Musa x paradisiaca - Bananier paradisiaque, des Sages
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Bananier paradisiaque, Bananier des Sages, Figuier d'Adam, à la Réunion 'Banane carrée, Banane cornée, Figue blanc, Plantain', à Mayotte 'Trovi, Hontsi' nommé par les anglophones 'Common Banana, Pisang'.
    Nom latin : Musa x paradisiaca  L.*, synonymes Musa × sapientum  L., Musa × acutibracteata  M.Hotta, Musa × aphurica  Rumph. ex Sagot , Musa × bacoba  Rottb. , Musa balbisiana var. vittata  (W.Ackm. ex Rodigas) M.R.Almeida, Musa × berteroi  Colla, Musa × bidigitalis  De Wild., Musa × champa  Baker, Musa × chapara  Perr., Musa × chiliocarpa  Backer ex K.Heyne, Musa × corbieri  A.Chev., Musa × corniculata  Lour., Musa × dacca  Horan., Musa × decrescens  De Briey ex De Wild., Karkandela × malabarica  Raf., Musa × paradisiaca var. acicularis  G.Forst., Musa × paradisiaca var. bende  De Briey ex De Wild., Musa × paradisiaca var. bilul  De Briey ex De Wild., et 46 autres var.
    famille : Musaceae.
    catégorie : vivace herbacée pourvue d'un pseudo-tronc, la partie souterraine est le cormus.
    port : dressé puis évasé.
    feuillage : persistant, épais, vert franc, revers glauque. Entre 20 et 30 grandes feuilles au limbe fortement nervurées à base engainante.
    floraison : été le plus souvent. Longue inflorescence de 1 à 1.50 m et plus composées de rangées doubles de petites fleurs tubulaires à tépales soudées de 3 à 4 cm disposées à l'aiselle de larges bractées pruineuses disposées en spirales. Les fleurs femelles sont en partie base, au milieu des fleurs hermaphrodies, en pointe les fleurs mâles. La pollinisation est assurée surtout par les chauves-souris puis les colibris.
    couleur : blanc jaunâtre, parfois bractées colorées.
    fructification : des bananes plantain riches en aidon qui se consomment en légumes cuites, frites, rôties, séchées pour être réduite en farine, c'est l'aliment de base dans de nombreux pays tropicaux. Les bananes-fruits que nous consommons sont des hybrides sans graines de Musa acuminata  et Musa balbisiana  généralement des groupes 'Cavendish, Gros Michel et Robusta', c'est premier aliment solide donné aux nourrissons.
    Illustration bas de page du naturaliste-illustrateur français Jean Theodore Descourtilz, dans Le jardin des plantes, P. Bernard et L. Couailhac (1842). Régime de banane de Musa x paradisiaca et un Tachyphone-archevêque Tachyphonus archiepiscopus que l'on rencontre en Amérique équinoxiale
    croissance : rapide.
    hauteur : 1.50 à 6 m selon espèce.
    plantation : sous climat approprié en toutes saisons, ailleurs au printemps.
    multiplication : semis à chaud après trempage dès maturité des graines, au printemps prélèvement de rejets avec des racines.
    sol : riche, humifère, frais, drainé. pH de 5,5/ 7.
    culture en pot : prévoir un rempotage tous les deux ans dans un mélange de bon terreau, terre de jardin, compost ou engrais organique et du sable grossier ou de la pouzzolane.
    emplacement : soleil, mi-ombre lumineuse, à l'abri du vent qui déchire en lambeaux le feuillage.
    zone :9- 11, chaud et humide, supporte jusqu'à -14.9 °C USDA Zone 7b - 11.
    origine : un hybride ancien de Musa acuminata  Colla x Musa balbisiana  L. A. Colla
    entretien : couper les feuilles abîmées sans retirer les gaines foliaires, tronçonner les feuilles et les répandre sur le sol pour former un bon paillis organique.
    Les espèces frileuses peuvent être cultivées en pot ou plantés au jardin avant l'été et rempoté à l'automne pour être mis sous abri durant l'hiver.
    Lors d'une culture en pot effectuer des arrosages fréquents et abondants, en laissant sécher la surface du substrat entre deux arrosages, avec un apport d'engrais organique durant la période de croissance, réduire les arrosages dès l'automne, sans apport d'engrais.
    maladies et ravageurs :, le jeune feuillage est convoité par les chenilles, limaces et escargots, comme tous les autres il peut être visité par les cochenilles, charançons du maïs, les pucerons du bananier et aux thrips (bananes).
    Peut-être sujet à la fusariose du bananier (maladie de Panama) due à la présence dans le sol d'un champignon Fusarium oxysporum*.
    Attention les bananiers peuvent être l'hôte des pontes, larves et chenilles de la teigne du bananier Opogona sacchari un papillon originaire d'Afrique tropicale humide, répandu aux Amériques, aux Antilles et en Asie que l'on peut retrouver sur certaines espèces de plantes ornementales dans les serres des producteurs et celles offertes à la vente dans quasiment toute l'Europe dont la France.
    Les larves et chenilles durant une cinquantaine de jours creusent à la base des stipes des galeries qui provoquent le dépérissement de la plante hôte*.
    Le cycle biologique est d'environ 3 mois, sous climat ou les températures tout au long de l'année avoisinent les 15°C, il peut y avoir facilement 8 générations/an.
    L'arrêté NOR: AGRG0600353A du 13 février 2006, paru au Journal Officiel de la République Française du 22 février 2006 rend obligatoire la lutte contre ce papillon sur l'ensemble du territoire national, consulter l'arrêté format pdf.
    L'apparition de taches jaune ou orange et des feuilles qui se cassent sont un signe d'une nette carence en potassium.
    Dans les plantations de bananiers du groupe 'Cavendish' notamment au Maroc (sous serre), en Espagne et dans les Iles Canaries, peuvent se développer l’anthracnose causée par Colletotrichummusae et la maladie du bout de cigare causée par Verticillium theobromae et la pourriture brune due au Botrytis cinerea mais les maladies fongiques les plus néfastes et destructives sont la cercosporiose jaune causée par Mycosphaerella musicola, la cercosporiose noire causée par Mycosphaerella fijiensis, également présente la fusariose ou maladie de Panama causée par Fusarium oxysporum f sp. cubense, responsable des flétrissements et des pourritures racinaires.
    NB : son nom Musa  (1753) viendrait de la latinisation du nom de la banane en arabe 'mauz, moùz, muz'. Linné découvre que c'était le nom du médecin grec de l'Empereur Auguste, Antonius Musa était le frère du célèbre Euphorbius*, qui était le médecin de Roi Juba II, roi de Mauritanie, qui fut l'un des premiers à prescrire certaines espèces de Euphorbia, comme plante médicinale. Antoine Musa nous a laissé deux ouvrages 'Examen des simples' et le Traité sur la bétoine*.
    Son nom spécifique paradisiaca  signifie du paradis, paradisiaque, une façon de nous indiquer le goût exquis de son fruit, et la majestuosité des feuilles.
    Le nom de bananier et banane aurait pour origine son nom en hindoustani. En Inde il est sacré, il serait la réincarnation de la déesse Parvati, à la fois épouse de Siva, de Laksmi, et de Visnu. Les femmes désirant avoir un garçon, le vénère durant le mois de Kartika ( mi-octobre à la mi-novembre), mois de la célébration de la nouvelle année, et ses feuilles y sont utilisées durant les cultes et les bénédictions religieuses.
    Nommé Figuier d'Adam, ce serait dans sa large feuille que Adam se serait enveloppé en sortant du Paradis terrestre.
    Le genre Mussa est originaire des îles du Pacifique, de l'Indonésie et de l'Hindustan, il ne comprend plus que 71 espèces originaires des zones tropicales sur 194 noms scientifiques The Plant List en a retenu en mars 2012 que 71.
    Sous climat approprié il apporte une petite touche exotique dans les jardins sous climat doux.
    Propriétés et utilisation :
    Ces bananes plantain riches en amidon qui se consomment en légumes cuites, frites, rôties, séchées pour être réduite en farine, c'est l'aliment de base dans de nombreux pays tropicaux. Les bananes-fruits que nous consommons sont des hybrides sans graines de Musa acuminata  et Musa balbisiana  généralement des groupes 'Cavendish, Gros Michel et Robusta', c'est premier aliment solide donné aux nourrissons.
    Les feuilles sont utilisées pour couvrir des toitures, emballer les aliments pour le transport, lors de la cuisson dans la cendre ou au four, avec le pseudo-tronc elles sont données comme fourrage au bétail.
    Quelques autres espèces et cultivars :
    - Musa acuminata  Colla, Bananier des Canaries, floraison été avec bractées pourpres, fruit comestible. hauteur 5 m, zone 10.
    - Musa balbisiana  Colla, Bananier de Balbis, à bananes farineuses, 6 m de haut, feuilles vert jaunâtre, gaines foliaires pruineuses, lavées de noir, feuilles oblongues environ 3 m, bractées vert pourpré, base rouge foncé, fleurs jaune pâle violacé à l'intérieur, graines globuleuses noirâtres et verruqueuses 5 x 4 à 5 mm.
    - Musa balbisiana  'Atia Thai, Thai Banana Tree, un cultivar au tronc foncé nervures violacées, feuillage vert foncé,, aurait une bonne résistance au froids.
    - Musa balbisiana  'Black Thai' un cultivar au tronc noir et feuillage vert sombre.
    - Musa  'Dwarf Cavendish', Bananier plantain, floraison sans période précise à bractée pourpres. fruit comestible. hauteur 3 m, zone 9.
    - Musa basjoo  Sieb.& Zucc., Bananier japonais, consulter sa fiche.
    Musa x paradisiaca et Tachyphone-archevêque
    Jean Theodore Descourtilz ( 1796–1855 )
    - Musa coccinea  Andrews, Bananier rouge d'Asie, consulter sa fiche.
    - Musa ornata  Roxb., Bananier à fleurs décoratives, consulter sa fiche.
    Ensete ventricosum  (Welwitsch) Cheesman, synonymes Musa ventricosa  JF. M. J. Welwitsch, l'Ensète, Bananier d'Abyssinie, Faux bananier, consulter sa fiche.

    Annotations :
    Fusarium oxysporum à ne pas confondre avec la fausse maladie de Panama signalée dans les bananeraies des Iles Canaries et celles de l'Afrique du Sud entre autres.
    *L., abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), auparavant Carl Linnæus, médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binomiale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède. Son herbier 'Linnean Herbarium', le plus riche de son époque ne contenait que 7000 plantes, est conservé au Musée national d'histoire naturelle de Stockholm.
    * Les autres espèces connues pouvant être l'hôte de ces larves :
    Les Aubergines, Alpinia, Beaucarnea, Begonia, Bougainvillea, les Bromeliaceae, Chamaedorea, certaines autres espèces de palmiers et Cycas, Capsicum, Cactaceae, Cordyline, Dracaena, Dieffenbachia, Euphorbia pulcherrima, Ficus, Gloxinia, Heliconia, Hippeastrum, Maranta, Philodendron, Sansevieria, Saintpaulia, Strelitzia ainsi que les Yucca.
    *Traité sur la bétoine 'De herba vettonica liber: Pseudoapulei herbarius ; Anonymi de taxone liber ; Sexti Placiti liber medicinae ex animalibus réédité par B. G. Teubner en 1927.
    ® par la Société des Gens de Lettres - R.Gautier & nmauric©15.09.2000 - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site