Wollemia nobilis  - Pin de Wollemi
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Wollemia noble, Pin de Wollemi, nommé par les anglophones 'Wollemi pine'.
    Nom latin : Wollemia nobilis  Jones, Hill & Allen.
    famille : Araucariaceae.
    catégorie : arbre (conifère) fossile de plus de 90 millions d'années, à plusieurs troncs. Les jeunes branches disposées en couronne ont une écorce qui s'exfolie en fines écailles d'un brun rougeâtre, l'écorce ressemble à des céréales au chocolat ou du Crunch.
    port : érigé, élancé.
    feuillage : persistant vert clair. En partie basse, long, étroit, flexible et recourbé disposé sur 2 rangs. Vers la cime plus court, plat, rigide, dressé vers le haut disposé sur 4 rangs. En l'hiver, les jeunes pousses sont protégées par des calottes dites polaires.
    floraison : bisexuée, produisant des cônes. En cime, les femelles (10 cm) sont globuleux, pourvus d'écailles pointues et renfermant des graines. Les mâles (15 cm) contiennent du pollen.
    croissance : dans de bonnes conditions climatiques rapide.
    hauteur : 35 m à 40 m.
    plantation : sous climat approprié de préférence à l'automne.
    multiplication : les premiers le furent in-vitro, possible par semis et bouturage.
    sol : de préférence acide frais, riche en humus.
    emplacement : soleil, mi-ombre dans son habitat.
    zone : 9 - 11.
    origine : endémique au Sud-Est Australien, dans le parc national de Wollemia National Park à coté des 'Blue Montains' à 150 km de Sydney.
    entretien : ses exigences ne sont pas encore très bien connues, en 2001 les premiers sujets cultivés dans les jardins botaniques étaient encore 'en cage' du fait de leur rareté !
    NB : son nom Wollemia  lui a été donné en souvenir de son lieu de découverte qui est le parc national de Wollemi, un mot indigène qui signifie 'Regardez autour de vous' et son nom spécifique nobilis  lui a été donné en souvenir de David Noble, officier des parcs de la Nouvelle-Galles du Sud, qui le découvrit au début de septembre 1994 dans une gorge gréseuse et humide, 38 sujets ont été répertorié dans cette zone là, âgés d'environ 400 ans.
    C'est l'unique représentant du genre dont il existe aujourd'hui moins d'une centaine dans leur milieu naturel.
    Commercialisé sous licence pour les premières fois en 2005 par quelques pépiniéristes australiens et depuis 2006 en Europe, il est possible de le trouver chez certains pépiniéristes ou jardineries, les acquéreurs participeront ainsi à l'un des programmes de conservation d'espèces permettant d'en assurer la survivance.
    En septembre 2006, acquisition par le Muséum National d’Histoire Naturelle de trois pins, à découvrir au Jardin des Plantes de Paris et à l’Arboretum national de Chèvreloup à Rocquencourt (Yvelines). Un autre spécimen se trouve au Jardin Botanique de Montpellier* (1596) que vous pouvez découvrir avec le 360° et avec Google Maps et des photosphères.

    Annotations :
    *Jardin Botanique de Montpellier à la demande de Henry IV, Pierre Richer de Belleval, enseignant en botanique et anatomie à la Faculté est en charge de la création entre 1593 1596 d'un Jardin Royal médicinal dédié à la médecine des simples, jardin entièrement détruit en 1622 lors du siège de Montpellier par Louis XIII. Aujourd'hui, 4.6 ha riche de plus de 2 679 espèces dont des arbres remarquables, une orangerie de 267 m² et 688 m² de serres, sans oublier en face le Jardin de la Reine avec la plus vieille glycine de France.
    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site