Iliamna rivularis - Lavatère annuelle, Mauve en arbre
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Iliamne des ruisseaux, Mauve des bords de rivière, nommée par les anglophones 'Streambank wild hollyhock', 'Mountain Hollyhock', 'Mountain Globemallow' ou 'Wild Hollyhock'.
    Nom latin : Iliamna rivularis  (Douglas* ) Greene*, synonymes de Iliamna acerifolia  (Nutt. ex Torr. & A.Gray) Greene, Iliamna remota  Greene, Phymosia acerifolia  (Nutt. ex Torr. & A. Gray) Rydb., Phymosia rivularis  (Douglas) Rydb., Sphaeralcea rivularis  (Douglas) Torr., Sphaeroma rivulare  (Douglas) Kuntze, basionyme Malva rivularis  Douglas, pour certains Iliamna corei  (Sherff) Sherff.
    famille : Malvaceae.
    catégorie : vivace arbustive pyrophite*.
    feuillage : caduc.
    port : touffe dressée, évasée.
    floraison : longue de la fin du printemps jusqu'au coeur de l'été (juin-août, selon climat), nectarifère et mellifère visitée par les colibris, les abeilles, les papillons et bien d'autres insectes. En cime, racèmes de grandes fleurs en coupe à corolle à 5 larges pétales qui se chevauchent de droite à gauche, très étroit à la base en forme d'ongle à marge ondulée, large bouquet d'étamines, calice pubescent sur le revers. Boutons turbinés.
    croissance : les graines conservent leur propriété germinative durant plusieurs centaines d'années.
    couleur : rose pâle légèrement nacré, sur le revers plus foncé et nervures plus foncées, étamines crème.
    croissance : rapide.
    hauteur : 0,30 à 2m.
    plantation : au printemps.
    multiplication : semis en place en automne ou au printemps après scarification.
    sol : profond, humifère et humide mais drainé.
    emplacement : soleil à mi-ombre.
    zone : 10 - 12.
    origine : est des États-Unis, Montana dans les près, sur les berges le long des cours d'eau, en abondance après les coupes ou les feux de forêts en Californie, Nevada, Utah, Colorado Oregon, état de Washington, Idaho, Wyoming, Virginie, Illinois et Indiana. Au Canada en Colombie-Britannique et en Alberta.
    entretien : supprimer la fructification si vous ne souhaitez pas être envahi.
    En France, au printemps 2014 l'Iliamne des ruisseaux a été proposé à la vente par quelques pépiniéristes exposants aux Journées des Plantes de Courson (Domaine de Courson - Essonne), journée où fut recommandé Malvastrum lateritium .
    NB : Son nom Iliamna  vient d'une langue amérindienne parlée par les Athabaskans de l'Alaska, peuple en provenance de Sibérie via le détroit de Béring, ce mot désignerait un dieu poisson mythique qui hantait les eaux du lac faisait des trous dans les kayaks et tuant les mécréants, c'est le nom donné en 1852 par les russes à un grand lac du sud-ouest de l'Alaska, et celui d'un volcan toujours en activité et son nom spécifique rivularis  signifie croissant aux bords de ruisseaux. Ce genre ne comprend que 6 espèces, toutes originaires de l'Amérique du Nord, 6 seraient à l'ouest et deux autres à l'est consommées par les cervidés.
    Deux sous-espèces :
    Iliamna rivularis  (Douglas ex Hook.) Greene var. diversa  (A. Nelson) Wiggins donné par The plantlist comme synonyme.
    Iliamna rivularis  (Douglas ex Hook.) Greene var. rivularis  souvent donné comme synonyme notamment The plantlist.
    Autres espèces :
    Iliamna bakeri  (Jeps.) Wiggins, nommée 'Baker's globe mallow' ou 'Baker's wild hollyhock', originaire du chaparral (maquis) de Californie et de l'Oregon, grande vivace rose pâle à ramification alternes.
    Iliamna corei  (Sherff) Sherff, localement ' Peter’s Mountain Mallow', originaire de Virginie, sur les flancs montagne du même nom dans le comté de Giles, une espèce menacée en voie de disparition.
    Iliamna crandallii  (Rydb.) Wiggins, nommée 'Crandall's wild hollyhock' aux grandes fleurs d'un blanc nacré.
    Iliamna grandiflora  (Rydb.) Wiggins, synonyme Iliamna angulata  Greene, nommée 'Largeflower wild hollyhock', originaire de l'Utah, du de l'Arizona et du Nouveau Mexique, fleurs d'un blanc pur nacré.
    Iliamna latibracteata  Wiggins – California wild hollyhock', originaire des forêts de conifères comme le Sequoia sempervirens  du nord de la Californie et de l'Oregon, présente au Canada, feuillage vert acide pubescent palmé à 5 ou 7 lobes à marge crenelée, fleurs d'un rose soutenu nacré, calice pubescent.
    Iliamna longisepala  (Torr.) Wiggins, synonyme Phymosia longisepala  (Torr.) Rydb, nommée 'Longsepal wild hollyhock'., présente au Canada, feuillage vert acide pubescent palmé à 5 à marge crenelée, fleurs d'un blanc rosé nacré veiné de rose, lavé de rose soutenu vers la base, calice pubescent.

    Annotations :
    * Greene : abréviation botanique pour le professeur de botanique, taxonomiste américain Edward Lee Greene (1843-1915), à partir de 1885 il enseigne la botanique à l'Université de Berkley avant de rejoindre Université catholique de Washington. Un grand collecteur et taxonomiste de la flore américaine, son herbier a été associé à celui du révérend Julius Nieuwland, sa correspondance, ses carnets de botanique, manuscrits sont conservés aux archives de l'Université catholique de Notre-Dame du Lac ( Indiana).
    Membre du Comité international de la nomenclature botanique, on lui doit de nombreux ouvrages de botanique dont entre autre 'Manual of the botany of the region of San Francisco Bay' éd. Cubery & Company, 1894- San Francisco, consultable en ligne sur BHL.
    * Douglas : abréviation botanique pour le célèbre naturaliste botaniste-explorateur écossais David Douglas (1799-1834) spécialiste de la flore de l'ouest de l'Amérique du Nord, son journal 'Journal kept by David Douglas during his travels in North America 1823-1827 together with a particular description of thirty-three species of American oaks and eighteen species of Pinus, with appendices containing a list of the plants introduced by Douglas and an account of his death in 1834.' est consultable sur Openlibrary.org éd. William Wesley & Son 1914, publié sous la direction de la RHS.
    * L. : abréviation botanique pour Carl von Linné (1707-1778), auparavant Carl Linnæus, médecin, botaniste-naturaliste suédois à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binomiale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe latins, désignant le genre suivi du nom de l ’espèce, c'est la base de la taxinomie et de la nomenclature internationale. Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigna à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède.
    nmauric©18.01.2014® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.
Imingo compteur  site