Digitalis purpurea - Digitale pourpre, Gant de Notre-Dame
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Digitale pourpre, Digitale pourprée, Gant de Notre-Dame, Doigt de la Vierge, Queue de loup, localement Clapet, nommée par les anglophones 'Purple foxglove'
    Nom latin : Digitalis purpurea  L.*
    famille : Scrofulariaceae.
    catégorie : vivace très éphémère, souvent considérée et utilisée comme bisannuelle.
    feuillage : caduc, à poils glanduleux, vert franc. Feuilles alternes lancéolées.
    port : rosette basale puis touffe et hampe florale.
    floraison : début été. Fleurs hermaphrodites tubulaires bilabiées, 4 étamines dont 2 plus longues et calice à 5 lobes; nectarifères visitées par les bourdons qui percent un trou à la base de la fleur, et les abeilles profitent du trou pour butiner.
    couleur : pourpre ou blanc ou rose, moucheté en gorge.
    fuits : capsules ovoïdes contenant de nombreuses minuscules graines.
    croissance : rapide.
    hauteur : 1 à 1.50 m.
    plantation : à l'automne, la floraison à lieu la seconde année.
    multiplication : par semis au printemps ou été.
    sol : tous légèrement acide ou neutre, plutôt humifère et frais.
    emplacement : mi-ombre.
    zone : 4 - 9, tolère aisément - 15° C.
    origine : Europe, présente en France et en Corse notamment dans les Alpes, les Pyrénées et les Vosges.
    entretien : aucun, couper les fleurs fanées pour éviter le semis naturel.
    NB : son nom Digitalis  désigne en latin la plante et signifie doigtier faisant référence à la forme de ses fleurs, d'où son nom commun de Gant de Notre-Dame. Ce genre comprend 22 espèces de bisannuelles ou vivaces dont certaines sont persistantes, toutes originaires de de l'Afrique du Nord, de l'Asie Mineure et de l'Europe, dont 11 espèces présentes en France.
    Cette Digitale pourpre a sa place en arrière plan dans les massifs et les mixed borders. Les hybrides, nombreux, se distinguent par des coloris différents, une taille jusqu'à plus de 2 m et une bonne aptitude à la fleur coupée (série Excelsior). Certains sont utilisables en annuels (série Foxy).
    Propriétés et utilisations : C'est une plante toxique qui contient des hétérosides toxiques comme la digitoxine et la sapogénine, son feuillage irritant est utilisé pour préparer une teinture mère qui a des propriétés cardiotoniques pour traiter les troubles du rythme cardiaque que ce soit la brachycardie ou la tachycardie, utilisée dans la pharmacopée traditionnelle et en homéopathie.
    Autres espèces présentes dans l'Encyclopédie :
    - Digitalis grandiflora  P. Mill., synonymes Digitalis ambigua  Murray., Digitale à grandes fleurs, consulter sa fiche.
    Olivier Gaubert - Florenligne
    - Digitalis lanata  Ehrh., synonyme : Digitalis lamarckii  Ivan., Digitale laineuse, consulter sa fiche.
    Autres digitales à floraison rose :
    - Digitalis dubia  Barb.Rodr, synonyme Digitalis minor L., originaire des Baléares, environ 0.80 m de haut, petites feuilles lancéolées d'un vert clair, fleurs pendantes dans plusieurs tons de rose gorge maculée de blanc et tacheté de pourpre.
    - Digitalis mariana  Boiss., endémique à l'Espagne dans la Sierra Madrona poussant sur la roche, feuillage vert de gris, fleurs d'un rose pâle plus clair vers la base.
    - Digitalis thapsi  L, Digitale d'Espagne, Spanish foxglove, endémique au centre et à l'ouest de l'Espagne, environ 0.60 m de haut, feuilles ovales à lancéolées, fleurs d'un rose soutenu gorge mmaculé de blanc ponctué de points pourpres.

    Annotations :
    *L., abréviation botanique officielle pour Carl von Linné auparavant Carl Linnæus (1707-1778), médecin, botaniste-naturaliste suèdois, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binomiale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède.
    - Richard Gautier & natacha mauric©28/10/2000 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site