Shibataea kumasaca  - Bambou à feuilles de Ruscus
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Bambou à feuille de Ruscus (Petit Houx), en japonais 'Okamezasa', en chinois 'Ah gui sasa', nommé par les anglophones 'Ruscus Bamboo, Japanese Bamboo'.
    Nom latin : Shibataea kumasaca  (Zoll.* ex Steud.) Makino*, synonymes Arundarbor aureostriata  (Regel) Kuntze , Arundinaria aureo-striata  (Regel) Vilm., Arundinaria kumasaca  (Zoll.) Kurz, Arundinaria variabilis var. aureo-striata  (Regel) Makino ex Houz. de Leh., Bambusa aureostriata  Regel, Bambusa kumasaca  Zoll. ex Steud., Phyllostachys kumasaca  (Steud.) Munro, Phyllostachys kumasasa var. aureo-striata  (Regel) Makino, Phyllostachys ruscifolia  (Munro) Satow, Sasa kumasaca f. albovariegata  H.Okamura, Shibataea kumasaca  (Zoll. ex Steud.) Nakai, Shibataea kumasaca f. albostriata  Muroi & Yu.Tanaka, Shibataea kumasaca var. aureo-striata  (Regel) Nakai, Shibataea kumasaca f. aureostriata  (Regel) Sad.Suzuki, Shibataea pygmaea  F.Maek., Shibataea tumidinoda  T.H.Wen.
    Souvent présenté sous le nom spécifique de kumasasa  qui est invalide, pas reconnu par The Plant List.
    famille : Poaceae.
    catégorie : bambou nain vivace.
    croissance : assez lente.
    type de rhizome : rampant, réputé être peu traçant.
    tiges : port touffe très dense et serrée ne laissant pas apparaître les chaumes cylindriquesavec un côté aplati où se développe le feuillage, ils sont pourvus de noeuds assez proéminents, d'un brun verdâtre.
    Chaumes caducs à gaine à fine languette effilée en pointe.
    feuillage : persistant, d'un vert soutenu à vert sombre, glabre sur le dessus, revers légèrement pubescent avec sur les 3/4 la nervure médiane bien saillante, les secondaires sont tesselées. Feuilles obovales-lancéolées 8 à 10 cm x 3 cm, légèrement arqué, rappelant les cladoles du Ruscus à long pétiole.
    Bien souvent la pointe est abîmée et desséchée par le vent.
    hauteur : 1 m, 1.80 à 2 m.
    floraison : lorsqu'elle à lieu de mars à mai, en petits épillets.
    sol : humide, fertile mais bien drainé de préférence acide ou neutre, déteste les sols gorgés d'eau.
    emplacement : se plaît en toute situation, soleil, mi-ombre. En situation trop ombragée, il perd la compacité qui fait son intérêt.
    multiplication : division des touffes au printemps.
    origine : endémique à l'archipel du Japon, dans l'archipel du Japon sur la grande île d'Honshu, plus au sud sur la plus petite île de Shikoku* et à l'ouest sur la méridionale île de Kyushu.
    zone : 6 - 10, résiste à - 22°C mais il redoute la sécheresse. USDA zone 6b-10b.
    entretien : dmande peu d'entretien.
    utilisations : bordures, petite haie libre ou taillée, dans les massifs, en couvre-sol dans les parterres et sur les talus ou en pratiquant la taille japonaise compacte, dite 'karikomi', sous forme de gros buissons, coussins arrondis, une taille à la main tous les 15 jours.
    NB : son nom Shibataea  lui a été donné en l'honneur du botaniste japonais Keita Shibata (1878 – 1949). et son nom spécifique kumasasa  vient du mot japonais kuma-zasa qui qui signifie bordé de bambou.
    Introduit dans les jardins d'Europe via Kew garden en 1861.
    Ce genre ne comprend que 8 espèces de bambous de petites tailles à rhizomes peu envahissants originaires du Japon et de la Chine.
    Cultivars :
    - Shibataea kumasasa f. aureostriata  (Regel) Sad. Suzuki, au feuillage panaché de crème.

    Annotations :
    *Makino, abréviation botanique pour le botaniste- taxonomiste japonais Tomitarö Makino (1862 - 1957), le père de la botanique japonaise, à 25 ans il fait paraître le magazine de botanique de Tokyo toujours édité, il enseigne à l'Université de Tokyo, publie en 1940 'Flora of Japan' l'ouvrage de référence.
    *Shikoku sur l'île de Shikoku, à Kochi sa ville natale, a été créé en 1958 The Makino botanical garden dédié aux espèces japonaises locales, il s'y trouve un laboratoire de recherche et un Musée où sont exposées ses oeuvres.
    *Zoll., abréviation officielle pour le botaniste-naturaliste explorateur suisse Heinrich Zollinger 1818-1859), qui de 1839 à 1842 est maître d'école dans le canton de Zurich avant d'être mandaté par Alphonse Pyrame de Candolle pour explorer et collecter en Inde néerlandaise, à Java et dans les îles de la Sonde jusqu'en 1848, ses collectes figurent dans un répertoire avec les espèces japonaises publié en 1854 à Zurich. A son retour en 48 il reprend sa fonction à l'école avant de repartir en Indonésie en 1855, sur l'île de Sumbawa il entreprend l'ascension du volcan Tambora.
    Le récit de s voyage à l'est de Java est publié dans une revue géographique en 1847 et ses travaux servent encore à illustrer des ouvrages et des thèses.
    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site