Selaginella lepidophylla - Fausse Rose de Jéricho
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Wynn Anderson © U. of California, Berkeley
    Nom commun : Rose de Jéricho, Fausse rose de Jéricho, Rose de Jéricho d'Amérique, Fleur de Résurrection, Fleur de rocher, Fleur de Doradillan, Fleur de la Passion localement nommée 'Doradilla', nommée par les anglophones 'Resurrection Fern, Rose of Jericho, Resurrection plant, Resurrection Rose, Flower of stone', en allemand 'Rose von Jericho', en espagnol 'Rosa de Jericó', en chinois 'Fùhuó juän bâi' (Résurrection selaginella), en japonais 'Shita temarikatahiba', en portugais 'Rosa de Jericó, Musgo de ressurreição, Planta dinossauro, Planta da Ressurreição, Flor da Mary, Flor de pedra'.
    Nom latin : Selaginella lepidophylla  (Hook & Grav.) Spring., synonymes retenus Lycopodium lepidophyllum  Hook. & Grev.
    famille : Selaginellaceae.
    photo 1 : , face nord de la falaise calcaire caillouteuse, côté sud du grand arroyo au nord-ouest de Linda Bridge, Heath Canyon, comté de Brewster, Texas, États-Unis.
    photo 2 : , juillet 2013, Désert du Chihuahua à 1086 m d'altitude, au pied d'une colline sur le bord nord-ouest de la Sierra de Parras, dans l’État de Coahuila, au nord du Mexique sur une surface rocheuse et dégagée de calcaire gypseux en compagnie de Jatropha dioica, Agave asperrima, Opuntia rufida, Sericodes greggii, Sengalia crassifolia, cliquer pour voir grand format.
    catégorie : vivace cryptogame à rhizophores.
    port : forme une boule de feuilles recroquevillées lorsqu'elle est sèche et entre en état de dormance.
    feuillage : persistant, vert foncé pubescent. Fins stipes (3mm) pourvus de fronde flabelliforme, auriculées vers la base, pinnules denticulées, les petites feuilles sont oblong-lancéolées à marge entière.
    floraison : pas de floraison, comme les fougères.
    fruits : lorsqu'elle renait après une pluie en s'ouvrant elle libère des microspores, voir vidéo de Neil Bromhall, durée 3mn02 en prenant soin de baisser le son auparavant, la musique est un peu forte.
    croissance : lente.
    hauteur : 0.15 et plus.
    multiplication : par semis des spores dans un mélange sablonneux.
    sol : sablonneux ou roche calcaire.
    emplacement : ombre à mi- ombre à l'abri des courants d'air.
    zone :
    10 - 12.
    origine : en zones extrêmement arides au Mexique dans le désert de Chihuahua, Californie, Texas et Pérou, consulter la carte de l'Amérique centrale.
    entretien : disposer la boule dans une écuelle en coinçant la boule entre des cailloux puis remplie d'eau non calcaire à température ambiante et patienter, découvrir la renaissance. Une rose desséchée juste durant 3 à 4 mois s'ouvre rapidement en environ 3 h 30, pour les autres plus anciennes patienter parfois durant plus de 24h .
    Ensuite, il faut vider l’eau et laisser la plante se dessécher entièrement, puis la laisser au repos plusieurs semaines
    Si elle est exposée à des changements d'humidité irréguliers ou si il fait trop sec brusquement et irrégulièrement, elle risque de ne pas être prête pour la dormance et elle dépérit. Dans ce cas, elle s’ouvrira comme une feuille de thé qui a absorbé de l’eau, mais ne deviendra pas vert et ne pourrira pas.
    NB : son nom Selaginella  lui a été donné par Pline serait le diminutif de Selago qui désigne initialement des conifères puis des lycopodes, c'est ainsi qu'elles ont été décrites pour la première fois et son nom spécifique lepidophylla  vient du latin 'lepidus' qui signifie agréable, élégant, plaisant et phylla' désigne la feuille.
    Mais au Moyen-Orient en Égypte dans les plaines arides, sur les vieux murs et les rocailles autour du Caire et d'Alexandrie, et dans les déserts sablonneux en Syrie, Palestine et Arabie, près des affluents et des côtes de la Mer Rouge, en Israël dans le désert de Judée et autour de la mer Morte, il y également une plante très curieuse au feuillage gris-vert à floraison blanche appelée également rose, c'est elle la vrai rose de Jéricho, la Jérose Anastatica hierochuntica* une crucifère a tiges ramifiées et feuilles oblongues qui se développe tant que les conditions lui sont favorables lorsque celles-ci se détériorent les fleurs et les feuilles se dessèchent et tombent, les racines sont déliées et les branches séchées sont pliées en forme de boule comme un poing pour protéger ses graines, ce qui permet au vent de l'emporter toujours vivante et la transporter sur des kilomètres jusqu'à ce que la plante morte trouve un lieu humide et ce n'est que lorsqu'il y a suffisamment de pluie pour permettre aux jeunes plantules de survivre, que les branches mouillées s'ouvrent et que les graines tombent sur le sol humide.
    Dans le cas contraire, elle peut conserver les graines pendant de nombreuses années jusqu'à la prochaine pluie, voir photo.
    Ce genre, fait partie des ptéridophytes*, végétaux fossiles de la première civilisation végétale terrestre, apparue il y - 400 millions d'années et originaire des zones tropicales et zones tempérées chaudes, il comprend environ 700 espèces, dont 7 endémiques aux îles Fidji avec des hybridations entre les espèces et 3 espèces présentes en Europe et 2 espèces introduites.
    Propriétés et utilisations :
    Depuis la nuit des temps elle symbolise également le bonheur, l'amour, la longévité et la beauté éternelle qui au contact de l'eau durant au moins 24 h, elle peut renaître indéfiniment et puis se dessécher indéfiniment.
    Aux États-Unis, en période de Noël elle est à l'honneur au même titre que les amaryllis, les roses de Noël et l'étoile de Noël, pour décorer le centre des tables.
    Dans la pharmacopée traditionnelle aztèque et mexicaine, la fleur de pierre ou l'immortelle est connue depuis la nuit des temps pour ses propriétés diurétique, cholagogue, rafraîchissante, prescrites pour traiter les calculs biliaires et les affections rénales et les troubles de la vessie.
    L'eau extraite de cette rose est réputée combattre les rides.
    Elle est réputée absorber les mauvaises odeurs, à l'intérieur d'une pièce elle permettrait d'assainir celle-ci et dans les croyances populaires sa présence dans une demeure assure aux occupants bonheur et prospérité.
    Quelques autres espèces :
    - Selaginella banksii  A.H. Alston, Selaginella raiateensis  J.W. Moore, Selaginella zelinckii  G.H. Hieronymus, Selaginella arbusculoides  J.W. Moore, Selaginella temehaniensis  J.W. Moore, Sélaginelle de Banks, endémique à la Polynésie française.
    Wynn Anderson © Heath Canyon, comté de Brewster, Texas
    - Selaginella denticulata  (L.) Spring, synonyme Lycopodina denticulata  (L.) Bubani, Sélaginelle denticulée, originaire du pourtour méditerranéen Afrique du Nord, Espagne, Açores, Portugal, Italie, Sardaigne.présente dans les Alpes-Maritimes, Corse du sud, Hérault et Pyrénées-Orientales, présent en Turquie et au Moyen-Orient.
    - Selaginella helvetica (L.) Link., synonymes Selaginella mariesii  Baker, Heterophyllium helveticum  (L.) Börner, Lycopodioides helveticum  (L.) Kuntze, Lycopodium denticulatum  L., Lycopodium radicans  Schrank, Sélaginelle de Suisse, Sélaginelle helvétique, présente dans les Alpes-Maritimes, Isère et Haute Savoie, figure sur la liste rouge des espèces menacées (1995), voir illustration ci-contre.
    - Selaginella kraussiana (Kunze) A.Braun, synonymes Selaginella azorica  Baker, Selaginella kraussiana  (Kunze) A.Braun, Didiclis kraussiana  (Kunze) Rothm., Lycopodium kraussianum  Kunze, Sélaginelle de Krauss, Sélaginelle des jardiniers, originaire de l'Afrique australe et tropicale et des Açores, introduite et naturalisée en Europe dans les années soixante, notamment en Bretagne, au Pays basque et en Corse, d'un vert prairie, 5 cm de haut, la forme "Aurea", feuillage jaune, et "Variegata" verte avec des pointes de blanc, zones de rusticité 9 - 11.
    - Selaginella martensii& Spring, synonyme Lycopodioides martensii Kuntze, Sélaginelle de Martens, originaire d'Amérique centrale., 25 cm, à racines aériennes, la forme "'Aurea'": verte à pointe jaune, "'Watsoniana '", feuillage plus large et 'Variegata' au feuillage panaché, zones de rusticité 9 - 11.
    - Selaginella pallescens  synonyme Selaginella emelliana  , Sélaginelle pallescente (pâlissante), à fine ramification.
    - Selaginella rotundifolia  Spring., synonyme Lycopodioides rotundifolium  Kuntze, Sélaginelle à feuilles rondes, proche de Selaginella apoda , tapissante, feuillage en rosette vert foncé.
    - Selaginella selaginoides  (L.) P. Beauv. ex Schrank & Mart, synonymes Selaginella alpina Beauv., Selaginella selaginoides (L.) Link, Selaginella spinosa  P.Beauv., Sélaginelle sélaginoide, Sélaginelle fausse sélaginelle, Sélaginelle alpine, présente dans les Hautes-Alpes.
    - Selaginella uncinata (Desv. ex Poir.) Spring, Sélaginelle à crochets, originaire de Chine, rampante presque sans feuilles, vert virant au jaune doré ou violacé en vieillissant, zones de rusticité 9 - 11.
    - Selaginella spinulosas A.Braun, Sélaginelle petites épines, donné pour synonyme de Selaginella selaginoides (L.) P. Beauv.
    - Selaginella willdenovii (Desv.) Baker, synonyme Lycopodium willdenowii N.A. Desvaux ex J.L. Poiret, Sélaginelle de Willdenow, originaire de Chine, Himalaya et Indonésie, grimpante très ramifiée, feuillage vert irisé de bleu, glauque, zones de rusticité 9 - 11.
    Les espèces Fidjiennes :
    - Selaginella breynioides Baker. de 30 à 35cm de haut pourvue de stipes.
    - Selaginella distans  Warburg, environ 75 cm de haut pourvue de stipes.
    - Selaginella firmula A.Braun ex Kuhn, présente aussi sur l'archipel Bismarck (Nouvelle-Irlande) et îles Samoa, environ 50 cm de haut à stipes Il y a des hybridations variétales avec Selaginella laxa.
    - Selaginella laxa Spring, Bull., présente sur les Îles de la Société, aux îles Samoa et Tonga, minuscule et rampante environ 3 mm de haut.
    - Selaginella rechingeri Hieron, très proche de Selaginella victoriae plus de 80 cm de haut pourvu de stipes.
    - Selaginella viridangula Spring., environ 70 cm de haut pourvue de stipes.

    Dans l'abécédaire, consulter la liste des autres espèces de Selaginella présentes dans l'Encyclopédie.

    La véritable Rose de Jéricho :
    Anastatica hierochuntica, la véritable Rose de Jéricho, la Main de la Vierge, nommée pr les anglais 'Virgins hand', en arabe 'Kaf Maryam' ( La palme de Marie), Kaf al athra' ( paume de la vierge ), Jumay' Fatimah', découvrir sa fiche.
    Cette légendaire et fascinante plante est le symbole du bonheur, de l'amour, de longue vie et de beauté éternelle au contact, dans une atmosphère humide durant au moins 24 h, elle peut renaître indéfiniment et puis c'est la fleur de la Résurrection, le symbole de la vie après la mort et de la renaissance, elle est d'ailleurs le symbole de la renaissance des flammes de la ville de Jéricho.
    Rapportée par les Croisés, longtemps elle fut considérée comme un symbole de la naissance du Christ, appelée également rose de Notre-Dame ou rose de Marie. Traditionnellement autrefois dans l’est de la France notamment en Lorraine et en Allemagne elle se transmettait autrefois dans les familles de père en fils.
    Une note de M. Damas-Arbaud, correspondant, est destinée à compléter la communication de M. Abel relative à une fleur desséchée qui, placée sur un autel consacré à la Vierge dans la cathédrale de Metz, ouvrait ses corolles dans la nuit de Noël. Un usage analogue était autre fois très-répandu en Provence. La nuit de Noël, une rose de Jéricho était placé sur la table pendant le repas qui réunissait tous les membres de la famille. M. Damas-Arbaud pense que la plante que l’on exposé à Metz était aussi une rose de Jéricho. Il ne saurait admettre que ce puisse être le pouillot, Parce qu’aucune espèce de menthe ne se distingue par des propriétés hygroscopique remarquables. D’ailleurs, la menthe était d’après une légende du Moyen Âge, une fleur maudite par la Vierge, pour avoir refusé de service d’asile à la Sainte-Famille fusion les persécutions d’Hérode relatée dans la revue des sociétés savantes année 1863, section d'histoire et de philologie séance du 4 mai 163 page 12 consultable en ligne à la BnF Gallica ainsi qu'une cérémonie de l'église cathédrale de Metz, rapporté par la plupart des historiens de cette ville qui remonte au moins au commencement du XVI siècle et qui paraît avoir persisté jusqu'e vers la fin du XVII ème, a fourni à M.CH.Abel, correspondant à Metz, le sujet d'une communication intéressante, à l'occasion de laquelle M.Damase-Arnaud correspondant à Manosque et l'abbé André correspondant à Vaucluse, on fait connaître des usages analogues, avec des circonstances différentes, qui les ont portésà ne point admettre une des opinions émises à ce sujet par l'auteur de la communication.
    Dans la Revue des sociétés savantes de la France et de l'étranger / publiée sous les auspices du Ministère de l'instruction publique et des cultes, juillet 1872, art 17,18 et 19 'Coutumes religieuses et superstitions populaires relatives à la plante dite Rose de Jéricho et à une autre espèce de plante mystérieuses - page 136 à 140, consulter Bnf-Gallica ou Bnf-Gallica.

    Annotations :
    *ptéridophytes se divisent en 4 groupes : les Psilophytes, les Sphénophytes comme la prêle, les Filicophytes comme les Fougères, et les Lycophytes qui comprend les Selaginella , les Lycopodium  et les Isoetes.
    - nmauric © 19/11/2019 -- Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.




compteur pour blog