Paronychia argentea - Paronique argentée, Thé arabe
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : suivant l'époque Paronychie argentée, Paronyque argentée, Thé arabe, Sanguinaire, en algérien 'Theïa-el-Arab, Theïa-el-Djebel', en languedocien elle est connue sous le nom de 'Térragrépia', en italien 'Terracrepola, Paronichia argentea', en espagnol 'Paroniquia argentada, Sanguinària blanca', nommée par les anglophones 'Algerian Tea, Silvery Nailwort, Silvery Paronychia', en allemand 'Nagelkraut', en catalan 'Arracades de la Mare de Déu, Cotonet, Herba de la sang, Herba sanguina, Herba de plata, Herba platera, Nevadeta'.
    Nom latin : Paronychia argentea  Lam.*, synonymes Paronychia mauritanica  (Brouss. ex Roem. & Schult.) Rothm. & P.Silva, Chaetonychia paronychia  (L.) Samp., Ferriera mediterranea  Bubani, Illecebrum argenteum  Pourr., Illecebrum italicum  Vill., Illecebrum mauritanicum  Brouss. ex Schult., Illecebrum narbonnense  Vill., Illecebrum paronychia  L., Plottzia paronychia  (L.) Samp.
    famille : Caryophyllaceae, initialement classée dans les Illecebraceae.
    catégorie : selon climat annuelle ou vivace herbacée à souche épaisse et fines tiges vertes ou rosâtres et pubescentes.
    port : étalé sur le sol.
    feuilles : pubescent vert légèrement gris virant au rouille. Petites feuilles opposées, ovales-lancéolées à elliptiques légèrement ciliées.
    floraison : tout au long du printemps de mars à juin, glomérules de petites fleurs actinomorphe , hermaphrodites de 7 à 15mm, nectarifère visitée par les abeilles, d'autres insectes et certaines espèces de papillons.
    Des bractées scarieuses, ovales recouvrant quasiment toutes les feuilles.
    fruits : akènes déhiscents, les graines sont dispersées par le vent et les fourmis qui les stockent en profondeur, et il faut de longue période d'abondantes pluies pour les voir ressurgir, c'est ce qui c'est passé en garrigue au bout d'une dizaine d'années de passage dans les mêmes endroits pierreux.
    couleur : pour les bractées et les sépales blanc à reflets argentés, 6 étamines jaune vif.
    croissance :moyenne.
    hauteur : 0.5, 0.10 à 30 cm.
    emplacement : soleil.
    zone de rusticité : 6 - 9.
    origine : se rencontre dans les pelouses mésoxérophiles et xérophiles, siliceuses ou calcaires rases, dans les rocailles, dans les garrigues languedociennes et dans le sable sur le littorale dans le sud de l'Europe, au Maghreb et le sud-ouest de l'Asie.
    En France présente au Languedoc-Roussillon, en Provence et en Corse.
    En juin, sur le pourtour du bassin méditerranéen, c'est la plante hôte pour l'étonnante punaise Phyllomorpha laciniata la femelle hémiptères y déposent ses oeufs brillants et dorés sur les rameaux et les inflorescences que les larves quelques jours après butineront avant de disparaître entre le mois de juillet et octobre. La découvrir en photos.
    NB : son nom Paronychia  vient du grec 'parônuchia' en latin 'paronychyum' (ónyx =ongle) qui désigne la paronychie, une inflammation péri-unguéale chronique qui se signale par une infection bactérienne de la cuticule de l'ongle, des petites peaux qui se détachent autour des ongles qui causent lorsqu'on les arrache de vives douleurs, parce que ce genre de plantes était censé guérir et son nom spécifique argentea  vient du latin argentin, qui désigne l'argent, signifie argenté.
    Dans la Flore de France* de 1779 et celle de 1805, Jean Baptiste Lamarck classe le genre dans la famille des Illecebraceae.
    Ce genre comprenait 229 noms référencés après révision en 2012 seulement 59 d'entre eux ont été retenus, des espèces d'annuelles, bisannuelles et vivaces toutes originaires des zones tempérées de l'Eurasie, de l'Afrique septentrionale et des Amériques.
    Propriétés et utilisations :
    Les jeunes pousses étaient consommées en salade. Dans son ouvrage "Algérie. Plantes médicinales" (1900) Jules-Aimé Battandier, écrit page 28 "Paronychia argentea, The arabe, Sanguinaire, Theïa-el-Arab, Theïa-el-Djebel, commun, diurétique, très employé en infusion théiforme, elle est l'objet d'un petit commerce d'exportation."
    Autre espèce présente en France :
    - Paronychia capitata  (L.) Lam., synonymes retenus Paronychia nivea  DC , Anychia herniariae  Pers., Ferriera nivea  (DC.) Bubani, Illecebrum niveum  (DC.) Pers., sont non résolus Illecebrum capitatum  , Illecebrum pubescens  Steud. DC., Illecebrum herniarioides  Pourr., Illecebrum maritimum  Vill., Illecebrum pubescens  Steud., la Paronyque en tête présente aussi dans le Midi de la France de 0.5 à 10 cm de haut, au port prostré, petites feuilles opposées lancéolées légèrement récurvés virant au rouille orangé, petits glomérules de fleurs de 10 à 12 mm, aux sépales poilus, lancéolés d'un éclatant blanc argenté, floraison courant avril-mai sur des tiges rougeâtres.

    Annotations :
    *Flore de France, "Flore Françoise, ou Descriptions Succinctes de Toutes les Plantes qui Croissent Naturellement en France...", Paris, en 3 volumes - 1779 par Jean Baptiste Antoine Pierre de Monnet de Lamarck.
    *Lam., abréviation botanique pour le naturaliste-biologiste-botaniste français Jean Baptiste Antoine Pierre de Monnet de Lamarck (1744-1829), fondateur de la biologie, il en établi les principes théoriques, voir Philosophie zoologique (1809) où il met en place une nouvelle classification pour les animaux; il est considéré comme le plus grand botaniste de son temps, on lui doit un traité de botanique 'Encyclopédie méthodique' (1783-1793), il y énonce un principe fondamental sur l'évolution des animaux et végétaux qui sous l'influence de diverses conditions induisent des adaptations et modifications. Auteur 'Histoire des mollusques', ouvrage de référence dans la nomenclature des coquillages.
    ® par la Société des Gens de Lettres Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.//-->





compteur