Tinantia erecta - Tinantie dressée
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Tinantie dressée*, nommée par les anglophones 'Widow's tears' (Larmes de la Veuve).
    Nom latin : Tinantia erecta  (Jacq.*) Schlechtendal, synonymes Tinantia fugax Scheidw., Tinantia erecta f. puberula   Standl. & Steyerm., Tinantia fugax var. erecta  (Jacq.) Drumm. ex C.B. Clarke, Tinantia modesta  Brandegee, Tinantia undata  (Humb. & Bonpl. ex Willd.) Schltdl., Commelina rosea  Schltdl., Ephemerum racemosum  Moench, Pogomesia erecta  (Jacq.) Standl., Pogomesia undata  (Humb. & Bonpl. ex Willd.) Raf., Tradescantia bifida  Roth, Tradescantia commelina  Neuenh., Tradescantia erecta  Jacq., Tradescantia erecta  Cav., Tradescantia latifolia  Ruiz & Pav., Tradescantia malabarica  Herb. ex Schult. & Schult.f., Tradescantia recta  Raeusch., Tradescantia undata  Humb. & Bonpl. ex Willd., Tradescantia undata  Humb. & Bonpl., Tradescantia undulata  Vahl.
    famille : Commelinaceae (Tradescantieae).
    catégorie : vivace herbacée à tiges succulentes cassantes pourvues de racines aux noeuds.
    port : dressé.
    feuillage : caduc, vert franc, brillant sur le dessus, pubescent et rugueux revers lisse. Feuilles engainantes lancéolées fortement nervurées.
    floraison : longue de l'été à l'automne (sous climat approprié jusqu'en novembre). Fleurs à trois pétales. bontons floraux inclinés, calice et pédoncule poilus.
    couleur : magenta et jaune pour les étamines.
    fruits : capsules triloculaires, chaque parties contenant 3 à 4 graines.
    croissance : rapide.
    hauteur : 0.30 à 0.80 et plus.
    plantation : au printemps.
    multiplication : par semis au printemps, par bouturage de tiges au niveau des noeuds.
    sol : acide ou neutre, frais à humide, riche en matière organique. Bien adapté pour les sols un peu détrempés.
    emplacement : mi-ombre, ombre.
    zone : 7 - 10, une fois installée tolère bien la sécheresse.
    origine : Mexique notamment dans l'état de Chihuaha, Sierra Madre occidentale présent dans le parc national de 'Cascada de Basacheachi'*.
    entretien : sans, peut devenir un peu envahissante comme la comméline.
    NB : son nom Tinantia  lui a été donné en l'honneur du botaniste luxembourgeois François Auguste Tinant (1808-1858), il travailla aux douanes avant d'être nommé en 1839 garde général des eaux et forêts, il fut membre de la société des sciences naturelles, on lui doit un herbier et 'Flore Luxembourgeoise, ou description des Plantes Phanérogames recueillies et observées dans le Grand-Duché de Luxembourg, classées d'après le système sexuel de Linné, publiée en 1836, et son nom spécifique erecta  signifie dressée, elle se tient toute droite sans tuteur.
    Une sous espèce Tinantia erecta  f. puberula Standl. & Steyerm., endémique aux états de Chihuaha, Guerrero et Puebla.
    Ce genre comprend entre 13 (reconnues) et 19 espèces d'annuelles ou de vivaces, originaires des zones tropicales des Amériques et des Antilles, certaines d'entre elles sont cultivées comme plantes ornementales.
    Autres espèces :
    Tinantia anomala  (Torr.) C.B.Clarke, synonyme Commelina anomala  (Torr.) Woodson, Commelinantia anomala  (Torr.) Tharp, Tradescantia anomala  Torr., se rencontre au Mexique et au Texas, petites fleurs à deux pétales d'un mauve irisé, étamines d'un rose flashy et blanc, anthères jaunes.
    Tinantia caribaea  Urb., originaire des Antilles, en Guadeloupe et en Martinique, serait de couleur pourpre.
    Tinantia glabra  (Standl. & Steyerm.) Rohweder., synonymesTinantia fugax  var. verticillata  C.B.Clarke, Tinantia leiocalyx  f. glabra  Standl. & Steyerm., présente au Guatemala, au Salvador, au Mexique dans les états de Vera Cruz et Sinaloa, fleurs fermées en forme de grelots couleur améthyste foncée, base et pointe lavé de blanc à blanc rosé, ouverte de couleur violet mauve et rose pour les pétales du bas.
    Tinantia leiocalyx  C.B.Clarke ex J.D.Sm., présente au Guatemala.
    Tinantia longipedunculata  Standl. & Steyerm., présente au Mexique sur le Pacifique dans les états de Sonora et Jalisco, Guatemala et Costa Rica.
    Tinantia lineolata  (Blume) Hassk, synonyme de Murdannia japonica  (Thunb.) Faden, originaire du Japon, présent au sud de la province du Yunnan, au Sikkim, Bhoutan, Inde, Birmanie, Thaïlande, Laos, Indonésie et Malaisie, à grande fleur blanche veinée de violet pourpre, étamines roses.
    Tinantia macrophylla  S.Watson, présente au Mexique à grandes et larges feuilles, fleurs blanches mouchetées en pointe de violet pourpre et vert, étamines jaunes.
    Tinantia modesta  Brandegee, se rencontre au Mexique et Basse Californie.
    Tinantia parviflora  Rohweder, Amérique centrale notamment au Salvador.
    Tinantia pringlei  (S.Watson) Rohweder, nommée par les anglophones 'Mexican Speckled Wandering Jew', donnée pour synonymes Commelinantia pringlei  (S.Watson) Tharp, Tradescantia pringlei  S.Watson, nommée par les anglophones Spotted Wandering Jew, originaire du nord-est du Mexique, état de Coahuila de Zaragoza dans la chaîne de la Sierra Chiquita, se distingue par des feuilles vert foncé mouchetées légèrement violacées revers violacé, fleurs d'un rose pâle sur des tiges pourprées.
    Tinantia sprucei  C.B.Clarke, présente au Brésil.
    Tinantia standleyi  Steyerm.*, originaire de Costa Rica, Guatemala et Nicaragua. Fleurs étroites d'un bleu lavande très pâle et irisé, poilu sur le revers, étamines mauves.
    Tinantia umbellata  (Vahl) Urb.
    Tinantia violacea  Rohweder, présente en Amérique centrale au Salvador.

    Annotations :
    * Tinantie dressée, ainsi nommée dans 'Flore illustrée des jardins et des parcs : Arbres, arbustes et fleurs de pleine terre' par Paul Fournier, Éditions Paul Lechevalier, 1952.
    *Basacheachi dans la langue raràmuri signifie lieux des cascades et des coyotes'.
    *Jacq. abréviation botanique de Nicolas Joseph Von Jacquin (1727-1817) médecin, botaniste et philosophe viennois d'origine néerlandaise, François Ier d'Autriche le nomme en 1752 responsable du Jardin Impérial de Schönbrunn, dont il initie le catalogue, et pour ce dernier, il entreprend entre 1755 à 1759 comme botaniste-collecteur un voyage aux Antilles et en Amérique centrale. Un genre jamaïcain d'arbustes persistants de la famille des Theophrastacea lui a été dédié par Linné Jacquinia  L.
    On lui doit de nombreux ouvrages dont 'Hortus botanicus vindobonensis en 3 volumes - Vienne (1770-1776) et 'Plantarum rariorum horti caesari schoenbrunnensis' - Vienne (1797 -1804).
    *Steyerm., abréviation botanique pour le botaniste-taxonomiste missourien Julian Alfred Steyermark (1909-1988), nommé en 1984 à Saint Louis, conservateur des jardins botaniques, durant toute sa vie il s'attacha à l'étude des flores du Missouri, du Guatemala et du Venezuela (plus spécialement la partie Guyanaise), spécialiste des Rubiaceae (450 genres, les plus connues Coffea, Galium, Coprosma, Gardenia, Mussaenda, Ixora, Moranda, Nertera  et 6500 espèces) dont un genre à une seul espèce porte son nom Steyermarkia  (1940) et de nombreuses espèces sous steyermarkii  et peut être une section des carnivores Utricularia .
    Il figure au Guinness des records pour avoir collecté tout au long de sa vie plus de 130.000 plantes dans vingt-six pays.
    nmauric ©20/01/2013 - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.
compteur site