l'ocre brun.
    Lobelia siphilitica  'Blue Selection', une sélection de courte durée mais elle se ressème aisément, port érigé, floraison d'un bleu soutenu au coeur de l'été, une préférence pour les situations très ombragées, idéale pour les jardins d'ombre.
    Propriétés et utilisations :
    Elle était utilisée par les Indiens d'Amérique comme analgésique et pour soigner la syphilis, d'où son nom, elle contient des alcaloïdes toxiques pour les humains et les animaux et sa sève peut être irritante.

    Consulter la liste des autres Lobelia présents dans l'Encyclopédie, s'ouvrant dans un pop-up.

    Annotations :
    *Charles Plumier(1646-1704) révérend père marseillais, membre de l'Ordre des Minimes, élève de Joseph Pitton de Tournefort, conformément à la mode qu'il instaure de donner le nom de personnes célèbres (botanistes, naturalistes, explorateurs..) à un genre, l'un d'entre eux lui est dédié. Entre 1696 et 1689, il participe à plusieurs expéditions aux Antilles françaises et en Amérique centrale, au cours desquels il découvre de nombreuses espèces dont le genre bégonia qu'il dédie à Michel Begon, Intendant des Galères à Marseille, au retour de ses voyages il est nommé botaniste du Roi. On lui doit l'un des premiers herbiers de la Provence et du Languedoc.
    * L. : abréviation botanique pour le médecin, botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), auparavant Carl Linnæus, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binomiale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l’espèce, c'est la base de la taxinomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivie d'un parution 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède.
    f binet-gianoni et nmauric©2003 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site