Theobroma cacao - Cacaoyer
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Berthe Hoola van Nooten
    Nom commun : Theobroma cacao, Cacaoyer, Cacaotier, l'Arbre à chocolat, en catalan 'El cacau', en espagnol 'El cacao', nommé par les anglophones 'Cocoa, Cocoa tree'.
    Nom latin : Theobroma cacao  L.*
    Illustration planche 35 de Berthe Hoola van Nooten dans 'Fleurs, fruits et feuillages choisis de l’ille de Java: peints d’aprés nature' (1880), contributed by Missouri Botanical Garden, St. Louis, U.S.A
    famille : Sterculiaceae
    catégorie : arbre cauliflore, persistant avec des ramifications étagées.
    port : arrondi, lorsqu'il est cultivé.
    feuillage : persistant, alterne, pétiolé, oblong - lancéolé, coriace, rouge à la naissance , de 30cm environ.
    floraison : à la fin du printemps, fleurs aplaties, odorantes,minuscules à calice profondément divisé, 5 pétales en massues, qui sortent sur le tronc à l'aisselle des feuilles mortes, sur les branches latérales et les jeunes rameaux.
    couleur : d'un blanc jaunâtre et blanc verdâtre lavé de rose ou rose pâle.
    fruits : grosses drupes ovoïdales de 20 cm, jaune puis rouge marron à maturité, appelé cabosses contenant une pulpe mucilagineuse, sucrée et 30 à 40 fèves ovoïdes ou aplaties, rangées longitudinalement. Fleurit et fructifie toute l'année, à partir de la troisième année.
    croissance : rapide.
    hauteur : à l'état naturel 10 à 15 m, à des fins commerciales il est maintenu en buisson.
    multiplication : par semis, mais les fèves ont un pouvoir de germination de très courte durée (1 ou 2 semaine), si elles sont conservées dans la cabosse. Aussi par greffe pour conserver les caractères toujours effectués sur des porte-greffes issus de semis (enracinement) et par bouturage des rejets orthotropes.
    plantation : bien choisir son emplacement enracinement par racines pivotantes.
    sol : riche.
    emplacement : ombre importante.
    zone : 11
    origine : Amérique Centrale, forêts tropicales humides d'Amazonie.
    entretien : il est de mise de supprimer la première couronne, conduire l'un des gourmands (orthotropes) qui apparait sur le tronc pour conduire une seconde couronne, ainsi de suite, etc...
    NB : le nom générique Theobroma  donné par Linné est d'origine grec, composé de "theos" dieu et "brômé" nourriture donc la nourriture des dieux et son noms spécifique cacao  vient du nahualt "cacàhualt". Chocolat est d'origine aztèque "tchocoatl" signifiant "eau amère".
    Déjà cultivé par les Mayas, Incas, Aztèques à l'arrivée des premiers européens, c'est Cortès qui le rapporte à la Cour d'Espagne en 1528.
    Sous le règne de Moctezuma, cette fève était la base du système monétaire (1000 graines d'après Cortès, étaient égales à 3 ducats d'or).
    C'est un hybride qui utilisé en cacaoculture, le Cacao Trinitario, issu d'un croisement entre le Cacaoyer forastero Théobroma cacao sphaerocarpum et le Cacaoyer criollo Théobroma cacao cacao.
    Propriétés et utilisations :
    Les Espagnols considéraient que c'était un remède, un calmant, un stimulant, un aphrodisiaque puis comme diurétique, réservé durant plus de 100 ans aux Rois et la Cour, puis progressivement donné aux vieillards. En Colombie, dans la pharmacopée traditionnelle la feuille est utilisée comme tonicardiaque.
    En homéopathie, reconnu pour ses propriétés diurétique et tonique, il est prescrit dans le traitement des troubles du comportement et l'obésité.
    Le cacao contient entre autre des flavanoïdes, des catéchines dont la caféine et des alacaloïdes dont la théobromine, des substances effectivement stimulantes, anti-dépressives et surtout bénéfiques pour le système cardiovasculaire.
    Il a aussi été utilisé pour soigner les angines. Le beurre de cacao est largement utilisée en cosmétologie.
    En Espagne, courant 2017, découverte étonnante, contraire aux idées reçues qui a été faite par une équipe de chercheurs, le chocolat noir est bon pour le foie. Elle a observé que sur un groupe de sujets qui prenaient du chocolat noir, se produisait une amélioration de l'état de leur foie, la conclusion serait que la prise de deux à quatre carrés de chocolat noir par jour rend artères plus souples et diminue la pression artérielle d'environ deux points.
    Aujourdhui, les variétés cultivées sont regroupées par provenance génétique et géographique: Amelonado, Criollo, Contamana, Curaray, Guiana, Iquitos, Marañon, Nanay, Nacional. Pour avoir un kilo de chocolat il faut compter selon les variétés entre 300 et 600 fèves.
    La Côte d'Ivoire est le plus gros producteur, cultivé aussi au Ghana, au Brésil, aux Philippines et Insulindes.
    Fabrication du chocolat :
    La fermentation s'effectue dans des étuves à 45°, le processus d'oxydation aidant, le brun du cacao insoluble se développe, les cotylédons perdent leur saveur âpre et amère, après le séchage et la torréfaction, la majeure partie du beurre de cacao est extraite hydrauliquement pour obtenir la poudre de cacao, soluble dans de l'eau ou du lait.
    La première recette est due à l'abbesse des Visitandines du Bellay et reprise par Brillat Savarin.
    Il existe environ 22 espèces de cacaoyer, tous originaires d'Amérique Centrale et d'Amérique du Sud.
    Quelques autres espèces :
    - Theobroma bicolor  Humboldt & Bonpland, fruits à surface réticulée, cultivé en Amérique centrale.
    - Theobroma angustifolia  ex DC., synonyme Theobroma speciosa  Willd. ex Spreng. : fruit à duvet couleur rouille, cultivé en Amérique centrale.
    - Theobroma grandiflorum  Schum. aux grands fruits sur les jeunes branches, au péricarpe dur. Cultivé au Brésil et en Colombie.
    La pulpe sucrée, est utilisée pour la confection d'entremets et d'une boisson aromatique sucrée.

    Annotation :
    *L., abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), avant d'être anobli en 1757 Carl Linnæus, également médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède.
    Auteur de 'Systema naturae, Genera plantarum' et 'Species plantarum'.
    nmauric©17/04/2001- Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site