Rhus coriaria  - Sumac des corroyeurs, Corroyère
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Sumac des corroyeurs, Sumac des voyageurs ou Corroyère, nommé par les anglophones 'Sicilian sumac'.
    Nom latin : Rhus coriaria  L.
    famille : Anacardiaceae
    catégorie : arbuste à la ramure fragile et cassante contenant de la moelle.
    port : ramifié, érigé.
    feuillage : caduc, brillant sur le dessus, revers velu, vert moyen virant orange-rouge en automne. Grandes feuilles (10-20cm) imparipennées à folioles sessiles, ovales-lancéolées à marge dentée, le pétiole ocre clair est velu.
    floraison : du printemps à l'été (mai-août suivant le climat). Minuscules fleurs nectarifères, étoilées réunies en denses panicules (15 à 20cm) érigées, pyramidales sur des tiges velues ocre claire.
    couleur : blanc-jaune.
    fruits : petites drupes aromatiques rousses hirsutes.
    croissance : moyenne.
    hauteur : 3-4 m.
    plantation : au automne ou au printemps selon climat.
    multiplication : bouturage de tiges aoûtées ou division de rejets.
    sol : indifférent, surtout bien drainé, adore le calcaire.
    emplacement : soleil. Supporte bien la chaleur et la sécheresse.
    zone : 3 - 9 .
    origine : Europe méridionale, Asie occidentale, Proche-Orient en basse altitude souvent le long des côtes rocheuses.
    entretien : sans.
    NB : son nom Rhus vient du grec 'rhous', mot qui désigne déjà le genre et coriaria vient de 'corium' qui désigne le cuir. Sumac vient du mot arabe 'summaq' ou du mot persan 'somagh' qui désigne l'espèce.
    Ce genre comprend environ 200 espèces de vivaces, d'arbustes ou arbres caducs ou persistants souvent dioïques.
    Propriétés et utilisations :
    Le feuillage riche en tanin est encore récolté à la fin de l'été (juillet-septembre) pour être utilisé lors du tannage des peaux, d'où son nom commun de Sumac des corroyeurs, quant à l'écorce elle, elle donne un pigment jaune à jaune -orangé et celle des racines un pigment brun.
    Au Moyen-Orient, les drupes sont mises à macérer dans du vinaigre et sont consommées en lieu et place des câpres, ou elles sont séchées, réduites en poudre pour être utilisées comme épice riche en tanin donc astringent à saveur acidulé qui sert à relever le goût des plats salés, ou encore une infusion de drupes fraîches est rajoutée aux préparations culinaires.
    Elle entre dans la composition du 'zahtar' (zaatar), un mélange d'épices orientales composé de sumac, de thym moulu et de graines de sésame grillées et moulues, le zahtar est régulièrement utilisé pour aromatiser les plats de légumes, de viandes hachés ou simplement pour badigeonner en mélange avec de l'huile d'olive sur le pain avant cuisson (appelé manahéches au Liban), ou encore comme 'sauce' pour y tremper les aliments.
    De ces drupes on peut extraire un pigment rouge.
    Les autres espèces présentes dans l'Encyclopédie :
    Rhus aromatica  Ait., Sumac aromatique.
    Rhus chinensis  Mill., Sumac de Chine.
    Rhus copallina  L , Copal,Sumac ailé.
    Rhus cotinus  L., synonyme Cotinus coggygria Scop : Arbre à perruque, Fustet.
    Rhus glabra  L. : Vinaigrier, Sumac à bois glabre.
    Rhus lancea  L., Sumac africain à feuiles de saule
    Rhus typhina , Sumac de Virginie.
    Rhus typhina .var. laciniata  L , Sumac de Virginie laciné.
    Rhus toxicodendron  - Rhus vénéneux, Sumac poison et les autres toxiques.
    Rhus verniciflua  Stokes, Arbre à laque.
    Consulter et sélectionner une espèce dans cette liste s'ouvrant dans un pop-up.

    Annotations :
    * L. , abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), auparavant Carl Linnæus, médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binomiale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède.
    - nmauric ©05/06/00 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site