Astilboides tabularis - Bouclier de Rodger
Portail de Jardin ! L'Encyclopédie


    Nom commun : Astilboïde tabulaire, Bouclier de Rodger, en chinois 'Da ye zi', en coréen 'Gae-byeong-pung', nommé par les anglophones 'Shieldleaf Rodger's Flower', 'Rodger's Flower' ( se rencontre souvent écrit à tort Roger's), 'Shieldleaf astilboides', 'Shieldleaf Rodgersia', ailleurs 'False Plume Flower'.
    Nom latin : Astilboides tabularis  (Hemsl.*) Engl., autrefois Rodgersia tabularis  (Hemsl.) Komarov., synonyme de Saxifraga tabularis  Hemsley.
    famille : Saxifragaceae (Astilbeae).
    catégorie : vivace herbacée aux épais rhizomes d'un brun foncé, fibreux, segmentés et sous-divisés en nombreuses racines adventives.
    port : large touffe évasée, en éventail arrondie.
    feuillage : caduc, vert acide à poils glanduleux raides, rugueux à 7 veines principales rayonnant depuis le centre, fortement marquées, marge irrégulière en dents de scie. Grandes feuilles palmatilobées(± 60 cm) au centre concave, à 7 lobes ovales refendus et acuminés, sur un long pétiole à poils épineux glandulaires. Les nouvelles feuilles, sont d'un vert rose-cuivré aux grosses nervures en forme de tentacules qui se déploient comme les crosses de la fougère, le pétiole peut être pourpré.
    floraison : assez courte, de la fin du printemps au début de l'été, courant juin/juillet. Au bout d'une longue tige poilue, longs panicules (20 cm) inclinés, composées de minuscules fleurs hermaphrodites, nectarifères visitées par les abeilles et les papillons. Fleurs à 5 pétales, 8 étamines à anthères bifides et un style double, dans un calice ovoïde poilu aux sépales coriaces.
    couleur : blanc puis blanc crémeux et rose en coeur (ovaire). Boutons floraux sphériques verdâtre puis blanc lavé de rose ou d'un rose soutenu.
    fruits : enchâssés dans le calice minuscule capsule de 6 à 7 mm à 2 valves effilées en pointe.
    croissance : lente, lui laisser le temps de s'installer.
    hauteur : 0.75 à 1.50 m dans son milieu d'origine, Ø 0.60 à 1.20 m et plus sous climat approprié.
    plantation : à l'automne, atteint sa taille définitive entre 2 et 5 ans peut être prévoir au début 3 plants par m².
    multiplication : par semis en place à l'automne, par division de souche ou prélèvements de portions de rhizomes au printemps ou à l'automne.
    sol : profond, riche en humus, humide et frais mais drainé, avec une préférence pour les sols neutre ou acide.
    emplacement : ombre légère, mi-ombre, une ombre excessive limite la floraison; surtout une exposition à l'abri des vents qui dessèchent et endommagent son feuillage, un excès de soleil peut rapidement le brûler.
    zone : 4- 9, tolère -20°C et ne supporte pas la moindre sécheresse.
    origine : au fond des vallées dans les forêts tempérées du nord-est de la Chine*, région qui correspond à l'ancienne Mandchourie, dans les provinces du Liaoning et Jilin, en Corée du Nord, dans la province de Pyöngan du Nord (Pyöngan-bukto), où elle figure en 32 position sur la liste rouge des 58 espèces rares et protégées* (UICN - Annexe I 1997); au nord-est de la Corée du Sud dans les provinces du Gyeonggi, Gangwon vers le Mont Odae*. Carte de la Chine.
    entretien : juste supprimer le feuillage abîmé et rabattre en fin de saison. Prévoir un paillis pour conserver la fraîcheur. Les tiges florales, sont d'excellentes fleurs couper.
    maladies et ravageurs : gare aux limaces qui raffolent des jeunes pousses et des tendres bourgeons, elle semble résister aux lapins et peut-être aux cervidés comme sa cousine.
    NB : son nom Astilboides  signifie qui ressemble à l'Astilbe et son nom spécifique tabularis  vient du latin 'tabula' qui désigne une table, donc tabulaire. Les anglophones, la nomme 'Shieldleaf Roger's Flower', appellation proche de celle du Rodgersia  'Fingerleaf Rodgers Flower', les deux font référence au contre-amiral américain John Rodgers (1812-1882), qui commande entre 1852 et 1855, l'United States North Pacific Exploring Expedition', une expédition scientifique le long des côtes de l'Extrême-Orient, au cours de laquelle, il découvre entre autre le genre des Rodgersiaauquel elle était autrefois rattachée.
    Ce genre, ne comprend que cette espèce aux rhizomes riches en amidon et tanins, il semblerait qu'en Chine, au printemps, les jeunes pousses et les bourgeons sont consommés comme légume, à vérifier!
    Le bouclier de Rodger trouvera sa place dans les jardins boisés, les jardins ombragés, sous le couvert des arbres et des arbustes, le long des cheminements, dans les massifs près des bassins, le long des berges humides mais pas gorgées d'eau pour y apporter une note exotique, assez spectaculaire en attendant la venue en Europe de l'élégant nord-coréen Parasenecio firmus*.
    Autres espèces proches présentes dans l'Encyclopédie :
    Rodgersia aesculifolia  Batalin, Rodgersie à feuilles de marronnier, consulter sa fiche.
    Rodgersia podophylla  A. Gray, Rodgersie à feuilles de podophylle, consulter sa fiche.

    Annotations :
    * Hemsl, abréviation botanique officielle pour le botaniste britannique William Botting Hemsley (1843 - 1924) qui travaille au jardin botanique de Kew s'occupant également des herbiers, membre de la Royal Society de Londres, il oeuvre dans le royaume des espèces d'Amérique centrale, on lui doit entre autre Handbook of hardy trees, shrubs, and herbaceous plants (Estes & Lauriat - Boston, 1873) illustré de 300 planches de Leblanc et Riocreux, basé sur 'Le Manuel de l'Amateur des Jardins' du botaniste franco-belge Joseph Decaisne (1807-1882) et du biologiste français Charles Victor Naudin, (1815-1899), un traité général d'horticulture en 4 volumes (1862-1874 éditeur Firmin-Didot frères - Paris), ainsi que 'Biologia Centrali-Americana; or Contributions to the Knowledge of the Fauna and Flora of Mexico and Central America' 5 v., 1879-1888 - Londres. Un genre de la famille des Cucurbitaceae lui a été dédié Hemsleya .
    *Engl. abréviation botanique pour le réputé botaniste, taxonomiste, professeur de botanique systématique prussien Heinrich Gustav Adolf Engler (1844-1930), nommé membre de l'Académie allemande des naturalistes Leopoldina en 1876, fondateur et rédacteur en chef en 1880 de la revue 'Botanische Jahrbücher'. Créateur en 1889 du jardin botanique de Berlin à Dahlem, il en assurera la direction jusqu'en 1910.
    protégées, des spécimens sont conservés avec d'autres espèces en voie d'extinction au Jardin Botanique de Hantaek (créé par Mme Lee Taek-ju en 1979 à Oksan-ri, province du Gyeonggi) le plus grand jardin botanique de Corée (situé au pied du Mt de Bibongsan) où sont référencées plus de 8 000 espèces. Depuis 2002, c'est le jardin national dédié à la préservation des plantes indigènes.
    Mont Odae ou Mt Odaesan, montagne de 1563 m qui fait partie de 2 chaînes montagneuses se trouvant dans le parc national d'Odaesan (1975), mot qui signifie qu'il y a 5 plaines entre 5 montagnes. Les parcs nationaux de Corée.
    *Parasenecio firmus (Kom.) Y.L. Chen., chez nous plus connu sous le nom de Cacalia firma une belle exotique un peu plus haute à très grandes feuilles à marge plus ciselée, une asteraceae originaire des forêts de feuillus de la province du Jilin au nord-est de la Chine et de Corée du Nord.
    nmauric© 19/07/2015 mise en ligne à 18.08 le 20/07/2015 à quand le premier copier-coller de ce contenu, à suivre - ® par la Société des Gens de Lettres - Messieurs les copieurs petit rappel "Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites"
un compteur pour votre site