Aesculus parviflora - Pavier blanc
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    en juin
    Phillip Merritt © Flickr
    Nom commun : Pavier blanc, Marronnier à petites fleurs, nommé par les anglophones 'bottlebrush buckeye, dwarf horse chestnut'.
    Nom latin : Aesculus parviflora Walter*, synonymes Aesculus macrostachya Michx.*, Pavia macrostachya (Michx.) Loisel., Aesculus parviflora f. serotina Rehder
    famille : Hippocastanaceae.
    catégorie : arbuste
    port : étalé, drageonnant.
    feuillage : toxique, caduc, vert moyen, débourant bronze virant au jaune d'or à l'automne. Feuilles palmées à 5 à 7 folioles comme des feuilles de marronniers de 25 cm.
    floraison : été, parfum agréable mais très discret, nectarifère visitée entre autres par les abeilles et les colibris.
    En longs panicules (30 cm) de 20 à 24 fleurs hermaphrodites à 4 pétales - deux latérales en forme de massue les deux plus étroits en partie supérieure à marge frangée, à très longues étamines.
    couleur : blanc crémeux jaunissant en fin de floraison, anthères roses sur des étamines blanches.
    fruits : toxiques, 1 à 3 marrons brillants, lisses, clairs, pourvues d'un hile blanc dans une bogue sans piquants.
    croissance : moyenne.
    hauteur : 1,50 m , étalement selon drageons.
    plantation : automne, hiver hors gel.
    multiplication : récupération des drageons, peut-être semis des marrons.
    sol : tous, sauf très mal drainé.
    emplacement : soleil, mi-ombre.
    zone : 7 - 10, une fois installé tolère une certaine sécheresse.
    origine : sud-est des États-Unis.
    entretien : n'aime pas avoir soif trop longtemps et le fait savoir, mais récupère très vite après un arrosage. Pour le rajeunir il peut être rabattu sévèrement car il redémarre de souche.
    NB : son nom générique Aesculus vient du latin où il désigne un chêne à glands comestibles et son nom spécifique parviflora signifie à petites fleurs.
    Ce genre comprend une vingtaine d'espèces d'arbres ou d'arbustes caducs, originaire principalement des États-Unis (10 espèces), de l'Asie en zone tempérée, dont 5 sont présents en Chine parmi eux 2 endémiques (et peut-être plus) et une seule espèce du sud-est de l'Europe.

    Dans l'abécédaire consulter la liste des autres espèces présentes dans l'Encyclopédie.

    Annotations :
    en juin
    Phillip Merritt © Flickr
    *Michx. , abréviation botanique pour l'agronome botaniste-explorateur français André Michaux (1746-1802), en 1785 il débarque sur territoire américain, mandaté par le gouvernement français d’inventorier les productions végétales, et d’expédier des plants ou des graines à Rambouillet pour les acclimater, afin de mener cette mission à terme il créé une pépinière près de New-York puis, plus tard, une seconde à Charleston, il a reçu de l'aide de la part des Bartram.
    Mais tout cela se passait pendant la période de la Révolution française (1789-1799) tant redoutée par les américains. Michaux est alors soupçonné d’être une sorte d’espion.
    En 1792 il débarque au Québec, ses ressources financières épuisées il quitté l'Amérique en 1796.
    Son herbier historique (collecté par lui-même) de la flore de l'Amérique du Nord composé de 2192 espèces, est conservé au Muséum National d'Histoire Naturelle, Paris. Mais, hélas il ne contient qu'une partie de ses collectes de la Flora boreali-americana, car sur le chemin du retour, il fait naufrage sur la côte néerlandaise, en causant la perte d'une partie de sa collection. A savoir, la rénovation de l'Herbier sur l'ensemble des collections botaniques entreprise en 2008, s'est achevée fin 2012.
    L'édition en 1803 de la première flore américaine 'Flora boreali-américana Flora boreali-americana, sistens caracteres plantarum quads in America septentrionali collegit et detexit' d'Andreas Michaux, réédité en 1820, a été en réalité rédigée par le botaniste français Louis-Claude Richard à partir de ses collectes et de ses travaux, elle demeure l'ouvrage de référence sur la flore américaine.
    *Walter, Thomas Walter (1740-1789) botaniste anglais qui en 1768 émigre en Caroline du Sud, il s'y installe comme planteur-commerçant, il y exerce un rôle politique. Il est l'auteur de 'Flora Caroliniana secundum systema vegetabilitum ...' publiée en 1788 à Londres.
    - nmauric©21.11.2000 - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.




compteur de visite