Euphorbia coerulescens  - Euphorbe bleue de mer
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Euphorbia coerulescens
    Università di Catania ©
    Nom commun : Euphorbe bleue de mer, nommée par les anglophones 'Sweet Noor'.
    Nom latin : Euphorbia coerulescens  Haw.* synonyme Euphorbia virosa  Willd.*
    famille : Euphorbiaceae.
    catégorie : succulente dont la sève est irritante, toxique par ingestion.
    port : érigé, buissonnant, ramifié.
    feuillage : épines persistantes.
    floraison : fin été à début automne.
    couleur : fleurs jaunes, petites, à symétrie pentagonale.
    croissance : moyenne à assez rapide.
    hauteur : 0.5 à 3 m.
    plantation : printemps ou début d'automne.
    multiplication : semis ou bouture au printemps
    sol : drainé, léger, plutôt sec.
    emplacement : soleil.
    zone : 10 - 11.
    origine : assez rare, de l'Afrique du Sud à la Namibie et au sud de l'Angola.
    entretien : en serre mélange composé de terreau, de terre et d'un peu de sable. Arroser pendant la croissance une fois par semaine et engrais pauvre en azote une fois par mois, laisser quasiment au sec le reste de l'année.
    NB: son nom Euphorbia  désigne le genre en latin et en grec venant de 'Euphorbos' ou 'Euphorbus', nom d'un médecin-physicien grec qui selon Pline lui aurait été donné par Juba II, Roi de Numidie, (Ier siècle avant JC), après avoir découverte l'épineuse euphorbe cactiforme marocaine Euphorbia resinifera , dont Euphorbus découvre dans sa gomme résine des propriétés éméto-cathartique qui feront que cette succulente sera prescrite durant des siècles pour soigner les morsures, lutter contre les empoisonnements et prescrite comme laxatif; de nos jours toujours utilisée en homéopathie pour traiter les problèmes cutanées, brûlure, eczéma, inflammations, irritations, érysipèle ou zona. Leur sève est irritante pour les muqueuses et les yeux, toxique par ingestion.
    Son nom spécifique coerulescens  vient du latin caeruleus, caerula désigne la mer Caeruleus désigne le bleu céruléen, bleu de mer.
    Localement cette euphorbe est utilisée pour confectionner des haies défensives et le latex est utilisé sur la pointe des flèches pour la chasse.
    Espèces proches :
    - Euphorbia horrida  Boiss., African Milk Barrel.
    - Euphorbia neriifolia  Linn,., Euphorbe à feuilles de Laurier-Rose, Hedge euphorbia, Oleander-leafed spurge,originaire de l'Inde, voir photo (© Université de Catane)
    - Euphorbia officinarum  Boiss., synonyme Euphorbia beaumeriana  Hook. f. & Coss. Voir photo © Université de Catane)

    Consulter les généralités sur les cactus & succulentes

    Annotations :
    *Haw., abréviation botanique pour le botaniste-entomologiste, anglais Adrian Hardy Haworth (1767-1833), collectionneur et expert en plantes grasses, à qui l'on doit entre autre les premières descriptions de plusieurs genres tel que Notocactus, un genre lui a été dédié Haworthia.
    Dictionnaire raisonné universel de l'histoire naturelle, par J.Ch Valmont de Bomare - 1791.
    *Willd., abréviation botanique pour le botaniste taxonomiste prussien Carl Ludwig Willdenow (1765-1812), qui fut également apothicaire et docteur en médecine. En 1798, il enseigne l'histoire naturelle, en 1801 il est nommé, directeur du Jardin botanique de Berlin-Dahlem qu'il entreprend de remettre en état. En 1810, à l'Université de Berlin, il occupe la chaire de professeur de botanique. Son herbier riche de plus de 20 000 espèces, se trouve depuis 1818 au Musée botanique de Berlin où il constitue la base de l'herbier.
    Il fait la connaissance en 1788 d'Alexander von Humboldt, qui lui adresse ses collectes, dont il assure l'identification; en même temps il s'intéresse à l'influence du climat sur les plantes, il y consacre d'ailleurs en 1792, un ouvrage 'Grundriss der Kräuterkunde', qui est toujours réédité. Les botanistes lui ont dédié 33 espèces de plantes et des espèces de champignons sous la forme willdenowiana et 73 sous willdenowii. On lui doit de nombreux ouvrages, dont 'Florae Berolinensis Prodomus' ( 1787) et son ouvrage de référence 'Hortus berolinensis sive Icones et descriptiones, plantarum rariorum vel minus cognitorum quae in Horto regio botanico berolinensi', première édition en 1803.
    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site