Glossaire de botanique
Portail de Jardin! L'Encyclopédie



    Découvrir la page dédiée à la botanique, puis consulter le lexique étymologique, et pour comprendre les noms scientifiques attribués aux plantes, lire l'avant-propos à son dictionnaire étymologique des noms et termes relatifs à la botanique de Théis, Alexandre-Étienne-Guillaume, baron de, publié en 1810 et toujours réédité, le consulter.

    A
    Abréviations utilisées : (m) pour le genre masculin et (f) pour le féminin.
    Abscission : c'est processus physiologique naturel qui conduit à la chute des fleurs, des fruits, des feuilles, des bourgeons apicaux et même parfois des branches, comme c'est le cas pour l'arbre de judée et le frêne.
    Acaule : absence de tronc ou de tige apparente.
    Accrescent : organe floral continuant à s'accroître après la floraison.
    Acide : un sol avec un pH compris entre 1 et 7 est classé comme acide, les éricacées comme les rhododendrons ont besoin d'un sol acide, généralement pH 6,5.
    Acidiphile : se dit d'une plante poussant en milieu acide, comme les myrtilliers et bruyères.
    Acidophile : qui aime les sols acides, siliceux.
    Aciculaire : en forme d'aiguille, se dit d'une feuille linéaire, rigide et pointue comme celle du Manuka Leptospermum.
    Acuminé : dont le sommet se termine en pointe (feuille).
    Acicule : se dit d'un petit aiguillon droit et fin en forme de fine aiguille, de feuilles en forme de pointe.
    Actinomorphe : se dit d'une fleur à corolle étoilée dont les pièces ( tépales, étamines, ..) sont disposées de manière symétriques par rapport à son axe.
    Actinomycète : sont des bactéries qui croissent en formant des filaments qui rayonnent formant des colonies qui a leur tour se ramifient aussi avec cette croissance centrifuge, appelées hyphes.
    Adventice :qui n'a pas été semer, ce dit d'une 'mauvaise herbe', ce dit aussi d'une plante échappée de culture présente mais fragile à l'état sauvage.
    Actinomorphique : ce dit d'un organe, d'une fleur qui sur le plan radiale est divisée en deux parties égales, voire zygomorphique.
    ées de manière symétrique par rapport à son axe.
    Acuminé : un adjectif qui qualifie un organe terminé par une pointe aiguë, exemple une feuille acuminée.
    Aigrette (nf): désigne un faisceau de soies légères ou de poils apical ou latéral qui agrémente certaines graines ou certains fruits et qui permet aux graines d'être dispersées par le vent.
    Aiguille : feuille spéciale des Conifères et aux Cycadales.
    Aiguillons : excroissances piquantes pouvant être droits, ailés, arqués, crochus, sétacés ou subulés, présents sur les acacias, rosiers et les ronces, consulter planche illustration.
    Ailé : à appendices minces, semblables à des ailes.
    Aisselle : angle formé par une branche, un pétiole, une nervure, avec la partie principale, tronc, tige..., voir également axillaire.
    Akène (m) : fruit sec, indéhiscent, contenant une seule graine.
    Alcalin : les sols avec un pH compris entre 7 et 14 sont appelés alcalins. Le sol calcaire est généralement alcalin.
    Allélopathique : se dit d'une plante qui serait capable de produire des composés chimiques toxiques inhibant la croissance et le développement de nombreuses autres plantes autour d'elle, tendant ainsi à les supplanter, Lomelosia et Phlomis, Vinca.
    Allogame : ce dit d'une plante qui doit être fécondée que par le pollen d'une autre plante.
    Allogamie : pollinisation croisée, fleurs de 2 plantes distinctes.
    Alterne : sur une tige organes (bourgeons, rameaux), espacés disposés de chaque côté et non en face l'un de l'autre.
    Amendements : élément qui a pour effet d’améliorer les propriétés physiques des sols auxquels on l’incorpore et peut en modifier les propriétés chimiques et biologiques.
    Amplexicaule : nom donné aux organes tel que les feuilles qui embrassent la tige comme sur les chardons.
    Androcée : partie mâle de la fleur, ensemble des étamines.
    Anémochorie : dissémination par le vent.
    Angiosperme : se dit à propos des de plantes à fleurs, mot composé de 2 mots venant du grec 'sperma' qui désigne la graine et de 'angeion' qui désigne un récipient, une capsule. ces plantes à fleurs se caractérisent par 'leur mode de reproduction où les ovules sont contenus dans des ovaires et, après une double fécondation par le pollen mâle, elles forment des fruits puis des graines. Les parties stériles de la fleur, les pétales et les sépales, sont extrêmement diversifiés et ont pris de très nombreuses formes et couleurs au cours de l’évolution', définition donnée par l'INPI, l'Inventaire national du patrimoine naturel, plus de 154 431 espèces référencés.
    Annelé : orné de lignes disposées en anneaux.
    Annelage c'est l'écorçage du tronc d'un arbre, d'une tige ligneuse (rejet), pour les faire dépérir rapidement sans utiliser de produit chimique, on enlève l’écorce et les premières couches de bois jusqu’au cambium, à plus d'un mètre de hauteur sur une largeur de 15 cm, répéter l'opération l'année suivante sans aller jusqu'à l'aubier, les arbres annelés dépérissent en 2 ou 3 ans, l'abattre que lorsqu'il est complètement mort.
    Annélation, c'est l'action d'enlever un anneau d'écorce sur toute la circonférence d'une branche ou d'un tronc, on dit aussi l'écorçage en anneau.
    Anémogame (adj) : qualifie une plante qui est pollinisée par le vent, mot qui est égal à anémophile.
    Anémophilie : la pollinisation est effectuée par le vent qui disperse le pollen comme pour le plantain.
    Anthère : partie terminale et renflée de l'étamine, qui porte le pollen.
    Anthèse : floraison.
    Anthocyane : substance colorante contenue dans le suc cellulaire des plantes.
    Annuelle : tout le cycle s'effectue en un an et qui ne fleurit qu'une saison (antonyme: vivace*).
    Aoûtée : une nouvelle tige d'arbre ou d'arbuste est d'abord herbacée, puis, se transforme dans l'année (en Août) en bois.
    Apétale : se dit d'une fleur sans corolle mais pourvue d'un calice.
    Apex, Apical : situé au sommet, à la pointe, au bout d'un organe.
    Aphylle : dépourvu de feuilles.
    Arbre : vivace ligneuse ayant un seul tronc, pouvant atteindre plus de 5-7 mètres à l'age adulte.
    Arbrisseau : plusieurs troncs (ou tiges ligneuses) à partir du sol et jusqu'à 4 mètres environ.
    Arboritecture : néologisme issu de la contraction entre arboriculture et architecture végétale, faisant allusion à l'application des connaissances de pointe sur l'architecture des arbres en arboriculture, initiée par Francis Hallé des travaux de Hallé-Oldeman-Édelin et des 24 modèles architecturaux.
    Arbuste : ayant un seul tronc et n'atteignant pas 5-7 mètres à l'âge adulte.
    Aréole : vient du latin 'areola', signifiant auréole, une petite zone ronde d'où partent des épines ou des poils laineux, que l'on rencontre chez les Cactaceae.
    Argileux : , un sol argileux est celui que l’on trouve lorsque la couche végétale a été retirer avant d’effectuer des aménagements avant une construction, c’est un sol très compacté qui est presque caoutchouteux, car il renferme peu de poches d’air, et comme avec un limon, il n’y a guère d’oxygénation du coup, les éléments nutritifs manquent d’espace pour s'y développer, ce qui ne favorise pas le développement racinaire qui d’autre part n’arrive plus à absorber l’eau, ce qui fait qu’après une forte pluie, il reste gorgé d’eau et les racines y sont noyées et peuvent finir par pourrir à long terme.
    En période de sécheresse, il se rétracte pour se réhydrater et regonfler au retour des pluies ; ce retrait et gonflements des argiles peuvent fragiliser progressivement les constructions, lire l’article sur les sols argileux, la sécheresse et la construction, sur le site du Ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des Territoires : ecologie.gouv.fr publié en date du vendredi 15 juillet 2022, télécharger : construire en terrain argileux, réglementation et bonnes pratiques, format pdf 4,07Mo
    Arille : excroissance, presque toujours charnue de certaines graines, qui est, une expansion du funicule de l’ovule,qui s’accroît après la fécondation pour recouvrir la graine.
    Aristé : muni d'une arête terminale (bractée).
    Armé : pourvu d'organes défensifs, épines ou aiguillons.
    Astringent : se dit d’une substance qui resserre et assèche les tissus, et peut faciliter leur cicatrisation.
    Atténué : organe aminci vers le sommet ou parfois la base.
    Autofécondation : union de deux éléments de sexe différent, portés par une même plante.
    Aubier : gaine entourant le bois d'un arbre et constituée de cellules vivantes.
    Axillaire : situé à l'aisselle ou qui prend naissance à l'aisselle d'une feuille ou bractée.
    B
    Bacciforme : désigne un organe en forme de baie mais n'en étant pas une .
    Baie : fruit charnu et indéhiscent, à plusieurs graines.
    Base, Basal : opposée au sommet, partie inférieure par laquelle la feuille tient au tronc.
    Basilaire : se dit d'une feuille qui pousse à la base de la tige (antonyme: caulinaire*).
    Bassiner : humidifier par aspersion.
    Bifide : fendu en deux parties ou lanières, assez profondément.
    Bilabiée : se dit à propos de la corolle ou du calice d'une fleur qui forment deux lèvres, comme par exemple le romarin, la sauge et le thym.
    Biloculaire : à deux loges.
    Biome : (nm.) ce dit d'une vaste région biogéographique s’étendant sous un même climat comprenant une vaste communauté d'organismes vivants.
    Les principaux biomes sont la toundra, la prairie tempérée, la forêt tempérée et forêt boréale (taïga), la forêt tropicale et équatoriale, la savane tropicale, la mangrove, le désert. Consulter, les biones terrestre, rédigés par Alloprof Quèbec.
    Biotope (m) : espace vital optimal d'une espèce.
    Bipenné : se dit de la feuille composée dont le rachis est ramifié secondairement et porte des folioles.
    Bipinnatifide : se dit d'une feuille qui est d'abord pinnatifide, dont les divisions primaires, sont à leur tour pinnatifides, comme pour les feuilles de l'Argyranthemum coronopifolium.
    Bisannuelle : son cycle s'effectue sur 2 ans, première année : germination, croissance, seconde année : floraison et disparition.
    Bleu-gris la coloration bleu-gris et le revêtement cireux des feuilles protègent contre les intensités lumineuses élevées et les températures extrêmes mais pas contre la sécheresse.
    Bonsaï : (ou bonzaï) arbre miniaturisé.
    Bourgeons : organe contenant une ébauche de branche, de feuille, de fleur.
    bouture : multiplication par mise en culture d'une portion d'une plante.
    Brachyblaste : , nom donné à un rameau très court, que l'on trouve chez quelques essences ligneuses du groupe des Gymnospermes, notamment chez les pins, se terminant par un bouquet de pseudophylles que l’on appelle communément aiguilles, mais aussi présent chez le Berberis darwinii poussant à l'ombre de la canopée des forêts tempérées de l'Argentine et du Chili, voir égalementmacroblastes.
    Bractée (f) : appendice, sorte de petite feuille à l'aisselle de laquelle naît une fleur ; parfois une écaille. La plupart des capitules sont entourés de nombreuses bractées serrées qui forment un involucre*, exemple le pissenlt, les marguerites.
    Bractées involucrales : c'est l'ensemble de bractées situées sur le pédoncule d'une fleur ou à la base des ombelles, comme chez les Tacca.
    Bractéole (f) : petite pièce foliacée sur le pédoncule, préfeuille.
    Bractéole (f) : Broussin : excroissance sur un tronc portant de nombreux rameaux.
    Bulbe : organe de réserve souterrain d'où sort la plante herbacée.
    Bulbille : petit bulbe foliaire qui naît à l'aisselle de la feuille se détache et donne naissance à une nouvelle plante (kalanchoé).
    Bulbe tuniqué : se dit pour les jacinthes et les lis, lorsque l'on effectue une coupe transversale du bulbe, on découvre l'emboîtement des tunique les unes dans les autres avec au centre le bourgeon à fleurs et les jeunes feuilles, par opposition avec le bulbe solide qui développe à sa base des bulbilles ou caïeux, comme chez les glaïeuls ou les crocus.
    Butyreux : à aspect de beurre.
    C

    Caduc, caduque : qui perd totalement ses feuilles pendant la période de repos (en général en hiver), se dit de tout organe qui tombe, annuellement ou au cours de sa vie.
    Caïeux : jeunes bulbes qui se forment et développent à la base des bulbes ou des cormes.
    Calcaire : se dit d'un sol alcalin (de pH élevé) le plus souvent drainé et peu fertile.
    Calcifuge : qui n'aime pas les sols calcaires.
    Calice : enveloppe externe de la fleur, l'ensemble des sépales.
    Calicule (m) : ensemble des bractées formant un second calice que l'on peut voir chez les mauves et malvaviscus.
    Camare : vient du grec 'kamara' qui signifie chambre voûtée, qui désigne un fruit sec indéhiscent plus ou moins membraneux, formé de 2 valves soudées, renfermant une ou plusieurs graines attachées à l'angle interne comme par exemple la caroube, extrit du Dictionnaire raisonné des termes botaniques et des familles de Henry Lecoq & Jules Juillet, Paris 1831.
    Campanulée : corolle en forme de cloche.
    Caniculé : creusé d'un sillon en forme de gouttière (pétiole caniculé, tige), comme pour l'Anémone hépatique, la Fougère aigle et les Nepenthes.
    Canopée étage supérieur de la forêt, directement influencée par le rayonnement solaire, qui, en forêt tropicale est considérée, comme un habitat et un écosystème spécifique riche.
    Capité : terminé en tête arrondie.
    Capitule (m) : inflorescence en tête globuleuse, groupe de fleurs placées côte à côte sur un même réceptacle.
    Capsule (f) : fruit sec, déhiscent, généralement à plusieurs graines.
    Carminative : se dit à propos des substances qui stimulent les sécrétions salivaires et gastriques et la motilité de l’intestin (des mouvements spécifiques).
    Cupule : ou involucre campanulé, qui enveloppe partiellement certains fruits comme les glands ou noisettes.
    Carène (f) : deux pétales soudés chez les papilionacées.
    Carpelle (m) : organe (femelle) foliaire primitif de l'ovaire.
    Carotène : pigment secondaire ( orange) captant des suppléments d'énergie chez la plante.
    Carpellaire : l'élément femelle du pistil.
    Caryopse : nom donné au fruit des Graminées, akène dont l'enveloppe est soudé au tégument de la graine.
    Caudicule : (n.f.) qui s'utilise pour les Orchidées, c'est un pédicule* très fin portant une ou plusieurs pollinies.*
    Caulescent : muni d'une tige plus ou moins développée et apparente.
    Cauliflore : se dit des plantes qui ont les fleurs qui poussent directement sur le tronc ou les branches.
    Caulinaire : qui naît sur la tige.
    Cécidie : ou Galle, hypertrophie chez un végétal en réaction à l'attaque d'un animal ou d'un autre végétal. Chez le figuier, la présence d'un œuf puis d'une larve de blastophage dans l'ovaire, transforme la fleur femelle en galle.
    Cépée : pour les palmiers qui n'ont pas qu'un seul stipe (tronc) mais plusieurs tiges partant du sol.
    Cerne : cercle annuel du bois.
    Cerneau : chair des noix vertes.
    Cespiteux : se dit des rhizomes qui ne sont pas traçants, la plante reste en touffe, exemple les bambous
    Chaméphyte : se dit d'une vivace ligneuse rampante poussant dans les régions froides et en altitude et qui passent la mauvaise saison sous une couche de neige.
    Chancre : Chasmophyte : Corydalis.
    Châssis : abri vitré.
    Chaton : épi de fleurs du même sexe, de forme allongée.
    Chaume : partie aérienne (tige) des bambous, des graminées
    Cladode : nom masculin qui vient du latin cladodium. Les feuilles réduites, dans leur état normal, à un pétiole aplati, portent le nom de phyllode (feuille déformée) ; par analogie, on a donné le nom de cladode (rameau déformé ) aux rameaux qui dans leur état normal simulent des feuilles en raison de leurs formes anormales et leur couleur verte ; ex le petit houx Ruscus aesculus dont les feuilles sont réduites à des très-petites écailles ou les Asparagus, extrait du Nouveau dictionnaire de botanique d'Ernest Germain de Saint-Pierre, publié en 1870, consultable en ligne.
    Cladoptose : mot composé à partir du grec 'clados', qui désigne un rameau et de 'ptôsis' qui signifie chute. C'est l'abscission des parties non foliaires d'un arbre, comme c'est le cas, pour l'arbre de Judée qui tombent les branches, les rameaux et les ramilles latérales.
    Climactérique : ce dit d'un fruit qui après cueillette continu de mûrir grâce à l'éthylène qu'il contient, un gaz qui accélère leur maturation. C'est le cas pour les abricots, avocats, bananes, figues, goyaves, kiwis, mangues, melons, nectarines, pêches et prunes.
    Les fruits non climactériques sont l'ensemble des agrumes (oranges, citrons, clémentines, mandarines et pamplemousses ), les ananas, bleuets, cerises, cassis, coings, concombres, fraises, groseilles, mûres, myrtilles, pastèques (melon d'eau), les tomates et le raisin, pour cette catégorie de fruits, il est important de prendre le temps de bien les choisir bien mûrs lors de l'achat, pour les autres prendre le temps de les laisser mûrir avant de les consommer et il faut les conserver séparément. Un avocat mis avec une pomme va mûrir.
    Chimère : plante composite dont les différentes parties sont issues de parents différents, issues de greffe.
    Chlorose : manque de chlorophylle donnant une teinte jaunâtre ou blanchâtre.
    Chlorophylle : principal pigment (vert) photosynthétique se trouvant dans les chloroplastes à l'intérieur de cellules végétales. Renvoie la lumière verte et absorbe les lumières rouge et bleue.
    Circumboréale, circum-boréale : ce dit d'une plante que l'on trouve quasiment dans tout l'hémisphère nord jusqu'à des latitudes proches du cercle polaire.
    Cirrhe : c'est le nom donné à une vrille,,un filament simple ou rameux, recourbé, roulé, tortillé au moyen duquel certaines plantes s'attachent à d'autres parties ou autres corps, comme pour la vigne ou ceux à 3 fourches du Dolichandra cynanchoides .
    Cirrheux : terminé par un cirrhe, comme le pétiole, des papilionnacées, ex emple, la gesse Lathyrus.
    Cleistogame : fleur ne s'ouvrant jamais, pollinisée par autogamie.
    Clone : ensemble des parties d'un même individu multiplié par voie végétative - bouturage, marcottage, c'est la reproduction asexuée.
    Collet : zone de transition entre la tige, la partie aérienne d'une plante et la partie racinaire.
    Composé : formé de plusieurs parties.
    Concrescent : organes qui progressivement se sont soudés au cours de la croissance.
    Cône : organe reproducteur des conifères, formés de feuilles modifiées, les cônes femelles donnent des graines (Pin).
    Congestiflora : fait référence aux inflorescences denses,'congest' dense et 'flora' fleur.
    Conné : se dit à propos d'organes opposés identiques soudés à la base, comme des feuilles, bractées ou étamines, exemple les feuilles de la Claytonia perfoliata.
    Conniventes : étamines et pièces du périanthe (Orchis) qui se rapprochent vers le haut.
    Contrefort : il s'agit de la partie saillante d’un arbre, au-dessus du sol, située entre les racines et la partie inférieure du tronc.
    Cordé ou cordiforme : , feuille à base échancrée en forme de cœur.
    Cormus : bulbe compact qui se multiplie, par remplacement dans le sens vertical contrairement aux bulbilles qui se forment à coté du bulbe "mère".
    Conné : se dit à propos de pièces florales semblables soudés par la base; comme pour les tépales des fleurs du Crinum asiaticum ou les feuilles en partie supérieur du chèvre-feuille des jardins Lonicera caprifolium.
    Corolle : ensemble des pétales d'une fleur.
    Corymbe (m) : nom masculin, donc les corymbes pubescents, mot venant du grec ancien 'korumbos' qui désigne le sommet, la cime, ce sont des inflorescences groupées à pédoncules inégaux et fleurs sur le même plan.
    Corymbiforme : en forme de corymbe.
    Costapalmé : prolongement de la partie terminale du pétiole à l'intérieur du limbe.
    Cotylédons : feuilles primitives de la plantule.
    Couronne :, se dit à propos de la cime, houppier, la tête d’un arbre.
    Crassulescent :, se dit à propos d'un élément épais et charnu, souvent le feuillage.
    Crénelé : à dents arrondies séparées par des sinus aigus.
    Crown-gall : c'est une excroissance globuleuse sur les racines qui est provoquée par une bactérie l'Agrobacterium tumefaciens en lien avec la présence de nématodes.
    Cultigène : "Afin de minimiser l'ambiguïté dans la nomenclature des « plantes cultivées », le mot cultigène a été adopter pour désigner les plantes dont l'origine ou la sélection est principalement due à une activité humaine intentionnelle. Le mot cultigen a été inventé par FM Bailey en 1918 et effectivement défini par lui de cette manière en 1924. L'utilisation de ce terme donnerait plus de précision et de clarté à la définition de la portée, de la terminologie et des concepts respectifs du Code international de nomenclature botanique ( ICBN) et le Code international de nomenclature des plantes cultivées (ICNCP). "citation de la Société internationale des sciences horticoles ISHS (en anglais).
    Cultivar : pour une variété cultivée de plante, et non une variété sauvage, produite par la culture, désigne les variétés obtenues par sélection, composées d'un ou plusieurs clones. Mot inventé à partir de la contraction de 'cultigen variety' (cultigène variété), qui n’est pas interchangeable avec le rang botanique de variété, ni avec le terme juridique «variété végétale».) qui avait été inventé en 1923, par le botaniste et horticulteur américain Liberty Hyde Bailey (1858-1954), en vigueur depuis 1953 et jusqu'en 1997 s'indiquait avec l'abréviation cv. , depuis c'est juste un nom entre guillemets ; figurant dans Code International pour la Nomenclature des Plantes Cultivées, 206 pages, télécharger le pdf, octobre, 2009 en anglais.
    Cuticule : se dit de la fine couche cireuse (cutine) qui recouvre le feuillage de certaines espèces pour en limiter sa transpiration.
    Cyathe : (Cyathum) se dit d'une inflorescence composée d'une fleur femelle avec autour des fleurs mâles exemple l'euphorbe.
    Cyme (f) : inflorescence à pédoncules ramifiés partant d'un même point.
    Cypsèle (f) : c'est le nom spécifique utilisé dans la famille des Asteraceae, pour nommer les akènes, fruits secs indéhiscents surmontés d'un pappus soyeux.
    D
    Débourrement : sortie des jeunes feuilles hors du bourgeon.
    Décidu : qui tombent en hiver (feuilles).
    Décoction : , elle consiste à extraire les principes actifs d’une substance par l'action d’un liquide, de l'eau portée à ébullition.
    Décussé : feuilles opposées et superposées deux à deux, par paires en croix.
    Décurrente : feuille dont le limbe se prolonge en aile le long de la tige et du pétiole.
    Déhiscent : s'ouvrant tout seul, se dit d'un fruit s'uvrant à maturité.
    Deltoïde : en delta triangulaire.
    Dendrologue : vient du grec 'dendron' qui désigne un arbre et de 'logos' qui signifie discours. La dendrologie est l'étude scientifique des arbres et des autres végétaux ligneux.
    Démasclage : , il s'agit de l'action d'enlever l'écorce du chêne-liège Quercus Suber en grands morceaux sans le détériorer, pour exploiter par la suite le liège pour la fabrication de bouchons, de panneaux d'isolation phonique, de revêtements de sol, etc., s'utilise aussi le terme d'écorçage, lorsque l'on procède au retrait de façon régulière.
    Densiflore : ce dit d'une plante qui porte des fleurs serrées les unes contre les autres.
    Denticulé : finement denté.
    Dépuratif :, il s'agit de la propriété d'une plante de débarrasser l’organisme de ses toxines et de ses déchets.
    Décidue :, à propos de forêt tempérée de feuillus caduques, située à l'ouest et à l'est de l'Eurasie et de l'Amérique du nord, aux températures pas trop basses et aux pluies régulières au fil des saisons.
    Diakène : fruit sec indéhiscent ou chaque loge c'est transformé individuellement en un akène.
    Dialypétale : corolle dont les pétales sont distincts les uns des autres.
    Dichotome : se dit de l'axe d'un rameaux, organe ou inflorescence partagé en un ou plusieurs fois bifurqué en ramifications d'importance sensiblement identiques (exemple les tiges du gui).
    Digité : découpé en forme de doigts.
    Dioïque : plantes à fleurs unisexuées. Individu à fleur mâle et individu à fleur femelle sur des pieds différents.
    Diploïde :, il s'agit dans la cellule de la présence de caractères nouveaux par le doublement du nombre des chromosomes (spécifique à chaque plante), une amélioration et une adaptation de la plante, qui est alors, plus résistante et pousse beaucoup mieux, que celles qui ne le sont pas. Lire l'article de Dontcho Kostoff sur la "Production de Plantes à caractères nouveaux par le doublement du nombre des chromosomes (Polyploïdie),chez Persée, dans le Journal d'agriculture traditionnelle et de botanique appliquée, 1939.
    "La polyploïdie joue un rôle fondamental dans l’évolution des plantes. En effet, elle est considérée comme un facteur majeur de spéciation, de diversification et d’adaptation écologique des plantes. En particulier au sein des allopolyploïdes, l’expression des gènes dupliqués (gènes homéologues) permettrait une plasticité fonctionnelle et serait à l’origine de capacités adaptatives. Parmi les espèces polyploïdes, la contribution relative des gènes homéologues au transcriptome peut varier selon les organes de la plante et selon les conditions de culture." Etude sur le caféier par M-Chr. Combes Gavalda, octobre 2011, lire l'article.
    Disamare : samares doubles divergentes soudées entre elles qui leur permet de se déplacer horizontalement et verticalement dans un mouvement rotatif comme une hélice, lorsque l'écartement entre les ailes est importante la distance parcourue est plus importante et la symétrie entre elles jouent un rôle important.
    Distique : se dit à propos de rameaux, épillets ou feuilles alternes qui sont disposées sur deux rangées opposées, le long d'un axe commun, d'une tige, formant des lignes souvent courbes.
    Disque stigmatique : organe au sommet de l'ovaire en forme de disque où se trouve les stigmates comme chez le Coquelicot, les Asclepias, les Nuphar et les Papaver.
    Divarique : qui s'écarte en angle ouvert et s'oriente en tout sens.
    Division
    Dormance : stade de repos atteint par le bourgeon ou la graine à la fin de l'été, nécessaire à la germination ou à la reprise.
    Drageon : se dit d'un départ de bourgeon sur les racines d'une plante qui s'assimile à un rejet.
    Drainé : sol ou support où l'eau ne stagne pas.
    Drupe : fruit charnu indéhiscent à un ou plusieurs noyaux.
    Diurétique : se dit des propriétés d'une plante qui entraîne une augmentation de la sécrétion urinaire et qui peut être utilisé pour traiter l’hypertension artérielle.
    Duramen : synonyme de cœur pour le bois.
    Dupliqué : pliure des feuilles selon leur longueur.
    Dycotylédone : plante ayant 2 lobes foliacés ou cotylédons qui s'ouvrent au moment de la germination, réserve nutritive de la plante (courge).
    Dystrophe : se dit d'une eau brunâtre contenant des composées humiques en solution.
    E
    Écaille : élément carpellaire d'un cône floral ou feuille rudimentaire appliquée sur un autre organe.
    Écorçage : , il s'agit de l'action d'enlever l'écorce d'un arbre sans l'abîmer, on utilise également le terme de démasclage, lorsque l'on parle du chêne-liège Quercus Suber.
    Élaïophores : , c'est le nom donné aux glandes oléifères que l'on trouve chez certaines fleurs qui sécrètent une huile riches en lipides que viennent collecter certaines espèces d'abeilles, exemple les Diascia, Lysimachia et elles en assurent la pollinisation.
    Élaiosome : partie charnue des graines, dont les fourmis sont friandes, graines qu'elles rapportent au nid pour consommer cet élaiosome avant de rejeter les graines hors du nid sur le tas de terre déblayée à l'extérieur, assurant ainsi la propagation de l'espèce.
    Électrophysiologie végétale : "est la base de la découverte et de l’amélioration des biocapteurs pour la surveillance de l’environnement, la détection des effets des polluants, des pesticides et des défoliants, la surveillance des changements climatiques, les interactions entre les plantes et les insectes, l’agriculture, ainsi que l’orientation et le contrôle rapide des conditions influençant la récolte. " Volkov, A. G. (2006).
    Des capteurs peuvent enregistrer l’activité électrique des plantes, des signaux qui sont centraliser avec des algorithmes d’intelligence artificielle qui génère des interprétations qui sont traduits pour optimiser les conditions de culture.
    Emetique : se dit à propos des propriétés d'une plante ou d'un médicament destiné à provoquer des vomissements.
    Emménagogue : se dit à propos des propriétés d'une plante ou d'un médicament qui favorise ou provoque la menstruation.
    Endémique : qui est particulier à un pays strictement localisé à un territoire défini, dans des aires restreintes.
    Endémique : se dit d'une espèce qui est propre à une région géographique donnée, souvent restreinte, à un pays n'existant pas dans d'autres pays ou continent.
    Endocarpe : partie interne du fruit.
    Engainant : base de feuille ou de pétiole embrassant entièrement le tronc.
    Ensiforme : en forme de glaive, d'épée.
    Entomophile : plante dont la dispersion du pollen (ou des semences) est réalisée par des insectes, ainsi que la fécondation.
    Entre-noeuds : intervalle entre deux noeuds d'une branche, d'un tronc.
    Endozoochore : se dit des graines qui sont disséminées par les déjections d'un animal, après ingestion.
    Éperon : prolongement étroit du calice ou de la corolle.
    Épi : type d'inflorescence où les fleurs ou les épillets insérés sur un axe.
    Épicarpe : enveloppe externe du fruit.
    Épipétale : adjectif composé avec 'emi' = sur et pétale, qui naît sur la corolle, se dit des étamines épipétales et soudées à la base de ces pétales ou ce dit à propos de l'androcée, par exemple, chez les Ardisia et les Limonium.
    Épiphyte : plante qui croît sur une autre, sans en être parasite, comme les Tillandsia.
    Équateur, c'est le grand cercle de la Terre, situé à égale distance des pôles. Le Soleil y est au zénith aux équinoxes.
    Ergot : maladie cryptogamique des céréales en forme de crête de coq (seigle).
    Essimplage, c'est le fait de supprimer, avant la floraison, les plants à fleurs simples pour ne conserver que ceux qui vont donner des fleurs doubles.
    Essimpler, action d'enlever les fleurs simples.
    Espèce indigène : se dit aussi espèce autochtone, c'est-à-dire originaire du lieu où elle vit.
    Étamine (f) : organe sexuel mâle de la fleur qui porte le pollen, qui se compose d'un filet qui porte l'anthère innée ou basifixe recouverte de pollen, seules les fleurs mâles ou hermaphrodites produisent du pollen.
    Étendard : pétale postérieur dressé d'une fleur papilionacée.
    Étouffé : culture en atmosphère saturée de vapeur d'eau.
    Eutrophile : se dit d'une plante qui aime ces milieux (aquatiques également) extrêmement riche en nutriments.
    Exsert : un adj., signifie saillant, qui fait saillie au dehors, en dépassant en longueur et en hauteur les éléments environnants ; s’oppose à inclus.
    Exsudat : se dit à propos d'une substance végétale liquide qui suinte ou s'écoule naturellement ou accidentellement d’un végétal, comme la résine d'un conifère, la gommed'un cerisier, l'exsudat des cochenilles, celui des pucerons est nommé miellat.
    F
    face abaxiale : ce dit de la face inférieurd'une feuille, terme utilisé généralement lorsqu'il s'agit des frondes des fougères et des sporanges qui s'y développent.
    Fasciculé : se dit à propos d'organes rassemblés en faisceau, il peut s'agir de racines, feuilles, fleurs ou fruits.
    Fastigié : se dit du port d'un arbre dont les branches sont dressées et rapprochées du tronc.
    Fébrifuge : se dit à propos des prorpriétés d'une plante, d'un médicament utilisé dans le traitement symptomatique de la fièvre.
    Fertile : se dit à propos d'une plante capable de produire des cellules reproductrices.
    Feuillage : , c'est l'ensemble des feuilles d'un végétal, qui est un élément clé pour son identification.
    Feuille : appendice du tronc et des branches, inséré aux noeuds.
    Feu bactérien : c'est une maladie provoquée par une bactérie Erwinia amylovora, qui se développe sur les rosaceae aubépine, cognassier, cotoneaster, poirier et pommier qui se caractérise par un dessèchement de la pointe du végétal atteint et se crosse. La réglementation sanitaire mise en place en France impose la destruction des végétaux infectés.
    Filet :, il s'agit de la partie inférieure de l'étamine, qui porte l'anthère* chargé de pollen
    Flabelliforme : en forme d'éventail.
    Flavonoïdes, vient du latin 'flavus' qui signifie jaune. Les métabolites secondaires des plantes partageant tous une même structure de base ; ils sont solubles dans l’eau et présents dans les vacuoles. Ces flavonoïdes constituent la plus importante catégorie de composés phénoliques chez les plantes et une famille importante de colorants naturels, ils sont à l’origine des teintes brunes, rouges et bleues des fleurs et des fruits. Ils représentent une gigantesque famille d’antioxydants.
    Flétrissement : perte de la forme du à un manque d'eau, pouvant provoquer la fanaison.
    Foliole (f) : chaque partie d'une feuille composée ou petite feuille implantée sur le rachis. Division d'une feuille pennée (palmier).
    Foliolule (m) : foliole secondaire (foliole de foliole).
    Follicule (m) : fruit sec formé à partir d'un seul carpelle et s'ouvrant par une seule fente.
    Forêt boréale : une forêt dominée par les conifères avec présence discrète de feuillus. En Europe, elle estconstituée de feuillus (bouleaux) et ou de conifères, elle s’étend de la Baltique à l’Oural. Au Canada, c’est la plus vaste zone de végétation, représentant 55 % de la partie terrestre du pays
    Fragrante : odorant, parfumé, qui exhale une odeur agréable, se dit à propos des feuilles de l'oranger ou des fraises qui on une odeur fragrante, à forte saveur.
    Fraxinaie : lieu planté de Frênes.
    Fronde : feuille des fougères.
    Fruit : n'existe que chez les angiospermes.
    Frutescent : sous-ligneux, arbustif.
    Frutescence : ensemble de fruits regroupés sur une seule plante.
    Frais : se dit d'un sol retenant l'humidité.
    Fumer : enrichir le sol avec du fumier.
    Funicule : petit filament qui relie l'ovule à la paroi de l'ovaire (voir les petits pois), vient du latin funiculus qui désigne une petite corde.
    Fusiforme : en forme de fuseau, renflé au milieu.
    Futaie : se dit d'un peuplement forestier d'arbres de haut jet nés de semis, mot venant du latin fustis qui désigne un bâton.
    G
    Galbule (f) : petit cône femelle dont les carpelles deviennent charnus et se soudent en un ensemble qui ressemble à une baie comme chez les genévriers.
    Galle : hypertrophie chez un végétal en réaction à l'attaque d'un animal ou d'un autre végétal. Chez le figuier la présence d'un œuf puis d'une larve de blastophage dans l'ovaire, transforme la fleur femelle en galle ou cécidie.
    Gamopétale : à pétales soudés (fleurs)
    Gamosépale : à sépales soudés (fleurs)
    Gasteropodes :ce sont des mollusques qui se déplacent en rampant sur un pied, au jardin, ce sont les escargots ou colimaçons et les limaces, consulter l'article de la SHNT, Société Nationale d’Horticulture de Touraine.
    Géniculé : se dit d'une partie, tige ou racine à articulations anguleuses en forme de genou.
    Géophyte : se dit d'une plante vivace qui passe la mauvaise saison en ne conservant que des organes souterraines mot venant du grec gê qui désigne la terre et 'phuton' plante.
    Géotropisme : tropisme vient du grec 'tropein' qui signifie tourner; en botanique il s'agit de la réaction d'orientation que prend un organe végétal (tiges et racines) face à la pesanteur, une réaction d'orientation durant la croissance qui est imposée par les champs de gravitations; mais une étude de 2012 a montré que les théories sur l'influence de la gravité sur la croissance des plantes sont parfaitement erronées, lire l'article sur futura-planète, article de D. Bossy, publié le 10/12/2012.
    C'est le botaniste allemand Julius von Sachs (1832-1897) qui tout en enseignant la botanique à l'université de Würzbourg, étudie la croissance des plantes en tenant compte de leur environnement, et c'est ainsi qu'il découvre les tropismes (positif et négatif), les orientations de la croissance des plantes liées à des facteurs extérieurs.
    Quelques explications extraites du livre 'Physiologie végétale' du professeur Paul Mazliak (université Paris 6), (coll. Méthodes, Hermann, Paris), consulter sur fondation-lamap.org.
    Glabre : dépourvu de poils.
    Glauquescent : légèrement glauque.
    Glomérule : inflorescence qui ressemble au capitule.
    Glume (f) : bractées insérées à la base de l'épillet chez les graminées.
    Glumelle : deux autres bractées insérées à la base de la fleur chez les graminées.
    Gomme : substance visqueuse exsudée par certains arbres.
    Gourmand : rameau très vigoureux se développant au détriment des autres, à supprimer. Généralement il est situé assez bas sur le tronc, en-dessous du bourrelet de greffe, il se différencie du rejet uniquement par son positionnement. Il apparait lorsqu'il y a un changement dans l'environnement du sujet, souvent lorsqu'il y a dépérissement.
    Gousse : fruit sec, allongé et formé de deux valves contenant plusieurs graines.
    Graminiforme : en forme de Graminée ( port ou feuille).
    Grappe : se dit à propos d'un type d'inflorescence ou les fleurs (fruits) sont soutenues par un axe commun principale et des axes secondaires plus ou moins égaux.
    Gravitropisme : c'est à la réponse des végétaux face à la force de la gravité terrestre appelé stimulus gravitationnel; il se produit un type de tropisme lorsque l'on place une plante dans la position horizontale, lire article SNC-Jussieu, Université Paris.
    Greffe :, lire la fiche qui est consacrée au greffage.
    Guide à nectar, ou guide de nectar, c'est le nom donné, pour les fleurs de certaines espèces, aux taches, marques ou lignes colorées contenant des ultraviolets, qui sont situés à la base des pétales, donnant ainsi, une autre couleur, au fond de la corolle, qui grâce à la présence d'ultraviolets servent à guider vers les nectaires, les insectes pollinisateurs et qui ont une incidence sur le comportement des bourdons et des abeilles butineuses en augmentant ainsi l'attractivité. Ces guides ont un parfum différent des autres parties des fleurs.
    Guttation : suintement d'eau par les bords de la feuille.
    Gymnosperme : mot qui vient du grec 'gumnospermos' qui signifie dont les graines sont nues', ce dit, à propos d'une plante dont les graines se développent dans un fruit (cône) ouvert, portés sur une écaille et non dans un fruit clos.
    C'est un sous-embranchement, qui comprend environ 750 espèces, dont le ginkgo et le reste presque uniquement formé, de nos jours, par les conifères : cyprès, genévriers, pins et 90 espèces de cycas. Consulter dans le Larousse un article.
    Gynécée : ou pistil, 1 ou plusieurs pistil, ensemble des carpelles formant la partie femelle des fleurs, contenant les organes reproducteurs femelles dont les ovules.
    Gynodioïque: se dit des plantes qui ont des pieds femelles et/ou des pieds hermaphrodites.
    Gynostème: se dit des organes sexuels chez les orchidées et certaines autres plantes comme les Asclepias au centre de la fleur composée de pollinies, d'un organe mâle, d'un stigmate et d'un organe femelle.
    H
    Hallier : nom donné à un enchevêtrement de buissons serrés et touffus.
    Halophile : qui croît dans des sols imprégnés de sel marin.
    Hampe : axe florifère sans feuille (tig nue) qui part depuis le sol et qui porte une ou plusieurs fleurs.
    Hasté : en forme de fer de hallebardes.
    Hémicryptophyte: se dit d'une plante vivace dont les organes permettant de passer la mauvaise saison (sécheresse ou hiver) se situent au niveau du sol, ne conservant de ses parties extérieures que les zones en contact direct avec le sol pour se protéger du froid.
    Héliophile : aiment les situations lumineuses, ensoleillées, son contraire sciaphile.
    Héliotropisme : c'est l'attraction vers le soleil, qui, en botanique est un mouvement diurne d'une partie d'une plante (fleur, feuille ou tige) répondant au changement de direction du soleil et en s'orientant heure après heure vers celui-ci, pour assurer la photosynthèse. Lorsque la fleur du tournesol est complétement formée elle se fige en direction du soleil levant.
    Hémicryptophyte : ce dit d'une bisannuelle ou d'une vivace dont les organes permettant de passer la mauvaise saison ( l'hiver ou les période de grande sécheresse) en se situant au niveau du sol et en perdant toutes les parties aériennes en se dessèchant.
    Hémiépiphyte : se dit d'une plante qui est partiellement épiphyte, dont la germination et le développement se produisent sur les branches d'un végétal mais, dont les racines s'allongent pour rejoindre par la suite, le sol, comme c'est le cas pour les Philodendron qui développent de nombreuses racines souvent ramifiées.
    Herbacé : non ligneux, une plante verte souple de la consistance de l'herbe.
    Hermaphrodite : fleur pourvue des deux sexes ( étamines + carpelles)
    Hermaphrodisme :, c'est un phénomène biologique dans lequel le spécimen présente à la fois des organes mâles et femelles, soit simultanément soit alternativement.
    Hétérophyllie : présence de plusieurs formes de feuilles simultanément.
    Hétérozygote : se dit d'un individu dont les allèles (gènes de même fonction, situés au même niveau et portés sur les chromosomes d'une même paire) sont différents.
    Hile : (m) cicatrice laissée sur le tégument d'une graine après rupture du funicule comme sur une fève.
    Hirsute : se dit d'un élément, d'une plante grossièrement poilu.
    Hispide : se dit d'un élément, d'une plante qui a des poils hérissés.
    Holocarpe : du grec 'olos' qui signifie entier et carpe, du grec 'karpos' qui désigne le fruit.
    Homogame : fleur hermaphrodite dans laquelle étamines et pistils arrivent à maturité au même moment.
    Horticulteur : l'horticulteur est spécialisé dans les plantes d'intérieur, le pépiniériste s'occupe des plantes d'extérieur, deux métiers sui se ressemblent beaucoup, puisqu'il s'agit dans les deux cas de faire naître et croître toutes sortes de plantes.
    Houppier : ensemble de la ramure et du feuillage d'un arbre.
    Humifère : sol riche en matière organique (riche et frais), souvent acide.
    Humus : matière organique du sol transformé par des micro-organismes.
    Hydromorphe : se dit d'un sol qui est soumis à un engorgement, à un excès d'eau plus ou moins temporaire.
    Hybride (m) : plante résultant du croisement naturel ou artificiel de genres ou espèces proches, hybride dont les caractéristiques sont intermédiaires entre celles des parents.
    Hygrométrie : c'est la mesure d'une quantité de vapeur d’eau contenue dans l’air, pour l'intérieur d'une habitation, elle se situe généralement entre 40 et 70 %, alors que pour les plantes, il est plus élevé dans leur milieu naturel, il se situe entre 70 et 90% ; c'est aussi, le nom de la science qui permet de déterminer, celle qui est contenue dans l'atmosphère, lire article publié dans Futura.
    Hybridation : le croisement entre deux espèces et à l’origine d’une nouvelle espèce.
    Hygrophile : qui aime l'eau.
    Hygroscopique : qui se charge d'humidité.
    Hylophyte : n.f. ou n.m. Plante des bois et des forêts.
    Hypanthe : en latin Hypanthium, nom donné chez les rosaceae au réceptacle floral en forme d'urne ronde, ovoïde ou pyriforme enveloppant les ovaires qui est soudé avec le calice, communément appelé chez les églantiers, cynorhodons.
    Hyphes : des filaments constitutif du mycélium des champignons supérieurs et des lichens qui ont des relations symbiotiques entre eux et les arbres formant un réseau et permettant des échanges de sucres contre des éléments nutritifs pour les arbres.
    Hypocotyle : axe portant les deux cotylédons.
    I
    Indument sur les jeunes pousses, rameaux, feuilles, inflorescences et trichomes (excroissances), c'est un revêtement de poils simples, étoilés ou écailleux, éparse ou dense qui entoure un végétal, ex : Tetrapanax.
    Imago :, subst. fém. , utilisé en biologie animale, c'est la forme définitive de l'insecte adulte sexué, à la fin de ses métamorphoses, source CNRTL.
    L'imago est réellement adulte, c'est-à-dire qu'une fois cette forme atteinte, l'insecte emprisonné dans sa dernière enveloppe de chitine ne peut grandir (Glossaire de biologie animale, par Roger Husson (1911-1993) - Gauthier-Villars -1964, toujours édité).
    Imbriqué : qui se recouvrent ou débordent les uns les autres ( tuile).
    Imparipenné : feuille composée à nombre impair des folioles ou se terminant par une foliole impaire.
    Imputrescible : s'utilise pour d’un matériau qui ne peut pas pourrir, chez un arbre c'est son bois, qui résiste à toutes les conditions climatiques, ce sont des bois classés 4 ou 5, bois 4 : qui est soumis à une humidité supérieure à 20% pendant de longues périodes, il supporte l'eau stagnante, s'utilise pour les constructions en extérieur, tel que terrasses, bancs, pergolas et poteaux ; bois 5, c'est un bois qui peut demeurer longtemps dans l'eau s'utilise pour les constructions immergées tel que ponton et pilotis.
    Incisé : découpé en lobes irréguliers (limbe).
    Indéhiscent : se dit d'un fruit qui ne s'ouvre pas.
    Indigène : qui est naturel au pays.
    Indumentum : nom donné aux fins poils se trouvant sur le revers des feuilles, donnant un aspect chamoisé, argenté ou fauve au feuillage comme sur les jeunes pousses de certains espèces de Rhododendron
    Indupliqué : plié en suivant la longueur de la feuille avec les bords relevés, se dit aussi lorsque les bords sont repliés vers l'intérieur (exemple les lobes, les folioles.
    Indusie (f) : émergence de la feuille de fougère qui protège un groupe de sporanges comme un bouclier, plus simple fine membrane qui protége les sporanges chez les fougères, chez certaines d'entre elles, on parle de fausse indusie qui est formée par la marge repliée du limbe et non par une excroissance de l'épiderme comme c'est le cas chez l'Adiantum pedatum ou la fougère-aigle Pteridium aquilinum.
    Inerme : sans épines ni aiguillons.
    Infère : ovaire fixé sous l'insertion des étamines ou au-dessous du calice et soudé à ce dernier.
    Inflorescence : sur un même pied, arrangement, regroupement des fleurs sur la hampe florale. Elles sont regroupées en capitule, en corymbe, en épis, en grappe, en ombelle et panicule, etc.
    Influorescence : ensemble de fleurs, en nombre variable sur un axe principal, simple ou ramifié.
    Infrutescence : structure formée de la fusion de plusieurs fruits lors du développement des ovaires de plusieurs fleurs proches, qui arrive à l’état de fruit.
    Infundibuliforme : se dit d'une fleur dont la corolle est en forme d'entonnoir.
    Intermédiaire : technique d’association de trois végétaux ayant pour objectif d’associer le greffon désiré sur un porte-greffe sans grande compatibilité grâce à la présence d’un greffon intermédiaire.
    Interspécifique : qui concerne deux espèces différentes et leurs relations.
    Intrants, en agriculture, ce sont les différents produits apportés aux sols et aux cultures, qui ne sont pas naturellement présents, qui y sont rajoutés, pour améliorer le rendement; il s'agit des semences, des produits fertilisants (amendements et engrais), des activateurs ou retardateurs de croissance et des produits phytosanitaires pour l’éradication des parasites des cultures.
    Introrses : se dit à propos d'une anthère ou d'une étamine dont les fentes de déhiscence sont orientées vers l'intérieur de la fleur, comme c'est le cas pour les fleurs tubulaires de la bardane Arctium lappa.
    Invasive : ce dit d'une espèce qui a tendance à envahir un écosystème au détriment des autres espèces qui l’occupaient précédemment.
    Involucelle : un petit ensemble de bractées disposées en couronne autour de la base d’une ombelle ou d’un capitule.
    Involucre (m): ensemble de bractées souvent imbriquées sur plusieurs rangs qui forment une collerette à la base d'un capitule, pour le pissenlit et les marguerites, d'une ombelle pour le fenouil, le persil, ou d'une inflorescence comme pour la digitale, la valériane, les jacinthes où elles sont membraneuses.
    Involute, Involuté : qui a des bords enroulés vers le haut ou roulé en dedans, le contraire est évolute, exemple la tête d'un champignon, les feuilles naissantes des Hosta.
    L
    Labelle (m) : pétale supérieur de la corolle des Orchidées.
    Labié : à deux lèvres.
    Lance : dernière feuille émise et non encore ouverte qui se dresse au cœur de la plante.
    Lacinié : découpé en lanières, se dit de la feuille à limbe découpée en lanières inégales.
    Lancéolé : en forme de fer de lance, large et atténué en pointe aux deux extrémités.
    Latex : suc laiteux.
    Latifolié : se dit d'une plante à feuilles larges.
    - Laxatif, laxative : se dit d'une propriété d'une plante ou d'une substance qui facilite l’évacuation des selles, employée pour traiter ou stimuler la constipation.
    Lenticelle : tache saillante et poreuse de l'écorce.
    Liane : grimpante.
    Ligneux : ayant la consistance du bois, se dit des végétaux formant du bois.
    Ligule (f) : petite languette membraneuse qui se situe à la jonction du pétiole et du limbe (Graminées).
    Ligulée : en forme de languette, se dit à propos des rayons d'une fleur, d'une feuille sur les joncs et les roseaux, d'un pétale unique d'une fleur ligulée ou un demi-fleuron d'une plante composée, exemple le chrysanthème, la marguerite.
    Limbe (m) : partie membraneuse plane ou plissée, souvent élargie de la feuille, du pétale ou du sépale.
    Limoneux : se dit à propos d’un sol que l’on trouve sur les berges des cours d’eau, certes un sol très riche en éléments nutritifs, mais comme l’argile, il se compacte beaucoup et il renferme très peu de poches d’air, donc il n’y a guère d’oxygénation, ce qui ne favorise pas le développement racinaire, et ne lui permettant pas d’absorber les nutriments ; ce qui fait, qu’après de forte pluie, il ne se draine pas efficacement et rester gorgé d’eau, les racines peuvent y être noyées et y pourrir.
    .
    Lithophyte (f) : se dit d'une plante vivant à la surface des rochers.
    Loameux : se dit d'un sol qui contient un mélange équilibré de sable, de limon et de matière organique, qui contient des poches d'air, qui se draine sans problème, renfermant beaucoup d’éléments nutritifs, c'est un sol idéal.
    Lobé : à découpures plus ou moins profondes et arrondies (feuille), pourvu de lombes.
    Loculicide : qui s'ouvre en se fendant longitudinalement le long de la nervure dorsale de chaque loge.
    Lomentacée : gousses se divisant transversalement par des cloisons.
    Lusus : une mutation génétique spontanée, que l'on peut trouver sur une partie d'une plante, présentant une anomalie, une différence morphologique par rapport au reste de la plante, nommé en anglais sport et parfois nommé un caprice de la nature.
    Un certain Mr. Billot en 1860 disait à leur propos dans le Bulletin de la Société botanique de France, page 380 : "Ces lusus ou caprices de la nature sont si fréquents et si communs , ces prétendus prodigia sont si vulgaires, qu'il n'y a là rien d'étonnant . Quant à la cause naturelle ou occasionnelle de ces prodigia naturae ou lusus naturae, elle est difficile à trouver;...
    M
    Macroblaste :, nom donné à un rameau présentant de longs entre-noeuds, ce qui est le cas pour le Berberis darwinii lorsqu'il pousse à l'ombre des forêts tempérées en Argentine ou au Chili sans produire de fleurs, voir brachyblaste.
    Marcescent : feuillage qui reste sur l'arbre jusqu'au printemps suivant, se dit aussi des palmes qui se dessèchent sans tomber.
    Marcottage multiplication végétative par courbure d'une branche en terre, ou en mettant en contact une portion de tige aérienne avec un substrat (terre, terreau, tourbe, sciure…). Après une certaine période pour certaines espèces 3ans, la tige (marcotte) produit des racines, à ce moment là elle peut être sevrée de sa souche (la marcottière).
    Marcotte : branche ou rameau, objet du marcottage.
    Mégaphorbiaie : végétation dominée par des espèces herbacées, généralement à larges feuilles, vivant sur des sols riches et humides, se développant sur les berges des cours d’eau, aux abords des marécages et le long des fossés.
    Mellifère : se dit à propos d'une plante, d'une fleur dont le nectar est récolté par les abeilles pour élaborer le miel.
    Méricarpe : l'un du double akène, fruit des ombellifères.
    Meranthium :, fleur ou partie de fleur adaptée à des pollinisateurs fortement spécialisés, voire à un pollinisateur unique, exemple Gloriosa superba avec la disposition particulière de ses fleurs pour déposer le pollen sur les ailes d'un papillon, 5 fleurs mâles pour 1 fleur hermaphrodite.
    Mésique : ce dit d'un lieu moyennement humide, d'une forêt tempérée mixte et à feuilles caduques.
    Mésocarpe : enveloppe médiane du fruit (chair).
    Mésophille : substrat ni trop humide ni trop sec, se dit d'une plante qui prospère au mieux dans des conditions de température et d’humidité modérées.
    Mésosciaphile : se dit d'une plante vivant en zone semi-ombragée.
    Micropyle : orifice de l'ovule.
    Miellat : substance visqueuse secrétée par les pucerons et d'autres insectes déposée sur les plantes. Les abeilles (miel de pin, sapin, de mélèze et d'épicéa) et les fourmis peuvent s'en nourrir.
    Monanthe : à une fleur
    Moniliforme : en chapelet.
    Monocarpique : se dit plante qui meurt après son unique floraison et fructification.
    Monoïque : se dit d'une plante qui porte à la fois des fleurs mâles et femelles sur le même pied, sujet.
    Monospécifique : genre à une seule espèce.
    Monosperme : à une seule graine (fruit).
    Mucron : courte pointe raide au sommet d'une feuille, d'une bractée, d'une strobile.
    Mucroné : feuille ou cône à pointe terminale.
    Multiflore : qui porte plusieurs fleurs.
    Multivoltine : adjectif. Se dit d'une espèce animale qui présente plusieurs générations par an (plus de 2), en particulier les cochenilles qui peuvent produire jusqu'à 8 générations/an. On peut utiliser à la place polyvoltin, polyvoltine.
    Mycorhize (f) : racine associée à des filaments de champignons.
    Myrmécochore:, ce dit d'une plante qui produit des graines qui sont récoltées et consommées par les fourmis, comme le lamier pourpre Lamium purpureum.
    Myrmécophile : plante vivant (Tillandsia) en symbiose avec des insectes (fourmis).
    Myrmécochore: N
    Nectar : suc mielleux que sécrètent les nectaires (glandes) des fleurs pour attirer les pollinisateurs.
    Nectarifère ou nectaire : organe (disque, glande, staminode) secrétant du nectar ou partie annexe à un organe comme la feuille, exemple les nectaires des feuilles du laurier-cerise. Qui porte une ou plusieurs glandes sécrétrices superficielles émettant un liquide sucré.
    Nématodes : ce sont des vers microscopiques présents dans le sol dont certains parasitent les racines des végétaux.
    Neutre : à propos d'un sol qui n'est ni acide ni alcalin, correspond à un pH autour de 7, qui convient à la plupart des plantes. Les sols argileux ont tendance à être neutres.
    Neutrophile : ce dit d'une plante que l'on rencontre de préférence sur sol neutre ou légèrement acide.
    Nitrophile : ce dit d'une plante qui assimile de préférence les produits résultant de la transformation des matières organiques mortes (ammonium, nitrites, nitrates).
    Noeud : renflement ou protubérance sur la tige au niveau du point d'insertion du bourgeon foliaire et de la feuille. Point au-dessus duquel généralement s'effectuera la taille.
    Nouaison : il s'agit de la phase où l'ovaire de la fleur se transforme en fruit, qui se caractérise au début par une augmentation de la taille de ce dernier, durant la période de l'anthèse le temps de la floraison plus le développement des organes.
    Nucule : fruit sec indéhiscent.
    O
    Oblong : de forme allongée, nettement plus long que large.
    Obcordé : feuilles oblongues au sommet partagées en 2 lobes arrondis leur donnant ainsi la forme d'un coeur, comme celles de l'Amicia.
    Obcordiforme : se dit d'un pétale, d'une feuille qui a la forme d'un coeur renversé.
    Obovale : de forme ovale, se dit d'une feuille dont la partie supérieure du limbe est plus large que la base.
    Oeil : désigne le bourgeon.
    Oeilleton : Bourgeon qui se développe à l'aisselle des feuilles ou au collet des racines (rejets) qui peut être détaché pour être multiplié.
    Oïdium : champignons qui se signalent par la formation d'un duvet blanc sur les feuilles, suivi par leur déformation et le dessèchement.
    Ombelle : type d'inflorescence dont tous les felurs à pédicellées d'une même longueur, sont insérées au même niveau (partent d'un même point comme un parasol), sont disposées sur un même plan et se dressent à la même hauteur, exemple : la carotte sauvage, le fenouil, la grande astrance, l'hortensia.
    Ombrophile : qui préfère un habitat dans les stations à forte pluviosité.
    Onguiculé : pourvu d'un onglet comme pour les pétales.
    Opposées : se dit pour les feuilles qui sont rattachées à la tige par paires, généralement symétrique et en angle droit par rapport à la paire inférieure.
    Orbiculaire : elliptique, en forme de cercle
    Ornithophile : se dit des plantes pollinisées par les oiseaux comme par exemple le Russelia.
    Ostiole: nom donné à l'ouverture située à l'extrémité des figues.
    Ovoïde : qui à la forme d'un oeuf.
    Orophyte : se dit d'une plante qui ne pousse qu'en montagne ('oros' = montagne).
    P
    Pailler : déposer un tapis de paille, feuilles ou tourbe au pied d'une plante. Le plus facile et le plus économique s'effectue à l’aide de feuilles mortes ramassées, mais il doit être renouvelé entre 3 à 4 fois dans l'année en prenant soin de stocker les feuilles en attendant au sec. Il est presque aussi efficace que le broyat de branches.
    Paillettes : lames membraneuses sur certains capitules chez les Composées.
    Palisser : fixer une plante sur un support.
    Palmée : feuille dont les éléments ou les nervures partent d'un même point ou divisé en segments et se réunissant en un centre commun (palmier)
    Palmitifide :se dit d'une feuille palmée à divisions peu profondes, pointues, à folioles étalées comme les doigts d'une main.
    Palmitilobé : se dit d'une feuille palmée dont les divisions dépassent la moitié de la feuille.
    Palmitipartites : se dit d'une feuille palmée dont les divisions atteignent la moitié de la feuille.
    Palmatiséquées : se dit d'une feuille palmée dont les divisions atteignent la base de la feuille.
    Panicule : type d'inflorescence indéfinie et ramifiée, à fleurs éparses, semblable à une grappe, exemples : lilas, spirée, troène.
    Inflorescence constituée par des grappes disposées elles-mêmes en grappes.
    Pantropicale mot qui qualifie une espèce présente dans les régions tropicales des deux hémisphères, terme utilisé en botanique lorsque l'on parle d'une espèce, d'une famille, d'un climat et d'une zone qui se développent dans toute la zone intertropicale.
    Papilionacé : fleur des Légumineuses, irrégulière comprenant un étendard, deux ailes, une carène.
    Pappe ou Pappus : touffe de poils qui apparaît chez les Composées par modification du calice, et qui sert à porter les graines ; peut se dire aussi pour d'autres familles.
    Paripenné : feuille composée à folioles paires.
    Parthénocarpie : fruits se développant et mûrissant sans qu'il y ait eu fécondation comme chez le figuier, chaque fois qu'il y a production de figues fleurs.
    Parthénocarpique : fructifie en l'absence de pollinisation.*
    Pauciflore : se dit d’une plante qui porte peu de fleurs ou d’inflorescences.
    Pectiné : en peigne sur un rameau (les aiguilles)
    Pédicelle (m) : petit pédoncule, ramification de la tige qui supporte l'inflorescence.
    Pédicule :, c'est le support allongé et mince d'un organe, d'une plante. Synonyme de pédoncule, queue, tige. Pédicule d'un champignon = pied, d'une aigrette, d'une orchidée.
    Pédoncule : hampe (queue) de la fleur, ramification du pédicelle* qui supporte une fleur.
    Pellucide : adj., signifie translucide, diaphane très clair ou transparent, se dit d'un élément mince qui est presque transparent.
    Pessière : subst. fém., se dit à propos d'une une forêt naturelle peuplée d'épicéas ou d'une plantation d'épicéas, qui produit un humus très acide, sur lequel l'épicéa lui-même a parfois du mal à se régénérer (Larousse agricole de 1981). Dans le Jura, le nom pesse désigne un épicéa.
    Pelté : feuille en forme de bouclier.
    Pennatifide : penné et à lobes aigus.
    Pennatipartite : penné et divisé presque jusqu'à la nervure centrale.
    Pennatiséqué : feuille pennée et divisée jusqu'à la nervure centrale.
    Penne (f) : petite feuille qui compose la feuille pennée (foliole) du palmier.
    Pennée : feuille à nervures secondaires disposées comme les barbes d'une plume.
    Penninervé, se dit d'une feuille dont la nervure principale porte, de part et d'autre, des nervures secondaires disposées comme les barbes d'une plume, source Larousse ; exemple les feuilles du Medinilla magnifica.
    Perfoliée : se dit à propos des feuilles qui, entourant la tige, semblent traversées par celle-ci.
    Périanthe : enveloppe protégeant les organes reproducteurs de la fleur (sépales et pétales). S'utilise à propos de l'ensemble des enveloppes florales différenciées en calice et corolle.
    Péricarpe : ensemble des tissus du fruit entourant la graine.
    Péricline : péri désigne un élément vient du grec 'peri' qui signifie autour, et de 'ancien français cliner du latin clinare qui signifie incliner, péricline nom donné autrefois par certains botanistes pour désigner l'involucre des fleurs comme les marguerites (Asteraceae - Compositae), il peut être squammeux.
    Périgone : périanthe indifférencié (pétales, sépales pétaloides) .
    Pépiniériste : il est spécialisé dans les plantes d'extérieur, l'horticulteur s'occupe des plantes d'intérieur, deux métiers sui se ressemblent beaucoup, puisqu'il s'agit dans les deux cas de faire naître et croître toutes sortes de plantes.
    Persistant : qui conserve son feuillage durant toute l'année et ceci pour toutes les zones de rusticité dans lequel il peut être utilisé. (si perd ses feuilles en cas de grand froid on parlera de persistant hors gel ou de semi-persistant).
    Pérule (f) : nom donné aux écailles imbriquées qui forment une enveloppe qui protège les bourgeons floraux ou foliaires, comme chez les camélias.
    Tout savoir sur les bourgeons, lire l'article sur futura-sciences.
    Pétale : pièce de la corolle ( onglet et limbe).
    Pétiole (m) : support de la feuille ou hampe de la feuille ou tige qui relie la feuille au stipe (palmier).
    Pétiolule : segment qui supporte une foliole* dans une feuille composée.
    Pétrichor (m) : vient du grec 'petra' qui désigne la pierre et de 'ichor' qui désigne un fluide, du sang. Dans la mythologie grecque Ichor était le sang des dieux.
    Pétrichor se dit d' une odeur distinctive qui accompagne la chute de la pluie sur de la terre sèche; terme créé en 1964 par deux chercheurs qui désigne un liquide huileux sécrété par certaines plantes, qui est absorbé par les sols et les roches argileux durant les périodes sèches qui après la pluie dégage une odeur caractéristique en se combinant à la libération de certaines bactéries du sol.
    Pinnatiséquée: se dit à propos d'une feuille divisée en profondes folioles qui rejoignent la tige ou presque. Pinnule (f) : sous division des pennes chez les palmiers
    pH eau : pour l'eau, il s’exprime selon une échelle logarithmique de 0 à 14 unités. Une eau « neutre » possède un pH de 7 unités. Un pH inférieur à 7 indique que l’eau est acide alors qu’un pH supérieur à cette valeur indique qu’il s’agit d’une eau alcaline. La baisse d’une unité de pH implique que l’acidité est multipliée par un facteur 10. Ainsi une eau de pH 6 est dix fois plus acide qu’une eau de pH 7; une eau de pH 5 est 100 fois plus acide qu’une eau de pH 7, source : environnement.gouv.qc.ca
    pH sol : , l'indicateur pH (potentiel hydrogène) il dépend de la concentration en ion hydrogène du sol, il indique son taux d'acidité ou d'alcalinité; il indique si le sol est neutre ( pH > à 7,5) , acide (pH < 7) ou alcalin (pH > à 7,5).
    Plus simple, une poignée de terre, dans un tube, verser dessus quelques gouttes de vinaigre blanc, s'il y a une mousse blanche qui se développe, cela signifie que la terre est calcaire. Une poignée de terre mélangée avec un peu d'eau déminéralisée ou d'eau de pluie, verser un peu de bicarbonate, s'il se produit une effervescence, c'est que la terre est acide et s'il n'y a aucune réaction dans les deux essais, la terre est neutre.
    Pivotante : se dit d’une racine formant l’axe principal du système racinaire, à partir duquel les racines secondaires et/ou les radicelles se développeront.
    Phanérogame : ce dit d'une plante à graines qui a des organes de fructification apparents dans la fleur et se reproduit par des graines, définition du cnrtl.fr Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales.
    Phanérogamie : la grande division du règne végétal comprenant toutes les plantes à organes sexuels apparents.
    Phanérogamique : relatif à une plante, un animal chez lequel les organes sexuels sont apparents, exemple botanique phanérogamique.
    Phanérophyte : ce dit à propos d'arbre ou arbuste dont les bourgeons, éloignés du sol, qui résistent durant l'hiver grâce aux écailles et toutes leurs parties aériennes survivent au ralenti.
    Phénotype : c'est l'ensemble des caractères apparents d’un individu.
    Phyllotaxie distique :, les feuilles alternes ou autres éléments botaniques croissent un à un, chacun à 180° du précédent, exemple Breynia dysticha.
    Phloème : tissu transportant des substances nutritives dans toute la plante.
    Photopériodisme : déclenchée par la durée changeante du jour et de la nuit.
    Photosynthèse : processus qui utilise l'énergie lumineuse pour fabriquer une substance nutritive, le glucose, à partir de molécules d'eau et de gaz carbonique et rejette du gaz carbonique. Avec le glucose elles fabriquent de l'amidon (réserve énergétique) et de la cellulose avec lesquelles sont constituées les parois cellulaires.
    Phycoérythrine : pigment secondaire (rouge) captant des suppléments d'énergie chez la plante.
    Phyllode (m) : des feuilles réduites, dans leur élat normal, à un pétiole aplati, pétiole élargi, d'aspect foliaire, ayant l'aspect de feuille déformée.
    Phyllotaxie : c'est la disposition des points d’insertion des feuilles sur une tige ou un rameau.
    Phytophototoxique :, il existe des plantes qui produisent des agents phototoxiques (furanocoumarines) qui réagissent sous l'effet des ultraviolets des rayons du soleil, qui provoquent des phytophotodermatoses (non allergique) chez certaines personnes qui sont entrés en contact avec l'une des espèces de la famille des Apiacées, Moracées et Rutacées, comme par exemple : un figuier, l'ensemble des agrumes, l'angélique, l'aneth, la berce commune (la championne), le bouton d'or, la carotte, le cerfeuil sauvage, le céleri, le fenouil, le millepertuis, le panais ou le persil, et, sur les parties de peau exposées aux rayons du soleil (visage, dos des mains, avant-bras), et la transpiration, engendrent l'apparition de lésions cutanées telles que l'éruption de rougeurs, de cloque, et parfois des brûlures. Lorsqu'il y a eu un contact avec une plante toxique, il est recommandé de laver la peau avec du savon et d'éviter d'exposer les parties atteintes à nouveau au soleil ; en présence de brûlures contacter un médecin.
    Photosynthèse : elle consiste à transformer l’énergie lumineuse en énergie chimique. Phénomènequi s’accompagne de l’absorption de dioxyde de carbone (CO2) et de production de dioxygène (O2).
    Lire l'article sur le fonctionnement de la photosynthèse dans Géo.
    Pisiforme : de l'aspect et de la grosseur d'un pois.
    Pistil (m) : organe femelle de la fleur.
    Plagiotrope : orienté horizontalement.
    Pneumatophore : organe respiratoire aérien émergent des racines de certains arbres des marécages (cyprès chauve).
    Pollen : grains porteurs des caractères mâles, produit par les anthères.
    Pollonie : (n.f.), s'utilise pour les orchidées, c'est la masse de grains de pollen agglomérés.
    Pollinisateur: se dit des animaux et des insectes qui interviennent dans le processus de la fécondation croisée des plantes en transportant le pollen vers une autre.
    Pollinisation : passage du pollen de l'anthère au stigmate (autofécondation). Elle peut être croisée d'une plante vers une autre.
    Polycéphale : à plusieurs capitules.
    Polycormique : à plusieurs troncs.
    Polygame : sur une même plante, des fleurs mâles et des fleurs femelles avec des fleurs hermaphrodites en même temps, donc autofertiles, comme les Parthenocissus qui possèdent, un certain nomre de fleurs pseudo-hermaphrodites qui remplisent le rôle des fleurs mâles.
    Polyvoltin, Polyvoltine : adjectif. Se dit d'une espèce animale qui présente plusieurs générations par an, en particulier les cochenilles, peut se remplacer par multivoltin.
    Pourridié : la pourriture des racines due à l’action d’un champignon, qui entraîne le dépérissement et la mort des plantes.
    Praliner : cela consiste à enrober les racines nues, ou des graines, de boue (terre argileuse + hormone d'enracinement) ou plus traditionnellement de bouse et d'eau pour favoriser la reprise. De nos jours, sont commercialisés, des pralins de fumier d'algues ou de fumier de cheval, bovin ou volaille et d'algues, souvent enrichis avec des auxines (des hormones végétales qui sont des régulateurs de croissance pour les plantes), pour accélérer la formation des racines latérales, à ce propos, lire l'article sur CliniSciences.
    Le pralinage s'effectue à la dernière minute, juste avant de planter pour qu'il ne sèche pas et forme une gangue autour des racines, qui fera par la suite, obstacle.
    Prolifération : c'est la multiplication rapide d'une espèce, d'une chose.
    Propagule : n.f., petites plantules qui poussent sur le pourtour des feuilles comme pour le Bryophyllum daigremontianum (Kalanchoe).
    Terme utilisé pour la multiplication des bulbes après avoir déchiqueté des fragments de cayeux.
    Protogyne : adjectif,composé de 'proto' et de 'gyne', qui vient du grec 'gunê', qui désigne une femme, par opposition à protandre. Ce dit d'une plante bisexuée dont le pistil des fleurs femelles arrive à maturité avant le pollen des étamines mâles. Les fleurs de la belladone sont protogynes ; terme qui s'utilise aussi pour des espèces d'animaux qui sont femelles pendant une partie de leur vie avant de devenir mâles, ce qui est le cas pour le mérou brun de Méditerranée Epinephelus marginatus, l’escargot est mâle au moment de l’accouplement, après l'éjaculation au moment de la fécondation il devient femelle pour féconder ses ovules.
    Pruine : matière cireuse souvent glauque et fragile.
    Pruineux : se dit d'une feuille, d'un fruit recouvert de pruine.
    Protandre : un adjectif qui est omposé de' prot- et d'-andre, qui vient du grec 'andros', génitif de anêr, qui signifie mâle, homme, mari ; par opposition à Protogyne, des fleurs hermaphrodites dont les étamines se développent avant les carpelles, ce dit d'une plante bisexuée dont les étamines des fleurs mâles arrivent à maturité avant le pistil des fleurs femelles, pour éviter l'autofécondation ; terme qui s'utilise aussi pour des espèces d'animaux chez lesquels les spermatozoïdes arrivent à maturité avant les ovules.
    Psammophile : qui poussent dans les substrats sableux.
    Psammohalophyte : ce dit d'une plante qui supporte à la fois la salinité et la sécheresse des sols sablonneux.
    Pseudo-fruit : faux-fruit ( figue, pomme, sycone).
    Pubescent : velu.
    Pubérulent : légèrement ou momentanément pubescent, des poils courts fins et bouclés.
    Purgatif : se dit des propriétés d'une plante ou d’une substance à l’action laxative puissante et rapide.
    Pyriforme : qui a la forme d’une poire.
    Pyrophytes: plante qui a besoin du feu pour se régénérée, le feu provoque des réactions chimiques et thermiques qui favorisent la germination des graines (eucalyptus). Plante qui se protège contre le feu avec un pare-feu : liège des chênes lièges, écaille (Protéa).
    Pyxide: vient du grec 'pyxis' qui désigne un coffret, en botanique désigne une capsule déhiscente à couvercle.
    Q
    Quadrangularis : à quatres angles.
    Quadrifides : divisé en quatre.
    Quadrifolius; ou Quadrifolia;: à quatre feuilles.
    Quercifolius; ou Quercifolia;: à feuilles de chêne.
    Quercus : Chêne.
    Quinaire : ce dit d'une fleur dont la structure florale = 5 sépales, 5 pétales, 5 étamines, ovaire en pyramide à 5 faces et 5 loges.
    Quinquefolius : à cinq feuilles.
    R
    Racème (m) : synonyme de grappe, les fleurs sont attachées à la tige centrale par le pédicelle une courte tige. Inflorescence formée d’un rachis portant des fleurs pédicellées.
    Racémeux : en grappe.
    Rachillet : chez les Gramnées, c'est la courte tige (l'axe) qui part de l'axe de l'épis sur lesquels sont disposées les épillets avec les glumes et la fleur.
    Rachis : axe central, commun, d'une feuille composée ou d'une inflorescence ou d'une frutescence. Ou partie du pétiole sur laquelle s'attachent les folioles des feuilles pennées ( palmier).
    Radical : qui part de la racine, feuilles radicales, feuilles naissant sur le collet de la plante ou la racine, exemple la mâche et le pissenlit.
    Radical : se dit à propos d'une tige (un organe) qui courbé vers le sol, développe des racines adventives Rafle : fém, c'est l'ensemble du pédoncule central ou axe et des ramifications d'une grappe de fruits, en particulier d'une grappe de raisins, d'une grappe de fleurs de Deutzia, source Cnrtl.
    Réceptacle : partie développée du pédoncule de la fleur.
    Rédupliqué : plié suivant la longueur de la feuille avec les bords tournés vers le bas ( palmier).
    Régime : nom donné aux inflorescences des monocotylédones, puis fruit multiple de palmiers, de bananiers.
    Rejet : jeune pousse (scion) qui naît de la souche ou de la racine, près d'une taille ou d'une cassure, se différencie du gourmand que par son positionnement sur le sujet. c’est un départ de branche du porte-greffe, qui se distingue du gourmand par l’endroit de départ qui se situe en-dessous du bourrelet de greffe. Ils doivent être systématiquement coupés car ils nuisent à la vigueur du pied mère.
    Rempotage : n.m. Action de changer une plante de pot en préparant un mélange de parties égales de terreau de feuilles, de terre franche et de sable de rivière, pour la plupart des plantes. Dans bien des cas, il s'effectue tous les 2 ou 3 ans. Entre-temps, chaque année, effectuer un surfaçage*.
    Réniforme : qui a la forme d'un rein.
    Reproduction : , il y a la reproduction sexuée avec l'échange de graines de pollen et la reproduction asexuée par multiplication végétative et la fragmentation, pour produir un clone. Lire l'article sur comment se reproduit une plante sur decoder.fr ou sur parlonssciences .
    Reprise : se dit d'un plant démarrant sa végétation après une transplantation ou plantation.
    Résine : sève visqueuse produite par certains végétaux pour se protéger des insectes qui attaquent le bois : Conifères, Baumier…
    Réticulé : marques des nervures entrelacées sur les graines (palmier) les cormes.
    Rétinacles : petit disque visqueux qui supporte les masses polliniques des Asclépias et des Orchidées.
    Chez un Orchis par exemple, il y a une seule étamine, et les grains de pollen de chacune des deux loges de l'anthère sont agglomérés en une pollinie, que prolonge un pédicelle, dit caudicule, attaché inférieurement à un disque glutineux, le rétinacle (Encyclopédie de la Pléiade, Botanique p. 911, édition 1960).
    Révoluté : , se dit à propos d'une feuille, qui est révolutée lorsque sa marge foliaire est repliée, enroulée vers le dessous, comme pour les feuilles de la bardane.
    Révolutive: , qui se roule, s'enroule en dehors.
    Rhizobiums : : , ce sont des bactéries aérobies du sol, qui peuvent créer des symbioses avec les fabacées (ou légumineuses) afin de leur apporter de l'azote, en échange les plantes apportent des substrats carbonés aux bactéries. Cette association apporte des phytohormones (auxine, gibbérelline, ...) à la fabacée et permet une meilleure nutrition. En effet, les bactéries vont fixer et réduire l'azote atmosphérique au niveau des nodosités, qui sera alors assimilable par la plante.
    L'introduction de légumineuses (pois, trèfle, luzerne) dans les rotations ou les couverts permet ainsi un enrichissement naturel du sol en azote'. Source Rhizobium et nutrition azotée sur supagro.fr.
    Rhizome : tige charnue sans chlorophylle se développant de façon horizontale le plus souvent souterraine, possèdant bourgeons, des racines et des tiges aériennes.
    Ripicole : se dit des plantes des rives d'eau courantes ou stagnantes.
    Ripisylve : se dit des forêts sur les berges des cours d'eau.
    Rhomboïdal : en losange.
    Roncinée : se dit à propos d'une feuille pennatifide qui vers le bas du limbe à dents aiguës rabattues.
    Rosette : c'est l'ensemble de feuilles étalées en cercle à partir du collet de la plante ou des fleurs disposée en rosaces autour de la tige.
    Rouille : appellation regroupant divers champignons qui affectent de nombreuses plantes aux variables et multiples symptômes.
    Rubané : en forme de ruban.
    Rudéral : se dit des plantes poussant dans es décombres, les bords de route.
    Rusticité capacité à s'adapter à des conditions climatiques différentes de celle que la plante avait dans son pays d'origine.
    Ruguleux : légèrement rugueux.
    S
    Sagitté : en forme de flèche.
    Samare (f) : fruit sec ou akène porté par une aile membraneuse.
    Sarmenteux : tige ou branche ligneuse d'une grimpante.
    Scarifier : pratiquer une incision superficielle, terme utilisé pour les graines dures qui doivent être entailler pour pouvoir germer.
    Scarification : incisions superficielles sur des graines dures, avant leur mise en germination.
    Sciaphile : plante apte à se développer à l'ombre avec très peu de lumière, qui préfère les lieux ombragés.
    Scion : très jeune tige d'arbre venue en pépinière ( 1 ou 2 ans).
    Sclérophylle : plante à feuilles dures, coriaces à cuticule épaisse, adaptée à la sécheresse.
    Scorpioïdes : roulé en crosse.
    Sédatif : se dit à propos des propriétés d'une plante ou d’une substance qui agit contre la douleur, l’anxiété, l’insomnie ou qui modère l’activité d’un organe.
    Segment : division du limbe de la feuille.
    Semence : graine propre à la reproduction.
    Semi-persistant : soit qui conserve une partie de ses feuilles l'hiver soit qui perd ses feuilles seulement en cas de grand froid.
    Semis
    Sempervirent : se dit à propos d'une plante qui porte des feuilles toute l'année, le feuillage est toujours vert.
    Sépale : pièce du calice, soudée ou libre.
    Septicide : qualifie un fruit qui s'ouvre en se fendant longitudinalement au niveau des cloisons (septums) et séparant ainsi les carpelles.
    Sessile : sans pétiole ( feuille), sans pédoncule (fleur).
    Sérrulé : denticulé, qui a une forme dentée, en dents de scie, se dit pour les fleurs et la marge des feuilles et la fructification (capsule).
    Sétiforme : adj., qui est en forme de fil de soie, mot venant du latin seta qui désigne la soie, terme qui s'utilise lorsque l'on parle par exemple des akènes de la Felicia.
    Sève : liquide constitué d'eau, de minéraux et de sucre circulant dans la plante.
    Silicule : petite silique.
    Silique (f) : capsule plus longue que large.
    Siliquiforme : en forme de silique.
    Sinué : à bords sinueux (feuille)
    Sol : nature des sols acide, neutre ou alcalin, qu'est-ce que cela signifie? :
    - Acide, un sol avec un pH compris entre 1 et 7 est classé comme acide, les éricacées comme les rhododendrons ont besoin d'un sol acide, pH 6, .
    - Neutre, un pH neutre, autour de 7, conviendra à la plupart des plantes. Les sols argileux ont tendance à être neutres.
    - Alcalin, les sols avec un pH compris entre 7 et 14 sont appelés alcalins. Le sol calcaire est généralement alcalin.
    Sommité : extrémités des plantes fleuries (bourrache).
    Sore : bouquet de sporanges chez les Fougères.
    Souche : Sous-arbrisseau : moins de 0.5m, souche ligneuse et rameaux herbacés ou semi-ligneux à faible durée de vie.
    tige dans sa partie souterraine.
    Spadice (m) : inflorescence en épi ou en panicule dont les fleurs sont entourées d'une spathe ou bractée plus ou moins coriace qui accompagne les inflorescences ( palmiers, arum).
    Spathe (f) : bractée membraneuse ou foliacée qui enveloppeplus ou moins l'inflorescence, et qui est ouverte latéralement par une fente, souvent en forme de cornet.
    Spathiforme : en forme de spathe.
    Spiciforme : en forme d'épi.
    Spicule : petit épi.
    Spinuleux : présentant quelques petites épines.
    Spore (f) : élément unicellulaire produit par certains végétaux (fougères mâle).
    Sporange : organe renfermant les spores, fructifications des Fougères.
    Sporophyte : stade du développement qui produit des spores.
    Squamiforme : en forme d'écailles.
    Staminal : concernant l'étamine.
    Staminode : étamine avortée, pétaloïde.
    Stigmate (m) : extrémité du style, sommet du pistil.
    Stérile : fleur à pièces fertiles absentes
    Stipe (m) : tronc souvent colonnaire des palmiers
    Stipelle : une petite stipule située au niveau de l’insertion des folioles.
    Stipité : porté sur une sorte de pied ou support (tige).
    Stipule (f) : bractée à la base du pétiole, s'utilise à propos d'un organe situé au niveau de l’insertion d’une feuille sur un rameau.
    Stipulé : qui possède une ou plusieurs stipules.
    Strigueux : qui possède des poils raides, tous diriger dans la même direction le long d’une nervure ou d'une marge.
    Strigillosé : se dit d'un élément finement strigueux.
    Stolon : rejet sur racine ou tige dont l'extrémité produit en s'enracinant un bourgeon, qui devient reproducteur à son tour.
    Stomate : orifice de respiration de la feuille.
    Stratifier :, cette méthode consiste à mettre des graines dans une caisse en bois ou dans un pot en terre peu profond, par lits alternés avec des couches de terre sableuse humide, et le récipient est placé dans une cave ou enterrer au pied d'un mur exposé au nord. Dès que la graine commence à germer, la sème en pleine terre.
    Stress hydrique : le manque d'eau provoque un dessèchement des sols qui conduit pour une plante à un manque d'approvionnement en eau supérieur à la perte en eau par transpiration, ce déséquilibre hydrique déclenche une succession de réaction dont le ralentissement de sa croissance, son depérissement.
    Il faut donc en premier lieu éviter de gaspiller l'eau.
    Ce terme est également employé pour désigner les périodes durant lesquelles la demande dépasse la quantité d'eau disponible et également lorsque sa qualité en limite l'usage. Sur le territoire français il est offert entre 2.500 et 6.000 m3 d'eau par jour aux français, l'OMS (Organisation mondiale de la santé) parle de stress hydrique lorsque la disponibilité en eau, par an et par habitant, est inférieure à 1.700 m3 et plus d' un milliard de personnes vivent actuellement dans des régions où l'eau est rare, et jusqu'à 3,5 milliards pourraient connaître une pénurie d'eau d'ici 2025, prendre le temps de lire World Resources Insitute.
    . Stress oxydant, lire l'article sur les contraintes environnementales et stress oxydant chez les plantes, de Pierre Dizengrelel, Professeur émérite Université de Lorraine, SILVA, UMR Université de Lorraine-AgroParisTech-INRAe, Vandoeuvre-les-Nancy, encyclopedie-environnement.org.
    Strobile (m) : ou cône, inflorescence de Conifère ou de Cycadale, à fleurs unisexuées ( feuilles carpellaires et écailles).
    Stumping : technique nord-américaine de multiplication où il faut rabattre au ras du sol un pied adulte, que l'on recouvre d'un monticule de sable toujours maintenu très humide. Lorsque de nouvelles pousses traversent le sable et que la base se recouvre de racines, détacher les jeunes pousses du pied mère en prenant soin aux jeunes racines et repiquer. Utilisée pour la multiplication du Myrtillier.
    Style : prolongement de l'ovaire portant le stigmate.
    Subéraie : forêt de chêne-liège.
    Subéreux : constitué de liège, ce dit d'une écorce liégeuse.
    Subulé : allongé et pointu comme une alène (poinçon).
    Suborbiculaire : presque arrondi.
    Subsessile : sont presque sessiles, c'est à dire feuilles à pétiole ou fleurs à pédoncule à peine marqué.
    Subspontanée : plante introduite qui retourne à l'état sauvage par semis spontanés.
    Succulente : qui fait des réserves d'eau.
    Suffrutescence : plante à tige ligneuse en bas puis herbacée en haut.
    Suffrutex : à prpos d'une plante ligneuse qui perd ses ramifications ultimes chaque année.
    Suffusé: du latin 'suffusio', de sub 'sous' et du verbe 'fundere' verser, infiltrer de manière diffuse, s'utilise fréquemment dans les description des couleurs des roses.
    Supère : se dit de l'ovaire inséré sur le même plan que les autres pièces florales ou au-dessus.
    Surfaçage : technique que l'on applique chaque printemps, lorsqu'une plante, n'a pas besoin d'être rempotée durant plusieurs années, car son déveoppement racinaire est faible. En surface, retourner la terre et la remplacer sur 4 à 5 centimètres en apportant un terreau de feuilles enrichi.
    Sycone (m) : ou figue, pseudo-fruit du genre ficus, constitué par un réceptacle charnu de fleurs unisexuées, et qui donne une infrutescence d'akènes, figues.
    Sympodiale : se dit d'une orchidée qui développe chaque année de nouveaux pseudo-bulbes assez plats, surmontés de plusieurs feuilles, des hybrides comme l'Odontoglossum, Brassia.
    Une ramification sympodiale, se caractérise par la dégénérescence d'un bourgeon apicale obligeant la tige à croître en zigzag pour assurer le développement de bourgeons latéraux.
    Syncarpie : soudure anormale de plusieurs fruits.
    Systématique: c'est le dénombrement et la classification des espèces, des taxons dans un certain ordre.
    T
    Tégument : revêtement de surface, tissu superficiel.
    Tépale : pièce d'un périgone.
    Termé : par trois.
    Terre de bruyère : terreau acide et pauvre, sableux.
    Terre franche : sol (idéal ?) constitué de sable et d'argile avec également de l'humus et du calcaire.
    Tétramère : formé de 4 parties, ou nombre multiple de quatre.
    Tétragone : à section quadrangulaire.
    Thermophile : qui a besoin de chaleur ou qui aime les milieux exposés au soleil.
    Thérophyte : ce dit d'une annuelle qui meurt après reproduction, passe la mauvaise saison (hiver, ou période de sécheresse) sous la forme de graines qui germent lorsque les conditions redeviennent favorables.
    Thyrses (m) : élément disposé en pyramide (inflorescence).
    Tige : axe d'une plante comportant des feuilles et se terminant par un bourgeon, pouvant être aériennes ou souterraines).
    Tigelle : chez les graines, partie de la plantule qui fournira la tige de la plante.
    Tissu : ensemble de cellules ayant la même fonction.
    Tomenteux : recouvert de poils courts serré et doux, d'un aspect cotonneux.
    Topiaire : art des jardins consistant à réaliser des sculptures figuratives sur des végétaux ligneux (buis).
    Torminalis Torminal, qui guérit les coliques, pour mettre en avant les propriétés médicinales, Sorbus torminalis.
    Toruleux : relatif à la présence de bourrelets sur les tiges d'une plante.
    Tourbe : produit humifère utilisé essentiellement pour améliorer les qualités physiques d'un terre trop lourde ou ne retenant pas l'humidité.
    Traçant : racine ou rhizome se développant loin du pied initial
    Trichomes : ce sont des excroissances épidermique (appendices) ayant l'aspect de poil ou d'écaille qui recouvrent un végétal. Voir illustration sur dictionnaire terminologique québécois.
    Trichotome : se dit de l'axe d'un rameaux, organe ou inflorescence partagé en un ou plusieurs fois 'trifurqué' en ramifications d'importance sensiblement identiques.
    Trifide : divisé en trois parties ou en trois lobes pointus.
    Triloculaires : ce dit d'un fruit à trois loges.
    Triterné : du latin 'ternus', par trois. Feuilles dont le pétiole commun se divise en trois pétioles secondaires, subdivisés eux-mêmes en trois autres.
    Triquêtre : trois angles saillants, ou à section triangulaire (tige).
    Tronc : axe principal, lignifié, des arbrisseaux, arbres et qui portent des branches, feuilles, fleurs et fruits.
    Tubercule : renflement de la tige ou de la racine contenant des réserves.
    Tubering, technique de multiplication nord-américaine qui s'effectue sur des pieds vigoureux à la fin de l'automne ou au début du printemps prélèver des tiges de 8 à 10 cm de long x 2 à 3 cm. Entailler légèrement une des extrémités des tiges puis les positionner horizontalement dans une caissette, les recouvrir de 1 à 2 cm de sable maintenu constamment humide en utilisant une eau non calcaire; recouvrir la caissette d'un verre, d'un plexiglas, d'un film plastique pour y maintenir une température entre 14 à 18°C . En quelques semaines de jeunes pousses se développent lorsqu'elles atteignent 4 à 6 cm., l'extrémité va se mettre à flétrir et dépérir, mais des feuilles puis des racines se développent assez rapidement pour le favoriser il faut alors recouvrir la base des pousses, avec un mélange de sable et de terreau humide. Lorsque ces tiges atteignent 5 à 6 cm de long, séparer soigneusement les nouvelles pousses de la tige mère et les repiquer. Utilisée pour la multiplication du Myrtillier.
    Tubuleuse : fleurs en tube, placées au centre (disque) des composées.
    Turbiné (e) : en forme de toupie, de cône. Ce dit d'une racine, d'un calice ou d'un bouton floral.
    Turion : jeune pousse de bambou
    U
    Ubiquiste : se dit des espèces végétales ou animales que l’on rencontre dans des milieux écologiques très différents.
    Uniloculaire : (adj), se dit à propos d'une fructification qui ne comprend qu'une seule loge ; qui n'est pas divisé en compartiments. Ovaire uniloculaire du pavot et de la violette.
    Unisexué : fleur qui a les caractères et les organes d'un seul sexe à la fois.
    Univoltin, Univoltine: adjectif. Se dit d'une espèce animale qui présente une seule génération par an, comme le vers à soie, son contraire polyvoltin, polyvoltine, multivoltin.
    Urcéolé : se dit d'un organe qui est renflé à sa partie moyenne, resserré à son orifice, et dilaté à son limbe. Calice urcéolé en forme de grelot.
    Utricule : petit sac qui entoure chacune des fleurs femelles, dont seuls les stigmates sortent de l'ouverture au sommet, chez les Carex, le résultat de la concrescence des six tépales.
    V
    Variété :, vient du latin 'varietas', désigne dans la classification botanique, un rang, qui se situe en dessous de celui de la sous-espèce et qui s’abrège par l’indication var.
    Velu : à longs poils doux, dressés ou étalés.
    Verticille : ensemble de feuilles, de fleurs ou encore de pièces florales partant d'un même niveau, sur un même axe, disposées en cercle .
    Vernal : du printemps.
    Vernalisation : il s'agit de la période de froid nécessaire à une plante pour passer de la phase végétative à reproductive qui peut s'étaler sur quelques jours ou quelques mois suivant l'espèce,et initier la floraison; lire article chez Persée.
    Vernaculaire : nom commun d'une plante.
    Vicariante : espèce remplaçant une autre espèce du même genre dans une région donnée.
    Villeux : qui a de longs poils doux, souvent courbés.
    Villoselé : se dit d'un élément finement villeux.
    Viscidie :, nom féminin qui s'utilise chez les Orchidacées, c'est une petite masse visqueuse à laquelle sont rattachées deux pollinies fixées par l'intermédiaire de caudicules.
    Vivace : souche vivant plus de 3 ans, parties aériennes disparaissant l'hiver.
    Volubile : à propos des tiges qui s'enroulent en spirales autour d'un support.
    X
    Xanthophylle : pigment secondaire (jaunes) captant des suppléments d'énergie chez la plante.
    Xérophile : qui aime la sécheresse ou en a besoin.
    Xérophyte : se dit d'une plante adaptée aux milieux très secs ou arides.
    Xylème : ou bois primaire, tissu transportant de l'eau et des minéraux des racines aux feuilles.
    X
    Zygomorphique : symétrie bilatérale plane qui divise une fleur en deux parties identiques, voir aussi actinomorphique.
    Z
    Zone, les zones de rusticité avec les températures minimales et maximales en hiver, consulter les différentes cartes.
    Zoochore : se dit d’une espèce végétale dont les graines sont dispersées par les animaux. La dispersion des graines par les animaux se fait selon des modalités variées : transport sur le pelage ou le plumage des graines poilues ou collantes, digestion de fruits et rejet des graines avec les excréments, etc., source Larousse Agricole sous la direction de Marcel Mazoyer, professeur d'agriculture à l'Institut agronomique Paris-Grignon (INA P-G), édition de 2002, consultable à la Bnf.
    Zygomorphe : se dit d'une fleur présentant une symétrie bilatérale.

    Consulter le Larousse Agricole de 1921, mis a disposition par la bibliothèque d'ouvrages anciens du Réseau Semences Paysannes.
    natacha mauric © 29.02.2000 ® Jardin! L'Encyclopédie, mise à jour 28/02/2024.
    - nmauric©29.02.2000- ® Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.
/div>





compteur