Leuzea conifera - Leuzée à cônes, Pomme-de-Pin
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Leuzée à cônes, Leuzée conifère, Centaurée porte-cône, Pomme-de-pin, en Corse 'Cerdu mansu, Erba di pignotti', en espagnol Alcachofilla, Cuchara de pastor, Pina de San Juan nommée par les anglophones 'Pine-cone Thistle'.
    Nom latin : Leuzea conifera  (L.*) DC.*, plus connu depuis 2003* sous le nom de Rhaponticum coniferum  (L.) Greuter., synonymes Leuzea fontqueri  Sauvage, Rhaponticum coniferum  (L.) Greuter subsp. coniferum , Rhaponticum fontqueri  (Sauvage) Hidalgo, basionyme Centaurea conifera  L.
    famille : Compositae.
    catégorie : bisannuelle ou vivace herbacée xérophile à tiges courtes soyeuses argentées.
    feuillage : persistant, au revers pubescents, vert pâle à vert de gris cotonneux sur le revers, nervure médiane large et très pâle. Feuilles étroites (80 mm et plus) ovales à lancéolées, pinnatifides pour celles du haut.
    port : touffe de feuilles basales, tige dressé.
    floraison : du printemps à l'été (courant juin-juillet). Capitule solitaire en forme de cône de pin ( 4 à 5 cm) cerné de bractées membraneuses ciliées en forme d'écaille (squame ou squamellules) qui sont très étalées en fin de floraison.
    couleur : rose à purpurine avec le temps les bractées d'un brun nacré sont couleur paille en fin de saison.
    fruits : akènes noirs pourvus de longs soies blanches plumeuses, dont la dissémination est effectuée par le vent.
    croissance : rapide.
    hauteur : 0.05 à 0.30 m et plus.
    multiplication : par semis au printemps.
    sol : plutôt pauvre, drainé, calcaire apprécié.
    emplacement : soleil.
    zone : 8 - 10.
    origine : Afrique du Nord (Algérie dans le Djebel Djedoug et le massif du Djurdjura avec les chênes ainsi qu'au Maroc) , sud de l'Europe occidentale de l'Espagne et du Portugal jusqu'au nord-ouest de l'Italie (Piémont, Ligurie), Sardaigne, Sicile, îles Canaries et îles Baléares incluses, en France présent en Corse, Provence, Languedoc-Roussillon, Cantal, de l'Aveyron et du Lot et dans les Alpes notamment dans les lieux secs et caillouteux, pelouses arides et garrigue.
    entretien : sans.
    NB : son nom Leuzea  lui a été donné par De Candolle en 1805, dédiant le genre à l'écrivain français Joseph-Philippe-François Deleuze (1753 – 1835) qui fut jusqu'en 1811 l'aide-naturaliste du botaniste français René-Louis Desfontaines (1750-1833). Son livre toujours réédité sur l'hypnose est considéré comme l'ouvrage le plus important sur ce sujet 'Histoire critique du magnétisme animal' édité chez Belin-Leprieur en 1813, avec une seconde édition en 1819, consultable en ligne sur archiv.org et gallica.bnf, son nom spécifique donné par Linné conifera  signifie à cônes.
    Aujourd'hui le genre Leuzea  ne comprendrait plus qu'une espèce reconnue Leuzea carthamoides  Willd. et 11 espèces non résolues en février 2012, déjà à l'époque de De Candolle son choix avait été fort controversé.
    Le genre Rhaponticum  comprend 14 espèces originaires du pourtour méditerranéen.
    Propriétés et utilisation :
    Dans le Piémont, chez certaines espèces du genre comme la Leuzea rhapontica , le réceptacle lorsqu'il était jeune, était consommé cuit avec des pommes de terre bien qu'il ai une odeur un peu forte.

    Annotation :
    *L. , abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), auparavant Carl Linnæus, médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède. Son herbier 'Linnean Herbarium', le plus riche de son époque ne contenait que 7000 plantes, est conservé au Musée national d'histoire naturelle de Stockholm.
    *DC., abréviation botanique pour Alphonse Louis Pierre Pyrame de Candolle (1806-1893), botaniste suisse qui fut professeur de botanique à la faculté de médecine de Montpellier en 1808, a qui l'on doit une nouvelle classification des espèces expliquée dans 'La théorie élémentaire de la botanique (1813), ainsi que les 7 volumes du 'Prodomus systematis naturalis regni vegetablilis' (1824-1841) où sont décrites 60 000 espèces doublant ainsi les familles, ouvrages achevés par son frère et son petit-fils avec 80 000 plantes décrites.
    *2003 dans les Annales du jardin botanique et Musée de Berlin-Dahlem = Willdenowia où 'Les descriptions de nouveaux taxons sont considérés, mais la préférence est donnée à ceux qui sont soutenus par des preuves moléculaires' voir bgbm.org/en/willdenowia.
    nmauric© 30/09/2016 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site