Trimezia martinicensis - Iris jaune marcheur de Martinique
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Trimezia martinicensis
    Siro Kurita ©
    Nom commun : Trimézie de Martinique, Iris jaune marcheur, Drapeau jaune de Martinique, localement en Colombie nommée 'Espadilla de Loma', au Brésil 'Baririçô, Capim rei, Batatinha amarela', nommée par les anglophones 'Yellow Walking Iris, Forenoon Yellow Flag, Yellow apostole plant, Martinique Trimezia, Walking Iris, Dragon Blood'', en allemand 'Vormittag-gelbe Flagge' (Drapeau jaune du matin), en espagnol selon le pays 'Amarilis, Iris amarillo, Cola de gallito, Gallito, à Cuba 'Mano de Estrada Palma*', en italien 'Martinica Trimezia, Giallo Iris a piedi', en portugais 'Iris amarela, Bandeira amarela da manhà'(Drapeau jaune du matin), en vietnamien 'Diên vïvàng'(Iris d'or), en chinois 'Huàng shàn yuänwêi' (Jaune fantail*).
    Nom latin : Trimezia martinicensis  (Jacq.*) Herb*, synonymes Cipura martinicensis (Jacq.) Kunth, Trimezia bahiensis Ravenna, Trimezia galaxioides (Gomes) Ravenna, Trimezia meridensis Herb., Trimezia semiaperta (Lodd.) Ravenna, Trimezia caracasana (de Vriese) Benth. & Hook.f. ex B.D.Jacks., Trimezia connata Ravenna, Tritonia riparia Cordem., Cipura semiaperta Heynh., Lansbergia caracasana de Vriese, Lansbergia martinicensis (Jacq.) Baker, Lansbergia meridensis Klatt, Marica martinicensis (Jacq.) Ker Gawl., Marica semiaperta Lodd., Poarchon fluminensis Allemào, Remaclea funebris C.Morren, Sisyrinchium fluminense Vell., Sisyrinchium fluminensis Vell., Sisyrinchium galaxioides Gomes, sont illégales Trimezia lurida Salisb. et Ferraria lurida Salisb.
    famille : Iridaceae, sous famille Iridoideas, tribu Moreeas, sous tribu Maricinas.
    illustration : Androcée et gynécée de Trimezia connata page 92 par P. Ravenna dans 'Wrightia A botanical journal', volume 7: n°2, 1982, published by the University of Texas, consulter l'ouvrage sur archive.org.
    catégorie : vivace herbacée à corme à tunique brune (1.5 à 2.5 cm) à nombreuses racines épaisses et fibreuses d'un brun foncé d'un jaune citrouille à l'intérieur.
    port : touffe dressée, évasée.
    feuilles : persistant, coriace, vert foncé brillant. Longues feuilles linéaires, assez minces et aplaties de 20 à 40 cm x 2 à 3 cm, engainantes à la base.
    floraison : de courte durée au début de l'été courant juin en Amérique centrale, et courant février au Brésil, pollinisée des insectes dont les abeilles.
    Sur des tiges glabres et droites de 1 à 3 fleurs éphémères actinomorphes s'ouvrant successivement, composées de 3 pétales plus larges et 3 plus courts recurvés, vers le coeur quelques courts poils. Les boutons floraux sont turbinés dans un spathe.
    Voir éclosion vidéo Sous climat tropicale humide des plantules se forment sur les tiges de l'inflorescence après la la fanaison des fleurs et leur poids provoque la flexion des tiges qui lorsqu'elles entrent en contact avec le sol s'enracinent allègrement.
    couleur : jaune brillant avec des macules d'un brun pourpré vers la base sur les pétales externes, étamines jaunes anthères bifides d'un brun pourpré
    fruits : capsules oblongues côtelées de 1 à 2cm de long, contenant des graines lisses d'un brun foncé.
    croissance : très rapide sous climat approprié.
    hauteur : 0. 30à 0.45 m, avec la tige florale peut atteindre 1 m de long .
    plantation : selon climat au printemps ou à l'automne, bien choisir son emplacement car elle n'aime pas être perturbée au niveau racinaire.
    multiplication : par semis à chaud entre 20 et 21°C, par division des cormes ou par prélèvement de tronçons de rhizomes pourvus d'un oeil.
    sol : pauvre ou pH 6,6 à 7,8, bien drainé.
    culture en pot : mélange à parts égales de terre de jardin, terreau de feuilles et sable de rivière.
    Androcée et gynécée
    Pierfelice Ravenna
    Une fois installée, elle peut résister dans des sols gorgés d'eau, mais également tolère la sécheresse lorsqu'elle est bien établie.
    emplacement : soleil, soleil partiel, mi-ombre une partie de la journée.
    zone de rusticité : 9 - 11, tolère aisément 35°C minima 15°C. USDA zone 9a-11.
    origine : Amérique du Sud, Équateur, Pérou, Bolivie, sud du Brésil et nord de l'Argentine, Amérique centrale au Costa-Rica et des Antilles où pour certains auteurs elle en serait originaire, voir carte de l'Amérique du Sud.
    Introduite dans les jardins des régions chaudes tropicales et subtropicales largement naturalisée notamment à la Réunion où elle est considérée comme une espèce envahissante comme dans bien d'autres pays où il a été constaté qu'elle provoquait un changement d'écosystème avec altération de l'habitat avec perte des espèces indigènes, faune et flore.
    entretien : sous climat tropicale supprimer les fleurs fanées avec le pédicelle pour limiter la formation de capsules et de graines puis de plantules. Nettoyer le feuillage desséché.
    maladies et ravageurs : .
    NB : son nom Trimezia lui a été donné en 1844 par Salisbury* il vient du grec 'treis, tria' qui signifie trois et de 'meizon' qui signifie plus grand que, 'megas' grand, large, fait référence aux segments extérieurs du périanthe sont plus grand que les segments intérieurs, et son nom spécifique martinicensis fait référence à son habitat d'origine la Martinique.
    Elle a sa place dans les jardins au climat doux et les jardins secs dans les bordures, sur les talus, dans les massifs et mixed-border, également sur le bord d'un bassin, les berges d'une pièce d'eau, en eau peu profonde ou encore tout simplement dans des vasques, des potées animer graphiquement les balcons, patios et terrasses.
    Elle peut être confondue avec Trimezia steyermarkii qui lui ressemble et communément confondue avec Neomarica longifolia.
    Ce genre néotropical comprend 27 noms d'espèces retenues après révision et3 noms toujours non résolus depuis 2012. Des espèces vivaces ou annuelles originaires des régions tropicales du Mexique, de l'Amérique du Sud et des Caraïbes.
    Un grand nombre d'entre elles ont largement été commercialisée et est cultivée comme plante ornementale dans les régions tropicales et subtropicales du monde, notamment en Floride et à Hawaï, aux États-Unis, à Singapour et dans les Caraïbes, les Antilles et en Océanie dans les Îles Cook.
    Propriétés et utilisations :
    Plusieurs espèces ont des propriétés astringente et purgative et sont prescrites dans les pharmacopées amérindienne.
    Le corme à un goût âcre bien que légèrement sucré, il contient une substance colorante jaune, de l'amidon, de l'albumine, de la dextrine, et des mucilages, frais on extrait une résine jaunâtre utilisée comme puissant laxatif, séché il est également utilisé comme poudre laxative et purgative, prescrit aussi en lavement et pour soigner les hémorroïdes, traiter l'aménorrhée, l'oligurie et soigner la grippe.
    Au Brésil, la plante médicinale est appelée Ruibarbo do mato (Rhubarbe de brousse), réputée être plus forte et énergétique que les autres provoque des coliques.
    Quelques autres espèces :
    - Trimezia cathartica  (Klatt) Niederl., synonyme Lansbergia cathartica  Klatt, Trimézie cathartique, localement au Brésil 'Ruibarbo do campo', présente en Argentine, environ 0.80m, fleurs d'environ 7 cm d'un jaune safran périanthe zébré de lignes irrégulières d'un violet pourpre à zinzolin, voir photos (Flickr).
    - Trimezia juncifolia  (Klatt) Benth. & Hook.f, synonyme Lansbergia juncifolia Klatt., à ce jour son nom n'est pas résolu, présente dans la flore du Brésil où elle est nommée 'Jonquilho, Ruibarbo do brejo, Piretro, Ruibarbo dos charcos, Lírio roxo do campo', de 0.50 m à 0.70m de haut , feuilles plus étroites et fines, fleurs d'un jaune orangé, jaune safran à mandarine (la vraie), gorge striée de nombreuses et très fines lignes , zébrures horizontales d'un brun pourpre en coeur, à les mêmes propriétés médicinales, voir photos (Flickr).
    - Trimezia lurida  Salisb., est considérée comme un synonyme non résolu de Trimezia martinicensis localement nommé 'Iris blanco'.
    - Trimezia steyermarkii RC Foster, pas de synonyme retenu, Trimézie de Steyermark, nommée par les anglophones Steyermark's trimezia, Hand of God, Yellow walking iris, originaire des forêts mixtes et des plantations de caféiers vers 900m d'altitude au sud du Mexique, en Amérique centrale, au Costa Rica, Guatemala, Nicaragua, Panama, Salvador, en Amérique du Sud en Colombie et au Venezuela, elle s’est échappée des cultures et s'est naturalisée rapidement.
    Cormes ovoïdes ( 2 à 4 cm ) à tunique brune, fines feuilles de 30 à 70 cm x 2 à 4 cm, nervure médiane bien marquée. Plusieurs fleurs jaunes avec de larges bandes d'un pourpre brunâtre mouchetées vers la base ayant des spathe-bractées inégales (2 cm ou 3 cm et plus) sur des pédicelles glabres.
    Huimei Huang ©
    Introduite comme plante ornementale dans les jardins de Cuba où c'est une espèce devenue envahissante, en République Dominicaine, Floride, Hawai, Barbade, Guadeloupe et Singapourlargement naturalisée.

    Annotations :
    *Estrada Palma, dédié à l'écrivain et politicien cubain Tomás Estrada Palma ( 1835 –1908) qui fut le premier président de la République cubaine de mai 1902 à septembre 1906, à la fin de la guerre hispano-américaine il autorise l'adoption le 2 mars 1901 l'amendement Platt, qui avec 8 engagements va assurer la domination politique et économique des États-Unis sur Cuba.
    *fantail, c'est le nom d'un oiseau originaire de l'Asie le Fantail à ventre jaune Chelidorhynx hypoxantha présent en Thaïlande, le Vietnam et Birmanie (Myanmar).
    *Jacq., abréviation botanique de Nicolas Joseph Von Jacquin (1727-1817) médecin, botaniste et philosophe viennois d'origine néerlandaise, François Ier d'Autriche le nomme en 1752 responsable du Jardin Impérial de Schönbrunn, dont il initie le catalogue, et pour ce dernier, il entreprend entre 1755 et 1759 comme botaniste-collecteur un voyage aux Antilles et en Amérique centrale. Un genre jamaïcain d'arbustes persistants de la famille des Theophrastacea, lui a été dédié par Linné Jacquinia  .
    On lui doit de nombreux ouvrages dont 'Hortus botanicus vindobonensis en 3 volumes - Vienne (1770-1776) et 'Plantarum rariorum horti caesari schoenbrunnensis' - Vienne (1797 -1804).
    *Salisb., abréviation botanique pour le botaniste britannique Richard Anthony Salisbury (né Markham) (1761-1829), un homme ayant eu un passé financier peu scrupuleux, qui fut un farouche opposant à la nomenclature de Linné, boudé par un bon nombre de ses contemporains, rejeté par ses confrères botanistes lorsqu'ils découvrirent qu'il s'était approprié l'oeuvre d'un autre botaniste.
    *Steyermark, botaniste américain Julian Alfred Steyermark (1909-1988), qui enseigne à l'Université Washington à Saint Louis et effectue des séjours de 1926 à1982 pour collecter au Mexique, en Amérique centrale au Guatemala, en Amérique du Sud en Équateur et au Venezuela.
    Au Guatemala, un genre composé d'une seule espèce lui a été dédié Steyermarkia (Rubiaceae) et le genre Steyermarkina (Asteraceae)et des centaines sous le nom spécifique de steyermarkii.
    ® par la Société des Gens de Lettres Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.//-->









compteur de visite html