Symphytum caucasicum  - Consoude du Caucase
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Consoude du Caucase, nommée par le anglophones 'Caucasian Comfrey'.
    Nom latin : Symphytum caucasicum  Bieb.*, planche 3188 dans Curtis's Botanical Magazine, vol. 59 (1832) par W.J. Hooker, contributed by the Missouri Botanical Garden, U.S.A.
    famille : Boraginaceae.
    catégorie : vivace herbacée à tiges velues à à rhizomes traçants, enracinement pivotant.
    port : rosette basale, érigé puis retombant
    feuillage : comestible, caduc, rugueux, gaufré, à poils raides, vert de gris. Feuilles alternes, oblongues.
    floraison : au printemps à l'été (mars-mai courant juin, selon climat), nectarifère et mellifère. Racèmes de fleurs pendantes, hermaphrodites tubulées à corolle campanulées à 5 courts lobes, calice tubuleux poilu à 5 lobes effilés .
    couleur : superbe bleu.
    fruits : petites akènes à loges contenant chacune une graine.
    croissance : rapide
    hauteur : 0,6 m
    plantation : à l'automne ou au printemps en prenant soin de bien choisir son emplacement car l'enracinement est profond et pivotant. Compter 3 plants au m2.
    multiplication : semis, division, bouture de racine.
    sol : tous, plutôt humifère, riche
    emplacement : soleil, ombre, mi-ombre, sous-bois, humide
    zone : 3 - 9, une fois installée parfaitement adaptée à la sécheresse.
    origine : Caucase présente jusqu'au Moyen-Orient présente en Iran, introduite en Europe via l'Angleterre courant 1811.
    entretien : supprimer les fleurs fanées pour favoriser la floraison, une fois installée, elle peut comme les autres du genre se montrer envahissante, mais c'est aussi un excellents engrai naturel riche en potassium, activateur de compost, qui s'utilise en paillis et en purin.
    NB : Son nom Symphiytum  désigne déjà en latin et en grec des plantes aux propriétés cicatrisantes, vient de 'symphyton' qui signifie unir en un tout, son nom commun Consoude vient du grec signifiant 'aide à la soudure', faisant référence à ses propriétés cicatrisantes.
    Ce genre comprend une vingtaine d'espèces de vivaces, originaires de l'Eurasie dont 1 espèce en Chine, 3 espèces présentes en Amérique du Nord* avec de nombreuses hybridations incontrôlées dont certaines du genre sont cultivées dans le monde entier comme plante fourragère.
    Elle a sa place dans les jardins aromatiques, les jardins secs et les rocailles.
    Parmi les hybrides, citons :
    - Symphytum caucasicum  'Azureum', 0.40m de haut étalement au moins 0.75, aux fleurs azurée tirant au bleu-violet au moment de la fanaison.
    - Symphytum caucasicum  'Eminence', 0.40 m de haut, à fleur bleu, elle aurait une croissance assez lente.
    - Symphytum caucasicum  'Goldsmith', 0.30 à 0.40 m de haut, à fleur bleu ou rose pâle.
    - Symphytum caucasicum  'Hidcote Blue', 0.45 m de haut, à fleur bleu pâle et blanc, boutons floraux tirant sur le rouge.
    - Symphytum caucasicum  'Hidcote Pink', 0.45 m de haut, à fleur rose pâle et blanc.
    - Symphytum caucasicum  'Variegata', au feuillage panaché.
    Autres espèces :
    Symphytum grandiflorum  synonyme Symphytum ibericum  H 0.4m fleur blanc-jaune.
    Symphytum officinale  (Grande consoude) H 1.5m en fin printemps, fleur rouge, rose ou jaune.
    Symphytum x uplandicum  synonyme Symphytum peregrinum  fleur violet en été et var. 'variegatum' à fe. panaché
    Autres espèces présentes dans l'Encyclopédie :
    Symphytum officinale  L., Grande consoude , consulter sa fiche
    Symphytum orientale  Pall., synonyme Symphytum tauricum  Willd., Consoude d'Orient, consulter sa fiche.
    Symphytum tuberosum  L., Consoude tubéreuse, consulter sa fiche

    Annotations :
    *M. Bieb abréviation botanique pour le naturaliste-botaniste, explorateur prussien Friedrich August Maréchal von Bieberstein (1768-1826) qui en 1808 la nomma Arabis petiolata  en 1913, Cavara et Grande lui redonne son ancien nom. Bieberstein séjourna plusieurs années dans les monts du Caucase et au bord de la Mer Caspienne constitua un herbier conservé à l’Institut de botanique Komarov (Saint-Pétersbourg); on lui doit une flore du Caucase 'Flora Taurico-Caucasica exhibens stirpes phaenogamas: In chersoneso taurica et regionibus caucasicis sponte crescentes' (1808-1819 en 3 volumes ).
    - nmauric©24/04/2001 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
Jardin! L'Encyclopédie
un compteur pour votre site