Urtica dioica  - Grande ortie, Ortie dioïque
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Ortie dioïque, Grande ortie, nommée par les anglophones 'Stinging nettle'.
    Nom latin : Urtica dioica  L.* sans synonyme.
    famille : Urticaceae.
    catégorie : vivace herbacée aux tiges carrées et aux rhizomes jaunes rampants.
    port : érigé.
    feuillage : feuilles opposées cordiformes disposées en croix, dentées, plus longues que larges, couvertes de poils urticants, irritants.
    tiges : quadrangulaires suffusées de pourpre sur les tranches, couvertes également de poils urticants*.
    floraison : de l'été à l'automne selon climat de juin à octobre, à l'aisselle des feuilles, en grappes dressées ou pendantes pour les fleurs mâles, en grappes pendantes pour les fleurs femelles. Le pollen est dispersé par le vent (anémophile)
    couleur : vert, crème lavé de rose.
    fruits : enchâssée dans le calice petites graines, qui sont dispérsées par le vent (anémochores).
    hauteur : 0,30 à 1 m.
    milieu : sols riches en azote à proximité des habitations, des fosses septiques et des fossés, des ruines et des friches.
    Elle affectionne les sols enrichis de déchets d'acide urique et les sols contaminés par les nitrates.
    emplacement : soleil, mi-ombre.
    plantation : prévoir au moins un pied au fond du jardin et/ou au potager. Les jeunes plants d’'ortie ne piquent pas.
    zone : 5 - 10.
    origine : largement distribuée dans les zones tempérées du globe présente en France et en Corse.
    maladies et ravageurs : c'est la plante-hôte de nombreuses espèces de papillons, lire la faune de l'ortie dioïque par Fr.Seyot et R.Coutin - INRA, Insectes n° 76.
    NB : son nom Urtica  désigne le genre en latin, venant de 'uro'qui signifie brûler faisant référence à ses poils urticans et son nom spécifique dioica  dioïque fait référence à sa floraison, les fleurs mâles et femelles sont portées par des pieds différents.
    Ce genre comprend une trentaine d'espèces de vivaces ou d'annuelles dont 5* présentes en France dont une endémique à la Corse, l'Ortie de Dodart, l'ortie vert noirâtre Urtica atrovirens qui est endémique également à la Sardaigne, l'Italie (en Toscane) et aux îles Baléares, son joli feuillage est vraiment traître car elle est excessivement urticante.
    Propriétés et utilisations :
    En cas de piqûre, il est conseillé de frotter l'endroit piqué avec des feuilles de marguerite, de plantain chiffonnées des feuilles de sureau pilées du jus d'oseille ou d'appliquer de l'huile d'olive, mais elle soigne les brûlures du 1 er et du 2e degré, cataplasmes sur les vésicules aussi.
    Dans la Rome antique, elle était réputée être aphrodisiaque, pour renforcer leur virilité, les hommes se fouettaient avec un bouquet d'ortie et les poètes la célébraient, tandis que Pline l'Ancien*, transmettait déja de nombreuses recettes de cuisine à base d'ortie.
    La cuisson ou le séchage supprime le pouvoir urticant des feuilles, qui contiennent du fer, du zinc, du magnésium, .. et de la vitamine K et C.
    Outre une utilisation culinaire (soupe, bière, etc...) l'ortie possède de nombreuses propriétés médicinales. Diurétique, astringente, elle active la circulation sanguine, élimine l'acide urique, soulage arthrite, goutte, eczéma, brûlures et hémorroïdes, et les quintes de toux.
    Une infusion de graines d'orties était autrefois prescrite pour stimuler la thyroïde et diminuer les goîtres.
    Les plus courageux pourront se frictionner les parties atteintes de rhumatismes avec une poignée de feuilles fraîches !
    Les graines peuvent être utilisées en cas de tuberculose et de bronchite, quant au rhizome il fournit un tonique du cuir chevelu.
    Elle est réputée auprès des jardiniers comme activateur de compost, c'est un engrais naturel précieux qui fortifie les plantes tout en éloignant certaines maladies fongiques à incorporer dans les paillis; c'est aussi le nauséabond purin d'ortie qui est très connu pour lutter contre les pucerons, les acariens, il semble fonctionner sur les larves ravageuses des carpocapses qui s'attaquent aux pommes et aux poires.
    On l’obtient en 2 ou 3 semaines en laissant fermenter 100g d'ortie dans un litre d’eau, en remuant jusqu'à ce qu'il y ait des bulbes avant de filtrer et de diluer à 10ù à 20 %., se prépare aussi sous forme de décoction à filtrer le lendemain matin, le résultat est presque sans odeur.

    Annotations :
    poils urticants, à leur base présence d'un liquide composé d'acétylcholine, de formiate de sodium et d'histamine.
    *5 espèces, 2 vivaces dont l'Ortie dioïque, la corse Urtica atrovirens  et l'ortie brûlante Urtica urens , et les 3 annuelles l'ortie à menbranes Urtica membranacea  et l'ortie romaine Urtica pilulifera  qui elles sont monoïques.
    *L., abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), avant d'être anobli en 1757 Carl Linnæus, également médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binomiale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède.
    Auteur de 'Systema naturae, Genera plantarum' et 'Species plantarum'.
    par la Société des Gens de Lettres®Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site