Euphorbia characias - Euphorbe des Garrigues
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Euphorbe des Garrigues, nommée par les anglophones 'Albanian spurge, Mediterranean spurge'
    Nom latin : Euphorbia characias  L.*, synonymes Characias purpurea  Gray, Esula characias  (L.) Haw.
    famille : Euphorbiaceae.
    catégorie : vivace arbustive semi-ligneuse, rhizomateuse.
    port : touffe dressée, évasée, buissonnante, dense, arrondie.
    feuillage : persistant, coriace, pruineux, vert bleuté glauque. Verticille de fines feuilles oblongues à lancéolées d'environ 7 cm.
    floraison : de la fin de l'hiver au début du printemps selon climat. Nombreuses minuscules fleurs enchâssées dans des bractées, l'inflorescence est appelée cyathe.
    couleur : jaune-vert.
    fruits : capsules velues contenant des graines grisâtres dont la dissémination est assurée par les fourmis.
    croissance : lente.
    hauteur : 0.80 à 1.20 m, Ø 0.80m et plus.
    plantation : au printemps ou à l'automne.
    multiplication : semis spontané, par division de touffe, bouturage de tiges en prenant soin de laisser sécher la coupe à l'air libre.
    sol : ordinaire mais surtout bien drainé, assez sec, adaptée au calcaire.
    emplacement : ensoleillé ou mi-ombragé.
    entretien : maintenir un bon drainage du sol.
    zone : 8 - 10, parfaitement adaptée à la sécheresse une fois installée et son feuillage pruineux fait qu'elle tolère les embruns.
    origine : sud de l'Europe, en zone de garrigues sur le pourtour méditerranéen, présente au Maroc, Espagne, îles Baléares, Portugal, dans le sud-est de la France, Corse incluse, Italie, Sicile et Crète.
    entretien : après la floraison supprimer au fur et à mesure les tiges qui se dessèchent. Ces tiges florales peuvent entrer dans la composition de bouquet, mais il faudra auparavant laisser sécher l'entaille à l'air libre avant de les mettre dans l'eau.
    NB : son nom Euphorbia  a été selon Pline, donné par le Roi Juba* II, en l'honneur de son médecin Euphorbius, qui fut l'un des premiers à prescrire certaines espèces du genre, comme plante médicinale et son nom spécifique characias  .
    Histoire Naturelle de Pline, tome II, Livre XXVI, XXXXIX "Le tithymale est appelé par les latins herbe au lait, ou laiyure de chèvre (xx,24). On dit que si l'on trace des caractères sur quelques parties du corp avec le lait de cette plante, et que secs on les saupoudre de cendre, les lettres paraissent; et on ajoute que des amants ont préféré aux billets ce moyen de correspondance avec leurs maîtresses adultères.
    Il y a plusieurs espèces de tithymales. Le premier est appelé characias, on le regarde comme le tithymale mâle", traduit par M.E.Littré (1860).
    Ce genre comprend selon les avis entre 1700 et 2000 espèces d'annuelles, bisannuelles, vivace herbacées, arbustes, arbres et plantes succulentes, originaires pour un certain nombre des zones tempérées dont une cinquantaine présentes en France, 40 endémiques aux îles Canaries, 77 espèces présentes en Chine dont 11 sont endémiques et la plus grande majorité des zones tropicales sèches et subtropicales du globe.
    Elle a sa place dans les jardins au climat doux, dans les jardins en bord de mer et les jardins secs, dans les bordures, les massifs ou mixed-border, dans les rocailles, sur les talus ou tout simplement dans des vasques et des potées en sujet isolé ou associée à d'autres espèces.
    Propriétés et utilisations :
    Comme toutes les autres euphorbes, c'est une plante toxique par ingestion; lors des tailles les tiges exsude une sève d'un blanc laiteux (latex) irritante et toxique, qui peut chez certaines personnes provoquer des dermites de contact par irritation de la peau, il est recommandé lors des manipulations et des tailles de porter des gants, puis de rincer le sécateur et les autres outils.
    Depuis la nuit des temps, les pharmacopées traditionnelles utilisent sa sève pour traiter les verrues.
    Parmi les cultivars, citons :
    Euphorbia  BLACK BIRD ® 'Nothowlee' (Blackbird), consulter sa fiche.
    Euphorbia characias subsp. wulfenii  photo 2.

    Annotations :
    *Juba, nom d'un médecin-physicien grec qui selon Pline lui aurait été donné par Juba II, Roi de Numidie, (Ier siècle avant JC), après avoir découverte l'épineuse euphorbe cactiforme marocaine Euphorbia resinifera, dont Euphorbus découvre dans sa gomme résine des propriétés éméto-cathartiques qui feront que cette succulente sera prescrite durant des siècles pour soigner les morsures, pour lutter contre les empoisonnements et prescrite comme laxatif; de nos jours elle est toujours utilisée en homéopathie pour traiter les problèmes cutanées, brûlures, eczémas, inflammations, irritations, érysipèles et les zonas. Roi auquel a été dédié une autre espèce Euphorbia regis-jubae  J.Gay, nommée par les anglophones 'King Juba's euphorbia', à découvrir à Barcelone au Jardin de Montjuic.
    *L., abréviation botanique pour le médecin, botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), auparavant Carl Linnæus, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binomiale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l’espèce, c'est la base de la taxinomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivie d'un parution 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772; il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède.
    -nmauric©15.03.2000 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site