Marcottage, mode d'emploi
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Dictionnaire Vilmorin* des plantes potagères
    Le marcottage :
    'Le marcottage une opération qui consiste à faire développer des racines sur des rameaux sans séparer ceux-ci du pied mère.
    Lorsque la présence des racines est constatée, on procède au sevrage du rameau en le coupant. On obtient ainsi une nouvelle plante en tout point semblable à la plante mère.
    En culture potagère, ce procédé est employé pour donner aux végétaux une alimentation supplémentaire favorable au développement des fruits et aussi un marcottage, mais dans ce cas, les tiges enracinées ne sont pas détachées de la plante mère. Cette technique qui se pratique au potager pour les courges et les potirons.
    La multiplication des fraisiers au moyen de coulants ou stolons qui s'enracinent, constitue un marcottage naturel.
    Une marcotte simple, c’est un rameau qu’on enterre par buttage ou coudage (figure ci-contre) afin de lui faire produire des racines adventives, sans le séparer du pied mère. Lorsque l’enracinement c'est produit, on obtient un nouveau rejeton en retranchant le rameau du pied mère.'
    Source - Dictionnaire Vilmorin des plantes potagères - 1948, Vilmorin* Andrieux S.A.

    - Marcottage aérien :
    Une technique très simple de multiplication elle consiste au printemps courant mars-avril à faire apparaître des racines sur un rameau aérien de préférence une pousse terminale, en supprimant quelques feuilles et en effectuer soit une double entaille en soulevant de part et d'autre l'écorce soit en décortiquant un anneau d'écorce sur une dizaine de centimétres, en appliquant de la poudre ou du gel d'hormones de bouturage puis mettre un machon confectionné avec de la mousse de sphaigne ou de la tourbe un peu fibreuse, de ligaturer le tout, puis l'envelopper dans un film ou sac plastique ou du papier d'aluminium pour conserver l'humidité et l'obscurité qui favoriseront le développement des racines.
    Il est utilisé pour les plantes d'intérieur comme par exemple : cordyline, dracaena, ficus, philodendron, pothos, schefflera et bien d'autres plantes tropicales, et au jardin pour les azalées, hamamélis, hibiscus, glycine, magnolia, rhododendron, viburnum, etc...

    - Marcotte par buttage :
    A la fin de l'hiver, former autour d'une plante qui pousse en touffe une butée arrondie, composée d'un tiers de terre du jardin, un tiers de bon terreau de feuilles et de un tiers de sable, mélange approprié pour bien conserver l’humidité. Rabattre les tiges à une hauteur de ± 15 cm, arroser régulièrement pour maintenir une humide constante.
    Sur les parties qui sont sous terre vont se développer des racines et au niveau des yeux vont se développer de nouvelles branches.
    Le sevrage s'effectue à l'automne, en coupant les marcottes le plus bas possible pour conserver un maximum de racines puis en place en pleine terre ou dans des potées.

    - Marcottage en terre :
    Il consiste à incliner un rameau, une branche jusqu'au sol où on l'enterre sur une portion (après avoir retiré les feuilles de cette partie enterrée et les rameaux latéraux) en la recouvrant d'un mélange de terreau et de sable qui restera toujours humide et chaud et en la fixant solidement avec des U ou des cailloux sans oublier d'arroser.
    Cette technique s'effectue principalement en été et c'est en novembre que l'on coupe le rameau (sevrage) pour le replanter en pleine terre.
    Si les rameaux sont longs on peut faire plusieurs marcottes sur un seul rameau.
    Exemples : jasmin, glycine, clématite.

    - Marcotte par buttage :
    A la fin de l'hiver, former autour d'une plante qui pousse en touffe une butée arrondie, composée d'un tiers de terre du jardin, un tiers de bon terreau de feuilles et de un tiers de sable, mélange approprié pour bien conserver l’humidité. Rabattre les tiges à une hauteur de ± 15 cm, arroser régulièrement pour maintenir une humide constante.
    Sur les parties qui sont sous terre vont se développer des racines et au niveau des yeux vont se développer de nouvelles branches.
    Le sevrage s'effectue à l'automne, en coupant les marcottes le plus bas possible pour conserver un maximum de racines puis en place en pleine terre ou dans des potées.
    Marcotte par circoncision :
    Il faut délicatement sans entamer le bois d'une branche, retirer un anneau circulaire d'écorce et la coucher dans la terre. Cette technique va arrêter la sève l’endroit où les racines apparaitrons.

    - Marcottage en serpenteau :
    Il faut sélectionner un long rameau souple en retirer toutes les feuilles et y supprimer tous les départs de rameaux latéraux, puis l'enterrer en plusieurs points à ± 10 cm de profondeur en maintenant les courbures avec des attaches en U ou en posant dessus des cailloux.
    Si sur la plante que l’on veut multiplier les branches sont trop élevées, on se sert d'un pot ouvert par une fente latérale, afin de pouvoir faire traverser la branche qui devra y former des racines dans une bonne terre humide. Les pots doivent être soutenus par un piquet à la hauteur de la branche.

    Ouvrages à consulter :
    Planche de marcottage ci-contre, extraite de Gravures de l'Almanach du bon jardinier, contenant des principes de botanique, principes de jardinage, etc. par Joseph Decaisne (1807-1882) édité à Paris en 1858 BHL Biodiversity Heritage library.

    Annotations :
    *Truffaut, Georges Truffaut (1872- 1948), ingénieur agricole, lauréat de l'Académie d'Agriculture. En 1897 il fonde les établissements et les laboratoires Georges Truffaut, avenue de Picardie à Versailles, en 1911 création de la revue Jardinage, dont y en est le directeur qui parait jusqu'en 1939. En 1912 création d'une roseraie dans les établissements sur plus de 10000m².
    En 1914, publication de la première encyclopédie 'Comment on soigne son jardin'.
    Il est promu en 1938 Officier de la Légion d’Honneur. Abréviation botanique officielle G.Truff
    Création en 2011, de la Fondation Georges Truffaut qui soutient financièrement des associations ou organismes à but non lucratif, qui développent des actions favorisant le bien-être des hommes grâce au végétal, les jardins de soins et santé, les jardins d’insertion et les jardins solidaires, voir : fondation-georges-truffaut.org.

    Les autres méthodes de multiplication :
    - Les différentes techniques et étapes du bouturage.
    - Les différentes méthodes de division.
    - Les différentes techniques de greffage.
    ® par la Société des Gens de Lettres Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.//-->








compteur de visite