Eriophorum angustifolium - Linaigrette à flles étroites
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    O Gaubert © Flore en ligne
    Linaigrette à feuilles étroites, Lin des Marais, autrefois Jonc cotonneux*, Jonc à coton, Jonc à duvet nommé par les anglophones 'Tall cotton-grass, Cottongrass , Common cottonsedge, Bog Cotton', en allemand 'Wollgras, Schmalgrättrige Wollgras', en danois 'Smalbladet kæruld', espagnol 'Hierba algodonera, Junco de algodón, Fló de mollà', en islandais 'Klófífa', en italien 'Pennacchi a foglie strette, Pennacchio', en néerlandais Veenpluis' (bourre de tourbe), norvégien 'Vanlig snøull', en portuguais 'Algodão-grama comum, Grama algodão comun, Algodão-Grass, en turque ' Fukasaçi'.
    Nom latin : Eriophorum angustifolium  Honck.*, synonymes Eriophorum alpicola  Schur, Eriophorum dubium  Hegetschw., Eriophorum intermedium  Bastard, Eriophorum minus  Dalla Torre, Eriophorum monostachion  Groschke, Eriophorum ocreatum  A.Nelson, Eriophorum polystachion  L., Eriophorum subarcticum  V.N.Vassil., Eriophorum vaillantii  Poit. & Turpin, Linagrostis polystachia  (L.) Scop., Linagrostis vulgaris  Hill, Plumaria angustifolia  (Honck.) Bubani, Scirpus angustifolius  (Honck.) T.Koyama, Scirpus speciosus  Salisb.
    famille : Cyperaceae.
    catégorie : vivace herbacée aquatique et géophyte à stolons souterrains.
    port : touffe dressée, rectiligne.
    feuillage : persistant, rugueux, vert foncé virant souvent à la fin de l'été au rouge. Sur des tiges à 3 faces, feuilles basales carénées, linéaires de 3 à 6mm.
    floraison : anémophilie, de la fin du printemps au début de l'été , selon climat de mai à juillet. Entre deux bractées, épillets écailleux ( 3 à 7) plus ou moins pendants munis de poils cotonneux de 3 à 4 cm, fleurs hermaphrodites qui ne se distinguent pas à 3 étamines, un ovaire supère et un style trifide filiforme, sur un pédoncule lisse et incliné.
    couleur : blanc à reflets argentés.
    fruits : akènes soyeux, dispersés par le vent.
    croissance : moyenne.
    hauteur : 0.20 à 0.55/0.60, moins fréquemment jusqu'à 0.90 m, avec le temps Ø 1 m à 1.20 par pied.
    plantation : à l'automne ou au printemps courant mars compter 5 plants au m², prévoir son remplacement au bout de 10 ans.
    multiplication : par semis en place au printemps ou sous châssis froid et substrat humide, compter pour la levée entre 2 et 6 semaines et par division au printemps.
    sol : pauvre, acide, humide, marécageux ou tourbeux, en eau peu profonde environ 10 cm.
    emplacement : soleil.
    zone : 4 - 9. USDA Zone 3a - 9b.
    origine : au nord de l'Amérique en région boréale, Asie occidentale en zone arctique et tempérée, Europe du nord de la Norvège jusqu'à la péninsule balkanique, présente en Espagne 'Pyrénées, nord Castille) en France et au nord de l'Italie, jusqu'à 2500 m d'altitude au bord des lacs, étangs et des cours d'eau, berges humides des polders, marais, tourbières et toundras humides.
    C'est une espèce protégée dans l'état de l'Indiana où elle est rare et au New Hampshire, c'est une espèce menacée.
    entretien : si nécessaire esthétiquement supprimer les joncs desséchés, penser à renouveler tous les dix ans.
    NB : son nom Eriophorum  vient du grec 'erion' qui désigne la laine et de 'pherô' qui signifie porter faisant allusion à ses aigrettes cotonneuses et son nom spécifique angustifolium  vient du latin 'angustus' qui signifie étroit et 'folius' qui désigne la feuille.
    Au nord-ouest de l'Angleterre, elle pousse dans les landes du comté du Grand Manchester où depuis 2002 , elle est l'emblème de ce comté.
    Après révision en 2012, ce genre graminiforme sur 114 noms d'espèces connues, ne comprend plus que 27 espèces originaires des régions tempérées, subarctiques et arctiques du globe dont 7 à 8 présentes en Europe (2 en France, 5 en Italie, 4 en Espagne) et 7 espèces en plus encore non résolues en 2018.
    Leur finesse et leur élégante fait qu'elle peut avoir une place dans les jardins aquatiques, jardins de tourbières, au bord d'une pièce d'eau, d'un étang, d'une piscine naturelle avec une attention particulière car elle peut-être invasive, ou simplement dans des vasques et conteneurs pour les balcons, patios et terrasses.
    La plus étonnante est la rouquine linaigrette de Virginie Eriophorum vaginatum .
    Propriétés et utilisations :
    Dans les pharmacopées amérindiennes, feuilles et racines aux propriétés astringentes étaient prescrites crues ou cuites pour traiter les troubles digestifs et les dysenteries.
    Les soies des linaigrettes ne sont pas adaptées à la confection de textiles, mais elles étaient utilisées pour confectionner du papier, des mèches de bougies, de lanternes et des pansements, elles servaient au rembourrage des coussins et des oreillers et les tiges étaient tissées pour faire des couvertures et des tapis. Ce n'est pas une plante fourragère mais en Alaska les oies de neige consomment la base des tiges.
    Autres espèces :
    - Eriophorum alpinum  L. elle à changé de genre elle est considérée comme étant le synonyme de Trichophorum alpinum  (L.) Pers. nommé Scirpe de Hudson, Souchet des Alpes, Trichophore des Alpes, autrefois la Linaigrette des Alpes, nommée par les anglophones 'Cotton Deergrass' à court rhizome et fines racines haute de 15 à 30 cm, pourvue de courtes feuilles caulinaires les inférieures sont juste une gaine autour de la tige, les supérieures sont très courtes. En cime, épis solitaire d'une douzaines de fleurs aux poils crépus, akènes pourvus de juste quelques poils. Présente en Eurasie et Amérique du Nord dont Nouvelle-Angleterre. En France présente dans les marais alcalins des Alpes et du Jura, présente en Auvergne, elle figure sur la liste des espèces protégées en région Rhône-Alpes.

    - Eriophorum latifolium  Hoppe, synonymes Eriophorum depauperatum  Arv.-Touv., Eriophorum latifolium var. congestum  Baguet, Eriophorum polystachion var. latifolium  (Hoppe) Bonnier & Layens, Eriophorum pubescens  Sm., Eriophorum vulgare  Pers., Carex alopecurus  Lapeyr., Plumaria latifolia  (Hoppe) Bubani, Scirpus angustifolius subsp. latifolius  (Hoppe) T.Koyama, en anglais 'Broad-leaved Cottongrass, Large leaved cotton grass', en italien 'Pennacchi a foglie larghe', Linaigrette à feuilles larges, c'est lui le Lin des Marais également présent dans les tourbières siliceuses, 20 à 60 cm de haut, non stolonifère, assez semblable à celle à feuilles étroites, feuilles de 8 à 9 mm de large, engainantes planes, triangulaires en pointe; épillets à pédoncule plus ou moins long, rugueux pourvus à la base de deux folioles (spathe), c'est bien souvent ce qui permet de les différencier. Présente dans toute l'Europe jusqu'à 2100m notamment dans les Hautes-Alpes, en Asie, en Amérique du Nord dont le Québec.
    Elle figure sur la liste des espèces végétales protégées en région Basse Normandie, Bretagne, Centre, Champagne-Ardenne, Lorraine, Midi-Pyrénées (Aveyron, Gers, Lot et Tarn), Pays-de-la-Loire, Picardie, Poitou-Charentes.

    - Eriophorum scheuchzeri  Hoppe, synonymes de Eriophorum altaicum  Meinsh., Eriophorum capitatum  Host, Eriophorum leucocephalum  Boeckeler, Eriophorum sphaerocephalum  Wulfen, Plumaria scheuchzeri  (Hoppe) Bubani, Scirpus leucocephalus  (Boeckeler) T.Koyama, Scirpus scheuchzeri  Hartmann, Linaigrette de Scheuchzer, présente en Europe dans les Alpes notamment sur les berges des lacs d'altitude, une stolonifère d'environ 40 cm de haut, photo ci-contre. Elle est dédiée au botaniste zurichois Johann Jakob Scheuchzer (1672-1733), présente dans les marais des Alpes et des Pyrénées (Pic Méchant et Massif du Pic du Midi jusqu'à 2900m en compagnie de la Linaigrette vaginée. C'est une espèce protégée en région Midi-Pyrénées.

    - Eriophorum vaginatum  L., Linaigrette vaginée, Linaigrette à gaine, en anglais 'Hare's-tail Cottongrass' présente dans les marais tourbeux de toute l'Europe dont nord de l'Italie et de l'Espagne, touffe jonciforme, une cespiteuse aux fines racines de 30 à 60 cm, des tiges en partie supérieure triangulaire, feuilles linéaires engainantes, se distingue par ses gaines tronquées dépourvues de spathe à leur base. Inflorescence réduite, épillet terminal à 2 bractées.
    Mary Vaux Walcott (1860-1940)
    Découvrir la photo de Philippe Gourdain, Muséum national d'Histoire naturelle de Paris. Photo prise en Pologne, dans le parc national de Kampinos, un parc forestier avec des marais et une collection de dunes intérieures, il est inscrit sur la liste des réserves de biosphère de l'UNESCO et fait également partie du réseau Nature 2000.

    Les autres espèces retenues :
    - Eriophorum × beringianum  Raymond*, pas de synonyme retenu, Linaigrette du Béring, un croisement spontané découvert en 1957 entre Eriophorum angustifolium × E. chamissonis, présente en Alaska, péninsule d'Alaska,au sud-ouest dans les îles Aléoutiennes jusqu'en Sibérie orientale dans l'oblast de Magadan.
    - Eriophorum brachyantherum  Trautv. & C.A.Mey., 6 synonymes dont Scirpus brachyantherus  (Trautv. & C.A.Mey.) T.Koyama, Linaigrette à anthères nommée par les anglophones 'Northland cottonsedge, Close-sheathed cotton-grass', ne figure que dans la flore arctique, distribution circumboréale présente de l'Alaska jusqu'au nord de la Sibérie, en norvégien 'Gulmyrull', en suédois 'Myrull', 15 à 35 cm.
    - Eriophorum callitrix  Cham. ex C.A.Mey., 3 synonymes dont Eriophorum callitrix var. callitrix
    - Eriophorum chamissonis  C.A.Mey., 31 synonymes dont Scirpus chamissonis  (C.A.Mey.) T.Koyama, Linaigrette de Chamisso*, présente dans les tourbières de l'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon.
    Illustration ci-contre aquarelle pl. 12 de Mary Vaux Walcott dans North American wild flowers, vol. 1 (1925-1927), contributed by Smithsonian Institute Washington.
    - Eriophorum churchillianum  Lepage , pas de synonyme.
    - Eriophorum comosum  (Wall.) Nees, 6 synonymes dont Scirpus comosus  Wall.
    - Eriophorum crinigerum  (A.Gray) Beetle, un synonyme Scirpus criniger  A.Gray
    - Eriophorum × fellowsii  (Fernald) M.S.Novos., 2 synonymes dont Eriophorum viridicarinatum var. fellowsii  Fernald
    - Eriophorum gracile  Koch, 15 synonymes dont Scirpus ardea  T.Koyama, en anglais Slender Cottongrass, en italien 'Pennacchi gracili', présente en France et dans le nord de l'Italie ( Trentin, Lombardie, Vénétie et Toscane).
    - Eriophorum × gracilifolium  M.S.Novos., pas de synonyme retenu.
    - Eriophorum humile  Turcz., pas de synonyme retenu.
    - Eriophorum × medium  Andersson, 2 synonymes en x.
    - Eriophorum microstachyum  Boeckeler, synonyme Scirpus microstachyus  (Boeckeler) T.Koyama
    - Eriophorum × polystachiovaginatum  Beauverd, un seul synonyme Eriophorum × churchillianum  Lepage
    - Eriophorum porsildii  Raymond, pas de synonyme retenu.
    - Eriophorum × pylaieanum  Raymond, pas de synonyme retenu.
    - Eriophorum × rousseauianum  Raymond, synonyme Eriophorum × sorensenii  Raymond, découverte dans les années 50par Louis-Marcel Raymond, croisement spontané entre Eriophorum angustifolium × E. scheuchzeri, endémique à l'Alaska, forme un large pompon en éventail, voir spécimen collection plantes vasculaires du MNHN Muséum national d’Histoire naturelle, Paris.
    - Eriophorum scabriculme  (Beetle) Raymond, synonyme Scirpus scabriculmis  Beetle
    - Eriophorum tenellum  Nutt., synonyme Scirpus scabriculmis  Beetle
    - Eriophorum tolmatchevii  M.S.Novos., pas de synonyme retenu.
    - Eriophorum transiens  Raymond, pas de synonyme retenu.
    - Eriophorum virginicum  L., 9 synonymes dont Scirpus virginicus  (L.) T.Koyama, Linaigrette de Virginie en anglais 'Virginia cotton grass' endémique aux tourbières de l'est de l'Amérique du Nord de la Virginie,, Tennessee, Labrador et à l'ouest au Michigan, présente au Québec, 0.80 à 1.20 m, qui fleurit en été, les fleurs sont d'un blanc- jaunâtre, fructification la plus par du temps solitaire formant à la longue une étonnante houppette rouquine (saumonée) cernée de 2 à 5 fines et étroites bractées dressées.
    - Eriophorum viridicarinatum  (Engelm.) Fernald, pas de synonyme retenu, localement nommée 'Green-keeled cottonsedge', Linaigrette à carène verte, Linaigrette verte, endémique aux régions circumboréales, de l'Alaska, Labrador jusqu'à Terre-Neuve et Saint Pierre et Miquelon, dans les fjords du nord de la Norvège, dans les prairies humides et fagnes* de la Colombie-Britannique, Manitoba, Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Angleterre dans les états du Connecticut, Maine, Massachusetts, New Hampshire, Rhode Island (rare) et Vermont, une cespiteuse de 20 à 90 cm à tiges triangulaires, les bractées florales vertes ont une nervure médiane proéminente, épillets oblongs à lancéolés, soies blanches, étroites et pendantes.

    Dans l'abécédaire, consulter la liste des autres espèces aquatiques ou semi-aquatiques présentes dans l'Encyclopédie.

    Annotations :
    *Chamisso, dédié au botaniste français Louis Charles Adélaïde de Chamisso de Boncourt, dit Adelbert von Chamisso (1781-1838), 255 espèces lui ont été dédiées 37 chamissoniana et 218 chamissonis.
    *Honck., abréviation botanique pour le botaniste allemand Gerhard August Honckeny (1724 -1805), dont l'oeuvre ' Synopsis plantarum Germaniae' en 2 volumes 1793, qui est toujours rééditée.
    Un genre d'une seule espèce lui a été dédiée Honckenya peploides (Caryophyllaceae), c'est le Pourpier de mer, Honckénya fausse-péplide, Honkénie faux pourpier, une vivace comestible à floraison blanche, originaire des zones côtières du nord de l'Amérique, nord de l'Asie et nord de l'Europe, poussant en bord de mer dans le sable et les galets, c'est une espèce protégée en région Aquitaine, elle ne peut pas être récolter.
    *fage, c'est une lande marécageuse et tourbeuse. Hautes Fagnes est le nom donné à une région en Rhénanie et Wallonie.
    *jonc cotonneux ainsi nommé en 1836, dans le 'Dictionnaire pittoresque d'histoire naturelle et des phénomènes de la nature', Tome 4, rédigé par la société des naturalistes sous la direction de l'entomologiste français Félix Édouard Guérin-Méneville, consultable en ligne.
    Jonc est le nom commun donné aux Juncus, ainsi qu'à certaines espèces de Butomus, Cyperus, Luzula, Scirpus, Spartium, Ulex.
    *Raymond, abréviation botanique pour le botaniste-écrivain québécois Louis-Florent-Marcel Raymond (1915-1972), qui se faisait appelé au Canada pour ses publications littéraires Louis-Marcel Raymond et sa contribution botanique Marcel Raymond le disciple fidèle dés 1930 du frère Marie-Victorin, le célèbre pionnier de la botanique québécoise moderne qui participe à la mise en oeuvre du Jardin botanique de Montréal à partir de 1940 en temps que botaniste-adjoint chargé du catalogue des plantes du Québec, en 1960 nommé conservateur-adjoint, deux ans plus tard conservateur du jardin jusqu'à sa retraite en 1969, une sommité internationale dans l'étude des Cypéracées, le spécialiste des Carex. Sa vie, son oeuvre, mémoire de Jean-François Richard - août 2008 - Université du Québec à Trois rivières.
    - nmauric© 07/04/2001- Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.

Imingo compteur site