Alchemilla mollis  - Alchémille molle, Patte-de-lion
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Catherine Baral © Démons & Merveilles
    Nom commun : Alchémille molle, Patte-de-lion, Manteau de Notre-Dame*, nommée par les anglophones 'Lady's mantle'.
    Nom latin : Alchemilla mollis  (Buser) Rothm.
    famille : Rosaceae.
    catégorie : vivace herbacée couvre-sol.
    port : touffe évasée en tous sens, arrondie.
    feuillage : persistant, vert franc, velouté. Feuilles palmatilobées à marge ondulée et finement dentelée.
    floraison : fin printemps à l'été (juin-août), inflorescences bien au-dessus du feuillage en grappes lâches de minuscules fleurs.
    couleur : jaune verdâtre à vert châtreuse.
    croissance : moyenne.
    hauteur : 0,15 à 0,45 m.
    plantation : de préférence de la fin de l'hiver au début du printemps ou à l'automne (selon climat) à 30 ou 40 cm de distance.
    multiplication : division au printemps, semis en tout temps.
    emplacement : soleil, mi-ombre ou ombre, mais les lieux semi-ombragés lui conviennent mieux.
    sol : ordinaire frais mais bien drainé, et même aux endroits lorsqu'il n'y a pas de profondeur, elle s'adapte.
    zone : 3/4 - 9.
    origine : Eurasie dont Japon, du sud-ouest de l'Europe jusqu'au Caucase et en Asie Mineure dont le nord de l'Iran.
    entretien : pour une plantation au soleil et/ou pour maintenir le sol frais et humide effectuer autour des pieds un léger paillage. En fin de floraison, veiller à couper les fleurs pour supprimer la formation et la dispersion de centaines de graines qui finirait par la rendre envahissante. Vous pouvez aussi, rabattre la touffe après la floraison, ainsi vous favoriserez la repousse d'une belle touffe de feuillage jusqu'aux gelées. Les tiges florales s'utilisent en fleurs coupées dans la composition de bouquets frais ou secs.
    Dans les régions au climat froid en fin de saison, il est conseiller de rabattre la rabattre et de protéger le pied avec le feuillage.
    maladies et parasites : attention, les jeunes pousses tendres sont convoitées par les escargots et limaces.
    NB : Son nom Alchemilla  vient de l'arabe 'Al-kemelih' puis en espagnol 'alquimila' mot qui désigne l'une d'entre elle Alchemilla arvensis ou Aphanes arvensis, le perce-pierre ou petit pied de lion, selon les alchimistes les gouttes de rosée rassemblées au centre des feuilles, étaient réputées avoir des propriétés médicinales et réputées favoriser la transmutation des métaux en or.
    Siro Kurita ©
    L'Alchémille molle ou Manteau de Notre-Dame, une belle rustique qui pousse aisément dans fort peu de terre, à sa place au jardin, même au nord comme couvre-sol dans les massifs, les mixed-border, les plate-bandes, au pied des massifs arbustifs ou dans les rocailles, idéale aussi pour confectionner des bordures le long des allées, des murets ou simplement dans des potées pour profiter de son feuillage qui retient les gouttes de pluie ou de rosée.
    Alchemilla mollis  'Thriller Irish skills' commercialisée aussi sous 'Thriller' au port plus étalé 60cm environ se distingue par une floraison estivale jaune soufre.
    Ce genre comprend environ 300 espèces de vivaces herbacées, originaires des zones tempérées de l'Europe, de l'Asie, de l'Amérique du Nord, Nouvelle-Zélande et Australie.

    Annotations :
    *Buser abréviation botanique pour le botaniste-taxonomiste suisse Robert Buser (1857-1931), spécialiste de l'histoire de la botanique des Rosaceae et des Alchemilla . En 1884 à Genève, il est nommé conservateur de l'herbier De Candolle* (Herbier du Prodrome de Candolle) initié par ce dernier en 1824. En 1921 son importante bibliothèque a été incorporée à celle de la ville de Genève.
    *Rothm. abréviation botanique pour le botaniste-taxonomiste allemand Werner Hugo Paul Rothmaler (1908-1962), a qui l'on doit de nombreuses identifications d'espèces et des parutions dans des revues scientifiques, un genre se limitant à une seule espèce lui a été dédié Rothmaleria granatensis (Asteraceae ).
    *De Candolle, Augustin Pyramus de Candolle (1778-1841), botaniste et docteur en médecin suisse, qui occupe en 1880 la chaire de botanique à la Faculté de Médecine de Montpellier, on lui doit une nouvelle classification des espèces expliquées dans 'La théorie élémentaire de la botanique (1813), ainsi que les 7 volumes du 'Prodomus systematis naturalis regni vegetablilis' (1824-1841) où sont décrites 60 000 espèces doublant ainsi les familles, ouvrages achevés par son frère et son petit-fils avec 80 000 plantes décrites. Auteur de 'Plantarum Succulentarum' (1799) ou l'histoire des plantes grasses et 'la Théorie élémentaire de la botanique' (1813). Il s'intéresse aux propriétés médicinales des plantes. Abréviation botanique officielle DC.
    - dnadeau & nmauric©22.01.2000 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.

Alchemilla mollis

un compteur pour votre site