Papaver rhoeas  - Coquelicot, Ponceau, Gravesolle
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Coquelicot, Ponceau, Gravesolle, Coq, Pavot des champs, Mahon, Chaudière du diable, nommé par les anglophones 'Field poppy' ou 'Red Poppy'.
    Nom latin : Papaver rhoeas  L.*
    famille : Papaveraceae
    catégorie : annuelle.
    feuillage : caduc, vert pâe, allongé, lobé, denté, velu et hérissé.
    port : dressé
    floraison : printemps, de mai à juillet suivant les régions. Fleurs solitaires en coupe, 4 pétales ondulés, 2 sépales, disque de 8 à 18 stigmates filiformes, un long pédoncule couvert de soies. Les boutons floraux sont ovoïdes, hérissés de poils, inclinés vers le sol, se redressant juste avant l'ouverture.
    couleur : rouge écarlate, avec sur chaque pétale une macule noire, stigmates filamenteux noirs, mini-capsule jaune pale.
    fruits : capsules vertes obovales glabres, aplaties sur le dessus contenant des graines minuscules, réniformes, évacuées au gré du vent par les ouvertures
    hauteur : 0.2-1 m
    multiplication : semis en place au printemps. Le coquelicot a évolué, autrefois les graines germaient l'année suivante, il s'est adapté et les graines survivent et mettent plusieurs années avant de germer, il lutte a sa manière contre les produits chimiques.
    sol : drainé, sinon tous
    emplacement : soleil
    origine : sud-est de l'Europe et/ou Asie Mineure, de la Turquie ou de la Bulgarie.
    zone : 5 - 9.
    NB : Un petit rappel, pour que les coquelicots s'installent, il ne faut pas être trop aggressifs sur le désherbage de vos plate-bandes ;-), le terrain ne doit quand même pas être trop sec ou trop pauvre.
    Laisser les fruits se former jusqu'à maturité pour que la plante se ressème.
    Il existe des cultivars de cette espèce à fleurs simples, doubles, bicolore pouvant être blanches, roses, oranges ou rouges.
    Le retrouver en fond d'écran.
    Certaines autres espèces peuvent être cultivées en annuelles comme par exemple Papaver alpinum  L. ou Papaver nudicaule  L.
    Son nom Papaver  vient du latin ou il désigne le pavot et son nom spécifique rhoeas  vient du grec 'mekon rhoias' qui désigne une sorte de pavot.
    Certains disent que son nom est dérivé de l’onomatopée Cocorico, allusion à la forme ondulé des pétales qui ferait penser à la crête du coq.
    Ce genre comprend environs cinquantes espèces d'annuelles, de bisannuelles ou de vivaces originaires principalement de l'Afrique, de l'Eurasie en zone tempérée et juste deux espèces originaires des États-Unis.
    Propriétés et utilisations :
    Il était déjà présent dans les ornements funéraires dans les sépultures égyptiennes.
    Dioscoride (médecin grec) en parlait aussi à son époque. Les Grecs mangeaient les jeunes feuilles en salade, coutume que l'on a poursuivi en Italie jusqu'au 16 éme.
    Au 19 éme, il était associé dans des bouquets patriotiques à la marguerite et au bleuet.
    Dans le langage des fleurs, le coquelicot signifie la beauté.
    Envahissant autrefois, les champs de blé, sa présence en trop grand nombre, rendait la récolte inutilisable pour faire de la farine.
    Il contient un alcaloïde rhoeadine qui est un excellent expectorant, pectorant, adoucissant, calmant.
    Utilisé pour colorer les vins, le thé et les médicaments, entre dans la composition de sirop, de bonbon.
    Pour les infusions ( les pétales ), il entrait dans la composition de la "tisane aux 7 fleurs" ayant la propriété de calmer les anxieux et les insomnies.
    Sa capsule est un chef d’œuvre d'ingéniosité, c'est elle qui a inspiré l'inventeur de la salière ?
    Pour la conserver, il faut passer le bout de la tige sous une flamme.
    Autres espèces présentes dans l'Encyclopédie :
    Papaver croceum  Ledeb. ou Pavot d'Islande , consulter sa fiche
    Papaver orientale  L. ou Pavot d'Orient, consulter sa fiche

    Liste des autres espèces de pavots présentes dans l'Encyclopédie, s'ouvrant dans un pop-up.

    Annotations :
    * L. : abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), auparavant Carl Linnæus, médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binomiale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Universitéd'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède.
    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
Jardin! L'Encyclopédie
un compteur pour votre site