Arisaema costatum  - Arisaéma à côtes
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Arisaema costatum Nom commun : Arisaéma à côtes, en chinois 'Duo mai nan xing', nommé par les anglophones 'Cobra Lily'.
    Nom latin : Arisaema costatum  (Wallich*) Mart.*, synonymes Arisaema costatum  (Wall.) Mart. ex Schott & Endl., Arisaema wallichianum  Hook.f., dans la flore népalaise il est nommé Arum costatum  Wall.*
    famille : Araceae.
    catégorie : vivace à tubercules.
    port : dressé, étalé pour le feuillage.
    feuillage : 'caduc', vert soutenu, brillant, côtelé. Grande feuille (30 à 40 cm) à trois larges folioles aux veines profondément marquées donnant un aspect côtelé, marge ondulée bordée de rouge.
    floraison : début de l'été (juin-juillet suivant le climat). Sur une tige lisse pourprée, une spathe en forme d'étroit cornet incurvé vers l'avant effilée en pointe au centre un spadice unisexué filiforme recourbé, terminé par un long filament en partie basse petites fleurs charnues.
    couleur : pourpre veiné et strié de blanc, spadice pourpre.
    fruits : il n'y a pas de fructification car ceux que nous trouvons dans le commerce sont généralement des clones hybrides. Dans son milieu naturel, serrées sur l'épi, nombreuses baies charnues vertes puis rouge orangé à la fin de l'été, début de l'automne, attention aux enfants elles sont très toxiques, elles contiennent entre autre des oxalates de calcium.
    croissance : très lente.
    hauteur : 0.50 à 1m.
    plantation : à l'automne, entre 7 ou 8 cm de profondeur, en espaçant les tubercules d'au moins 40 cm.
    multiplication : par division des tubercules, compter entre 2 et 4 ans pour le voir fleurir.
    sol : frais, riche en humus et humifère, mais lui aussi supporte assez bien la sécheresse estivale, l'important est d'avoir un substrat frais et humide surtout au printemps.
    il peut être cultivé dans des potées dans un bon terreau de feuilles enrichi additionné de terre.
    Il faut respecter son cycle de croissance, en prévoyant l'arrosage vers la fin de l'hiver et au printemps, puis le réduire après la floraison, durant l'hiver le conserver dans un local frais.
    emplacement : mi-ombre.
    zone : 7-10.
    origine : dans les clairières en zones forestières de centre de la Chine et nord-est de l'Inde en altitude dans la chaîne de l'Himalaya, au sud de la région autonome du Tibet dans le district de Nyalam et celui de Dinggyê en zones limitrophes au Népal, en zone tropicale.
    entretien : sans. Comme pour tous les autres du genre juste un peu de patience et laisser faire la nature, il faut lui laisser le temps de s'acclimater et de s'installer. Veillez à marquer son emplacement pour ne pas détruire par inadvertance les tubercules.
    Si vous optez pour la solution de déterrer les tubercules pour l'hiver, il faut les conserver dans un endroit frais et sec.
    NB son nom Arisaema vient de l'association de deux mots grecs, 'Aron' qui désigne un arum et 'haima' qui désigne le sang, faisant référence aux spathes souvent de couleur rouge foncé.
    Si vous le trouvez dans le commerce, comme pour toutes les autres Arisaema, c'est l'idéal pour apporter une touche d'exotisme dans les massifs ombragés ou dans les sous-bois, comme les autres du genre.
    Ce genre comprend environ 150 espèces de vivaces tubéreuses, originaires des zones tempérées ou subtropicales du globe terrestre.
    Propriétés et utilisations :
    Le tubercule de certaines espèces du genre sont utilisées dans les pharmacopées traditionnelles asiatiques pour traiter l'épilepsie et les attaques cérébrales.
    Autre espèce :
    - Arisaema candidissimum  W.W. Sm. appelé Arisaéma très blanc ou extrêmement blanc, consulter sa fiche.

    Dans l'abécédaire, consulter la liste des autres espèces de vivaces bulbeuses dans l'encyclopédie.

    Annotations :
    *Mart., abréviation botanique pour le botaniste, ethnographe et explorateur allemand Carl Friedrich Philipp von Martius (1794-1868) .On lui doit de nombreux ouvrages dont Brasilianische Reise 1817-1820, réédité en 1994, 'Historia naturalis palmarum: opus tripartitum' tome 1 en 1826 c'est cet Histoire naturelle des palmiers en 3 volumes qui lui vaudra d'être enterré en décembre 1868 dans un cercueil recouvert de feuilles de palmier fraîchement cueillies.
    *Wall., abréviation botanique pour le chirurgien danois Nathaniel Wallich (1786-1854) qui travaille au Bengale pour le compte de la Compagnie des Indes orientales, là-bas il s'intéresse à la flore de l'Inde, sa santé fragile fait qu'il passe 3 années à partir de 1811 sur l'île Mauric au climat plus tempérée. En 1814, il est nommé surintendant du Muséum de Calcutta et 3 années plus tard il y est nommé surintendant du Jardin botanique de la East India Company, puis en charge de celui de Singapour. Tout au long de sa carrière, il offre des spécimens aux collecteurs et se chargent de l'acheminement des collectes vers l'Angleterre, en innovant des techniques pour les conserver durant les longs mois de transport, les graines sont stockées dans de la cassonade qui les conservent parfaitement . Il rentre en Angleterre passer sa retraite en 1847. Durant sa vie, il échange une longue correspondance avec Charles Darwin et Sir Joseph Banks. Un genre de palmier poussant en Inde et en Birmanie lui a été dédié Wallichia et des centaines d'espèces lui ont été dédiées sous la forme wallichii wallichiana ou wallichianus.
    L'herbier de la Compagnie des Indes orientales, plus connu sous le nom de 'Wallich Herbarium' est le plus grand herbier séparé de Kew.
    Ses découvertes et descriptions ont été intégrées à 'Flora Indica, or, Descriptions of Indian plants par William Roxburgh, éditée en 6 volumes par l'éditeur scientifique William Carey à la Mission Press entre 1820 et 1824, consultable en ligne à la BHL ou Googlebook jardin de Calcutta et ses dessins.
    'Tentamen florae Napalensis illustratae : consisting of botanical descriptions and lithographic figures of select Nipal plants' édité à Serampore aux presses de la Mission en 1824-1826.
    'Plantae Asiaticae rariores; or, descriptions and figures of a select number of unpublished east indian plants, by Nathaniel Wallich, illustré par Vishnu Prasad... à Londres par Treuttel et Würtz en 1830 .
    ® par la Société des Gens de LettresConformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site