Ficus carica  - Figuier commun
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Ficus carica Nom commun : Figuier commun, Figuier* comestible, Figuier domestique, Figuier à gros fruits, en provençal 'Figuiero', nommé par les anglophones 'Fig Tree', 'Edible fig'.
    Nom latin : Ficus carica  L., synonyme de Ficus macrocarpa Gasp.
    famille : Moraceae.
    catégorie : arbuste ou arbre monoïque à latex, au bois tendre et spongieux dont l'écorce lisse est gris cendré, au système racinaire traçant en tout sens.
    feuillage : caduc, vert franc virant au jaune à l'automne aux nervures plus claires, épais, rugueux, revers veloutés aux nervures saillantes plus claires recouvertes de courts poils. Sur des ramilles flexibles, conservant les cicatrices circulaires foliaires et fruitiers, feuilles alternes (9 à 20cm de long héterophylles entières dentées ou palmatilobées à 3 ou 6 lobes et longuement pétiolées.
    port : érigé, étalé, ramifié à cime arrondie.
    floraison : au printemps courant mai, inflorescences en forme de bourse piriforme, appelée sycones*, pourvues à l'extrémité d'une ouverture (ostiole) par lequel pénètre l'insecte vecteur de la parthogenèse. Des fleurs femelles à long style tapissent la bourse, l'orifice ombiliqué (ostiole) est cerné de quelques fleurs mâles à brévistyle et 4 étamines.
    La pollinisation est effectuée uniquement par un petit hyménoptère, le blastophage (± 2mm), (Blastophaga psenes) qui ne vit que sur l'aire du figuier. Sur le caprifiguier, les rameaux de l'année précédente portent les mammes, dont des fleurs femelles brévistyles qui se transforment en galles après les pontes des blastophages et des figues fécondables (profichis), .. Plus simple, à vous de découvrir toutes les étapes de la reproduction de la figue, différencier ainsi mammes et profichis, cours de biologie - Université Lille1.
    La caprification des figuiers mâles est toujours pratiquée en Turquie, Grèce et Afrique du Nord, en installant dans les figueraies des chapelets de 4 à 5 caprifigues (profichis) dans les ramures. Les caprofiguiers y sont d'ailleurs cultivés à cet effet pour en commercialiser les profichis.
    couleur : pruineuse ou brillante, bicolore striée ou gerçurée, vert, jaune verdâtre, rouge verdâtre, rouge, rouge violette, violet foncé ou gris.
    Le tout regroupées dans trois groupes, les figues vertes appelées aussi figues blanches, les figues rouges souvent appelées grises et les figues noires ou violettes.
    pseudo-fruits : constitués par un réceptacle charnu de 1000 fleurs femelles. Les vrais fruits sont le millier de petits grains (akènes) éparpillés dans la chair des figues qui est fortement convoitée par les oiseaux qui en dispersent les graines d'où la présence insolite de figuier perché en haut des murs ou sur les corniches.
    Le pédoncule à la coupe exsude un latex visqueux qui s'oxyde au contact de l'air, il peut entre-temps, provoquer chez certaines personnes, des dermites de contact et des réactions photo-sensibilisantes, il est donc recommandé de mettre des gants pour cueillir les figues. Des réactions identiques peuvent avoir lieu pour les lèvres et le palais à son contact lorsque l'on met en mouche la figue avec son pédoncule laiteux.
    En période de maturation, les pluies peuvent abîmer leur épiderme, provoquant dans bien des cas l'éclatement des figues.
    croissance : moyenne.
    hauteur : dans nos jardins ne dépassant pas 3 à 4 m, les espèces spontanées entre 8 et 10m de haut.
    plantation : au printemps, prévoir Ø 3 à 6m, entre les rangées au verger ± 7m. Bien choisir son emplacement, car avec son type d'enracinement, il n'aime pas être déplacé. Première fructification dans le courant de la 3/4 ème année, production dès la sixième et pleine production vers la douzième année.
    multiplication : par bouturage en été, marcottage, division de drageons et rejets, sans oublier d'effectuer une taille de mise en forme des charpentières; et par greffage en écusson ou en couronne sur franc.
    Le semis printanier est déconseillé, les sujets obtenus ont une fructification tardive souvent inintéressante.
    Au verger, si l'on souhaite profiter des figues d'automne, compter un caprifiguier pour une vingtaine de sujets femelles. Les premières années n'oubliez pas de protéger du froid les jeunes plants, car ils sont sensibles au gel dès -6 à -7°C.
    sol : ordinaire, humifère, frais mais drainé, sa préférence va au sol léger peu calcaire.
    emplacement : soleil ou mi-ombre, en situation abritée des vents froids, sa souple ramure permet de le palisser contre un mur orienté au sud.
    origine : Asie du sud-ouest, Proche-Orient et Moyen-Orient dont la Turquie, introduit sur le pourtour méditerranéen par les Carthaginois, puis largement propagé par les Romains, pour finir à travers les siècles devenir spontané depuis les îles Canaries jusqu'au Caucase, présent jusqu'en Afghanistan et aux Indes.
    En France, cultivé en Provence, Languedoc-Roussillon, au sud-ouest de l'Ariège, en Gascogne, Périgord, Béarn et Charente, en situation abritée en Bourgogne, en île-de-France (dont Argenteuil au 19ème siècle), en zone maritime abritée en Bretagne et dans la Manche.
    zone : 8 - 10 minima idéal 10°C, selon la variété il tolère jusqu'à -15°C, ailleurs prévoir une protection avec des paillons. Tolère aisément les embruns et l'irrigation avec des eaux légèrement saumâtres. Une fois installé, parfaitement adapté à la sécheresse.
    entretien : Les premières années arroser les jeunes sujets, effectuer une taille de mise en forme des charpentières en fin d'hiver, début du printemps au moment de la remontée de la sève, autrement juste supprimer les branches mortes .
    Sous climat très chaud, il est conseillé de cultiver le figuier près du sol, pour limiter sa déshydratation et l'asséchement du sol et, si l'on vise une abondante fructification de qualité, il est conseilléd'arroser au printemps et au début de l'été.
    La fumure, s'effectue à l'aplomb du feuillage et non aux abords du tronc. Prenez le temps de vous arrêter et stationner un moment sous son ombre, elle a une odeur particulière.
    A savoir, le figuier redémarre de souche, c'est Pierre Belon* qui découvrit dans un verger syrien qu'il y était cultivé 'en forme de bois de taillis' avec les pommiers, abricotiers, ..
    glyphosate : l'Anses, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail, en charge de la délivrance des autorisations de mise sur le marché du glyphosate, herbicide hautement contesté qui est le plus utilisé en France et dans le monde dans les cultures.
    Le vendredi 9 Octobre 2020 elle a rend public les résultats de son évaluation comparative avec les alternatives non chimiques disponibles et elle dresse la liste des cultures pour lesquelles il ne sera plus possible d'utiliser le glyphosate dès 2021.
    Pour l’arboriculture fruitière :
    - Interdiction de l'utilisation du glyphosate entre les rangs d’arbres fruitiers : l’alternative est le maintien de l’herbe ou le désherbage mécanique ;
    - Utilisation autorisée dans les situations où le désherbage mécanique n’est pas réalisable : récolte mécanique des fruits au sol (noix, pommes à cidre…) ou productions de type buissonnant (noisetier, petits fruits) ;
    - Restriction de la dose annuelle maximale autorisée à 900 g de glyphosate par hectare, les applications étant limitées à 40 % de la surface de la parcelle, soit une réduction de 60 % par rapport à la dose maximale actuellement autorisée.
    Consulter le site de l' ANSES.
    maladies et parasites : Peut être sujet aux cochenilles, cicadelles (Metcalfa pruinosa ), subir les piqûres des mouches de la figue (Aristella longhaea ) qui par l'ostiole viennent y pondre, provoquant ainsi son pourrissement avant maturité.
    Ficus carica, figue, edible fig Autres ravageurs, le chancre du Figuier (Diaporthe cinerescens ) qui apparaît sur les plaies de taille et/ou les blessures provoquant un dépérissement partiel des rameaux; la teigne (Eutromula nemorana ) et le virus de la mosaïque transmis par un acarien Aceria fiens .
    Son système racinaire peut subir des attaques de nématodes Xiphinema index  qui peuvent lui transmettre des viroses.
    Comme d'autres fruits secs, les figues sèches peuvent être sujettes aux larves du Myeloïs Myelois ceratoniae  (Ver ou Pyrale de la datte) et celles des Ephresia  qui les rendent impropres à la consommation.
    NB : son nom Ficus  en latin désigne le figuier commun, un mot d'origine phénicienne et son nom spécifique carica  fait référence à l'ancienne province romaine de Carie (créée par les phéniciens) qui s'étendait au sud-ouest de la Turquie, depuis la côte égéenne jusqu'au sud-ouest de l'Anatolie (Alinda), sa capitale était l'antique Halicarnasse, l'actuelle Bodrum.
    Le nom de figue vient du provençal 'figa', du latin 'fica'.
    Ce figuier, arbre rustique caractéristique des jardins méditerranéens est un sujet femelle, le seul dont on mange les figues, dont il existe à travers le monde des milliers de cultivars avec environ 300 variétés répertoriées en France.
    De nos jours, les plus gros producteurs de figues sont la Turquie, la Grèce, l'Italie et le Portugal. En France, c'est dans la plaine de Solliès (nord-est de Toulon - Var) qu'est produit entre 75 et 80% de la production française.
    Le genre ficus  comprend environ 800 espèces d'arbres, d'arbustes, de grimpants, de rampants, certains semi- épiphytes caducs ou persistants, originaires des zones tropicales ou subtropicales des deux hémisphères .
    Propriétés et utilisations :
    Attention la sève du figuier est phototoxique, c'est à dire qu'un contact plus ou moins prolongé avec le feuillage qui contient de la sève avec une exposition au soleil peut provoquer une réaction cutanée (phyto-photodermatose) avec des symptômes importants comme des brûlures au deuxième degré (rougeurs, enflures et cloques) comme ce fut le cas pour ces enfants de Charente-Maritime au cours d'une classe découverte sur l'île d'Aix qui ont joués avec des feuilles et des figues durant plusieurs jours en mai 2019.
    Les enfants les plus touchés devront porter des pansements pendant deux ans et des gants anti-UV.
    Depuis l'Antiquité, la figue est le symbole des attributs sexuels et de la fertilité, avec sa sécrétion laiteuse elle favorisait évidemment la lactation, ainsi elle fut donc conseillée aux femmes enceintes et aux convalescents.
    Le figuier était l'arbre de Dionysos, c'est dans le bois de sa ramure qu'il tailla un phallus.
    Les Romains lui vouaient un véritable culte, selon la légende la louve aurait allaité Romulus et Remus, les fondateurs de Rome à l'ombre de son feuillage.
    Dans l'Odyssée d' Homère, le figuier est présent entre le poirier et la vigne dans la première description d'un jardin de délices que découvre Ulysse en pénétrant dans le verger clos du palais du roi Alcinoos.
    Présent dans la Bible à de nombreuses reprises notamment dans la parabole du figuier stérile. "Et il (Jésus) disait cette parabole: Un homme avait un figuier planté dans sa vigne. Il vint chercher du fruit sur ce figuier, et n'en trouva pas. Il dit alors à son vigneron : ’Voilà trois ans que je viens chercher du fruit sur ce figuier, et je n’en trouve pas. Coupe-le. A quoi bon le laisser épuiser le sol ?’
    Mais le vigneron lui répondit : ’Seigneur, laisse-le encore cette année, le temps que je bêche autour pour y mettre du fumier. Peut-être donnera-t-il du fruit à l'avenir. Sinon, tu le couperas.’ Nouveau Testament ( Evangile selon Luc 13:6-7).
    Au 9 ème siècle, en Grèce, dans le codex de Mélétios, la figue figurait en bonne et du place aux côtés du plantain pour traiter sous forme de cataplasmes, panaris et anthrax.
    Dioscoride quant à lui, prescrivait comme antidote aux poisons et aux morsures, des figues rôties et cuisinées avec de la chair de vipère, et il était de mise avant un bon gueuleton, d'offrir aux convives des figues fraîches pour soulager les troubles digestives, riche en fibres, en ficine (enzymes végétales), elles stimulent le transit intestinal, mais elles sont à consommer sans excès car elles peuvent être laxatives. Autrefois à cet effet, il était prescrit de boire le jus de macération de figues sèches.
    A travers les siècles, dans les médecines traditionnelles et populaires, la figue était réputée pour ses propriétés adoucissante, antifongique, cicatrisante, digestive, laxative, expectorante (décoction de figues sèches) et stimulante.
    Les figues grillées ou chauffées étaient prescrites en cataplasme pour traiter furoncles et hémorroïdes, conseillées pour traiter les aphtes et les gingivites (idem avec la pulpe fraîche), et son suc laiteux comme chez bien d'autres plantes à latex pour soigner cors et verrues et le feuillage utilisé pour soulager les piqûres d'insectes et les morsures.
    Dans certaines de ces pharmacopées, il est conseillé de boire régulièrement du jus de figues fraîches en prévention des cancers.
    La figue riches en fibres (2,3g/100g), en vitamines B1, B2, B3, B5, B6, C et provitamine A, en oligo-éléments surtout du fer, cuivre, manganèse et zinc, en minéraux (un peu moins riche que le kiwi) potassium, calcium, phosphore et magnésium.
    Fraîche sa valeur énergétique se situe entre 48 à 57kcalories/100g, sa teneur en glucides entre 13 et 18 g/100 g, en protéines ± 0,90 et en lipides 0,20. Les figues à chair assez foncé sont plus riches en pigments anthocyaniques violets aux propriétés anti-oxydantes ayant une action sur les vaisseaux capillaires.
    La meilleure figue? Celle qui vient d'être cueillie avec à l'ostiole, la petite goutte dorée qui perle qui promet qu'elle est mûre à point et bien sucrée. Elles se consomment sèches ou fraîches, en accompagnement d'une assiette de charcuterie ou de fromages, ou bien encore cuites, rôties en accompagnement des viandes (sautés de porc, magret, tajines d'agneau). Elles entrent dans la confection de confitures, marmelades, compotes associées à d'autres fruits frais ou secs (noix), clafoutis, gratins, tartes, pains et viennoiserie, en coulis, chutney épicés, jus frais, sirops, vins, vinaigres et apéritifs. Fermentées après distillation sont commercialisées des eau-de-vie de figue comme l'apéritive Boukha tunisienne, le Raki (anisette) boisson nationale turque et des liqueurs comme l'Aguardente de Figo ou Brandy fig au Portugal.
    Parmi les milliers de cultivars et 300 variétés françaises, citons :
    Des variétés que l'on rencontre commercialisée sous plusieurs noms, réparties en deux groupes, des variétés bifères avec en principe, deux fructifications par saison, la première (figues fleurs) sur les rameaux de l'année précédente au début de l'été et sous climat chaud, la deuxième, sur les rameaux de l'année en cours, la production est plus abondante, c'est celle qui est destinée à la confection des confitures; des variétés unifères, avec une seule fructification à la fin de l'été/début de l'automne, ce sont ces figues que l'on fait sécher au soleil pour être conserver et consommer plus tard.
  • Les unifères :
    - 'Palmata' sujet mâle à fructification hivernale que l'on plante dans les figueraies pour la caprification.
    - 'Aubique blanche' variété rustique unifère d'automne, figues vertes verte à chair rouge.
    - 'Barnissotte noire', 'Violette Solliès', 'Parisienne' ou Noire de Solliès', variété unifère à production automnale selon climat dés la fin août, figues globuleuses violettes à chair ferme.
    - 'Bellone' ou 'd'Antibes', variété unifère à figues allongées pyriformes peu ventrues à fin épiderme pruineux violet foncé pouvant se craqueler à récolter à la mi-août.
    - 'Brown Turkey', 'Brown Naples', 'Bella brunetta', 'Nisse', variété unifère rustique à grosses figues d'un brun pourpré, adapté aux climats plus froids.
    - 'Ronde de Bordeaux', variété unifère (mi-août à mi-septembre), excellentes petites figues noires rondes, chair vraiment rouge, recommandée pour les confitures.
    - 'Pastillière', 'Pastelère', 'Rouge de Bordeaux', variété unifère courant août figues irrégulières de taille moyenne un peu aplaties d'un beau noir violet velouté et pruineux, pulpe rose soutenu assez peu sucrée. Ficus carica, ostiole
    - 'Blanquette", 'Marseillaise', 'Athènes', 'Figue verte de Marseille' ou 'Marseillaise', variété auto-fertile très répandue dans le sud aux petites figues d'un jaune verdâtre à peau fine et chaire rose pâle très sucrée. Excellentes à faire sécher, recommandées pour la confiture et autres préparations culinaires.
    - 'Brown Turkey' ou 'Bella brunetta', variété unifère aux grosses figues d'un brun pourpré d'une excellente saveur, adapté aux climats plus froids.
    - 'Noire de Bursa' figue turque originaire et cultivée régions de Bursa et Içel figue noire de très gros calibre commercialisée fraîche de mi-juillet à octobre.
    - 'Col de dame', un figuier unifère d'automne, dont il existe trois variétés Blanche, Grise (connu sous 'Signora') et Violette, figues à l'épiderme fin qui se craquelle à maturité, chair rouge.
  • Les bifères :
    - 'Black Mission', variété californienne bifère à figues noires, réservée au climat doux pour profiter des deux récoltes.
    - 'Boulbon', variété bifère (juillet - septembre) grosses figues gris violet bleuté et jaune vers le pédoncule.
    - 'D'Argenteuil', 'Blanche d'Argenteuil', 'Blanche' ou 'Versaillaise Blanche', variété rustique bifère, figues d'un jaune verdâtre à chair blanche très sucrée. Parfaitement adapté au bassin parisien où autrefois il était cultivé dans des fossés que l'on recouvrait de paille durant l'hiver.
    - 'Rouge d'Argenteuil' aux figues violettes à chair rose.
    - 'D'Abondance' ou 'Franque paillarde', variété bifère, figues juteuses pas trop sucrées d'un brun violacé à chair rose.
    - 'Dauphine', Grise de Tarascon, Boule d'or, Adam, Grosse de Juillet, Rouge d'Argenteuil, une variété sudiste bifère à grosses figues juteuses verte striées de violet à chair très sucrée d'un rose soutenu, la deuxième fructification est plus petite et plus foncée.
    - 'Dalmatie' ou 'Blanche Navello', variété bifère (juillet et début septembre), grosses figues charnues à chair d'un brun rosé, la peau très fine et jaune se gerçure régulièrement a maturité.
    - 'Castex', la figue de Castex, une ancienne variété en cours de réhabilitation, originaire de la région de Daumazan (Ariège), des figues jaunes virant au gris puis violet, a chair rose à très peu de graines.
    - 'Goutte d’Or' ou 'Goutte dorée'(allusion à son perlé à l'ostiole à maturité), variété bifère (début juillet et fin août), figues juteuses assez grosses à l'épiderme brun foncé et chair brun clair, tendance à s'ouvrir à maturité.
    - 'Dauphine', 'Grise de Tarascon' ou 'Adam', variété bifère dés juillet en abondance grosses figues fleurs bicolores à l'épiderme allant du jaune au violet assez foncé strié d'autres teintes de violet, pas très gouteuses.
    - 'Violette Dauphine', variété bifère (début juillet - début septembre), figues rondes violettes à chair d'un brun rougeâtre, un défaut à tendance à s'ouvrir à maturité.
    - 'Grise Ronde', variété unifère (production tardive – fin septembre), savoureuses figues rondes, épiderme fin et jaune gerçurée à maturité, chair d'un brun rosé. Elle est très savoureuse et goûteuse pour une figue blanche.
    - 'Grise de St Jean', 'Grisette', 'Observantine', 'Célestine' ou 'Céleste', variété bifère (début juillet et fin août), figues à fin épiderme gris-violet, chair brune.
    - 'Petite Grise', variété bifère (deuxième quinzaine de juillet - fin août), petites figues grises à chair brune assez claire
    - 'Longue d’Août' ou 'Smyrne' variété bifère vigoureux et rustique tolère les gelées, longues figues juteuses allongées violettes à chair d'un brun clair.
    - 'Madeleine des deux saisons' ou 'Angélique', variété bifère à grosses figues vertes dorées à maturité, chair rose juteuse.
    - 'Noire de Caromb' ou 'Monginenco', variété bifère (mi juillet et début septembre), grosses figues allongées rouge violacé, à chair rose-rouge très sucrée.
    - 'Sultane', 'Noire de Juillet' ou 'Bellone bifère', variété bifère à figues pyriformes d'un violet noire à l'épiderme qui se gerçure à maturité, deuxième récolte à l'automne plus petite et foncée.
    Autres espèces de Ficus présentes dans l'Encyclopédie :
    - Ficus benjamina L., Ficus, figuier pleureur, Figuier étrangleur, consulter sa fiche.
    - Ficus benghalensis  L.ou Figuier des Banyans, Banian ou Banyan et autres espèces, consulter sa fiche
    - Ficus elastica  Roxb., nommé Caoutchouc, consulter sa fiche.
    - Ficus lyrata  Warb., Ficus ou Figuier lyre, consulter sa fiche.
    - Ficus microcarpa , L.f., synonyme Ficus retusa  L., consulter sa fiche.
    - Ficus pumila  L. L., synonymes Ficus scandens  Lam., Ficus nain, consulter sa fiche.
    - Ficus religiosa  L., Figuier des Pagodes, consulter sa fiche.
    - Ficus rubiginosa  Desf., Ficus rouillé, consulter sa fiche.

    Noël provençal :
    Lors de la veillée de Noël les familles provençales, avant la messe de minuit, se réunissaient autour de la table pour consommer le Gros souper composé essentiellement de plats maigres, suivi en signe d'opulence d'une abondance de desserts des douceurs de saison et qui proviennent majoritairement du terroir qui doivent rester trois jours durant sur la table; en prenant soin de mettre un part de côté et de laisser toutes les nuits sur la table les miettes de pain et de gâteaux pour nourrir les petites âmes des morts (les armeto en provençal) sans oublier à la fin du repas de relever les 4 coins de la nappe pour protéger les armeto des mauvais esprits.
    C'est en 1683 que l'on trouve la première allusion aux traditions dans les interrogations de Polihore et les réponses de Philopatris : XIV. Le soir de Noël nous mettons sur ces nappes 13 pains, dont l'un, qu'on appelle le pain de notre Seigneur, est plus gros que tous les autres, qui nous représentent les douze Apôtres" page 228 à 248 dans Explication des usages et coustumes des Marseillois. Tome I, ar Mre François Marchetti, prêtre de l'église de Marseille, consultable en ligne à la BnF-Gallica.
    Dans le texte, il s'agit de 3 nappes et de la bûche de Noël ( de No) apportée en criant : "Calene ven, tout ben ven: Calene ven, tout ben ven" ( page 233) et le plus âgé de la famille s'avançait pour la bénir en versant du vin dessus, en disant 'Au nom dau Père et dau Fils et dau sant Esperit', puis il y mettait le feu', après avoir brûlée trois jours et trois nuits étaient répandues dans les étables pour protéger le bétail des mauvais génies et des maladies.
    De nos jours, en Provence les listes des 13 desserts (Calénos) divergent selon qu'elle soit marseillaise ou aixoise mais invariablement il y a une base commune :
    - Les quatre mythiques mendiants les pachichòis en provençal qui sont les amandes, les figues, les amandes, les noix et les raisins secs
    - Les deux nougats, le nougat noir, le nougat du pauvre ou nougat des Capucins juste au miel de Provence et aux amandes, le nougat blanc aux noisettes, pignons de pin et pistaches et la pompe à l’huile d'olive et à la fleur d'oranger, c'est celle qui dans la crèche est portée par le pistachier, le fada de la pastorale provençale; la pompe à l'huile qu'il ne faut pas couper car l'on se retrouverait ruiné l'année suivante, que l'on doit rompre comme Jésus a rompu le pain avant de le donner aux disciples. Cette fraction de la galette de pain est un geste ancestral accompli par les pères de famille dans de nombreuses civilisations.
    Ensuite on peut y retrouver les fruits de saison ('les sobres) à commencé par les dattes qui sont le symbole de Jésus venu d’Orient, le raisin muscat, les pommes (de paradis), ou les poires, les oranges à défaut les mandarines qui sont un signe de richesse, le melon vert de fin de saison, le verdau présent dans la crèche traditionnelle, la pâte de coing et les calissons d'Aix en Provence.
    La symbolique du chiffre 13 est religieuse elle fait référence à Jésus et ses 12 apôtres et c'est seulement en 1925 dans un numéro spécial de Noël du journal local La Pignato que le félibrige provençal Joseph Fallen* énumère un inventaire de 13 desserts.
    Tous les convives doivent goûter un peu de tout pour s'assurer pour la nouvelle année une bonne fortune.
    La signification religieuse des quatre mendiants :
    Ce sont des ordres religieux catholiques et apostoliques qui avaient fait voeu de pauvreté, ne vivant que de leurs aumônes journalières, ce sont les ordres mendiants.
    Les amandes symbolisent les Carmélites
    Les figues sèches, symbolisent les Franciscains ou les frères mineurs.
    Les noix ou noisettes symbolisent les Augustins
    Les raisins secs, qui représentent les Dominicains, frères prêcheurs.

    Annotations :
    *Joseph Fallen, le docteur Joseph Fallen (1863- 1934), un médecin poète provençal au pseudonyme Joùselet de Garlaban*, originaire d'Aubagne lire sa biographie.
    *Garlaban célèbre massif de la Provence d'antan, celle de Marcel Pagnol qui domine la ville d'Aubagne.
    *Figuier, Figuier d'Égypte, nom donné au Caroubier Ceratonia siliqua L. (Caesalpinaceae), consulter sa fiche.
    * Figue des Hottentots, nom donné au Carpobrotus edulis (L.) N. E. Br. ex E.Phillips, synonyme Mesembryanthemum edule L., consulter sa fiche.
    *Garlaban, célèbre massif de la Provence d'antan, celle de Marcel Pagnol qui domine la ville d'Aubagne.
    *sycone, vient du grec "sukon, sukê" qui désigne la figue, nom d'origine punique.
    *Belon, Pierre Belon (1517-1564), notre premier botaniste, apothicaire qui, grâce à l'appui du cardinal de Tournon en 1546, fait partie de l'ambassade à Constantinople missionnée par François Ier auprès du Grand Turc Soliman le Magnifique, durant ce périple à travers le Levant et au cours de ses multiples escapades, pour découvrir de nouvelles espèces, les modes de culture et percer le mystère des drogues médicinales levantines qui manquent tant à la France.
    natacha mauric © 28.12.2000 ® Jardin! L'Encyclopédie
    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.




compteur blog