Prunella vulgaris  - Prunelle, Brunelle commune
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Prunella vulgaris en  juillet
    FarOutFlora ©
    Nom commun : Prunelle commune, Brunelle commune, Charbonnière, Grande brunelle, Brunette, Herbe aux charpentiers, Petite consoude nommée par les anglophones 'Self heal, Common selfheal, Lance selfheal, Aleutian selfheal', en allemand 'GroBblütige Braunelle'.
    Nom latin : Prunella vulgaris L*, synonymes retenus, Prunella officinalis Crantz*, Prunella reptans Dumort. et une cinquantaine d'autres consultables sur The Plant List
    famille : Lamiaceae.
    catégorie : vivace herbacée, bisannuelle, aux tiges quadrangulaires.
    port : en dense couvre-sol, étalé et rampant.
    feuillage : comestible semi-persistant, aromatique lorsqu'on le froisse, d'un vert soutenu, couvert de poils sur les 2 faces, à marge ondulée faiblement dentée, souvent marginée de pourpre. Feuilles opposées, ovales à oblongues
    floraison : en été, de juin, jusqu'en septembre, nectarifère, visitée par les abeilles qui assurent la pollinisation.
    Petites fleurs hermaphrodites, tubulaires, bilabiées, réunies en épis pourvus de bractées foliaires, également poilues, pourvues de 2 paires d'étamines soudées entre elles, 1 style bifide, calice pourvu de poils blanchâtres.
    couleur : bleu à bleu violacé à améthyste.
    fructification : 4 akènes allongés de 1,5-2 mm.
    croissance : rapide.
    hauteur : 0.15 à 0.45 m pour un étalement supérieur.
    plantation : à l'automne ou au printemps, tous les 25 cm, compter au minimum 8 plants au m², certains préconisent entre 9 et 11 plants par m².
    multiplication : par division des touffes au printemps, mais surtout par marcottage et semis spontané.
    sol : tous de préférence riche en humus, frais et humide, mais bien drainé, adaptée au calcaire.
    emplacement : soleil, mi- ombre.
    zone : 4 - 8, U-K hardiness H=3, USDA zones 4a-9b, tolère aisément jusqu'à - 28 ºC, une fois installée supporte des périodes de sécheresse prolongée.
    origine : dans des prairies et pâturages, les lieux incultes et les fourrés humides, les lisières de forêts jusqu'à 2000 m d'altitude, en Europe, présente depuis le sud de la Norvège, l'Afrique du Nord et au sud-ouest de l'Asie tempérée.
    entretien : éliminer au fur et à mesure les fleurs fanées afin de prolonger, la floraison et éviterainsi la montée en graines et les semis spontanés, il est conseillé de raser les touffes à la fin de l'été.
    maladies et ravageurs :exempt pour l'instant.
    NB : son nom Prunella est le nom latin de la brunelle, c'est le diminutif de 'prunum' qui désigne la prune faisant référence à la couleur violette, il a été donné par le botaniste allemand Tragus (Jérôme Bock) et c'est celui qui a été accepté par Linné*, que certains auteurs comme Gaspard Bauhin* et Tournefort* nommaient par contre Brunella, nom latin qui aurait une origine germanique bräune, parce qu'elle était utilisée pour soigner une maladie qui portait ce nom en allemand et qui signifie brun, c'est également le nom donné à la fauvette d'hiver, l'accenteur mouchet Prunella modularis, et son nom spécifique vulgaris signifie commune.
    Le nom Herbe aux charpentiers est également donné à l'Achillea millefolium, réputée depuis des siècles, pour soigner les blessures causées par des armes blanches, nom donné aussi au Sedum telephium.
    Ce genre après révision, en 2012, sur 95 noms d'espèces connues, ne comprend plus que 13 noms d'espèces et 72 autres noms considérés juste comme étant des synonymes et 10 autres noms demeurent toujours non résolus en 2022.
    Cette rustique prunelle, permet de réaliser des tapis denses, couverts de fleurs, durant tout l'été, qui se se ressème et se marcotte spontanément. Elle a longtemps été considérée, comme étant une adventice colonisant les pelouses.
    Propriétés et utilisations :
    Les feuilles, un peu amères (tanins) sont consommées crues ou cuites, utilisées dans la confection de salades, incorporées aux ragoûts et aux soupes. Les feuilles fraîches sont hachées ou séchées puis réduites en poudre pour confectionner des infusions rafraîchissantes, diurétiques et toniques.
    Parmi les cultivars, citons :
    Prunella vulgaris lanceolata 'Dark purple'
    Brighton Plants ©
    - Prunella vulgaris 'Rubra', environ 30 cm de haut, feuillage vert foncé, sur des tiges pourprées et poilues, une floraison estivale jusqu'en septembre, d'un rose carmin soutenu.
    - Prunella vulgaris lanceolata 'Dark purple
    , floraison d'un violet foncé sur des tiges pourprées, photo ci-contre courant juin.

    Annotations :
    *G.Bauhin, célèbre naturaliste, professeur de botanique Gaspard (Caspard) Bauhin (1560-1624)
    *Crantz., abréviation botanique pour le médecin obstétricien-botaniste autrichien Heinrich Johann Nepomuk von Crantz (1722-1799), on lui doit de nombreux ouvrages en médecine et sur l'hygiène et des ouvrages en botanique 'Classis cruciformium emendata cum figuris aeneis in necessarium instit. rei herbariae supplementum' (Leipzig-Kraus - 1769), flore sur la famille des Crucifères, consultable en ligne.
    *Jacq., abréviation botanique de Nicolas Joseph Von Jacquin (1727-1817) médecin, botaniste et philosophe viennois d'origine néerlandaise, François Ier d'Autriche le nomme en 1752 responsable du Jardin Impérial de Schönbrunn, dont il initie le catalogue, et pour ce dernier, entre 1755 et 1759, il entreprend, comme botaniste-collecteur, un voyage aux Antilles et en Amérique centrale. Un genre jamaïcain d'arbustes persistants de la famille des Theophrastacea, lui a été dédié par Linné sous le nom de Jacquinia.
    On lui doit sa monographie des Oxalis publiée en 1752, consultable en ligne à la BHL et de nombreux ouvrages dont "Hortus botanicus vindobonensis", en 3 volumes, publié à Vienne de 1770 à 1776 et "Plantarum rariorum horti caesari schoenbrunnensis", publié à Vienne de 1797 jusqu'en 1804.

    *L., abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), avant d'être anobli en 1757, Carl Linnæus, également médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'., son herbier, le plus riche de son époque contenait 7000 plantes.
    En 1738, il fonde l'Académie des Sciences de Suède et à partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala, durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772.
    Il est l'auteur de 'Systema naturae, Genera plantarum' et 'Species plantarum', consultable en ligne à la bibliothèque universitaire de Kyoto.
    natacha mauric © 13/06/2021 ® Jardin! L'Encyclopédie
    - nmauric©13/06/2021 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.




compteur html