Pinus parviflora - Pin à cinq aiguilles, Pin blanc du Japon
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Pin à cinq aiguilles, Pin blanc du Japon, où il est connu sous me nom de 'Goyo-matsu' ou 'Hime-ko-matsu' (selon la sous-espèce) nommé par les anglophones 'Japanese white pine'.
    Nom latin : Pinus parviflora  Sieb. et Zucc, donné pour synonyme de Pinus morrisonicola  Hayata Willk.
    famille : Pinaceae.
    catégorie : arbre (conifère) monoïque au tronc et aux branches assez basses, à l'écorce lisse d'un vert grisâtre qui se crevasse, s'écaille avec les ans en virant au gris-brun.
    port : dressé, trapu, conique un peu fastigié.
    feuillage : persistant, vert foncé glauque à reflets bleutés, les jeunes pousses dressées vrillées sont d'un vert acide, faisceau de 5 aiguilles (4 à 6cm) raides et piquantes, bourgeons pointus sont roussâtres.
    floraison : la pollinisation est effectuée par le vent.
    fruits : sur les sujets femelles, parvenant à maturité la seconde année, petits cônes ovoïdes (de 5-7cm x 3cm) d'un brun rougeâtre, demeurant longtemps en place plus de 7ans, contenant de petites graines ailées.
    croissance : très lente.
    hauteur : 8 à 20m étalement 4-5 m.
    sol : de préférence acide bien drainé, mais frais tolère bien le calcaire.
    emplacement : soleil, mi-ombre.
    multiplication : semis après stratification, greffage des variétés en fin d'hiver.
    zone : 2 - 9, tolère aisément - 40°C parfaitement adapté aux vents, ne supporte pas la sécheresse à besoin d'une atmosphère humide.
    origine : Japon, endémique aux îles Hokkaido, Honshu, Kyushu, Shikoku) dans les forêts jusqu'à 1800 m d'altitude et en Corée du Sud à l'est de la péninsule sur l'île d'Ulleung do (Mer du Japon).
    entretien : veiller à effectuer un arrosage régulier les deux premières années et les suivantes en période de sécheresse prolongée, pas de taille, juste les aiguilles lorsqu'il est mené en bonsaï.
    Les communes dans les régions infectées peuvent effectuer dans les lieux publics en été des traitements aériens ou à partir de nacelles des pulvérisations d'insecticides à base de Bacillus thuringiensis.
    NB : Son nom Pinus  les avis sont partagés, pour certains il aurait pour origine le mot 'pit' mot indo-européen qui désignerait la résine, pour d'autres il viendrait du celte 'pen' qui désignerait la tête, en latin 'pinus' désigne plus précisément le pin parasol et son nom spécifique parviflora  vient du latin 'parvus' qui signifie petit et 'flora' (flor, floris, florus) qui désigne la fleur.
    Ce genre comprend aujourd'hui entre 110 et 114 espèces (Europe (39), Afrique (4), Afrique du Nord (3), Amériques (94 dont 59 en Amérique du Nord dont 9 au Canada), en Asie (27) dont en Chine 7 endémiques et 16 introduites, et 4 espèces endémiques au Japon.
    Ce pin blanc à croissance très lente est depuis des siècles au Japon utilisé pour confectionner des bonsaïs qui sont nommés Goyo-Matsu (Goyomatsu). Celui de la photo du bas à 100 ans, vous pouvez le découvrir dans les jardins de l'ère Edo du salon de thé japonais Happo-en à Tokyo, Diaporama bonsaïs.
    C'est aussi un excellent bois de construction utilisé localement pour la confection des charpentes.
    Introduit en Angleterre courant 1861, comme arbre d'ornement par l'horticulteur-explorateur écossais John Gould Veitch (1839 – 1870), spécialiste du genre pour le compte des célébrissimes Pépinières James Veitch & Sons (1808) d'Exeter- comté du Devon au sud-ouest de l'Angleterre. En 1860, il arrive à Nagasaki pour parcourir le Mont Fuji. Durant son séjour, il y croisera Robert Fortune, tandis que 27 autres chasseurs de plantes parcouraient le reste du monde entre 1840 et 1860.
    Parmi les sous-espèces et cultivars citons :
    Pinus parviflora var. pentaphylla  (Mayr) Henry donné pour synonyme de Pinus pentaphylla  Mayr, connu sous le nom de Kita-goyo, originaire du nord de l"île de Honshu et du sud de l'île d'Hokkaïdo, se distingue par des aiguilles plus courtes.
    Pinus parviflora var. parviflora  Farjon (1998) donné pour synonymes de Pinus himekomatsu  Miyabe et Kudo,Pinus cembra  Thunb. non L., Pinus cembra  L. var. japonica  E.J. Nelson, Pinus heterophylla  C. Presl, Pinus pentaphylla var. himekomatsu  (Miyabe & Kudo) Makino, Strobus parviflora  (Sieb. et Zucc.) Moldenke, connu sous le nom de Hime ko- matsu, originaire du sud de l'archipel du Japon (sud et ouest de l'île de Honshu, Shikoku, Kyushu, sur l'île de Tsushima tout au nord et en Corée du sud.
    Pinus parviflora  Siebold et Zucc var. laevis  H.Hara.
    Il existe plusieurs sous-espèces ou cultivars de taille inférieure à croissance très lente qui s'utilisent dans les rocailles, massifs ou talus dans les petits jardins ou carrément en pot ou encore comme bonzaïs.
    Pinus parviflora  'Negishi', port buissonnant, bouquet d'aiguilles d'un vert bleuté à reflets argentés sur des rameaux ascendants.
    Pinus parviflora  'Glauca' au port conique, fastigié compact à cime arrondie, courtes aiguilles d'un vert à reflets bleutés. Avec le temps de 1m à 5m de haut pour un étalement de 1m à 4m.
    Autres espèces endémiques au Japon :
    Pinus amamiana  Koidz, Amami-goyomatsu, Pin blanc de Yakushima, une espèce menacée en voie de disparition, plus que 4 sujets endémiques au sud de Kyushu, sur les îles de Yakushima et Tanegashima.
    Pinus armandii  Franch., donné pour synonyme de Pinus excelsa  Wallich ex D. Don var. chinensis  Patschke, Pin d'Armand présent aussi à Taïwan, en Chine et au nord-est de l'Inde.
    Pinus densiflora  Sieb. & Zucc., Pin rouge du Japon, Aka-matsu, 'Japanese red pine', originaire du nord de l'île de Honshu, sur la côte au su et Shikoku), environ 20m de haut,découvrir un sujet traité en bonsai dans le diaporama (cliquer sur la photo bas de page).
    Pinus thunbergii  Franco, Pin de Thunberg, Pin noir du Japon, Kuro-matsu, 'Japanese black pine', le long des côtes des îles de Honshu, Shikoku, et Kyushu et Corée du sud, environ 40m de haut, Pinus thunbergiivar. corticosa  'Nishiki-matsu' est présent dans le diaporama.
    Pinus x densi-thunbergii , nommé Akakuromatsu, une hybridation spontanée entre les deux espèces.
    Pinus hakkodensis  Makino, Pinus x hakkodensis  un hybride spontané, issu d'un croisement entre Pinus parviflora  et Pinus pumila  (Pallas) Regel, découvert en 1931 au nord de l'île japonaise de Honshü, dans les monts Hakkoda, arbre d'environ 6m de haut, aiguilles courtes d'un vert de gris bleuté, cônes retombants.
    Autres espèces présentes dans l'Encyclopédie :
    Consulter la liste s'ouvrant dans un pop-up.

    Annotations :
    *Sieb. et Zucc., abréviation botanique pour Siebold médecin et naturaliste bavarois Philipp Franz Balthazar von Siebold (1796-1866) qui vécu au Japon entre 1823 et 1830, on lui doit l'introduction en Europe de fort nombreuses nouvelles plantes d'origine japonaise.
    Il est l'auteur de la très célèbre Flora japonica, en collaboration avec Joseph Gerhard Zuccarini (1797-1848) qui fut publiée entre 1835-1870, en 30 volumes avec des illustrations d'artistes japonais tel que Keiga Kawahara, descriptions et dessins consultables sur le site de l'université de Kyoto.
    nmauric© 06.06.2013 - ® par la Société des Gens de Lettres - - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l? exploitation commerciale sont expressément interdite
Jardin! L'Encyclopédie

un compteur pour votre site