Agave americana  - Agave américaine
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Agave américaine appelée localement Maguey, Cabuya, Pita*, Piteira brava, Piteira de boi et par les anglophones 'American agave, Century plant, Maguey'.
    Nom latin : Agave americana  L.* synonymes , Agave americana subsp. americana , Agave americana var. americana  , Agave americana var. expansa  (Jacobi) Gentry, Agave americana var. latifolia  Torr. , Agave americana var. marginata  Trel., Agave americana var. mediopicta  Trel., Agave americana var. variegata  Hook., Agave americana f. picta  (Salm-Dyck) Voss, Agave americana var. striata  Trel., Agave americana var. theometel  (Zuccagni) A.Terracc., Agave americana f. virginica  Voss, révisé le 23.03.2013.
    famille : Asparagaceae (Agavaceae).
    catégorie : vivace succulente acaule.
    port : rosette de feuilles dressées et évasées.
    feuillage : persistant, disposé en spirale, succulent, épais, fibreux, vert-de-gris cireux à marge en dents de scie piquantes. Grandes feuilles lancéolées pourvues d'une pointe acérée.
    floraison : au printemps, durant 1 à 2 mois mais une seule fois; sur une hampe florale (Ø 20 cm) de 10 à 13 m de haut, inflorescences alternes, lorsque les fleurs s'ouvrent la plante dépérit, des rejets à la base ou sur le pourtour prendront le relais.
    Pour prolonger la vie de l'agave il suffit de supprimer l'inflorescence lorsqu'elle apparait.
    couleur : jaune-verdâtre.
    fruits : capsules déhiscentes ovoïdes noirâtres à maturité, contenant dans 4 loges des graines noires disséminées par le vent.
    croissance : lente.
    hauteur : 1.50 à 2 m pour un étalement de plus de 2 m.
    plantation : sous climat approprié au printemps. Tenir compte de son envergure lorsqu'elle sera adulte et bien choisir son emplacement car son enracinement est pivotant et traçant. Prévoir un espacement d'au moins 2 m.
    Lorsqu'elle est plantée sur des talus pour stabiliser les sols et limiter l'érosion compter de 3 à 5 m entre les rangs de plantation si possible en quinconce.
    multiplication : par semis de graines à chaud dans un substrat léger, par séparation des rejets et récupération des semis spontanés autour.
    sol : bien drainé et sec en hiver, une préférence lorsqu'il est argileux et sableux. Pour une culture en pot prévoir un mélange composé de 1/3 d'un bon terreau horticole et/ou de bonne terre de jardin, 1/3 de sable grossier et de 1/3 de petit gravier, perlite ou pouzzolane.
    emplacement : plein soleil ou une partie de la journée plus de 6h.
    origine : nord et centre du Mexique et sud des États-Unis dans les états de l'Arizona et du Texas. Introduite comme plante ornementale dans les jardins de l'Europe depuis 1730 et largement acclimatée dans les pays méditerranéens et en zones arides ou semi-arides comme en Afrique du Nord, l'est de l'Afrique et l'Australie.
    zone : 9 - 11. Cultivé en plein terre dans le Midi de la France, ailleurs rentrer les potées au sec à une température entre 3 et 8°C.
    origine : Amérique centrale (Mexique).
    entretien : juste supprimer les feuilles desséchées, attention à ne pas se piquer.
    Durant la période de végétation (mars - octobre), arroser régulièrement en prenant soin de laisser sécher le substrat entre deux arrosages, durant l'hiver ne pas arroser si la température est inférieure à 10°C. A l'intérieur, arroser seulement tous les 15 jours à 3 semaines, apport d'engrais rarement et sans excès.
    maladies et ravageurs : il peut subir les assauts des larves du charançon mexicain Scyphophorus acupunctatus  introduit en Italie en 1998, présent dans le sud de la France depuis 2007 creusant des galeries au coeur des feuilles et du système racinaire. S'attaquant également à d'autres espèces fibreuses comme les dragonniers et les yuccas. Sensible également à l'anthracnose Colletotrichum gloeosporioides , un champignons qui signale sa présence par des tâches circulaires d'un brun foncé, indiquant le pourrissement de la zone.
    NB : son nom du genre masculin Agave  vient du grec 'agaué' signifiant l'admirable, le noble, dans la mythologie grecque Agavé*, est la fille du roi de Thèbes Cadmos, mère de Penthée futur roi de Thèbes, qui refuse le culte de Dionysos. Au cours de bacchanales Agavé, en proie au délire prend son fils pour une bête sauvage et avec l'aide de ses deux soeurs, elle le réduit en pièces, voir voir représentation conservée au Louvre, relaté par Euripide* dans Les Bacchantes.
    Ce genre comprend plus de 350 espèces, qui sont originaire des Amériques, du Mexique et des Antilles, certaines d'entre elles sont largement naturalisées à travers le monde, selon la taille ce sont des espèces à cultiver au jardin en sujet isolé, dans les grandes rocailles, sur des talus ou sur le pourtour d'une parcelle pour confectionner une haie-clôture défensive qui sera d'abri aux lapins et aux oiseaux ou simplement dans des jardinières ou potées sur un balcon, une terrasse, selon taille un rebord de fenêtre; mais dans l'ensemble, elles ne sont guère adaptées pour une culture en appartement excepté lorsqu'elles sont vraiment de petite taille.
    Les Agaves ont la réputation de ne fleurir que lorsqu'elles sont centenaires, d'ou le nom de Century plant et qu'ensuite elles dépérissaient, ce qui n'est pas faux pour certaines espèces, mais en faite, bien des Agaves fleurissent beaucoup plus tôt, entre 6-10 et 30 ans. Lorsqu'elles se meurent, supprimer la hampe florale mais patienter un peu avant de la déterrer, car les rejets se développent sur leurs racines traçantes.
    Propriété et utilisation :
    Dans les pharmacopées traditionnelles africaines, les feuilles refendues et tiédies sont appliquées pour calmer les douleurs rhumatismales, leur sève est réputée pour ses propriétés diurétique, emménagogue, laxative et insecticide notamment pour lutter contre les termites. Les racines séchées sont prescrites en décoction pour traiter la syphilis. Des études sont en cours pour pour leur action hypotensive.
    En Afrique, elle est cultivé pour ses fibres pour confectionner des textiles et comme plante fourragère, le limbe des feuilles coupé en tronçons est consommé par le bétail. Pour une culture fourragère, les feuilles sont récupérer sur des agaves de 5 à 6 ans.
    Après séchage la hampe florale est utilisée pour confectionner des barrières.
    Parmi les sous espèces et cultivars, citons :
    - Agave americana var. marginata , Agave americana  'Marginata', originaire du Mexique de taille similaire, aux feuilles d'un vert bleuté marginées de jaune-crème est la plus répandue dans les jardins au climat doux, primé par la RHS*.
    - Agave americana  'Medio-picta', feuilles striées de raies jaunes et vertes.
    - Agave americana  'Medio-picta Aurea', feuilles vertes et jaune-crème, photo 2.
    - Agave americana var. striata , originaire du Mexique feuilles au limbe strié de jaune.
    - Agave americana var. oaxacensis , originaire de la région de Oaxaca, 1.50 à 2m en tout sens, feuilles étroites concaves vers la base d'un vert-bleuté pruineux.
    - Agave americana sunsp. protamericana  2 m de haut, pour un étalement de 3 m, port en demi-sphère, feuilles rectilignes vertes lavées de blanc, localement on fabrique du Mezcal avec appelé mezcal Arroqueño.
    - Agave americana x. scabra  larges feuilles très épineuses, port très évasé, vert bleuté pruineux, fait plus penser à Agave ferox , que à Agave scabra  au port dressé moins évasé.

    Consulter les généralités sur les succulentes.

    Annotations :
    * L., abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), auparavant Carl Linnæus, médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binomiale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale. Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'.
    A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède. L'Herbier de Linné (Linnean Herbarium), le plus riche de son époque ne contenait que 7000 plantes, est conservé au Musée national d'histoire naturelle de Stockholm.
    *Cabuya , c'est le nom donné aux cordes confectionnées avec la pita, et celui des cordages pour hamac, c'est aussi le nom d'une ville située dans le sud de la péninsule de Nicoya au nord-ouest du Costa Rica.
    *Pita, c'est le nom donné aux fibres provenant des feuilles.
    *représentation de Penthée sur un couvercle de lékanis à figures rouges, sa mis à mort par les ménades vers 450 - 425 avant J.-C. Athènes H. : 8,60 cm. ; D. : 25,40 cm, Collection Campana, 1861, département des antiquités grecques, étrusques et romaines du Louvre, Sully 1 e étage, Galerie Campana - salle 39, vitrine 7.
    *RHS, abréviation pour The Royal Horticultural Society, La Société Royale d'Horticulture, fondée à Londres 1804 qui décerne chaque année The Award of Garden Merit (AGM) à de nouvelles obtentions au cours du Chelsea Flower Show qui se déroule 5 jours durant du 23 au 27 mai à l'Hôpital Royal de Chelsea, à Londres. C'est l'une des plus grandes expositions florales au monde.
    *Euripide Les Bacchantes "Sa mère, la première, en sacrificatrice, prélude au meurtre et fond sur lui: mas, arrachant sa mitre, pour que l’infortunée Agavé le pût reconnaître et ne pas le tuer, Penthée lui caressait la joue et lui disait: Mère, c’est moi: je suis ton fils, ton fils Penthée, que tu as mis au monde au palais d’Echion. Ah! prends pitié de moi, ma mère, et ne va point, pour châtier mes fautes, immoler ton enfant ! Mais, l'écume à la bouche, et les yeux révulsés, n'ayant plus sa raison, de Bacchos possédée, Agavé ne l'écoute point. Elle prend des deux mains son bras gauche, et s'arc-boutant du pied au flanc de cet infortuné, désarticule, arrache l'épaule, non point certes avec ses seules forces mais avec celles que le dieu lui communique. Inô, sur l'autre flanc oeuvrait pareillement, et lacérait la chair chair, tandis qu’Autonoé venait à la rescousse avec la troupe entière des femmes. Ce n’étaient que confuses clameurs, lui, gémissant tant qu’il lui reste un peu de souille, elles poussant le cri d’assaut: l’une emportant un bras, une autre un pied avec le soulier même - et les flancs lacérés se dépouillaient de chair. De leurs sanglantes mains,toutes, ainsi qu’au jeu de la balle, en tous sens dispersaient les lambeaux de la chair de Penthée: et son corps mutilé gisait de part et d’autre sous les âpres rochers, dans les fourrés des bois, où l’on ne trouverait ses restes qu’à grand’peine. Quant à la tête de l’infortuné, sa mère l’a prise entre ses mains et plantée sur son thyrse; elle croyait porter la tête d’un lion, par tout le Cithéron promenant son trophée; ayant laissé ses soeurs aux danses des Ménades, elle s’enorgueillit de son butin funeste, et marche vers nos murs, invoquant Bakkhios son partenaire, son compagnon de chasse, le beau vainqueur auquel elle apporte un trophée arrosé de ses pleurs... ", Euripide Les Bacchantes, v. 1121-1130, traduction Henri Grégoire.
    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.

un compteur pour votre site