Salvinia auriculata  - Salvinie auriculée, Fougère d'eau
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    O Gaubert © Florenligne
    Nom commun : Salvinie auriculée, Salvinie à oreillettes ou encore Fougère d’eau, nommé par les anglophones 'Eared watermoss'.
    Nom latin : Salvinia auriculata  Aubl.*, synonymes Salvinia affinis  Desv., Salvinia biloba  Raddi, Salvinia hispida  HBK, Salvinia minima  Baker, Salvinia rotundifolia  Willd.
    famille : Salviniaceae.
    catégorie : fougère aquatique flottant à la surface de l'eau.
    port : étalé, ramifié.
    feuillage : 'persistant', vert acide à vert sombre, recouvert de poils dressés qui permettent aux gouttes d'eau de perler en surface. Petites frondes verticillées(1 à 3 cm), ovales-elliptiques, à nervure centrale fortement marquée, regroupées au minimum par trois. L'une d'elles légèrement découpée et semi- immergée, assure le développement des spores.
    croissance : assez rapide.
    hauteur : 0.01 à 0.03m.
    multiplication : par division.
    emplacement : soleil. Sans exigence sur la qualité de l'eau.
    zone : 10 - 11. Attention, les rentrer durant l'hiver. Température idéale entre 20 a 30ºC.
    origine : Amérique du Sud en zones tropicales.
    entretien : sans.
    NB : son nom Salvinia   vient du latin où il désignait le genre vient de 'salve' qui signifie 'être bien, en bonne santé et son nom spécifique auriculata  vient du latin 'auricula' qui désigne une petite oreille, auriculta qui a de petites oreilles.
    Ce genre comprend environ une dizaine d'espèces de fougères aquatiques qui flottent toutes à la surface de l'eau colonisant plus ou moins la surface des eaux.
    Elles sont originaires d'Amérique du Sud, Asie et Europe. Elles sont à cultiver avec prudence et leur prolifération est à surveiller car il a été constaté en Afrique dans les bassins des fleuves Niger, Sénégal, Volta et Zambèze que Salvinia molesta  introduit aux alentours de 1999 pour être utiliser nourrir les volailles, commençait à devenir aussi envahissante que Eichhornia crassipes (jacinthe d'eau) menaçant les ressources naturelles et la biodiversité. Il a fallut introduire un prédateur naturel, en l'occurrence un charançon (cyrtobagous salvinia) et mettre en place des projets de lutte contre ces adventices.
    Propriétés et utilisations :
    Elle est connue par les aquariophiles pour fixer l'azote, épurer les eaux, elle est utilisée pour nourrir les poissons.
    Autres espèce présente dans l'Encyclopédie :
    Salvinia natans  ( L. ) All., synonymes Salvinia europaea  Desv., Salvinia vulgaris  Rupr. ou Salvinie nageante, consulter sa fiche
    Quelques autres espèces :
    - Salvinia adnata  Desv., se rencontre en Afrique.
    - Salvinia cucullata  Roxb. ex Bory, originaire d'Asie (Inde) et d'Australie.
    - Salvinia cyathiformis  Maxon.
    - Salvinia hastata  Desv., synonyme Salvinia mollis  Mett., se rencontre sur l'île de Madagascar.
    - Salvinia herzogii  Sota : se rencontre en Amérique du Sud (Argentine).
    - Salvinia nigropunctata  A.Braun, synonyme Salvinia nymphellula  Desv., se rencontre en Afrique où elle est utilisée dans les pays du Sahel pour le lagunage à macrophytes en association avec la laitue d'eau.
    - Salvinia molesta  D.S.Mitch., originaire d'Amérique du Sud, se rencontre maintenant en Asie, Australie et en Afrique depuis 1999, elle peut devenir envahissante, risque de devenir un alien aux États-Unis dans certaines régions comme la Louisiane.
    - Salvinia nuriana  de la Sota & Cassa, originaire d'Amérique du Sud (Brésil).
    - Salvinia oblongifolia  Mart, originaire d'Amérique du Sud (Brésil).
    - Salvinia radula  Baker, originaire d'Amérique du Sud (Brésil et Guyane).
    - Salvinia sprucei  Kuhn, se rencontre sur l'Amazone.

    Consulter la liste des autres aquatiques ou semi-aquatiques présentes dans l'Encyclopédie, s'ouvrant dans un pop-up.

    Annotations :
    *Aubl., abréviation botanique pour le botaniste français Jean Baptiste Christian Fusée Aublet (1720-1778)., on lui doit 'Histoire des Plantes de la Guyane Françoise rangées suivant la méthode sexuelle, avec plusieurs mémoires sur différens objects intéressans, relatifs à la culture & au commerce de la Guiane Françoise, & une notice des plantes de l'Isle-de-France' (il n'y a pas de fautes d'orthographes) publiée en 1775 édition Pierre-François Didot- Paris, 4 volumes et planches illustrées.
    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
Jardin! L'Encyclopédie
un compteur pour votre site