Dierama  - Canne à pêche des Anges
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Dierama pulcherrimum Nom commun : Canne à pêche des Anges, Diérame, nommée en Afrique du sud 'Hairbells' en afrikaner 'Grasklokkie' par les anglophones 'Angels' fishing rods', 'Fairy Wand Flower', 'Wand flowers', 'African hairbells', 'Fairybell', 'Grassy Bell, 'Wedding ou Flowering bell.
    Nom latin : Dierama sp. 
    famille : Iridaceae.
    catégorie : vivace géophyte bulbeuse à corme plus ou moins aplati se présentant en chaîne comme chez les Crocosmia, cormes à tunique fibreuse.
    port : touffe dressée, hérissée.
    feuillage : persistant, graminiforme, rigide, vert. Feuilles en glaive, très étroites, atteignant ± 50 cm.
    floraison : longue en été sur longues tiges florales, fines et souples, qui s'arquent sous le poids des fleurs ; épis ramifiés de clochettes pendantes qui s'ouvrent progressivement les unes après les autres, fleurs nectarifères butinées et pollenisées par les abeilles (liste dans la colonne à droite).
    couleur : rose pâle à rose pourpré (variétés horticoles blanches).
    fruits : petites capsules ovoïdes contenant de nombreuses graines brunes assez dures, les conserver au froid pour respecter la dormance avant la plantation.
    croissance : lente.
    hauteur : de 0.50 (touffe) à 1.50 m en fleurs.
    plantation : au printemps ou à l'automne (courant septembre-octobre sous climat approprié), en prenant soin de bien choisir l'emplacement elle n'aime pas être transplantée, poquets de cormes placer entre 5 et 7,5 cm de profondeur.
    multiplication : par division des touffes ou des cormes au printemps ou après la floraison, à n'effectuer qu'occasionnellement la reprise est lente la floraison est reportée aux deux années suivantes; par semis sous châssis à froid et avoir beaucoup de patience la première floraison entre 5 et 7 ans (selon l'espèce), de plus elle ne sera pas forcément de la même couleur.
    sol : neutre ou légèrement acide, riche, toujours frais en été mais drainé de façon à éviter le pourrissement des cormes en hiver. Pour les potées choisir un substrat drainant et acide
    emplacement : soleil.
    zone : 8 - 10
    origine : dans les prairies humides, marécageuses de l'est de l'Afrique et de l'Afrique australe.
    entretien : protéger les touffes l'hiver dans les régions froides, il est déconseillé de les rabattre cela ralentirait la croissance. Donner un peu d'engrais complet une fois par an au moment de la formation des épis floraux. N'oubliez pas de les arroser au printemps et en été lorsqu'il fait sec c'est la période de croissance (végétative) . Pour une culture en pot, cesser les arrosages après la floraison et ce durant la période de dormance, jusqu'à la fin de l'hiver.
    maladies et parasites : peut être sujette aux pucerons, une atmosphère trop sèche favorise la prolifération des araignées rouges, peut être sujette au champignons pathogènes de la rouille transverse du glaïeul Uromyces transversalis.
    NB : Dierama  vient d'un mot grec désigant un conduit, un entonnoir faisant allusion à la forme tubulaire du périanthe.
    Ce genre découvert vers 1770 par le botaniste Thunberg à l'est de la province du cap, compte 44 ou 45 espèces de vivaces persistantes, toutes originaires des vallées de l'Afrique tropicale et de l'Afrique australe (Éthiopie, Kenya, Uganda, Congo, Tanzanie, Malawi, Zambie, Zimbabwé et Mozambique, Afrique du sud et Lesotho), dont 26 d'entre du KwaZoulou-Natal. Les Diérames sont des plantes très gracieuses mais un peu capricieuses. Elles n'aiment pas être dérangées, il faut donc leur choisir dès le départ un emplacement ensoleillé et abrité, frais en été, sec en hiver.
    Fort décorative la Diérame est parfaite pour osciller sous la brise dans les jardins au climat approprié (Bretagne, Pays basque) dans les bordures, les mixed-borders, les massifs, les jardins minéraux (de gravier) associés à des graminées, près des pièces d'eau ou simplement dans des potées.
    Quelques autres espèces et cultivars :
    - Dierama argyreum  L.Bolus*, Diérame argentée, originaire de l'Afrique du sud, région du Natal, 0,80 à 1m de haut, floraison estivale de juillet à septembre en clochettes d'un blanc ivoire, boutons floraux jaune pâle même lorsqu'ils s'entreouvrent. Dierama dracomontanum  Hilliard*, Diérame du Drakensberg, Afrique du sud, originaire de la province of KwaZoulou-Natal, dans les prairies de la chaîne basaltique du Drakensberg et sur les versants au Lesotho (nommé Maluti Moutains) , 0, 60 à 1 m de haut, floraison nacrée rose corail à rose saumonné, fond de gorge blanc cernée d'une frise en zig-zag rose mauve cerclé de blanc et bractées paille, de la fin du printemps au début de l'été (juin-juillet) dans son milieu naturel floraison d'octobre à février. appellée à tort par certains Dierama pumilum , tolère jusqu'à - 15 °C c'est la plus rustique du genre.
    - Dierama igneum  Klatt*, originaire des provinces du Natal et du Cap,
    Dierama pulcherrimum
    Démons & Merveilles ©
    - Dierama pendulum  Baker*, synonyme Dierama ensifolium  K.Koch & C.D.Bouché, originaire d'Afrique du Sud, présente dans les provinces du Cap et celle du KwaZoulou-Natal où elle est une espèce protégée, d'environ 1,20m de haut aux fleurs rose pourprées (photo du haut) ou blanches chez la variété 'album', de 0.50 à 0.90 m de haut en fleurs.
    - Dierama pulcherrimum  Baker, nommée Diérame la plus belle, aux fleurs un peu plus longues (6 cm) (photos milieu et bas), entre 0.60 à 1.50 m de haut. Le cultivar 'Blackbird' floraison courant juillet d'un pourpre noir, les fleurs fanées sont lie de vin.
    - Dierama  'Cosmos' environ 90cm de haut, superbe floraison d'un rouge bordeaux, lie de vin.
    - Dierama  'Blackberry Bells' un hybride issu de croisemennt entre Dierama Cosmos  et Dierama robustum , environ 0,90m de haut, floraison en longues clochettes rose pourpre foncé.
    - Dierama reynoldsii  I.Verd.*, Dierame de Reynolds, originaire de l'Afrique du sud, provinces du Cap et du Natal 1m à 1,50m de haut, floraison d'un rouge bordeaux se détachant dans des bractées d'un gris argenté, superbe.

    Annotations
    * Carl Peter Thunberg (1743-1828), botaniste et naturaliste explorateur suédois à qui l'on doit en 1784 la publication de Flora japonica, puis Flora capensis (1807-1812), un genre riche de 200 espèces lui a été dédié Thunbergia et 261 espèces ou sous-espèces sous la forme thunbergii.
    *L. Bolus, abréviation botanique pour la botaniste-taxonomiste sud-africaine Harriet Margaret Louisa Bolus née Kensit (1877-1970), qui se consacre au début à aider un de ses oncles à la consitution de l'herbier de la province du Cap, elle en devint le conservateur en 1903. A partir de 1925, elle consacre le reste de sa vie à l'étude des succulentes et devint la spécialiste du genre Mesembryanthemum  (dans l'Encyclopédie la liste s'affiche dans la colonne à droite) oeuvrant jusqu'en 1955 avec l'aide de 2 botanistes à sa révision et au reclassement des espèces de la famille des Mesembryanthemaceae. Deux genres lui ont été consacrés Bolusanthemum  (1928) et de son nom de jeune fille le genre Kensitia  (1940),3 espèces de succulentes se nomment bolusiae.
    On lui doit 'Notes on Mesembryanthemum and some allied genera' (1938) qui paru en 1969 dans le 'Journal of South African Botany', c'est aujourd'hui l'ouvrage de référence.
    * K.Koch abréviation botanique pour Karl (Carl) Heinrich Emil (Ludwig) Koch (1809-1879).
    * C.D.Bouché abréviation botanique pour le botaniste berlinois d'origine française Carl David Bouché (1809-1881), qui fut nommé de 1843 à 1881 au Jardin botanique Royale de Berlin comme directeur technique, oeuvrant sur la structure et le développement des serres chauffées.
    * Klatt abréviation botanique pour le jardinier-botaniste allemand Friedrich Wilhelm Klatt (1825-1897) qui fut un des grands spécialistes de la flore de l'Afrique de l'est (Florae Africae) et spécialiste des Iridaceae et des Compositae, on lui doit des participations sur ces familles dans Flora brasiliensis auteur entre autre d'un ouvrage sur le genre Lysimacha  'Die Gattung Lysimachia L (1886) et Compositae Mechowianae (1892). Son herbier initié par Lehmann est conservé à l'Institut botanique de Hambourg
    *I.Verd. abréviation botanique pour la botaniste- collecteur, taxonomiste sud-africaine Mademoiselle Inez Clare Verdoorn (1896-1989) qui oeuvra à partir de 1917 sur les herbiers de l'Afrique du sud nommée assistante de la division botanique de Prétaria après un court séjeour de 2 ans à Kew, elle est fut nomé responsable cet herbier, enrichissant avec ces collaborateurs ceux du Swaziland, de l'Angola et du Zimbabwé collectant plus de 4000 plantes, en 1932 un genre sud-africain Inezia  (Asteraceae) lui a été dédié par Ed.P.Philipps, un genre initialement décrit par Klatt nommé Lidbeckia; et deux espèces dédiées sous verdoorniae, on lui doit de nombreuses parutions sur la flore de l'Afrique du sud.
    C.Baral & nmauric ©18/05/2003 - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site