Euphorbia cyparissias  - Euphorbe petit-cyprès
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    euphorbia cyparissias Nom commun : Euphorbe petit-cyprès, Euphorbe faux cyprès, nommée par les anglophones 'Cypress spurge'.
    Nom latin : Euphorbia cyparissias  L.*
    famille : Euphorbiaceae.
    catégorie : vivace dont les tiges contiennent un suc laiteux toxique qui peut provoquer des dermites de contact.
    port : touffe érigée puis étalée.
    feuillage : 'caduc', vert bleuté glauque, virant au jaune en automne. Petites feuilles linéaires éffilées en pointe.
    floraison : longue du printemps à l'été. Petits cyathes en forme de coupe.
    couleur : jaune-vert chartreux, lavé de rouge orangé à l'automne.
    fruits : petites capsules globuleuses à 3 loges renfermant chacune une seule graine ovoïde toxique.
    croissance : rapide, peut devenir envahissante.
    hauteur : 0.20 à 0.40 m.
    plantation : au printemps ou à l'automne selon climat, selon taille compter 5 à 6 plants au m².
    multiplication : par division ou semis au printemps.
    sol : bien drainé, léger, frais ou sec, acide ou neutre ou alcalin, fertile ou légèrement pauvre.
    emplacement : soleil.
    entretien : aucun.
    zone : 4 - 10.
    NB : son nom Euphorbia  désigne le genre en latin et en grec venant de 'Euphorbos' ou 'Euphorbus', nom d'un médecin-physicien grec qui selon Pline lui aurait été donné par Juba* II, Roi de Numidie, (Ier siècle avant JC), après avoir découverte l'épineuse euphorbe cactiforme marocaine Euphorbia resinifera, dont Euphorbus découvre dans sa gomme résine des propriétés médicinales.
    Ce genre comprend selon les avis entre 1700 et 2000 espèces d'annuelles, bisannuelles, vivace herbacées, arbustes, arbres et plantes succulentes, originaires pour un certain nombre des zones tempérées dont une cinquantaine présentes en France, 40 endémiques aux îles Canaries, 77 espèces présentes en Chine dont 11 sont endémiques et la plus grande majorité des zones tropicales sèches et subtropicales du globe.
    Comme toutes les euphorbes, lors de la taille les tiges exsudent une sève d'un blanc laiteux (latex), irritante et toxique, qui peut chez certaines personnes provoquer des dermites de contact par irritation de la peau, il est recommandé d'y faire attention lors de leur manipulation et de rincer tous les outils.
    Parmi les cultivars et variétés :
    - Euphorbia cyparissias 'Orange Man' au feuillage orange en automne.

     cyathes de euphorbia cyparissias
    Marie-France Bahuaud © Florenligne
    Consulter la liste des autres espèces d'euphorbes présentes dans l'Encyclopédie, s'ouvrant dans un pop-up.

    Annotations :
    *Juba, nom d'un médecin-physicien grec qui selon Pline lui aurait été donné par Juba II, Roi de Numidie, (Ier siècle avant JC), après avoir découverte l'épineuse euphorbe cactiforme marocaine Euphorbia resinifera, dont Euphorbus découvre dans sa gomme résine des propriétés éméto-cathartiques qui feront que cette succulente sera prescrite durant des siècles pour soigner les morsures, pour lutter contre les empoisonnements et prescrite comme laxatif; de nos jours elle est toujours utilisée en homéopathie pour traiter les problèmes cutanées, brûlures, eczémas, inflammations, irritations, érysipèles et les zonas. Roi auquel a été dédié une autre espèce Euphorbia regis-jubae  J.Gay, nommée par les anglophones 'King Juba's euphorbia', à découvrir à Barcelone au Jardin de Montjuic.
    *L., abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), auparavant Carl Linn&elig;us, médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède. Son herbier 'Linnean Herbarium', le plus riche de son époque ne contenait que 7000 plantes, est conservé au Musée national d'histoire naturelle de Stockholm.
    - nmauric ©15/03/00 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site