Hylomecon japonicum  - Pavot japonais
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Hylomécon du Japon, Pavot japonais, Chélidoine du Japon, en japonais 'Yamabukisou', au Canada Stylophore du Japon, Célandine du Japon et par les anglophones 'Celandine poppy, Wood poppy, Japanese woodland poppy'.
    Nom latin : Hylomecon japonicum (Thunb.*) Prantl & Kuendig nommé par certains Hylomecon japonica, synonymes Hylomecon vernalis Maxim.*, Stylophorum japonicum Miq., Chelidonium japonicum Thunb., Chelidonium vernale (Maxim) Ohwi.
    famille : Papaveraceae.
    catégorie : vivace toxique rhizomateuse à tiges poilues.
    port : touffe compacte, buissonnante arrondie, rosette basale.
    feuillage : caduc, vert franc, fortement nervuré, gaufré, nervure médiane plus claire revers poilu. Deux feuilles (environ 20cm) composées à 5 - 7 folioles obovales-lancéolés à marge en dents de scie, court pétiole.
    fleurs : au printemps (avril-juin selon climat) environ 2 à 3 semaines, nectarifère visitée par les abeilles.
    En cime, sur de courts pédoncules poilus, fleurs solitaires (+ ou - 5cm) axillaires en coupe à 4 larges pétales ovales à marge ondulée, nombreuses étamines.
    couleur : jaune vif à jaune d'or, étamines jaune, ovaire vert, boutons floraux vert et poilus.
    fruits : des capsules velues et déhiscentes contenant de nombreuses graines.
    croissance : assez lente.
    hauteur : 0.20 à 0.30m et beaucoup plus sous climat approprié, avoisine 1m. pour un étalement identique.
    plantation : au printemps
    multiplication : par semis au printemps ou à l'automne par division des rhizomes.
    sol : humifère, frais mais bien drainé, acide ou neutre ne supporte pas le calcaire.
    emplacement : mi-ombre à ombre lumineuse
    zone : 6/7 - 9.
    origine : est de l'Asie en zone tempérée dans les sous-bois de feuillus du Japon, est, nord-est et centre de la Chine, sud de la Corée et à l'est de la Sibérie.
    entretien : laisser vivre et juste surveiller son étalement.
    NB : son nom Hylomecon vient du grec 'hyla' qui désigne la forêt et de 'mékon' qui désigne le pavot et son nom spécifique japonicum pour préciser son pays d'origine, le Japon, il lui a été donné en 1889, elle avait été initialement décrite en 1748 par Thunberg sous le nom de Chelidonium, puis en 1870 décrite dans Curtis's Magazine sous le nom de Stylophorum japonicum.
    Autrefois inclus dans le genre Stylophorum, ce genre ne comprend que 3 espèces de vivaces, originaires de l'Asie du sud-est en zone tempérée et de l'est de l'Amérique du Nord, toutes les trois sont toxiques.
    La Célandine du Japon, s'utilise en couvre-sol dans les zones d'ombre ou sous le couvert de feuillus.
    Les 2 autres espèces :
    - Hylomecon dissectum  (Franch. & Savat.) Honda, synonyme Stylophorum japonicum Miq. var. dissectum  Franch. & Sav.
    - Hylomecon hylomeconoides  (Nakai) Y.N. Lee, synonyme Coreanomecon hylomeconoides  Nakai , originaire de Corée et du Japon.
    - Hylomecon lanceolatum  (Yatabe ) Honda, synonyme Stylophorum lanceolatum  Yatabe.
    Autre espèce de chélidoine présente dans l'Encyclopédie :
    - Chelidonium majus L., Grande Chélidoine, Herbe aux verrues, consulter sa fiche.

    Annotations :
    *Maxim., abréviation botanique pour le botaniste taxonomiste russe-allemand Carl Johann (Ivanovich) Maximowicz (1827-1891) un grand explorateur collecteur qui fut le spécialiste des flores du Japon et de Mongolie, de nombreuses espèces asiatiques lui ont été dédiées. Nommé en 1852 conservateur du jardin botanique de Saint-Pétersbourg*. L'année suivante, pour enrichir les collections, il entreprend un tour du monde qui débute par Rio de Janeiro et Valparaiso, ce voyage à bord de la frégate russe Diana, est interrompu par la guerre de Crimée (1854-56) qui le mène à explorer les rives du fleuve Amour et l'est sibérien jusqu'en 57, lui permettant ainsi de publier 'Amurensis Primitias Florac' (1859) avant de se rendre en Mandchourie, puis, durant les quatre années suivantes il parcourt l'archipel du Japon (Yesso, aujourd'hui Hokkaïdo, Nippon = Honshu et Kyushu) avant de découvrir l'Angleterre.
    En 1864, il est nommé membre de l'Académie Impériale des sciences de Saint-Pétersbourg. A partir de 1869, il rédige de nombreuses publications dans le Bulletin de l'Académie Impériale sur la flore d'Asie orientale et plusieurs monographies notamment celle des viola et des rhododendrons 'Rhododendrae Asie Orientalis' éd. 1870.
    *Medik., abréviation botanique pour le médecin-botaniste allemand Friedrich Kasimir Medikus (1736-1808), fut directeur des jardins de Schwetzingen et de Mannheim, on lui doit de nombreux travaux sur les Apocynées, Asclépiadées et Malvacées et sur les champignons.
    Il fait paraître en 1771, l'Index plantarum Horti electoralis Manhemiensis', en 1786 'Theodora speciosa ein neues Pflanzengeschlecht' BNf Gallicapuis entre autre 'Philosophische Botanik mit kritischen Bemerkungen' (Botanique philosophique avec des remarques critiques) édité en allemand (1789 -Mannheim), consultable à la BNf Gallica et pour finir en 1800 un essai sur la culture des végétaux exotiques, qui renferme, en outre, un catalogue de tous ses travaux.
    *Thunb., abréviation botanique pour le botaniste suédois Karl Peter Thunberg (1743- 1822), à qui l'on doit en 1784 la publication de 'Flora japonica', puis 'Flora capensis' (1807-1812), un genre de 200 espèces lui a été dédié Thunbergia  et 261 espèces ou sous-espèces sous la forme thunbergii.
    natacha mauric © 13.04.2007 ® Jardin! L'Encyclopédie
    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle,la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressement interdites.

Hylomecon, Stylophorum japonicum





compteur