Euphorbia ou Pedilanthus tithymaloides - Échelle de Jacob
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Stephano © Flickr
    Nom commun : Euphorbe tithymaloïde, Pédilanthe tithymaloïde, Échelle de Jacob, Pédilanthe à feuille de myrte, Euphorbe à feuille de myrte, Plante-zig-zag, Sabot de Juifs, Échine du Diable, Bougie de Noël, Pantouflé, Lait à cors en Guadeloupe, à la Martinique et Réunion et en Guyane connu sous le nom de Pantouflier à Saint Barthe, Pantouflé, Herbe zig-zag, nommée en espagnol 'Bejuco de Estrella, Zapatilla del diablo, Oreja de Conejo, Clavos de Cristo, Saca niños' notamment au Mexique par les Huaxtèques* 'Saca niños, Zapatito' et par les anglophones 'Slipper flower, Redbird Flower, Redbird cactus, Monkey Fiddle, Devil's backbone, Star vine'.
    Nom latin : Euphorbia tithymaloides  L.* depuis 2004 autrefois Pedilanthus tithymaloides  (L.) Poit.* synonymes retenus Pedilanthus tithymaloides subsp. tithymaloides, Pedilanthus fendleri  Boiss*, Euphorbia tithymaloides var. myrtifolia  L., Euphorbia tithymaloides var. padifolia  L. et Tithymalus tithymaloides  (L.) Croizat* et 9 autres sous la forme Euphorbia tithymaloides subsp.
    famille : Euphorbiaceaee.
    illustration : aquarelle de Agustín Stahl (1842-1917) contributed by Smithsonian Institution - National Museum of Natural History, cliquer dessus pour voir l'intégralité de l'aquarelle.
    catégorie : vivace arbustive à tiges crassulescentes, portant des marques foliaires blanches sur les segments, contenant un latex blanc caustique et irritant pour les yeux.
    port : buissonnant, dressé, ramification en zigzag.
    croissance : moyenne
    feuillage : à tendance à tomber régulièrement surtout au moment de la floraison, épais, charnue vert jade, blanc et/ou rose. Feuilles alternes lancéolées souvent repliées en cuillère et ondulées.
    floraison : en été, nectarifère visitée par les abeilles et convoitée par les oiseaux mouches. Bractées ventrues faisant penser à des petits sabots, des chaussons rouges ou la tête d'un colibris, pour preuve.
    couleur : rouge vif, les nouvelles sont d'un vert pâle lavé de rose pâle et rouge.
    fruits : comme chez les euphorbes capsules déhiscentes globuleuses (schizocarpe) à 3 loges bivalvées contenant des graines toxiques dispersées par les fourmis.
    hauteur : 2 à 3 m dans son milieu naturel.
    plantation : au printemps ou à l'automne sous climat approprié.
    multiplication : par semis dans un mélange sablonneux et plus simple par bouturage de tiges en ayant pris le soin de laisser sécher et cicatriser la coupure durant quelques jours.
    sol : riche et surtout bien drainé, à tendance sablonneuse.
    culture en pot : pour le drainage n'oubliez pas de disposer au fond du pot sur 2 à 3 cm un lit de graviers, tessons de poterie, billes d'argile expansée, pouzzolane ou sable grossier ensuite prévoir un mélange pour cactées composé de 1/3 de bonne terre de jardin non argileuse et non calcaire, 1/3 de terreau de feuilles enrichi et 1/3 de sable grossier de rivière.
    emplacement : au jardin soleil ou à mi-ombre une partie de la journée, à l'intérieur beaucoup de lumière mais pas de soleil direct.
    Forest & Kim Starr
    zone : 9 - 11.
    origine : en zones semi-désertique en Amérique centrale, Puerto Rico, les îles Vierge, aux Antilles, en Basse Californie, Californie et Floride.
    entretien culture en pot : arrosage régulier sans excès en prenant le soin de bien laisser sécher le substrat entre deux arrosages. Un écart dans les soins favorise la chute du feuillage.
    Au printemps et en été effectuer un apport d'engrais pour cactées et succulentes.
    rempotage : seulement s'il est nécessaire, il s'effectue toujours au printemps.
    maladies et ravageurs : sensible à l'excès d'humidité qui favorise le pourrissement racinaire, sujet à l'oïdium.
    Peut-être visitée par certaines espèces de chenilles vertes.
    NB : son nom Pedilanthus  vient du grec 'pedilon', qui désigne la pantoufle, et de 'anthos', qui signifie fleur, et son nom spécifique tithymaloides signifie ressemblant au Tithymalus. Le genre Pedilanthus  comprenait 76 noms d'espèces.
    Son nom Euphorbia  désigne le genre en latin et en grec venant de 'Euphorbos' ou 'Euphorbus', qui est le nom d'un médecin-physicien grec qui selon Pline lui aurait été donné par Juba* II, Roi de Numidie, (Ier siècle avant JC), après avoir découverte l'épineuse euphorbe cactiforme marocaine Euphorbia resinifera, dont Euphorbus découvre dans sa gomme résine des propriétés médicinales.
    Le genre des Euphorbia  comprend selon les flores entre 1700 et 2000 espèces d'annuelles, bisannuelles, vivace herbacées, arbustes, arbres et plantes succulentes, originaires pour la plus grande majorité des zones tropicales sèches et subtropicales du globe, dont une cinquantaine d'entre elles sont présentes en France, 40 endémiques aux îles Canaries, 77 espèces présentes en Chine dont 11 sont endémiques, environ 270 espèces en Afrique du Sud et au Lesotho dont 200 d'entre elles sont des succulentes.
    Parmi les cultivars, citons :
    - Pedilanthus tithymaloides  'Variegatus, Variegata', commercialisé également sous Tithymaloides variegata, nommé 'Devil's Backbone Variegatus', feuillage vert jade à vert gris, marginé et lavé de crème, irrégulièrement marbré de rose, bractées d'un rose fuchsia soutenu.
    Propriétés et utilisations :
    En Amérique centrale dans les pharmacopées traditionnelles amérindiennes, elle est réputée pour ses propriétés antibactérienne, antitumorale, antioxydante, émétique, abortive et emménagogue, pectorale (fleurs), dépurative et purgative.
    Elle y est prescrite pour traiter les herpès, la syphilis, les maux de dents, la blennorragie, l'aménorrhée, l'asthme, les laryngites et les bronchites.
    Dans ces pharmacopées son latex blanc caustique, irritant et émétique est utilisé pour soigner les carcinomes, les cors et les verrues.
    Dans certaines pharmacopées locales ses feuilles sont utilisées en décoction avec du citron et du miel pour faire des gargarismes pour traiter les aphtes, l'asthme, la toux et les laryngites.
    Agustín Stahl (1842-1917)
    Parmi les cultivars, citons :
    - Pedilanthus bracteatus  Slipper plant, Candelilla, présente Wailuku, Maui, Hawaii, découvrir quelques photos, Floral Gardens of Kula, Maui, Hawaii by Forest & Kim Starr.

    Annotations :
    *Boiss., abréviation botanique pour le nom du botaniste-explorateur-collecteur suisse Pierre Edmond Boissier (1810-1885). On lui doit l'introduction de milliers de plantes rapportées de ses voyages et de nombreux ouvrages dont 'Voyage botanique dans le Midi de l'Espagne pendant l'année 1873', illustration de J C Heyland et 'Flora orientalis : sive, Enumeratio plantarum in Oriente a Graecia et Aegypto ad Indiae fines hucusque observatarum' (1867-1884).
    L'herbier du Collège Royale de San Lorenzo de El Escorial conserve encore quelques unes de ses plantes herborisées en Andalousie.
    *Croizat, abréviation botanique pour le botaniste, aquarelliste et panbiogéographe (biogéographie) franco-italien Léon Camille Marius Croizat (1894-1982), émigre en 1923 aux États-Unis où il devient illustrateur en botanique, Elmer D. Merrill directeur de l'Arnold Arboretum lui propose la place d'assistant technicien tout en étudiant à l'Université de Harvard les Euphorbiaceae dont il en deviendra le spécialiste.
    En 1947 répondant à l'invitation du botaniste suisse Henry Pittier (1857-1950) il se rend au Venezuela où il finira sa vie, en 1951 il est nommé professeur de botanique et d'écologie à l'Université de Los Andes et la même année, durant 9 mois il est le botaniste de l'expédition* franco-vénézuélienne à la découverte des sources de l'Orénoque atteinte le 27 novembre 1951. Les 1000 spécimens de la flore et ceux de la faune ont été remis à la Smithsonian Institution de Washington et au Musée naturel de New-York; à partir de 1953 il ne travaille plus que pour ses recherches en biologie.
    En 1990, parution dans Annals of the Missouri Botanical Garden, 1 January 1990, Vol.77 (3), pp.485-516 "Léon Croizat's plant collections from the Franco-Venezuelan expedition to the headwaters of the Rio Orinoco" par Bruce K.Host & Carol. A Todzia, un exemplaire se trouve à Londres au Musée d'Histoire naturelle, un autre à The LuEsther T.Mertz Library, New-York.
    Il est considéré à juste titre comme le père de la biogéographie, méconnu en France, article en espagnol de Instituto Nacional de Parques (Inparques).
    Auteur de plusieurs ouvrages sur la panbiogéographie, la phytogéographie dont 'Principia Botanica' 1961, édité à Caracas, et le dernier 'Biogeografia analitica y syntetica ("panbiogéografia") de las Americas", bibliothèque de l'Académie des sciences physiques, mathématiques et naturelles 1973.
    Au Venezuela en 1970, il entreprend la réalisation avec son épouse d'un jardin de xérophites entre Santa Ana de Coro et La Vela dans l'état de Falcón, ouvert au public le 1 octobre 1972, où sont rassemblées des espèces vénézuéliennes et des espèces collectées au cours de leurs différentes expéditions à travers l'Afrique, l'Asie et l'Amérique en tout plus de 50.000 espèces, depuis 1985 il est nommé Jardín Botánico Xerófito Dr. León Croizat, vidéos entretien avec ses collaborateurs.
    Un petit genre néotropique de 6 espèces Croizatia (Phyllanthaceae - Euphorbiaceae) lui a été dédié ainsi que 19 espèces sous la forme croizatii (14) et croizatiana (5) et des noms espèces d'animaux et une revue scientifique universitaire vénézuélienne porte le nom de Croizatia.
    Biographie des travaux scientifiques de Léon Croizat, 1932-1982, par Michael Heads et Robin C.Craw Pdf, New-Zealand, 1984.
    Princess of Wales Conservatory - Kew
    *Huaxtèque, ou Tenek, peuple autochtone du Mexique, qui est originaire des états de Hidalgo, Veracruz, San Luis Potosí et Tamaulipas.
    *expédition lire Histoire des explorations botaniques au Venezuela, dans le nouveau catalogue de la flore vasculaire du Venezuela Pdf, chapitre de Helga Lindorf, janvier 2008, Université centrale du Venezuela.
    *L., abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), avant d'être anobli en 1757 Carl Linnæus, également médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'.
    A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772. En 1738, il fonde l'Académie des Sciences de Suède.
    Son herbier, le plus riche de son époque ne contenant que 7000 plantes. Il est l'auteur de 'Systema naturae, Genera plantarum' et 'Species plantarum'.
    *Poit., abréviation botanique pour le botaniste et horticulteur français Pierre-Antoine Poiteau (1766 - 1854), en 1790 durant deux années il est jardinier au Muséum national d'histoire naturelle à Paris, il s'initie à la peinture au contact de Pierre-Joseph Redouté avant d'être nommé chef de l’école de botanique par le grand maître des collections et des cultures exotiques André Thouin (1746-1824) par la suite chef du jardin botanique de l'école de médecine puis de celui du Muséum.
    De 1829 à 1851, il dirige la Revue horticole et rédige de nombreux ouvrages sur horticulture, la pomologie et les autres arbres fruitiers.
    ® par la Société des Gens de Lettres Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.//-->








compteur gratuit