Viola arvensis  - Pensée des champs
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    O. Gaubert © Florenligne
    Nom commun : Pensée des champs, nommée par les anglophones 'Field Pansy , Field Violet'.
    Nom latin : Viola arvensis  Murray, synonyme Viola tricolor subsp. arvensis  Murray
    famille : Violaceae.
    catégorie : annuelle herbacée.
    port : rosette basale, dressé, étalé, ramifié.
    feuillage : caduc, vert moyen. Feuilles alternes, oblongues à elliptiques, peu dentées pourvues d'un stipule divisé en 3/9 lobes. Les supérieures sont sessiles à marge crénelée.
    floraison : du printemps à l'automne (d'avril/mai à octobre). Petite fleur solitaire pourvue d'un éperon, composée de 5 pétales inégaux ( 2 dressés et deux latéraux dirigés vers le haut, 1 en bas et 5 étamines à anthères à deux loges, un style à un stigmate.
    couleur : 4 pétales supérieurs blanc crème à l'inférieur est maculé d'une grosse tache jaune griffé de violet foncé parfois lavé de bleu violet.
    fruits : capsules ovoïdes à 3 valves contenant de nombreuses petites graines rondes, capsules enchâssées dans un calice à cinq sépales effilés d'un vert légèrement violacé.
    croissance : rapide.
    hauteur : 0.10 à 0.30 m.
    habitat : terres arables et autres cultures, friches, décombres ; surtout sur sols sablonneux, parfois en grandes colonies.
    sol : tous bien drainé.
    zone de distribution : dans les cultures, les champs de céréales, les friches et le long des chemins et des voies ferrées et les jardins dans toute l'Europe jusqu'à 1800 m d'altitude, sauf à l'extrême nord.
    zone : 5 - 9.
    NB : son nom Viola  désigne les pensées et les violettes en latin, venant du grec 'ion' qui est le nom de toute petite fleur violet et son nom spécifique arvensis  pour préciser son habitat qui sont les champs.
    Ce genre comprend environ 550 espèces d'annuelles, de bisannuelles, de vivaces tapissantes caduques ou persistantes ou de sous-arbrisseaux, originaires des zones tempérées de l'hémisphère nord dont une grande partie présentes aux Amériques, dans la Cordillère des Andes, au Canada (26 espèces) et aux États-Unis (125 espèces), 4 espèces au Brésil, en France seulement 19 espèces, environ 91 espèces pour l'Europe, 91 espèces en Chine dont 35 endémiques connues sous le nom de 'Jin cai ya shu', au Japon nommées 'Miyama Sumire', 17 espèces et 8 sous-espèces, en Australie 13 espèces dont 3 introduites, 1 espèce sur l'île de Norfolk (sud-est de l'Australie), en Nouvelle Zélande 3 espèces dont deux espèces endémiques.
    Autres espèces de pensées présentes dans l'Encyclopédie :
    Viola cornuta  L., consulter sa fiche.
    Viola tricolor  L consulter sa fiche.
    Viola wittrockiana , consulter sa fiche.
    Les pensées présentes en France :
    Viola calaminaria  (DC.) Lej, Pensée calaminaire à fleur jaune vif.
    O. Gaubert © Florenligne
    Viola calcarata  L., Pensée des Alpes, Pensée éperonnée, petites fleurs violettes.
    Viola cenisia  L., Pensée du mont Cenis, Violette du mont Cenis aux fleurs mauve soutenu.
    Viola cornuta  Pensée cornue, Pensée à corne.
    Viola corsica  subsp. limbarae  , endémique sarde, à fleur blanche ou mauve améthyste.
    Viola diversifolia  (DC.) W. Becker, Pensée de Lapeyrouse, aux fleurs mauve à gorge jaune, les pétales supérieurs sont très larges arrondis, petites feuilles couvertes de poils blancs.
    Viola kitaibeliana  Schult., Pensée de Kitaibel, Pensée naine, mauve pâle, blanche et jaunese rencontre dans le sud-est de la France dont Hérault et en Suisse.
    Viola lactea  Sm., Violette blanchâtre, nommée par les anglophones 'Pale Dog-violet', feuilles obovales, fleurs blanche lavé d'un mauve très pâle.
    Viola lutea  Huds, Pensée jaune des Vosges, Pensée jaune, nommée par les anglophones 'Mountain Pansy', feuilles oblongues, fleurs jaune vif.

    Annotations :
    *Murray :, abréviation botanique pour le botaniste, naturaliste entomologiste écossais Andrew Dickson Murray (1812-1878), spécialiste des conifères et des insectes ravageurs des cultures. En 1857, il est nommé membre de la Royale Société d'Edimbourg, en 1860 membre et secrétaire de la Royale Horticulture Société (en 1868 membre du comité scientifique) et l'année suivante membre de la Société Linnéenne. En 1873, il se rend en Californie et dans l'Utah pour étudier les concessions minières il y entreprend une monographie inachevée sur les conifères et une autre sur les coléoptères.
    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.
 Jardin! L'Encyclopédie
un compteur pour votre site