Mucuna bennettii  - Griffe du Diable
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Griffe du Diable, localement 'Jade vermelha, Flama-da-Floresta' nommée par les anglophones 'Red Jade Vine'.
    Nom latin : Mucuna bennettii  F. Muell.*, synonyme Stizolobium bennettii  (F. Muell.) Ktze.
    famille : Fabaceae (Légumineuses).
    catégorie : Liane sarmenteuse volubile aux jeunes tiges glabres.
    port : grimpant, dense, compact.
    feuillage : persistant, coriace, vert vif. Feuilles trifoliées, alternes à 3 folioles elliptiques acuminées.
    floraison : en épis pendants assez courts, elle est éblouissante en début de saison sèche en climat tropical (entre Janvier et mars aux Antilles soit l'hiver) mais assez courte (une quinzaine de jours) avec parfois une première petite floraison en Décembre et une autre modérée en Mai. Fleurs bisexuées dont l'étendard est dressé à 10 étamines soudées à la base excepté l'une d'entre elle un style dans un calice à deux lèvres dont le supérieur est plus large. Floraison nectarifère visitée par les papillons.
    couleur : rouge orange (corail).
    couleur : les poils sur les gousses sont très irritants.
    croissance : rapide une fois installée.
    hauteur : 20-30 m.
    plantation : toute l'année.
    multiplication : difficile, soit par bouturage de tronçon de tige, soit par marcottage aérien, soit par semis à chaud, en prenant soin de scarifier les graines avant la plantation, pour la levée compter entre 30 et 60 jours.
    sol : plutôt frais ou humide, profond, riche ou fertile ; acide, neutre ou alcalin.
    emplacement : cette liane apprécie d'avoir une partie au soleil ce qui se passe quand elle envahit des arbres (qu'elle n'étouffe pas), culture possible en mi-ombre lumineuse.
    zone : 12, tropical ou équatorial, une température en dessous de 10°C peut être fatale.
    origine : dans les forêts de la Papouasie, Nouvelle Guinée.
    entretien : aucun si ce n'est une taille après la floraison pour limiter le développement si nécessaire.
    En serre il faudra également la planter en pleine terre, la floraison étant beaucoup plus rare en pot.
    NB : son nom Mucuna donné en portugais, venant de 'mucunàn' mot de la langue tupi-guarani, parlée par les tribus amérindiennes du Brésil et du Paraguay. et son nom spécifique bennettii écrit sous cette forme dédiée au zoologiste britannique Edward Turner Bennett (1797–1836) comme lui sont dédiées de nombreuses espèces d'oiseaux ou à son frère botaniste John Joseph Bennett (1801-1876).
    Ce genre comprend plus de 100 espèces, originaires des forêts tropicales des deux hémisphères.
    Les arbres sont le support idéal de cette plante, la floraison principale est vraiment quelque chose de magnifique, lorsqu'elle est bien installée elle peut donner une impression de 'cathédrale démoniaque'.
    Autres espèces :
    - Mucuna novo guineensis  Scheff. (donné comme synonyme) un peu plus fréquente que l'espèce décrite ci-dessus et s'en distingue par un développement moindre (jusqu'à 10-15 mètres) des épis floraux plus allongés d'une couleur nettement plus rouge éventuellement teintée de jaune, les jeunes tiges sont hirsutes.
    - Mucuna pruriens  DC., Velvet bean, Pois évêque, Pois mascate, originaire de l'Afrique l'ouest (Angola, Congo, Sierra Léone) et l'est de l'Inde, une annuelle grimpante de 3 à plus de 10m, de décembre à mars à fleur violet foncé ou blanche, qui est une source de L-Dopa, un acide aminé utilisé dans la maladie de Parkinson ou comme supplément alimentaire.
    - Mucuna sloanei  Fawc et Rendle., Ojos deVenado, originaire de l'Afrique l'ouest (Angola, Congo, Sierra Léone) et aux Caraïbes et aux Antilles, grande liane d'environ 6m de long à fleur jaune. Elle contient une teinture noire qui en Afrique est utilisée pour teindre les cuirs, les fibres et les textiles.
    - Mucuna urens  (L.) DC., Yeux bourrique, originaire des Antilles, liane à fleur violette ou jaune.


    Dans l'abécédaire consulter la liste des autres espèces de plantes grimpantes présents dans l'Encyclopédie.

    Annotations :
    *F.Muell., abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste explorateur britannique d'origine allemande, le baron Ferdinand Jacob Heinrich von Mueller (1825-1896), à la fin de ses études (vers 1847) il part en Australie, en 1849 il obtient la nationalité britannique, durant 43 ans il est le botaniste officiel du gouvernement de la colonie de Victoria, nommé en 1853 Directeur des Jardins botaniques de Melbourne puis en 1860, nommé Président de la Royal Society of Victoria. Tout au long de sa carrières il participe à des expéditions qui lui permettent de découvrir de nombres nouvelles espèces dont les Eucalyptus et les Corymbia et d'en introduire certaines d'entre elles en Europe; des espèces lui sont dédiées sous la forme muelleriana et muelleri, muelleriodes et la revue du jardin botanique se nomme Muelleria. En Allemagne, ses découvertes et descriptions sont régulièrement publiés dans la revue Linnaea, il est l'auteur de nombreux ouvrages sur la flore australien, dont 'Plants Indigenous to the Colony of Victoria' en 2 volumes Melbourne (1860-1865) en collaboration avec le botaniste britannique Alfred James Ewart (1872-1937) toujours réédité.
    ® par la Société des Gens de Lettres Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.

Colombie, tonnelle de 'Jade vermelha'

un compteur pour votre site