Rhodochiton atrosanguineum - Chapeau chinois
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Rhodochiton volubile Nom commun : Rhodochiton volubile, Rhodochiton pourpre foncé, Chapeau chinois, nommé par les anglophones 'Twining Rhodochiton, Purple bellerine, 'Purple bells, Mexican shell vine' et à tort 'Chinese purple bell vine'.
    Nom latin : Rhodochiton atrosanguineum  (Zucc.) Rothm.*, synonymes Rhodochiton volubile  Zucc.*, Maurandya atrosanguinea  (Zucc.) G.Nicholson , Lophospermum atrosanguineum  Zucc., Lophospermum rhodochiton  D.Don, nommé à tort par les pépinéristes Rhodochiton atrosanguineus , non reconnu par l'IPNI.
    famille : Scrophulariaceae.
    catégorie : vivace grimpante à souche ligneuse.
    port : grimpant, volubile, s'accroche par le pétiole des feuilles.
    feuillage : caduc ou persistant, feuilles cordiformes mucronées et crénelées, vert clair à rougeâtre.
    floraison : longue de l'été à l'automne.
    fleurs : axillaires, tombantes au bout de longs et fins pédoncules roses, ont une forme spécifique : d'un grand calice urcéolé à 5 lobes, sort un étroit tube corollaire pubescent de 2,5 cm de long à lobes arrondies, 5 étamines.
    couleur : rouge lie de vin, calice vieux rose poilu, étamines roses, anthères blanches.
    fruits : capsules globuleuses poilues, déhiscentes à 4 valves roses, enchâssées dans le calice, contenant des graines brunes (3 mm) aux ailes chiffonnées.
    croissance : rapide.
    hauteur : 2-3 m.
    plantation : au printemps.
    multiplication : semis courant février entre 15 et 20°, compter pour la levée entre 2 et 6 semaines, ou par bouturage de tiges au printemps ou en été.
    sol : riche, léger et bien drainé.
    emplacement : soleil.
    entretien : en extérieur, le palisser sur un support (grillage, treillage, colonne) et n'oubliez pas de l'arroser. Pour une culture en pot, laissez sécher le substrat entre deux arrosages et durant la période de croissance effectuer un apport d'engrais organique pour plantes à fleurs (riche en phosphore) pour favoriser la floraison.
    zone : 9 - 11, minima 15°C.
    origine : dans les forêts de l'Amérique centrale, au sud-ouest du Mexique (états de Guerrero, Oaxaca, Chiapas dans la Sierra Madre et le limitrophe Guatemala.
    NB : son nom Rhodochiton  vient du grec 'rhodon' mot qui désigne la reine des fleurs la rose qui fut dans la mythologie grecque l'emblème de la nymphe Rhode, mot issu de 'vrod', racine indo-européenne qui signifie flexible et de 'khitôn', chiton qui désigne une tunique grecque et son nom spécifique atrosanguineum  pourpre foncé vient de 'atro' noir et 'purpureus' pourpre.
    Découverte au Mexique par Zuccarini, qui dès 1828, il fait parvenir des graines en Allemagne qui sont plantées à Berlin et diffusé dans le reste de l'Europe, présente à Kew Garden dés 1849.
    Le genre Rhodochiton  ne comporte que 3 espèce, originaires des mêmes contrées.
    Au jardin, il est souvent cultivée en annuelle, ou dans des potées que l'on rentre l'hiver, ou encore dans des suspensions que l'on peut conserver durant des années en serre ou véranda.

    Consulter la liste des autres espèces de grimpantes s'ouvrant dans un pop-up.

    Annotations :
    *Rothm., abréviation botanique pour le botaniste-taxonomiste allemand Werner Hugo Paul Rothmaler (1908-1962), a qui l'on doit de nombreuses identifications d'espèces et parutions dans des revues scientifiques, un genre se limitant à une seule espèce lui a été dédié Rothmaleria granatensis (Asteraceae ).
    Zucc., abréviation botanique pour le le botaniste allemand Joseph Gerhard Zuccharini (1797-1848) a qui l'on doit l'introduction en Europe via ses établissements de Leide (Pays Bas) de nombreuses espèces de la flore japonaise dont les premiers hydrangea japonais entre 1860 et 1861. qui collabore avec le médecin naturaliste bavarois Philipp Franz Balthazar von Siebold (1796-1866). Ce sont les auteurs de la très célèbre 'Flora japonica', publiée entre 1835-1870, en 30 volumes avec des illustrations d'artistes japonais tel que Keiga Kawahara, descriptions et dessins consultables sur le site de l'Université de Kyoto.
    On leur doit l'introduction en Europe via les établissements de Leide (Pays Bas) de nombreuses espèces de la flore japonaise dont les premiers hydrangea japonais entre 1860 et 1861.
    Olivera Nowak & nmauric©20/06/2000- Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site