Castanea sativa  - Châtaignier, Arbre à pain
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Castanea sativa
    Wenzel Liepoldt
    Nom commun : Châtaignier commun, nommé par les anglophones 'Sweet chestnut'.
    Nom latin : Castanea sativa  Mill, synonyme Castanea vesca  Gaertn.
    Illustration planche 19 aquarelle de Wenzel Liepoldt, dans 'Die Bäume und Sträucher des Waldes in botanischer und forstwirthschaftlicher Beziehung' de Gustav Hempel & Karl Wilhelm, Ed. Hölzel, 1889-1899, 3 volumes.
    famille : Fagaceae.
    catégorie : arbre fruitier d'une très grande longévité, pouvant atteindre plus de 2000 ans. Son enracinement est profond, pivotant et traçant.
    port : étalé, arrondi. Tronc assez trapu pouvant mesurer 2 m de diamètre à l'écorce lisse gris argenté, qui en vieillissant vire au gris- brun à brun foncé, se fissure longitudinalement et se vrille à l'inverse des aiguilles d'une montre.
    feuillage : caduc, vert foncé brillant sur le dessus, au revers mate et plus claire, virant du jaune au brun-roux à l'automne. Grandes feuilles (12-25 cm x 6- 8 cm) coriaces, oblongues-lancéolées, aiguës, à nervures saillantes (15 - 20) bord à dents aigues, court pétiole. Bourgeons foliaires ovoïdes recouverts de 2 écailles duveteuses.
    floraison : fin du printemps - début de l'été (fin mai/juin-juillet). Fleurs monoïques parfumées, mellifères, visitées par les abeilles. Les mâles regroupées en longs chatons cylindriques, dressés et les femelles regroupées par 3 à leur base (floraison décalée). La pollinisation est effectuée par le vent et les insectes.
    couleur : blanc jaunâtre pour les mâles et jaune verdâtre pour les femelles.
    fruits : (châtaignes) brun marron, dont l'amande est comestible, réunies par 2 ou 3 dans une enveloppe ou bogue hérissée d'épines acérées, qui à maturité (septembre-octobre) s'ouvre en 2 ou 4 valves.
    croissance : lente au début.
    hauteur : 20 - 30 m et plus.
    plantation : en automne, en prenant soin de bien choisir son emplacement car il n'aime pas être transplanté.
    multiplication : par semis de graines fraîches à l'automne (mais il faudra attendre environ 20 à 25 ans pour avoir une fructification) ou marcottage et surtout par greffage en écusson de rejets sur des souches d'anciens arbres abattus à cet effet (2 ans), compté 5 - 6 ans pour un début de fructification.
    sol : acide, profond, bien drainé (sablonneux), surtout sans calcaire.
    emplacement : soleil ou mi-ombre.
    zone : 5 - 9, sensible aux gelées.
    origine : Asie méridionale, péninsule balkanique et les Apennins, introduit par les Romains, dans le reste de l'Europe centrale et méridionale (latitude limite 52° N ) et en Afrique du Nord. Il se rencontre en zone tempérée, siliceuse, schisteuse ou granitique, en plaines ou basses montagnes de 400 à 800 m d'altitude.
    entretien : juste supprimer le bois mort, redémarre de souche.
    maladies et ravageurs : depuis 2010, la châtaigneraie ardéchoise est en survie car elle fait face au principal ravageur mondial du châtaignier le Cynips (Dryocosmus kuriphilus), une petite guêpe chinoise en provenance d'Italie qui pond dans les bourgeons au printemps et induit la formation de galles qui empêchent la pousse des feuilles et la formation des fruits, affaiblissant ainsi les châtaigniers qui ne peuvent plus faire correctement leur photosynthèse, engendrant des pertes de récolte considérables, en 2014 pouvant atteindre jusqu'à 100%.
    Il existe un moyen de lutte écologique avec l'introduction d'un parasite du Cynips, le Torymus sinensis entre de 2011 et 2014, une centaine de lâchers ont eu lieu mais il faudrait en effectuer à grande échelle, aujourd’hui (novembre 2014) la filière a besoin de vous et fait appel à toute personne sensible à la châtaigneraie ardéchoise pour participer au financement de cette lutte en réalisant un don, pour cela, un site Internet a été développé sur lequel il est possible de réaliser des dons en ligne, Sauvons la châtaigneraie ardéchoise.
    Le châtaignier est sensible à la maladie de l'encre Phytophora cambivora, un champignon apparu en 1860 qui empêche la sève de circuler dans le système racinaire, provoquant des lésions à la base du tronc qui exsudent la sève sous forme de liquide noirâtre, provoquant un dessèchement des branches à partir de la cime.
    Il est sensible au chancre de l'écorce ou Endothia Cryphonectria parasitica, un champignon apparu entre 1950 - 60, repérable sur l'écorce par la présence de lésions d'un brun-rougeâtre, qui provoque le dépérissement des parties atteintes, il existe un vaccin qui s'implante en perforant l'écorce.
    NB : son nom vient du grec 'kastanou' qui désigne la châtaigne. Ce genre comprend 12 espèces d'arbres caducs, originaires des zones tempérées d'Amérique du Nord, d'Asie méridionale, d'Asie du sud-est (Chine et Japon). Les châtaigneraies remonteraient au Moyen âge, réalisées par les moines, et dans nos régions ardéchoise et cévenoles, il était nommé l'arbre à pain, car durant des siècles, toutes ses parties étaient utilisées et c'était la base de l'alimentation pour les humains et le bétail.
    Suite à l'apparition du chancre, il y eut un abattage massif des châtaigniers et vers 1900 de nouvelles variétés japonaises furent introduites.
    L'INRA a créé de nouvelles variétés plus goûteuses et surtout résistantes aux maladies du châtaignier, et notamment celle de l'encre en effectuant des croisements entre Castanea sativa  et Castanea crenata .
    Parmi les principales variétés traditionnelles, citons :
    Castanea 'Aguyane', une variété toscane précoce, de taille moyenne et peu cloisonnée, vers la fin de la première semaine d’octobre, cultivée comme fruit de bouche dans le sud de l'Ardèche.
    Castanea 'Bouche de Clos' s'écrit aussi 'Clot', fruit strié d'un marron rouge avec un petit hile, variété très tardive, cultivée comme fruit de bouche pour son goût prononcé et très sucré, sert à confectionner des marrons glacés, dans le nord de l'Ardèche d'où elle serait originaire, vers Saint-Barthélemy-Grozon.
    Castanea 'Bouche Rouge', beau fruit non cloisonné peu sucré d'un beau rouge strié, hile rectangulaire, variété tardive cultivée en Cévennes et dans le centre de l'Ardèche (région Aubenas, Vesseaux), cultivé comme fruit de bouche et confectionner des marrons glacés.
    Castanea 'Comballe', beau gros fruit cloisonné très sucré et très fin en bouche, roux châtain brillant aux stries plus foncées, petit hile presque carré, variété cultivée en Cévennes et dans le centre de l'Ardèche serait une obtention très productive de la région de Privas.
    Castanea 'Figarette', petit fruit marron très gouteux, cultivé en Cévennes, consommé séché, grillé et transformé en farine.
    Castanea 'Garinche', cultivée dans le centre de l'Ardèche.
    Castanea 'Marigoule' ou Marigoule 15 et M15, un hybride naturel corrézien, cultivé dans les zones de basse altitude, issue de boutures, résistant à l'encre, à la rouille des feuilles, sensible aux scolytes, gros fruit acajou foncé brillant, cultivé dans le sud-ouest de la France (Cévennes et Ardèche) et en Bretagne pour la confiserie, être consommée bouillie ou accompagnement de viandes, variété utilisé aussi comme arbre de reboisement.
    Castanea 'Maridonne' cultivée en Cévennes, variété tardive se consomme bouillie, grillée et en accompagnement de viandes et volailles.
    Castanea 'Marron d'Olargues' (Hérault) , marron de Saint Vincent, gros fruit semi-tardif d'un châtain rouge très strié sensible à la rouille des feuilles, cultivé en Cévennes et Haut-Languedoc pour la conserverie.
    Castanea 'Pellegrine', largement cultivée en Cévennes notamment dans la Vallée française, se récolte en octobre, de petit calibre, s'utilise un peu pour tout.
    Castanea 'Précoce des Vans', petit fruit marron foncé brillant, la plus précoce de toutes ces variétés vers la mi-septembre, châtain rouge très strié.
    Castanea 'Pourette', très petit fruit rond très sucré, brillant avec un hile prononcé, milieu de la première semaine d'octobre, variété cultivée dans le sud de l'Ardèche pour la crème de marron et la vente sous forme de châtaignes blanches séchées.
    Castanea 'Sardonne' une obtention piémontaise commercialisée sous le nom de 'Marron de Lyon', 'Dorée de Lyon' ou 'Marron de Vesseaux', gros fruit tardif non cloisonné d'un beau châtain rouge doré, rond strié avec une hile minuscule, milieu de la première semaine d'octobre, peu sensible à la rouille des feuilles, cultivé au Périgord, Quercy, Limousin et au sud de l'Ardèche pour confectionner des marrons glacés, de la confiserie et la conserverie.
    Les marrons glacés les plus prisés seraient des variétés italiennes comme le 'Turin' une variété piémontaise de la Vallée Susa et 'Val Calore', une variété de la région de Naples.
    Propriétés et utilisations :
    Le terme de marron (ex: marron glacé) est employé pour certaines variétés de châtaignes qui ont une enveloppe qui ne pénètre pas dans l'amande. A ne pas confondre avec le marron, fruit de Aesculus hippocastanum qui n'est pas comestible car il est toxique.
    En 2014, la châtaigne d'Ardèche est enfin reconnue et valorisée, en obtenant une Appellation d'Origine Protégée (AOP).
    La dénomination Châtaigne des Cévennes est une marque collective (Association Châtaignes et Marrons des Cévennes et du Haut Languedoc), déposée en 2007 à l’INPI, avant l’obtention de l’AOC-AOP.
    La châtaigne se consomme fraîche, bouillie, grillée, rôtie ou séchée (entière ou sous forme de farine).
    Elle entre dans la confection de crêpes, crèmes, glaces, desserts, pâtisseries et confiseries (marrons glacés , marrons au sirop, crème de marrons, purée sucrée ou non et pâte de marrons) farces, purée, polenta, bouillies, soupes et potages, comme garniture de viandes rôties.
    La châtaigne est riche en protides, riche en minéraux (classé en ordre décroissant) potassium, phosphore, magnésium, calcium, soufre, sodium, en oligo - éléments tel que le fer, le cuivre, zinc et le manganèse et surtout vitamine C, elle contient également un peu de vitamines A, B1, B2, B5, B6 et PP. Fraîche, la châtaigne est un aliment complet.
    La pharmacopée traditionnelle utilisait l'écorce riche en tanin pour ses propriétés antidiarrhéiques, le feuillage pour ses propriétés astringentes, antitussives (toux, coqueluche) et fébrifuges. Les chatons séchés étaient autrefois utilisés pour aromatiser le tabac.
    Les bogues peuvent être utilisées pour teindre les tissus en beige, le feuillage est utilisé dans la confection de shampoing pour donner des reflets dorés. Le miel de châtaignier est un miel assez foncé, au goût légèrement amer, avec le temps il cristallise grossièrement.
    Son bois jaune brun, est riche en tanins (résistance à la pourriture), il se fend facilement et il a une bonne élasticité. Il est utilisé dans l'industrie du meuble, la tonnellerie, pour la confection de menuiseries d'intérieures ou d'extérieures, de ruches et de cercueils. Aussi comme bois d'oeuvre, pour la confection de charpente (il est réputé éloigner les mouches et les araignées), planchers, pieux, piquets de vigne et aussi pour la vannerie (découpé en fines lamelles tressées).
    Quelques autres espèces :
    Castanea crenata  Siebold & Zuccarini, synonyme Castanea japonica  Blume, le châtaignier japonais, originaire du Japon et du sud de la Corée, environ 15 m de haut.
    Castanea dentata  (Marsh.) Borkh., Châtaignier américain, originaire des États-Unis ( du Maine au Golfe du Mexique), environ 30 m de haut, en voie de disparition à l'état sauvage car vers 1895 furent introduit des châtaigniers de Chine Castanea mollissima  Blume, qui étaient porteur de l'Endothia, qui décimèrent de 1895-1940 presque tout ces châtaigniers. De très beaux sujets sont visibles à l'Arboretum de Tervuer en Belgique et en 1975 un sujet a été planté au Jardin botanique de Montréal (Canada).
    Castanea mollissima  Blume, synonyme Castanea duclouxii  Dode, Châtaignier chinois, originaire de Chine, environ 25 m de haut, cultivé pour ses fruits.
    Castanea pumila  Mill., synonyme Castanea alnifolia  Nutt, Châtaignier de Virginie, châtaignier nain, originaire d'Amérique du Nord, environ 3 à 4m de haut donnant des fruits de la taille d'une noisette.
    Castanea seguinii  Dode, synonyme Castanea davidii  Dode, originaire de Chine, environ 8 - 12 m de haut.
    Castanea vilmoriniana Dode, synonyme Castanea henryi  Rehder & Wilson, originaire de Chine, environ 25 à 30 m de haut, découvert tardivement vers 1900.
    - natacha mauric©18/10/2003 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.

Bogues et châtaignes

un compteur pour votre site