Ecballium elaterium - Momordique, Concombre sauvage
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Momordique, Giclet, Cornichon pisseur, Concombre sauvage, Concombre d'âne et Cornichon sauvage, nommée par les anglophone 'Squirting ou Spitting cucumber' ou 'Wild Balsam-Apple'.
    Nom latin : Ecballium elaterium  (L.) A. Rich., synonymes Ecballium agreste  Reichb, Elaterium cordifolium  Moench, Momordica elaterium 
    famille : Cucurbitaceae.
    catégorie : vivace toxique monoïque et xérophile à tiges charnues et poilues.
    port : rampant, étalé.
    feuillage : caduc, vert pâle à vert jade, velouté, revers plus pâle. Feuilles (4 à 10cm) alternes, cordiformes à triangulaires, marge ondulée irrégulièrement dentée voire lobée, longs pétioles.
    floraison : du printemps à la fin de l'été (avril/mai à octobre) nectarifère, visitée par les abeilles, 4 à 6 fleurs mâles à 3 étamines réunies en grappes et les femelles axillaires solitaires à corolle en forme d'entonnoir à 5 lobes.
    couleur : jaune pâle à blanc crème, gorge chez les jeunes fleurs verdâtre.
    fruits : ovoïdes (1,5 x 3 ou 4cm de long) pulpeux très amers, hérissés qui se détachent lorsqu'on les touchent, à maturité le fruit explose projetant un liquide irritant et des pépins ovoïdes pointus d'un marron brillant, d'ou son nom de cornichon pisseur et giclet.
    croissance : rapide.
    hauteur : 0.25m de haut pour un étalement de 0.80 à 1m.
    sol : sec, pauvre, sablonneux.
    emplacement : soleil.
    zone :9 - 10
    origine : pourtour du bassin méditerranéen dont Canaries et Malte, Afrique du Nord, Sahara occidental, Lybie, Egypte Asie Mineure (dont Jordaine, présent en Inde dans les friches et décombres, le long des côtes en zones sablonneuses.
    NB : Son nom Ecballium  vient du grec 'eckallein 'qui signifie lancer dehors, projeter, son nom spécifique elaterium  vient du grec 'elaterios' qui désigne le purgatif préparé avec le suc*.
    Propriétés et utilisations :
    Attention le suc (élatérine) des fruits est irritant pour la peau et les yeux, attention la projection des pépins pointus peuvent les blesser.
    Plante amère qui contient des curcubitacines, de l'élatéricine et des élarcines, connue depuis l'Antiquité, prescrite par Hippocrate puis citée par Pline l'Ancien* pour ses propriétés pharmacologiques, excessivement purgative, attention dangereux pouvant entraîner des vomissement, des problèmes hépatiques, nerveux et cardiovasculaires pouvant être fatal.
    Connue et prescrite dans l'Antiquité sous le nom d'élatérion, toujours prescrite dans la pharmacopée d'Afrique du Nord pour traiter les sinusites, en préparation pour un usage externe aux propriétés cicatrisantes pour traiter comme dans l'Antiquité les maladies de peau et les tumeurs bégnines. Prescrite en homéopathie.
    C'est aussi l'une des plantes 'hôtes naturelles' du virus Cucumber vein yellowing virus (CVYV), un virus qui provoque le jaunissement des nervures du concombre, véhiculé et transmis aux cultures de curcubitacées par des aleurodes bemicia tabaci.
    Virus qui a été détecté pour la première fois en Europe au printemps 2001 dans les cultures légumières sous serre au sud de l'Espagne et , courant 2003 dans le sud de la France sa présence a été constatée sur une nouvelle plante hôte le melon (INRA - Station de Pathologie végétale- Avignon).

    Annotations :
    Pline l'Ancien* Histoire naturelle livre XX Traitant des remèdes fournis par les plantes de jardin, voir élatérion.
    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site