Euphorbia pithyusa - Euphorbe sapinette, des Baléares
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Euphorbia pithyusa - Isola dell'Asinara, Comune di Porto Torres, Trabuccato, Sardaigne
    Andrea Moro © Università di Trieste
    Nom commun : Euphorbe sapinette, Euphorbe-pin, Euphorbe des Baléares, Euphorbier à feuilles de genévrier*, autrefois Petite ésule, Pithyusa de Dioscoride, nommée par les anglophones 'Pithyusan Spurge, Grey Hedgehog', en espagnol 'Lechetrezna del campo'.
    Nom latin : Euphorbia pithyusa  (L.) Haw.*, synonymes Euphorbia balearica  Sennen, Tithymalus pithyusa  (L.) Scop., Tithymalus acutifolius  Lam., Galarhoeus pithyusa  (L.) Haw., Esula* pithyusa  (L.) Fourr., Euphorbia balearica  Willd. ex Boiss. in A.DC., Euphorbia bianorii  Sennen, Euphorbia cupanii  Bertol., Euphorbia imbricata f. angustifolia  Willk., Euphorbia imbricata f. latifolia  Willk., Euphorbia imbricata f. parvifolia  Willk., Euphorbia imbricata sensu  Willk., Euphorbia knochei  Sennen, Euphorbia mucronata  Lapeyr.
    The plant list note Euphorbia pythiusa  Friwald ex Nyman, nom non résolu en avril 2012.
    famille : Euphorbiaceae.
    catégorie : sous-arbrisseau à souche ligneuse.
    port : buissonnant, dressé, étalé.
    feuillage : persistant, succulent, gris vert glauque. Sur des tiges rougeâtres petites feuilles linéaires, lancéolées effilées en pointe, celles en partie basse sont imbriquées
    floraison : été.
    fruits : capsules contenant des graines ovoïdes d'un brun roussâtre.
    couleur des bractées : vert chartreux à jaune verdâtre.
    croissance : lente.
    hauteur : 0.20 à 0.40m.
    plantation : au printemps ou à l'automne, compter 6 pieds au m²
    multiplication : semis à peine recouvert à 20°C.
    sol : léger, pauvre, bien drainé, sans trop de calcaire.
    zone : 8 - 11.
    origine : endémique à la côte méditerranéenne présente dans les rochers maritimes, sables littoraux du sud-est de la France notamment en Provence, aux îles Baléares sur les rochers, dans les zones sablonneuses et les fourrés côtiers des îles d'Ibiza, de Formentera et les îlots voisins que l'on nomme les îles Pitiusas.
    entretien : supprimer les tiges sèches à la base.
    NB : son nom Euphorbia  désigne le genre en latin et en grec venant de 'Euphorbos' ou 'Euphorbus', nom d'un médecin, physicien grec qui selon Pline lui aurait été donné par Juba* II, Roi de Numidie, (Ier siècle avant JC), après avoir découverte l'épineuse euphorbe cactiforme marocaine Euphorbia resinifera , dont Euphorbus découvre dans sa gomme résine des propriétés médicinales et son nom spécifique pithyusa  vient du grec 'pitus' qui désigne le pin, le picea, c'est aussi le nom donné à un groupe d'îles aux Baléares.
    Esula  désignait autrefois un certain nombre d'euphorbes herbacées, mot venant du latin 'esus qui signifie mangeable, parce que l'on racontait que les Ethiopiens utilisaient comme poivre une espèce d'ésule.
    Euphorbia pithyusa - Flore descriptive et illustrée de la France, de la Corse et des contrées limitrophes, 1901-1906 Hippolyte Coste Ce genre comprend selon les avis entre 1700 et 2000 espèces d'annuelles, bisannuelles, vivace herbacées, arbustes, arbres et plantes succulentes, originaires pour un certain nombre des zones tempérées dont une cinquantaine présentes en France, 40 endémiques aux îles Canaries, 77 espèces présentes en Chine dont 11 sont endémiques et la plus grande majorité des zones tropicales sèches et subtropicales du globe.
    Illustration d'Hippolyte Coste dans "Flore descriptive et illustrée de la France, de la Corse et des contrées limitrophes", 1901-1906.
    Consulter la liste des autres espèces d'euphorbes présentes dans l'Encyclopédie, s'ouvrant dans un pop-up.

    Annotations :
    *Haw., abréviation botanique pour le botaniste-entomologiste, anglais Adrian Hardy Haworth (1767-1833), collectionneur et expert en plantes grasses, à qui l'on doit entre autre les premières descriptions de plusieurs genres tel que Notocactus, un genre lui a été dédié Haworthia.
    Dictionnaire raisonné universel de l'histoire naturelle, par J.Ch Valmont de Bomare - 1791.
    *Juba, nom d'un médecin-physicien grec qui selon Pline lui aurait été donné par Juba II, Roi de Numidie, (Ier siècle avant JC), après avoir découverte l'épineuse euphorbe cactiforme marocaine Euphorbia resinifera, dont Euphorbus découvre dans sa gomme résine des propriétés éméto-cathartiques qui feront que cette succulente sera prescrite durant des siècles pour soigner les morsures, pour lutter contre les empoisonnements et prescrite comme laxatif; de nos jours elle est toujours utilisée en homéopathie pour traiter les problèmes cutanées, brûlures, eczémas, inflammations, irritations, érysipèles et les zonas. Roi auquel a été dédié une autre espèce Euphorbia regis-jubae  J.Gay, nommée par les anglophones 'King Juba's euphorbia', à découvrir à Barcelone au Jardin de Montjuic.
    nmauric ©02.11.2000 - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site