Indigofera gerardiana - Indigotier de l'Himalaya
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Steven Severinghaus © Flickr
    Nom commun : Indigotier de Gérard, Indigo de l'Himalaya, Faux indigo, nommé par les anglophones 'Himalayan indigo, Indigo Bush', en allemand 'Himalaya-Indigostrauch'
    Nom latin : Indigofera gerardiana  Graham ex Baker*, synonymes Indigofera heterantha  Brandis, Indigofera macrostachya  Vent., Indigofera rubroviolacea  Dunn, Indigofera gerardiana var. heterantha  (Brandis) Baker, Indigofera heterantha var. gerardiana  (Baker) Ali, Indigofera himalayensis var. retusa  S.N.Biswas
    famille : Leguminosae.
    catégorie : arbuste
    port : étalé.
    feuillage : caduc, pubescent gris vert, débourrage tardif courant mai-juin. Sur des rameaux articulés et pubescents feuilles alternes, pennées à 8 -1 paires de folioles stipulées ovales-oblongues, se repliant sur le revers la nuit.
    floraison : de bas en haut en une profusion de petites fleurs de l'été au début de l'automne ( juin à septembre), nectarifère visitée par les abeilles et les bourdons. Grappes terminales axillaires de fleurs de pois munies d chacune d'une bractée, calice pubescent à 5 parties inégales, celle vers l'étendard est plus large que les autres, 10 étamines courbes .
    couleur : rose foncé, pourpre.
    fruits : gousses déhiscentes courbes à compartiments contenat dans chaque loge une graines réniforme..
    croissance : rapide.
    hauteur : 1 à 2.50 m
    plantation : en hiver ou au printemps.
    multiplication : par division des touffes ou par bouturage de tiges aoûtées.
    sol : drainé, sec ou sablonneux.
    emplacement : soleil à l’abri du vent.
    origine : de l'Afghanistan jusqu'au Tibet et au nord-ouest de la chaîne de l'Himalaya.
    zone : 5 - 10.
    entretien : prévoir un bon paillage hivernale, si les rameaux sont atteints par le gel, au dbut du printemps rabattre le tout au ras du sol.
    Tous les 2 ou 3 ans renouveler la ramure.
    illustration : planche 44 de P.J.Redouté dans Jardin de la Malmaison, par E.P. Ventenat,volume 1, Paris 1803, contributed by Smithsonian Institute, Washington, D.C., U.S.A., cliquer sur l'illustration pour découvrir l'ouvrage et la page 44.
    NB : son nom Indigofera  vient du portugais qui le tient du latin 'indicum , indicus' qui désigne les Indes orientales et 'fero' qui signifie porter et son nom spécifique gerardiana  de Gérard parce qu'il est dédié ainsi qu'une trentaine d'autres espèces à l'officier britannique de l'armée indienne Patrick Gerard (1795-1835) qui a collecté entre 1823 et 25 , de nouvelles espèces dans l'ouest de l'Himalaya en Inde, en compagnie de son frère James Gilbert Gerard (1793-1835), chirurgien militaire et géomètre de la Compagnie anglaise des Indes orientales, les spécimens ont été transmis au botaniste danois Nathaniel Wallich* qui travaille, à Calcutta pour le compte de cette même compagnie, qui lui dédiera certaines des espèces collectées.
    Au jardin, il trouve aisément sa place dans les massifs arbustifs, les mixed-borders et les haies basses.
    Ce genre comprenait 1325 noms botaniques connus, parmi ceux-ci après révision en 2003, ont été retenus seulement 665 noms d'espèces d'annuelles, de vivaces semi-ligneuses ou d'arbustes originaires des zones tropicales ou subtropicales du globe.
    L'Indigotier de Gérard peut être confondu avec Indigofera tinctoria  l'indigo des teinturiers, l'indigo des Indes dont on tirait autrefois une teinture bleue violette recherché pour les textiles, l’indigo qui est extrait après fermentation à partir du feuillage de ce petit arbuste qui était récolté à 3 reprises au cours d'une année. Les pains d'indigo ne peuvent être dissous qu'avec des produits chimiques tel que l'ammoniaque ou de la soude caustique et de l'hydrosulfite de sodium.
    L'indigotine, E132, ou Carmin d'indigo est utilisé comme additif alimentaire qui peut chez certaines personnes provoquer des allergies cutanées comme des démangeaisons, des éruptions cutanées ou de l'urticaire.
    Si le sujet vous intéresse, lire l'article Indigo, indigotier, indigotine et indican : tout sur l'indigo', chez Futura Planète, publié le 02/09/2015 par Claire König, enseignante en sciences naturelles.

    Annotations :
    *Baker, abréviation botanique pour le botaniste écossais Joseph Gilbert Baker (1834-1920), spécialiste des mousses, responsable de l'Herbier de Kew; il fut l'assistant de William Jackson Hooker (1785-1865).
    *Wall., abréviation botanique pour le chirurgien danois Nathaniel Wallich (1786-1854) qui travaille au Bengale pour le compte de la Compagnie des Indes orientales, là-bas il s'intéresse à la flore de l'Inde, sa santé fragile fait qu'il passe 3 années à partir de 1811 sur l'île Maurice au climat plus tempéré.
    P.J. Redouté
    En 1814, il est nommé surintendant du Muséum de Calcutta et 3 années plus tard nommé surintendant du Jardin botanique de la East India Company, puis en charge de celui de Singapour. Tout au long de sa carrière, il offre des spécimens aux collecteurs et se charge de l'acheminement des collectes vers l'Angleterre, en innovant des techniques pour les conserver durant les longs mois de transport, les graines sont stockées dans de la cassonade qui les conservent parfaitement. En 1847 il rentre en Angleterre pour y passer sa retraite.
    Durant sa vie, il échange une longue correspondance avec Charles Darwin et Sir Joseph Banks. Un genre de palmier poussant en Inde et en Birmanie lui a été dédié Wallichia et des centaines d'espèces lui ont été dédiées sous la forme wallichii wallichiana ou wallichianus.
    Ses découvertes et descriptions ont été intégrées à 'Flora Indica, or, Descriptions of Indian plants par William Roxburgh, éditée en 6 volumes par l'éditeur scientifique William Carey à la Mission Press entre 1820 et 1824, consultable en ligne à la BHL ou Googlebook jardin de Calcutta et ses dessins.
    'Tentamen florae Napalensis illustratae : consisting of botanical descriptions and lithographic figures of select Nipal plants' édité à Serampore aux presses de la Mission en 1824-1826.
    'Plantae Asiaticae rariores; or, descriptions and figures of a select number of unpublished east indian plants, by Nathaniel Wallich, illustré par Vishnu Prasad.. à Londres par Treuttel et Würtz en 1830.
    L'herbier de la Compagnie des Indes orientales, plus connu sous le nom de 'Wallich Herbarium' est le plus grand herbier séparé de Kew.
    'Descriptions of some rare and curious plants édité à Calcutta par Medical and Physical Society of Calcutta en 1834.
    'Notes on the drugs called Mishme Teeta and Pucha Pat ; Notes on Cassia lanceolata (Senna) édité à Madras en 1837.
    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.




compteur internet