Restio tetraphyllus - Balaskion, Restio australien à 4 folioles
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Restio tetraphyllus, Baloskion tetraphyllum Nom commun : Restio à quatre folioles, Restio australien ou Balaskion australien, dans les pays anglo-saxons il est plus connu sous Baloskion, nommé par les anglophones 'Tassel Cord Rush' ('Tassel Cordrush'), 'Australian Reed' ou 'Plume Rush'.
    Nom latin : Restio tetraphyllus  (Labill.*) aujourd'hui nommé Baloskion* tetraphyllum  (Labill.) B.G.Briggs & L.A.S.Johnson, autrefois synonyme de Baloskion dichotomum  Raf. (nom. illeg.)
    famille : Restionaceae tribu Restionoe.
    catégorie : vivace herbacée aquatique à souche rhizomateuse traçante, formée d'écailles imbriquées; minces tiges cylindriques, rameuses finement divisées.
    port : dense, dressé, évasé, retombant.
    feuillage : persistant, vert brillant, la pointe des nouvelles pousses est lavée de rose.
    floraison : fin du printemps à l'été (selon climat). Épi, de minuscules fleurs dioïques à 4 pétales, épillets (± 9mm) femelles ovales à oblongs, les mâles sont plus courts et globuleux.
    couleur : brun rouge.
    fruits : petites capsules à loges.
    croissance : moyenne.
    hauteur : 0.50m à 1.50m et plus, Ø ± 1m.
    plantation : à l'automne ou au printemps selon climat.
    multiplication : par semis, division de souche ou portions de rhizome.
    sol : tous, frais et constamment humide.
    Restio tetraphyllus, Baloskion tetraphyllum emplacement : soleil, mi-ombre, ombre lumineuse.
    zone : 9 - 11, tolère -7 à -8°C, adapté aux eaux saumâtres, excellent tolérance au sel.
    origine : le long de la côte dans les landes humides, zones marécageuses, berges des cours d'eau au sud-est de l'Australie (dans l'état de Victoria, en Nouvelle-Galles du Sud et au Queensland) et en Tasmanie dans la région du Cap Van Diemen.
    entretien : s'utilise en fleurs coupées.
    maladies et parasites : En Australie, c'est la plante hôte des larves et chenille d'un papillon bleu Imperial Blue butterfly Jalmenus evagoras .
    NB : Son nom Restio  vient du grec et son nom spécifique tetraphyllus  vient du grec 'tetra' qui signifie quatre et 'phyllos' qui désigne la feuille. Ce genre comprend 91 espèces endémiques aux landes humides de l'ouest de l'Australie, de l'Afrique du sud dans la province du Cap, la région du Cap de Bonne espérance et quelques stations au nord-est de la province du KwaZulu-Natal fut.
    Il en existe une sous espèce endémique Restio tetraphyllus  subsp. meiostachyus  L.A.S.Johnson & O.D.Evans., synonyme Baloskion tetraphyllum subsp. meiostachyum  (L.A.S.Johnson & O.D.Evans) B.G.Briggs & L.A.S.Johnson  qui se rencontre le long de la côte est de l'Australie (Queensland, Nouvelle Galles du sud).
    Restio tetraphyllus Illustration PJF Turpin Parmi les autres espèces et/ou cultivars, citons :
    Ce restio ou Baloskion est idéal pour pour agrémenter d'une touche rectiligne le bord des bassins et des étangs ou simplement des potées d'aquatiques.
    Le genre Baloskion  , quant à lui ne comprend que 8 espèces australe, fimbriatum, gracile, longipes, pallens, stenocoleum, tenuiculme, et tetraphyllum  tous synonymes d'un Restio.
    Baloskion pallens  (R.Br.) L.A.S.Johnson & B.G.Briggs, synonyme Restio pallens  R.Br., connu sous le nom de 'Pale cord-Rush, Lake Poona sedge', au port compact, rectiligne, 1m à 1.50m de haut, Ø ± 1m, tiges vert foncé, au début du printemps floraison d'un brun rouge,.
    Baloskion tetraphyllum  'Didgery Sticks™' environ 0.80 à 1m de haut, Ø ± 0.50m, aux tiges d'un vert acide striées aux segments de rouge ou brun-rouge, pour les sols sablonneux, argileux et limoneux mais secs, pas de tolérance au sel.
    Baloskion tetraphyllum  'Dingo fern™' ± 0.70m de haut, port très étroit, tiges à feuilles très fines vaporeuses en bouquet alternes d'un vert granny smith, faisant songer à un plumeau.
    Baloskion tetraphyllum  'Koala fern™' assez proche du précédent ± 0.70m de haut, mais les bouquets sont plus grands et plus denses, toujours d'un éclatant vert granny smith.
    Baloskion tetraphyllum  'Goanna claw™' même taille, port plus évasé, les segments sont striés de brun-rouge presque noir, les fins bouquets de feuilles spiralées (en tire-bouchon).

    Restio tetraphyllus
    © Kurt Stueber
    Annotations :
    * Labill. abréviation botanique pour le médecin naturaliste et botaniste français Jacques Julien Houtou de Labillardière (1755-1834).
    En Angleterre, il fut en charge des herbiers ramenés lors de la première expédition de Cook, avant de participer à d'autres expéditions en Syrie, Palestine et Chypre, puis en Australie, qui découvre l'espèce en Tasmanie (ex Terre de Van diemen - Antony Van Diemen's Land), ainsi nommé en novembre 1642 par le navigateur, explorateur hollandais Abel Janzoon Tasman (1602/1603–1659) en l’honneur du Gouverneur général des Indes Orientales Anthony van Diemen (1593–1645).
    En 1793, le botaniste anglais James Edward Smith (1759 – 1828), lui dédie un genre, endémique à l'Australie Billardiera  Sm. (synonyme de Sollya  Lindl, Pittosporaceae) composé de 25 espèces d'arbustes buissonnant ou grimpant.
    *Turpin gravure en noir et blanc du botaniste, aquarelliste français Pierre Jean François Turpin (1775 - 1840).
    *Baloskion  le genre ne comprend que 8 espèces, il fut décrit en 1838.
    ® par la Société des Gens de Lettres Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site