Taxodium distichum - Cyprès chauve, Cyprès de Louisiane
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Taxode distique, Cyprès chauve, Cyprès de Louisiane, Cyprès de Virginie, Cyprès des marais, plus rarement Cyprès à feuilles caduques, appelé Bald Cypress , Bladcypress, Common Bald Cypress, Deciduous Cypress, Southern Bald Cypress, Gulf-cypress, Red-cypress, Swamp cypress, Southern Bald Cypress, Southern Cypress, Tidewater red-cypress, Yellow Cypress, White-Cypress', en allemand 'Sumpfzypresse, Virginische Sumpfzypresse, Virginische sumpfzedar', en arabe 'Aaslae alsaruw', en danois ' Almindelig Sumpcypres.', en espagnol 'Ciprés de los pantanos, Ciprés calvo, Sabino mexicano', en italien 'Cipresso calvo, Cipresso della Luisiana, Cipresso della Virginia', en finnois 'Kalju sypressi', en néerlandais 'Kale cipres', en norvégien 'Skallesypress', en portugais 'Cipreste Calvo, Cipreste-de-folha-caduca, Sabino', en russe 'Taksödium dvuryàdnyy, Kiparis obyknovennyy', en suédois 'Skallig cypress'.
    Nom latin : Taxodium distichum (L.) Rich.* synonymes retenus après révision en 2013 Cupressus americana Catesby ex Endl., Cupressus disticha L., Cupressus disticha var. nutans Aiton, Cupressus disticha var. patens Aiton, Cupressus montezumae Humb. & Bonpl. ex Parl., Cuprespinnata disticha (L.) J. Nelson, Glyptostrobus columnaris Carrière, Schubertia disticha (L.) Mirb., Taxodium denudatum Carrière, Taxodium knightii K.Koch, Taxodium pyramidatum Beissn. et 10 autres synonymes consultables sur The Plant List et 2 noms illégitimes.
    famille : depuis le 23 mars 2013 Cupressaceae anciennementTaxodiaceae, sous famille Taxodioideae.
    catégorie : arbre résineux pouvant être centenaire, le tronc des vieux sujets est bien souvent creux, l'écorce d'un brun rougeâtre s'exfoliant à la base des contreforts et elle passe dans bien des cas au gris cendré. le système racinaire est peu profond, mais largement étalé.
    port : jeune pyramidal, puis colonnaire assez large, adulte nettement aplati et étalé.
    feuillage : caduc, vert clair virant au fauve à l'automne. Les ramilles sont alternes.
    floraison : dans son milieu naturel courant février, mars ailleurs un peu plus tard courant mars-avril, unisexuée, les mâles en panicules pendantes et les femelles sous forme de strobiles, cliquer sur la photo pour le grand format et d'autres photos prises en Floride à Boynton Beach dans la réserve faunique de Loxahatchee National Wildlife Refuge et dans la réserve de Green Cay Wetlands.
    couleur : jaunâtre pour les mâles en automne.
    fruits : des strobiles globuleuses vertes de 3 à 3,5 cm donnant chaque année des graines ayant de petites ailes qui ne permettent pas d'assurer pas leur dispersion par le vent, mais la production de graines s'étale sur une période d'environ 3 années et après la dispersion la conservation des graines dans un milieu humide est primordiale pour le développement des semis et cela semble être la clé de la survie des graines et de l'espèce dans son milieu; généralement cela signifie que sur des sols drainés, les graines ne parviennent pas à germer en raison du manque d'eau.
    Ce sont les eaux de crues qui se chargent de la dispersion des graines le long des rivières et des cours d'eau.
    Les Taxodium ont des productions abondantes de graines durant une soixantaine d'années par la suite elles le sont moindre.
    croissance : très lente.
    hauteur : 40 à 45 m.
    plantation : de l'automne à l' hiver.
    multiplication : par bouturage en sol saturé d'eau.
    Pour le semis il faut reproduire les conditions marécageuses, il s'effectue sur de la mousse de sphaigne ou dans de la boue détrempée en maintenant cette excessive humidité durant une période de 1 à 3 mois qui est nécessaire pour assurer la germination, dans leur milieu naturel les graines demeurent couvertes d'eau durant de longue période s'étalant sur plusieurs mois et elles germent lorsque les eaux se retirent.
    sol : impérativement limoneux sableux profond et acides surtout très humide ou bien détrempé.
    emplacement : soleil ou mi-ombre.
    zone : 4a - 10b, tolère sans problème la pollution urbaine et une fois installé des périodes de sécheresse occasionnelle.
    origine : dans les marais du sud-est des États-Unis en Caroline du sud, Delaware, Floride dans les Everglades, en Louisiane, au sud de l'Indiana, au Texas, le long des cours d'eau du Mississipi, dans les zones paludéennes (marécageuses), consulter la carte de États-Unis.
    Les peuplements se trouvent sur des zones plates à des altitudes inférieures à 30m au-dessus du niveau de la mer, en association forestière avec l'orme d'Amérique Ulmus americana, l'érable rouge Acer rubrum, le Copalme d'Amérique Liquidambar sylvatica, le Frêne rouge de Pennsylvanie Fraxinus pennsylvanica, le Gordonia à feuilles glabres (loblolly-bay> Gordonia lasianthus, le Magnolia de Virginie Magnolia virginia, le Micocoulier du Mississippi Celtis laevigata et le Pacanier aquatique Carya aquatica.
    Cultivé en Grande-Bretagne à Londres en 1640 ainsi qu'à Amsterdam, c'est John Bannister (1650- 1692) le missionnaire, botaniste, entomologiste et collecteur personnel de l'évêque de Londres Henry Compton (1632-1713) qui effectue 3 séjours en Amérique du Nord entre 1637 et 1654 et qui rapporte des spécimens de ce cyprés qui s'est éteint en 1898, ainsi que le Tulipier de Virginie et le platane occidentale, et plus tard en 1688 du Magnolia de Virginie.
    entretien : le laisser vivre.
    maladies, parasites et ravageurs : des champignons parasites (saprophytes) qui colonisent le tronc des arbres comme le comestible polypore soufré Polyporus sulphureus ainsi que Trametes Pint, Polyporus fomentarius qui provoquent à plus ou moins long terme une pourriture rouge*. En Floride, il est sujet aux chenilles processionnaires.
    Son tronc et ses branches sont colonisées par des broméliacées comme l'argentée et tirebouchonnée Tillandsia recurvata, la mousse espagnole Tillandsia usneoides, l'écarlate Ananas sauvage Tillandsia fasciculata ( Cardinal wild pine).
    NB : son nom Taxodium vient du grec 'taxos' qui signifie If, et 'eidos' qui signifie forme, aspect extérieur, faisant référence à son feuillage qui ressemble à celui de l'if et son nom spécifique distichum du grec 'dis' deux et 'stikhos' rangée, se dit des feuilles qui sont disposées sur deux rangées.
    En France vous pouvez en découvrir un spécimen de 41m de haut à l'Arboretum Balaine à Villeneuve-sur-Allier, au Parc du château de Lavérune dans l'Hérault, plusieurs à Pau dont un pleureur de 23 m au parc Beaumont, et une trentaine référencés dans le Guide du Patrimoine botanique en France par J-P. Demoly & Fr. Picard, collection Thesaurus chez Acte Sud et un spécimen en Italie au Jardin botanique de Florence (Orto botanico di Firenze).
    Découverte virtuelle au Kula Botanical Garden, Maui, Hawaii, en Floride Green Cay Wetlands Boynton Beach et Loxahatchee National Wildlife Refuge, 4a - 10b.
    Ce genre qui comprenait 3 espèces après révision en mars 2013 ne comprend plus que deux espèces ayant 27 synonymes, il est originaires des États-Unis et du Mexique en zones humides et zones paludéennes.
    Ses racines ont des excroissances ligneuses coniques en forme de genoux qui sont des pneumatophores qui sortent au-dessus de la ligne de flottaison pour 'respirer' et apporter de l'oxygène aux parties immergées et au système racinaire et certainement pour fournir une bonne assise dans des sols mous et boueux.
    Son bois commercialisé sous le nom de pecky cypress est très recherché pour être utilisé comme bois de construction pour réaliser des charpentes et servir de bardeaux pour les toitures et en recouvrement sur les façades car il est très dur, imputrescible, résistant à l'attaque des termites et autres insectes xylophages; et son écorce est utilisée comme mulch.
    floraison mâle et strobiles femelles
    Forest & Kim Starr ©
    Dans les marais sud-est des États-Unis il est la plus part du temps recouvert de mousse d'Espagne Tillandsia usneoides et il est du coup l'espèce 'hôte' d'une araignée sauteuse Pelegrina tillandsiae (jumping spider).
    C'est aussi le lieu de nidification du Grand-duc d'Amérique Great Horned Owl, de la Buse à épaulettes Red-shouldered Hawk, du Grand Pic à crête rouge Pileated Woodpecker et du Pic à ventre roux Red-bellied Woodpecker, de la Paruline orangée Protonotary Warbler et de 3 espèces de chauves-souris et des serpents à rats.
    Parmi les cultivars, citons :
    - Taxodium distichum 'Cascade Falls', nommé ' Cascade Falls bald-cypress' une obtention spontanée découverte en Nouvelle-Zélande dans la région d'Auckland, sur les berges d'un lac, commercialisée depuis 2001 par un collège horticole de l'Oregon, adulte 4 à 6 m pour un étalement avoisinant les 5 m, au port pleureur étalé, branches retombant jusqu'au sol, tolère aisément -15°C, USDA zone 4. Ceux que vous trouvez dans le commerce sont greffés.
    - Taxodium distichum 'Fastigiatum', au port fastigié, pyramidal d'environ 3m de haut x 6 à 9 m de large.
    - Taxodium distichum 'Nutans', port pyramidal aux branches ascendantes, environ 30m de haut, serait de croissance plus lente que l'espèce type, zones de rusticité donné pour 6a. Un spécimen de 35m de haut tronc circonférence de 4.22m et sur une île 5 autres taxodiumau jardin du Parc, à Vitré (35500) Ille-et-Vilaine visite sur RV à la Mairie
    - Taxodium distichum 'Pendulum' ou 'Novum Pendulum', au port évidemment pleureur de 3 à 5 m de haut.
    Les autres anciennes espèces qui étaient reconnues :

    - Taxodium ascendens Brongn. depuis la révision c'est un des synonymes de Taxodium distichum var. imbricarium (Nuttall) Croom., qui a pour autres synonymes Cupressus imbricaria Nuttall et 19 autres, mais il ne figure plus dans les espèces reconnues, localement il est nommé 'Pond Cypress', le Cyprès de l'étang, Cyprès des Marais Cyprès chauve pyramidal, Taxode chauve pyramidale, son ère de répartition est plus restreinte elle s'étend du sud-est de la Virginie au sud de la Floride et au sud-est de la Louisiane, un arbre de 20 à 30 m de haut, à l'écorce d'un brun - grisâtre. Comme son nom l'indique le feuillage est remontant et spiralé; zones de rusticité 7a-10b.
    En France vous pouvez en découvrir un centenaire au Jardin botanique de Strasbourg et un autre de 31m au parc du Sarrat à Dax*.

    - Taxodium huegelii C.Lawson c'est l'autre espèce reconnue, autrefois référencé sous le nom de Taxodium mucronatum Ten. ayant pour synonymes retenus Taxodium mexicanum Carrière, Taxodium pinnatum Carrière, Taxodium virens Beissn., Taxodium distichum var. mucronatum A.Henry, Taxodium distichum var. mexicanum (Carrière) Gordon, Cuprespinnata mexicana J. Nelson, Cupressepinnata mexicana (Carrière) J.Nelson, nommé par les anglophones 'Montezuma bald cypress (baldcypress), Mexican cypress', le Cyprès de Montezuma, originaire des savanes des grandes plaines de l'extrême sud du Texas dans les comtés limitrophes de Cameron, Hidalgo et Starr et l'est du Mexique le long du Rio Grande et présent jusqu'au Costa Rica, nommé en espagnol Cipres, Ahuehuetes (de l'aztèque atl = eau et huehue = vieux), Sabino, Pentamone, en nahuatl Ahuehuetl, en miztèque 'Yucun datura, Tnuyucu', arbre de 30 à plus de 45 m de haut, selon le climat il peut être persistant ou semi-caduque les hivers plus froids, ses feuilles sont beaucoup plus courtes 1.30 à 1.95 cm et ses strobiles ovoïdes de Ø 3,5 à 5 cm d'une dizaine d'écailles ovulifères qui abritent de 3 à 5 graines chacune, cônes qui parviennent à maturité et s'ouvrent en février; sa particularité il produit rarement des pneumatophores; sa croissance est plus rapide, zones de rusticité 9-11.
    Il faut l'arroser en période estivale et en l'absence de pluie, il a été constaté dans la région de Phoenix qu'il était est sujet au stress thermique et hydrique s'il était implanté autour de surfaces bétonnées ou recouvertes d'asphalte qui retiennent la chaleur.
    C'est l'arbre national mexicain depuis 1932 dont les sujets les plus grands en taille âgés de 600 à 700 ans se trouvent à Mexico dans le parc de Chapultepec.
    Le plus large arbre de la terre classé au Patrimoine mondiale par L'U.E.S.C.O est le majestueux 'Árbol de Tule, el Sabino de Tule' qui se trouve au Mexique dans l'état d'Oaxaca, dans la ville de Santa María del Tule, Tule signifie Jonc, faisant référence au fait qu'à cet endroit il y avait autrefois un lac entouré de marécages où poussaient en abondance ces congénères, au XX ème siècle l'urbanisation et l'agriculture irriguée du maïs, de la luzerne et des haricots ont tout fait disparaître il ne reste que celui-ci qui trône et ombrage la place devant l'église qui selon une légende zapotèque aurait été planté plus de 2000 ans par un prêtre, présents en 1586 lorsque surgirent les conquistadores espagnols. Il a atteint sa taille maximale de 43 m, il ne pousse plus en hauteur, mais en largeur son envergure est de plus de 58 m, d'une circonférence de 14.05m, initialement la légende raconte que son tronc était creux et qu'il s'estresserré au cours des siècles, les botanistes considèrent que ce sont 3 arbres proches qui se sont fusionnés pour ne former à la base qu'un seul tronc de 53 m de circonférence (= 30 personnes). Les gens qui collent leur oreille contre son tronc disent entendre couler de l'eau. Il est glorifié chaque année au mois d'octobre
    A Antibes Juan-les-Pins au jardin botanique de la Villa Thuret*, vous avez au coeur de la collection complète des Cupressus dont les arbres remarquables Cupressus macrocarpa de 25m et Cupressus torulosa de l'Himalaya de 22m, vous trouverez l'unique Taxodium mucronatum signalé en France qui est issu d'une bouture prélevée sur l'Arbre de Tule ainsi qu'un hybride obtenu au jardin.
    A Dallas vous pouvez en découvrir un spécimen au Texas Discovery Gardens en compagnie d'un Cyprès chauve.
    Le cyprès de Montezuma fait partie des pharmacopées traditionnelles notamment celle des Aztèques et sa résine gommeuse est réputée soigner les plaies, les ulcères, les maladies de la peau, traiter la goutte et calmer les maux de dents, et pour guérir la bronchite des fumigations de copeaux de son bois, son écorce est réputée pour ses propriétés diurétique et emménagogue, toujours prescrite aux femmes et ses feuilles calmantes et relaxantes prescrites pour apaiser les démangeaisons.
    Arbre de Tule Son bois moins réputé que celui du Cyprès chauve est localement recherché pour la fabrication de beaux meubles, mais la demande de bois de combustion, de chauffage et de charbon de bois étant toujours importante à travers les siècles les bosquets naturels à travers le pays ont été décimés mais il est replanté dans les zones de restauration de l'écosystème.
    Le découvrir en visionnant le documentaire de 52 mn sur les arbres millénaires : Histoire d'arbre (2007) film de Henry de Gerlache, 52mn diffusé sur Arte.

    Annotations :

    Ahuehuetl, mot de la langue nahuatl qui est également le nom d'un lieu Huautla dans l'état d'Hidalgo au Mexique.
    *Rich., abréviation botanique pour le botaniste, naturaliste versaillais Louis-Claude-Marie Richard (1754-1821). Durant 8 années à partir de 1781, il séjourna en Guyane, missionné par Louis XVI pour implanter au jardin Botanique de Cayenne, les espèces rapportées par P. Poivre et P. Sonnerat, sa mission fut quasiment un échec, le gouverneur en place se l'étant approprié. De son séjour aux Antilles et Brésil, il rapporte en 1789 un herbier de plus de 4000 espèces. En 1794, il est nommé professeur de botanique à la faculté de Médecine de Paris.
    On lui doit 'Démonstrations botaniques, ou analyse du fruit considéré en général., publiées par H.-A. Duval -Alençon 1808, 'De Orchideis Europaeis annotationes, praesertim ad genera dilucidanda spectantes' ed. A.Belin - 1817, un exemplaire est consultable en ligne à la bibliothèque du New York Botanical Garden (réédition en anglais Nabu Press - 2011), puis 'Commentatio botanica de Conifereis et Cycadeis' ed. Lyon - 1826, consultable en ligne en français et latin.
    Carl Kunth rédige une monographie 'Notice sur Louis-Claude-Marie Richard,... ", où il écrit "Richard est certainement l'un des hommes de son siècle qui ont le plus contribué aux progrès de la botanique; l'influence qu'il a exercé se fera sentir surtout par les travaux de ceux qui se sont pénétrés de ses principes, et qui marchent sur ses traces. Personne n'a poussé plus loin l'art d'observer la nature jusque dans les moindre détails .." il y précise qu'il est l'auteur anonyme de 'Flora Borealis-Américana' de Michaux, en 2 volumes publiée en 1803, consultable en ligne à la Bnf.

    Dax, uniquement en visite guidée parc de 3,5 h réaménagé en 1921 par l'architecte paysagiste René Guichemerre (1911-1988), légué à la Mairie de Dax, site classé Jardin remarquable, un superbe Loropetalum chinensis à plusieurs pieds soudés, une collection de bambous et à l'entrée un imposant chêne liège Quercus suber, contacter le 06 99 70 37 32 pour obtenir un créneau de visite les mardi, jeudi et samedi à 15h30 (durée de la visite : 2 heures). Fermeture de décembre à mars et pendant la Feria. Lire article sur ce jardin méconnu publié sur presselib.com en 2019.

    *pourriture rouge se nomme également pourriture cubique, ce sont des champignons qui utilisent des enzymes qui attaquent non pas la lignine du bois mais la cellulose épargnant cette dernière, le bois perd alors sa structure se fendille perpendiculairement et devient friable prenant une teinte d'un brun roussâtre.

    *Villa Thuret, le Jardin Botanique de la villa Thuret (3,5 hectares), 90 chemin Raymond, 06160 Antibes Juan-les-Pin, créé en 1857 par Gustave Thuret, botaniste et algologue de renom, est ouvert au public gratuitement toute l’année, excepté le week-end (samedi et dimanche) et les jours de fêtes; en été : 8h – 18h, en hiver : 8h30 – 17h30. Le 1er week-end de juin, le jardin est ouvert le dimanche et pendant les journées du Patrimoine, le 3ème week-end de septembre, le jardin est également ouvert le dimanche, le découvrir, c'est aujourd'hui une unité expérimentale de l’INRA.
    natacha mauric© 28/08/2000 ® Jardin! L'Encyclopédie
    nmauric©28/08/2000 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.

Taxodium distichum, Démons et Merveilles, un jardin en Maine & Loire

















compteur de visite html