Iris nigricans - Iris noirâtre, Iris noir de Jordanie
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Florence Moreau © entre Madaba et Kérak, temps légèrement humide
    Nom commun : Iris noirâtre, Iris noir de Jordanie, nommé par les anglophones 'Jordan’s Black Iris', 'Jordan’s Black Iris', ' Black Iris'.
    Nom latin : Iris nigricans  Dinsm.*
    famille : Iridaceae, section Oncocyclus (parmi 42 autres espèces fortement veinées, toutes originaires des steppes arides et déserts du Moyen-Orient et de l'Asie).
    catégorie : vivace xérophile rhizomateuse.
    port : touffe dressée, évasée.
    feuillage : persistant, vert gris à vert jade glauque, Caractéristiques courtes feuilles en forme de cimeterre, opposées, engainantes à marge un peu coupante.
    floraison : au début du printemps (mars à fin avril dépend de la météo locale), la pollinisation est effectuée par des abeilles mâles solitaires (Eucera) qui dés le crépuscule viennnent s'y abriter pour passer la nuit, comme toutes les espéces de cette section. Dans un spathe vert au bout d'un long périanthe, fleur solitaire bisexuée à 6 tépales onguiculés obovales à lancéolés. Les 3 tépales externes plus larges spatulés, les trois autres étroits, dressés, un style divisé en trois parties ayant la forme d'un tépale bifide en partie terminale.
    couleur : d'un beau noir brillant avec des zones veloutées (sur photo des goutelettes d'eau).
    croissance : capsules loculées contenant des graines qui parviennent à maturité en été.
    croissance : moyenne
    hauteur : 0.20 à 0.30 m.
    plantation : fin du printemps, été, il met parfois un peu de temps à s'installer avant de bien fleurir.
    multiplication : en été par division des rhizomes ou par semis dès récolte.
    sol : pas trop riche, très bien drainé, plutôt sec, parfaitement adapté au calcaire.
    emplacement : soleil, mi-ombre (soleil une partie de la journée) en situation abritée des vents violents pour préserver les tépales.
    zone : 10 - 12.
    origine : endémique aux montagnes rocheuses au nord du Royaume hashémite de Jordanie depuis la région, une espèce en voie de disparition, son ère régresse.
    NB : Son nom Iris  vient du grec ou il désignait déjà le genre et désigne l'arc en ciel. Dans la mythologie grecque Iris, déesse aux ailes irisées, était la messagère des dieux de l'Olympe, qui secondait Héra; et son nom spécifique nigricans  vient du verbe latin 'nigricare', qui signifie être noirâtre, tirer sur le noir.
    Ce genre comprend plus de deux cents espèces de vivaces bulbeuses avec ou sans barbe et de vivaces rhizomateuses, originaires des zones tempérées de l'hémisphère nord dont 14 espèces au Liban,19 espèces en Israël, 16 en Palestine, 41 en Syrie, 11 en Jordanie avec une dernière découverte en 2003 Iris hermona  Dinsm. (présente aussi en Syrie, Palestine et Sinaï connue sous le nom d'Iris du Golan) et une espèce de la section Reticulata ayant complétement disparue de son habitat alpin Iris vartanii  Foster aux fleurs d'un bleu ciel maculé de jaune peut être en reste'il au sud-ouest de la Syrie.
    Cet iris noir à a été nommé par décret royal fleur officielle de la Jordanie, il ne faut pas le confondre avec Iris petrana  ou d'autres espèces d'iris aux fleurs foncés souvent confondus avec ce dernier.
    La flore de Jordanie comprend environ 2100 espèces dont 150 sont endémiques à cette steppe aride et rocailleuse localement appelée Badia; certaines d'entre elles sont en voie de disparition car elles sont depuis des millénaires des ressources alimentaires et médicinales pour les jordaniens et le bétail, mais aussi hélas comme combustible, sans compter les pillages des amateurs du genre qui récupèrent sur place les graines pour vendre sur le net les semis de ces rares plantes aux amateurs de rareté.
    En 2006, des graines ont été récoltées et sont depuis conserver à la Banque de semences du millénaire de Kew ( Wakehurst - West Sussex).
    Quelques iris moyen-orientaux de couleur sombre section Oncocyclus :
    Iris atropurpurea  Dinsm. connu sous Coastal Iris, présent en Jordanie et dans la zone côtière (kurkar) en Israël et Palestine, de petite taille 15 à 25 cm de haut à floraison fin de l'hiver début du printemps selon localisation (janvier-avril), plutôt d'un rouge grenat brunâtre, tépales du bas large barbe jaune en fond de gorge bande jaune linéaire.
    Iris atrofusca  Baker, synonymes Iris jordana  Dinsm., Iris hauranensis  Dinsm, Iris loessicola  T. Kushnir, Iris atropurpurea var. atrofusca  (Baker) , Iris atropurpurea var. gileadensis  Dinsm., localement appelé Jil'ad Iris connu sous 'Gilead iris, Loess Iris' ou 'Dark-brown iris', originaire de la région irano-touranienne (depuis l'Anatolie, Israël, Palestine, Iran jusqu'au Pakistan), présent au nord de la Jordanie dans province d' Irbid et de Jerash, environ 30 à 40cm de haut, fines et longues feuilles d'un vert de gris, fleur de couleur marron tépales du bas plus foncé vers la gorge plus ocre, barbe jaune, ceux du haut sont fortement veiné de clair.
    Iris bostrensis  Mouterde, donné pour synonyme de Iris atropurpurea var. purpurea  Dinsm., se rencontre au Nord de la Jordanie, Israël et Syrie, brun foncé fortement veiné, les tépales du bas d'un brun-noir à barbe jaune.
    Iris haynei  (Baker) Mallett*, synonyme Iris biggeri  Dinsm., connu sous le nom de 'Gilboa iris', endémique à l'Israël et à la Palestine, se rencontre en zone de garrigue sur le Mont Gilboa, 35 à 50cm de haut, au port dressé, feuilles en forme de lances rectilignes, floraison printanière (mars-avril) violet foncé tépales du bas plus foncé et velouté, ceux du haut sont fortement veinés.
    Iris mariae  Barbey*, synonyme Iris barnumiae var. mariae  (Barbey) Dykes, endémique à l'Egypte et d'Israël dans le désert du Nëguev dans la région de Beer Sheba, 15 à 25cm, long et fin feuillage vert de gris, falciforme, alterne, nettement plus violet améthyste, les tépales du bas sont plus foncé couleur aubergine avec au centre une barbe plus sombre, à ne pas confondre avec la forme horticole qui a les pétales du haut blanc et violet.
    Iris petrana  Dinsm., synonyme Iris hieruchamensis  Avishai ( flore d'Israël) Iris de Petra, Iris du Neguev, endémique à la Jordanie, Israël, Palestine, Syrie et la péninsule agyptienne du Sinaï, une glycophyte qui pousse dans le sable, de 30 à 40 cm de haut, se différencie par un feuillage rectiligne avec une feuille par noeud, floraison est plus longue que les autres mars à mai selon météo, tépales du bas marron violet, barbe jaune vif, ceux du haut violet mauve à veinules plus foncées.
    Iris soforana  Fost., Iris de Sofar (Saoufar) , endémique à l'est du Liban en altitude sur la montagne de Dahr el Baïdar (Mont Liban), 30 à 50cm de haut et plus, feuillage faiblement courbes en partie basse, plus rectiligne vers le haut, tépales du bas sur fond blanc bleuté larges zébrures aubergine, large onglet de barbe violet-pourpre (aubergine) , tépales du haut blanc bleuté veiné d'améthyste à zinzolin.
    Iris swensoniana  Chaudhary, G.Kirkw. & C.Weymouth, donné par certaines flores comme synonymes de Iris barnumiae var. zenobiae  Mouterde., of Iris assadiana  Chaudhary, G.Kirkw. & C.Weymouth, présent au Liban découvert tardivement en 1975 en Syrie environ 40 cm de haut, courtes feuilles vert de gris en forme de cimeterre, fleurs aux tépales du bas d'un violet noir brillant, barbe jaune en pointe violet noir, ceux du haut couleur aubergine vers la base améthyste et saumonné.
    Autres espèces ou hybrides présents dans l'Encyclopédie :
    Iris barbus  Iris hybrides, Iris d'Allemagne ou iris germanique, consulter sa fiche
    Iris bulbeux  Iris ou Orchidée du pauvre, consulter sa fiche
    Iris chamaeiris  Bertoli Iris prostré ou Iris des garrigues, consulter sa fiche
    Iris cristata  Solander ex Ait., synonyme Neubeckia cristata  Alefeld. ou Iris crêté, Iris à crête, consulter sa fiche
    Iris flavescens  Delile. ou Iris jaunissant, consulter sa fiche
    Iris florentina  L. ou Iris de Florence, consulter sa fiche
    Iris fœtidissima  L., synonyme Iris fœtida  Thunb. appelé Iris fétide, Iris gigot ou Iris puant, consulter sa fiche
    Iris hollandica  Hort., Iris de Hollande, consulter sa fiche
    Iris kaempferi  Siebold ex Lem., Iris de Kampfer, Iris japonais, consulter sa fiche
    Iris lutescens  Lamarck. ou Iris jaunâtre, Iris nain, consulter sa fiche
    Iris pallida  Lam, Iris pâle, Iris blême, consulter sa fiche
    Iris pseudacorus  L. ou Iris des Marais, consulter sa fiche
    Iris pumila  Bertoli, Iris nain, des garrigues, consulter sa fiche
    Iris reichenbachii  Heuft. Iris de Reichenbach, Iris des Balkans, consulter sa fiche
    Iris reticulata  M. Bieb., Iris réticulé, Iris Transcaucasien, consulter sa fiche.
    Iris ruthenica  Ker Gawler., Iris de Ruthénie, Iris Biélorusse ou Iris de Russie, consulter sa fiche.
    Iris tingitana  Boissier & Reuter., appelé Iris de Tanger, Iris tangérois, consulter sa fiche
    Iris unguicularis  Poiret, Iris d'Alger, consulter sa fiche

    Liste des autres espèces de bulbeuses présentes dans l'Encyclopédie, s'ouvrant dans un pop-up.


    Annotations :
    *Dinsm. abréviation botanique pour le botaniste américain John Edward Dinsmore (1862-1951) originaire du Maine, qui fut le Directeur de l'école de American Colony de Jérusalem, une colonie chrétienne fondée en 1881 dans la vieille ville de Jérusalem, par l’avocat presbytérien américain Horatio Spafford, son épouse norvégienne Anna, et un groupe de catholiques originaires eux aussi de Chicago, ils furent rejoint en 1896 par des d’émigrés scandinaves. Ces précurseurs du kibboutz s'installèrent par la suite dans une demeure dans un quartier situé à l'est, hors de l’enceinte de la ville, apportant de l'aide aux populations locales.
    Il devint en 1902 un hôtel.
    Le mythique American Colony Hotel, un territoire neutre situé aujourd'hui en zone israélienne, un havre de paix où descendirent depuis sa création des monarques, d’innombrables diplomates et chefs d’Etats. Documents, photographies, et objets ont été légués à la Bibliothèque du Congré, une exposition a eu lieu en 2011, consultable en ligne The Library of Congress exhibition téléchargeable en format pdf. (1.33Mo).
    qui fut à l'origine de l'herbier de Jérusalem.
    *Mallett abréviation botanique pour le botaniste anglais George B. Mallett (? -1902) peu de renseignement à son sujet.
    *Barbey abréviation botanique pour le botaniste suisse William Barbey-Boissier (1842-1914) .
    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site